62 ans plus tard

Il existe des similitudes entre l’insurrection de Budapest le 23 Octobre 1956 et la révolte des Gilets Jaunes.

La Hongrie, était alors confrontée à la faillite d’une politique entièrement étatisée, planifiée, appelée le communisme et imposée au pays par l’URSS. L’implantation du communisme n’était pas un souhait de la population hongroise, mais la simple raison que l’armée russe était arrivée la première et occupait ce pays ayant fait partie de l’axe pendant la guerre.

L’insurrection dura 17 jours, après avoir largement gagné les révoltés furent décimés par l’armée soviétique qui reprit en main le pays le 10 Novembre 1956.

La cause de la révolte était la ruine économique de la Hongrie par le communisme, la misère subie de ce fait par la population. Mais aussi la perte des libertés, la destruction des classes moyennes éduquées et libérales. Le communisme en Hongrie avait éradiqué les classes moyennes ne laissant que les apparatchiks et la population esclave. Cela dans ce pays anciennement démocratique, où les classes moyennes avaient existé.

Lancée par les étudiants, faisant suite à une légère libération politique du bloc de l’Est timidement mise en place après la mort de Staline, l’insurrection hongroise a cru avoir l’aval de sa population et du monde.

Les insurgés initiaux étaient des étudiants et des intellectuels, rapidement suivis par une partie de la population qui aspirait à la liberté. Ils chantaient alors un hymne populaire : « Nous jurons, nous jurons que nous ne serons plus esclaves plus longtemps ».

Aucune organisation, intérieure ou extérieure, n’appuyait les insurgés.

Rapidement ils occupèrent le pays, retournant armée et police, mais ils ne purent déboucher sur un gouvernement crédible, peut-être par manque de temps.

Probablement aussi à cause de la croyance communiste ancrée de force dans la tête des gens depuis dix ans en Hongrie, depuis un siècle dans le monde occidental, accompagnée de la culpabilisation pour les hongrois d’avoir été du côté sombre de la guerre perdue.

La victoire de l’insurrection n’a débouché sur rien, l’indignation n’est pas suffisante face aux croyances.

Certes la similitude avec notre situation actuelle n’est pas totale, ce n’est pas la règle de l’histoire en général.

Mais, il faut souligner deux choses essentielles.

La riposte de l’URSS fut suivie du plus vil de tous les mensonges, de la plus basse de toute les propagandes, ignorant superbement plusieurs centaines de milliers de morts et de déplacés.

Le résumé par l’URSS de cette reprise en main, se passe de commentaire :

« -1- Le 23 octobre, les « honnêtes » socialistes hongrois manifestèrent contre les erreurs commises par les administrations Rákosi et Gerő .

-2- Des hooligans fascistes, hitlériens, réactionnaires et contre-révolutionnaires financés par les impérialistes de l’ouest profitèrent du mécontentement pour organiser une contre-révolution.

-3- L’honnête peuple hongrois mené par Nagy appela les forces soviétiques (pacte de Varsovie) stationnées en Hongrie à aider au retour de l’ordre.

-4- Le gouvernement Nagy fut inefficace et fut infiltré par les éléments contre-révolutionnaires comme le prouve la dénonciation par Nagy du pacte de Varsovie.

-5- Les patriotes hongrois menés par János Kádár quittèrent le gouvernement Nagy et formèrent un gouvernement d’honnêtes Hongrois révolutionnaires paysans et ouvriers ; ce véritable gouvernement populaire demanda l’aide du commandement soviétique pour réprimer la contre-révolution.

-6- Les patriotes hongrois, soutenus par les Soviétiques, écrasèrent la contre-révolution. »

On retrouve les accents d’appel à « La honte » de Macron…. Non ?

Plus terrible encore, en Hongrie l’épuration qui suivit fût totale, emprisonnements, condamnations, exécutions, déportation, etc… fuite pour les plus chanceux.

Je crains pour nos gilets jaunes, qui déjà se rendent en entrant en discussion avec leurs ennemis aguerris, une fin du même tonneau.

Un renforcement du fisc et de l’URSSAF en guise de liberté, des contrôles encore plus ravageurs et iniques faisant mine de satisfaire la partie des Gilets Jaunes qui ne réclame pas la liberté mais simplement un Etat à leur service au lieu de celui des autres…

Une dérive économique résiliente liée à l’étatisme et aux pertes de liberté. Un grand gâchis quoi.

C’est cela que je crains, qui m’inquiète et me désole intensément.

J’ai peur d’avoir à vivre un grand regret et de ne pas connaître la liberté que fatalement la population française retrouvera un jour.

La Hongrie a recouvré la liberté démocratique en 1989, 33 ans plus tard, et sans le faire vraiment exprès. Sans noble révolte ou insurrection….

Aujourd’hui ses dirigeants sont parait-il des fascistes élus, où ça va se nicher…

Bien à vous. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (8 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

6 réflexions au sujet de « 62 ans plus tard »

  1. Le réchauffement climatique est une excuse bien commode de plus il est erroné.
    C’est plus qu’une fake new, c’est une escroquerie.
    Méditez sur « Les prévisions, surtout quand elles invoquent des critères « scientifiques » sont souvent l’ultime refuge du charlatan, et il en va ainsi depuis la nuit des temps » – TALEB dans « Jouer sa peau », p 41.

  2. Aux prochaines élections européennes le parti écologiste sera laminé. L’escroquerie climatique n’en a plus pour longtemps. Ajoutons à cela la chute psychologique du salaire en fin de mois dû au prélèvement à la source, les bugs informatiques incidents, les taxes foncières qui augmenteront nécessairement avec la suppression de la taxe d’habitation si cette réforme est effective et Macron pourra renommer son parti A reculons au lieu d’En marche. D. Trump doit bien rigoler.

  3. « Quand le pillage devient un moyen d’existence pour un groupe d’hommes, qui vit au sein de la société , ce groupe finit par créer pour lui-même tout un système juridique qui autorise le pillage et un code moral qui le glorifie . «

    Pour supprimer l’énergie fossile il faut une autre énergie , qui remplacera petit à petit l’énergie fossile, comme l’ordinateur a remplacé la machine à écrire et il n’y a pas eu besoin de taxer . D’autre part pour l’électrique comment peut faire un citoyen qui habite au 4eme étage d’un immeuble pour recharger son véhicule . « La réponse à la grogne des citoyens doit donc passer par la valorisation de solutions basées sur l’innovation et non par le traditionnel ‘nouvelles taxes’ et arrosages de subventions fiscales. Le temps long doit primer sur les solutions de court terme »

    Dans un monde où il faut penser global et agir local le comportement est plus important que les objectifs. La France a tous les atouts pour être un pays d’excellence démocratique et économique. Alors pourquoi ne l’est-elle pas ?

    Mais quel exemple nous ont donné les élus qui ont dirigé la France depuis 1970 . Continuons à réfléchir , car pour ces politiques réfléchir pour le pays est très difficile , impossible , c’est pour cela qu’ils n’ont regardé que leur intérêt à court terme et ils agissent par conséquence hâtivement .
    Mais donner l’exemple n’est pas principal moyen d’influencer les autres , c’est le seul moyen . Et quel exemple nous montre ceux qui dirigent la France et ceux qui veulent la diriger. On ne peut demander des efforts à ses concitoyens que si l’on est exemplaire et si l’on a le goût de l’absolu.
    Le populisme que certains dénoncent n’est pas une génération spontanée. Il nait de l’impuissance du système politique existant à satisfaire aux besoins exprimés par le peuple.
    Il y a une vision globale à intégrer . La France est le pays où il y a le plus de taxes au monde , les prélèvements dépassent en 2018 les 1000 milliards d’€ par an et la dette française est de + de 2100 milliard d’€ qui augmente chaque année. En 1970 la situation était 3 à 4 foins moins taxée et très peu de déficit voir pas du tout.

    Les Politiques continuent à dépenser sans compter , ils ne veulent pas réduire non seulement les privilèges mais les déficits. Trop de gabegie pas la peine de vous les rappeler..

    Les citoyens français du secteur privé sont dotés bon sens , de réflexions et ils ont besoin « de contre-pouvoir politique » qu’ils n’arrivent pas à créer ; c’est hélas navrant et très grave pour ce Pays. L’affrontement est donc inévitable entre les citoyens du secteur privé non seulement avec les politiques mais Bercy car on ne peut pas discuter avec Bercy .
    « PEUT ON ENCORE SAUVER La France RAPIDEMENT  » Je pense que NON !

  4. Nous avons la confirmation que le Président cherche à gagner du temps pour asseoir son emprise sur le peuple…et faire ce qu’il a décidé de faire sans tenir compte de qui que ce soit…
    Même dans son camp des voix ..s »lèvent..mais il va les faire taire rapidement.
    Il n’a répondu en rien aux espoirs des citoyens pauvres ou bien près de le devenir….alors pensez aux classes moyennes ,ces « nantis de la République » (employés,cadres moyens, retraités .) qui devraient le remercier de ne pas les taxer davantage….quoique au 1er janvier le train des hausses va quitter la gare…sans la moindre modification…..car seul notre chef de gare décide de la composition du train et de son départ.!.
    Ce comportement est très inquiétant..
    Notre république s’appauvrit de plus en plus coté libertés,s’enrichit de plus en plus coté impôts et taxes….et met un très grand nombre de citoyens sous tutelle.
    Nous allons sommes dans un régime totalement présidentiel qui tend à devenir totalitaire sur bien des plans…
    La transition écologique si elle es souhaitable,personne ne le conteste vraiment, s’engage très mal…d’autant plus que les reports de décisions notamment sur le nucléaire laissent à penser que Mr.Macron ne sera plus président pour assumer ses responsabilités quand les grosses difficultés financières et sociales vont inévitablement arriver au rythme des fermetures de réacteurs (14 sont prévues pour le moment).
    Le coût de mise hors service sera d’après les spécialistes très élevé et EDF n’entend pas assumer la totalité du coût.;Vous avez compris qui va payer la différence. ?
    Et quid du personnel et des coûts sociaux ?
    On va couvrir le territoire et le littoral d’éoliennes ,de ,centrales hydrauliques..toutes les maisons,hangars et autres toîts de panneaux solaires….
    Avec les ressources uniquement de la taxe sur les carburants?
    Que nenni..
    une grande partie de cette taxe ira au budget de l’Etat pour éviter un déficit trop voyant aux yeux de Bruxelles qui déjà demande des économies. à l’Etat français….
    Quand au pouvoir d’achat des français le Président est persuadé que quelques mesures…bien médiatisées feront l’affaire…..et qu’ avec peu on satisfera beaucoup,Il risque fort d’être chahuté….de toutes parts.
    De toute façon ce sera a prendre où à laisser c’est clair….le Président ne reculera devant rien, ni personne.
    Il gardera le cap en chef absolu…,tout le reste n’est que littérature,discours … composition et postures diverses selon les problèmes posés.
    La réforme du chômage à venir va sans doute être encore un exercice de haute voltige coté communication….mais à force de dresser l’opinion contre lui par sa façon de procéder cela risque fort de lui coûter cher au final…
    Il deviendra alors le président le plus impopulaire de toute la Vème république…et celui qui aura provoqué des événements dont il devra assumer la responsabilité…et non la faire supporter aux dirigeants du passé pour se justifier….ce qui est particulièrement affligeant à son niveau!
    Il est grand temps que la France prenne son destin en main car sinon la facture va être telle que la Grèce à coté passera pour un petit paradis….dans une Europe déboussolée.
    Alea jacta est!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *