Amazon, Bercy et les libraires

Sur Contre-Attaque, Sultana Cora a publié un billet accompagné d’un article succulent issu de BFM TV – link . Le contrôleur en chef de tous les contrôleurs fiscaux, un certain Gardette, explique en réunion publique pourquoi et comment il va taxer Amazon. Je ne connaissais pas ce mec.

 

Je suis stupéfait d’apprendre que c’est le chef des contrôleurs qui décide de la politique de Bercy. N’est-ce pas le Ministre des Finances qui devrait mettre en œuvre les décisions de l’assemblée nationale ? Et bien non, la preuve est ici rapportée que ce n’est pas le cas.

Ce ne sont même pas les énarques qui dirigent, ce sont nos camarades contrôleurs syndiqués qui décident de la politique économique de la France. Je comprends mieux un certain nombre de choses. C’est pire que le pire auquel je croyais.

Amazon sera donc taxée. Très bien. Imaginons qu’Amazon ne soit pas d’accord. Cette entreprise ferme alors sa plateforme française, qu’est-ce qui nous empêche de passer nos commandes en Irlande ? Bien embêté Gardette. Mais ce ne doit pas être le genre à lâcher l’os. Donc, s’il ne peut plus recouvrir la taxe sur Amazon, il va la recouvrir sur nous, les clients. Chaque fois que nous passerons commande d’un livre à Amazon, nous devrons une petite taxe.

Mais, Gardette, il ne peut pas savoir quand nous passons une commande à Amazon. Alors?

Et bien, il ne lui reste plus qu’une solution, ouvrir tous les colis arrivant en France en provenance d’Irlande. On est en plein dans sa spécialité à Gardette : l’espionnage, la taxation et les privations de liberté pour le bonheur du plus grand nombre.

Il cache son avidité bien sûr, pour cela il nous explique qu’en réalité il s’inquiète de l’avenir des libraires.

Les libraires, parlons-en.

J’ai écrit mon premier livre au milieu des années 80, il s’appelait : « Les nouvelles de la pleine lune ». Ce n’était probablement pas un chef d’œuvre. Comme il se doit, aucun éditeur n’en a voulu. A l’époque, je n’avais pas encore été ruiné par le fisc. J’étais jeune, optimiste, plein d’allant. J’ai décidé de publier moi-même mon livre.

Bien plus, j’ai créé une maison d’édition, que j’ai appelée : « Les éditions Dumillon ». Je me suis tapé toutes les déclarations voulues. Et, pour faire bonne mesure, j’ai pensé faire profiter d’autres écrivaillons tels que moi de ce travail. En quatrième de couverture, je proposais à tous ces talents inconnus de m’adresser leurs manuscrits. Puis, je fis imprimer mon bébé en 15.000 exemplaires (bon d’accord, j’étais anormalement optimiste).

Une fois la palette livrée, il fallait passer à la vente. C’est là que le libraire intervient.

Confiant dans le professionnalisme de ces gens, je leur ai envoyé un exemplaire du livre et un bon de commande. J’ai ciblé 4.000 librairies, c’est à dire tous les libraires de toutes les villes de plus de 10.000 habitants. Un travail énorme à l’époque, sans internet, entièrement à la main à partir des pages jaunes de l’annuaire.

Voilà ce qui c’est passé.

Je n’ai jamais reçu une seule commande. Mettons que la piètre qualité de mon ouvrage ait pu démoraliser les libraires. Mais, et là est tout le sel de cette affaire, j’ai été inondé de manuscrits, venant de toute la France, plus d’une centaine pendant un an.

Un jour, par hasard, un de mes amis s’est trouvé chez un libraire qui avait mis mon livre en évidence sur sa caisse, le client qui le précédait l’a acheté. Voilà donc la clef de l’énigme. Tous les libraires (4.000, un succès littéraire, encore en vente sur les sites des livres d’occasion) ont vendu le livre que je leur avais adressé dans le but de les séduire, de recueillir leur opinion, voire de recevoir des commandes. Pas un seul ne m’a retourné un chèque du montant qui m’était dû sur le livre qu’ils ont vendu.

Alors les libraires… J’achète mes livres sur Amazon, sans aucun remord pour cette profession. Quel que soit le livre que je veux, je le trouve, il est chez moi deux jours plus tard, et l’on prétend soit me priver de ce service, soit me le faire payer plus cher. Mais qui sont-ils ces socialistes qui se targuent de défendre la culture et qui s’apprêtent à l’entraver ?

 

Bien cordialement. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Votez pour cet article)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *