Bachar el-Assad et François Hollande

Dis grand-père, comment c’est fait un despote ?

Voilà une question qui n’est pas évidente tant la perception de la souffrance parait en être une composante essentielle. En effet, à quel moment les entraves à la liberté découlant des manœuvres des hommes du pouvoir provoquent-elles des souffrances si évidentes que ceux-ci sont alors naturellement qualifiés de despotes ?

Pour tout dire je ne sais pas. Je me demande si la relativité peut ici entrer en jeu.

Car, par ailleurs, les méthodes despotiques, si l’on exclut l’échelle de la souffrance, sont en réalité toutes les mêmes.

Le cas Bachar el-Assad peut servir de référence.

Homme d’une minorité Alaouite, branche du chiisme, il se maintient au pouvoir en Syrie, majoritairement sunnite, par un népotisme élargi à sa secte.

Evidemment, la majorité de sa population conteste cet état de fait, ce qui interdit toute élection transparente et sincère. Donc pas de démocratie possible.

La légitimité supposée de Bachar el-Assad va découler de l’hypothèse que sans lui ce serait le chaos.

Pour démontrer cette hypothèse, il doit rapporter la preuve d’un état potentiel de subversion. Il laisse à cet effet libre cours à une répression si injuste des opposants qu’elle alimente en réaction une radicalisation de ceux-ci faisant office de subversion.

La société va être artificiellement privée de sa multiplicité et réduite à une équation binaire limitée aux activistes, laissant de côté l’écrasante majorité qui ne souhaite pas prendre parti.

Finalement, il ne subsiste que, d’un côté les hommes du pouvoir et leurs affidés, de l’autre une opposition réduite à ses éléments violents, bagarreurs et primaires, les seuls qui affrontent le risque.

Tout cela n’est possible qu’avec l’aval des puissants du monde. Ici se seront les opérateurs mondiaux du pétrole qui préfèrent traiter avec une minorité d’interlocuteurs, fussent-ils des despotes, plutôt qu’avec une multitude plus difficile à manœuvrer.

Ce fonctionnement bien rodé a été mis en difficulté par l’explosion de l’information due à l’arrivée d’internet. Ayant accès à la parole de façon géographiquement illimitée, les opposants à Bachar el-Assad finirent par culpabiliser le monde démocratique au point de voir celui-ci faire mine de leur venir en aide.

Cet apport leur donnant du courage, ils manifestèrent publiquement leur désaccord à l’omniprésence de Bachar et de ses sbires. Celui-ci reste alors dans son scénario initial, il augmente la répression, accroit la violence. Il va jusqu’à qualifier l’opposition de terroriste.

Le comble est qu’en agissant ainsi il déchaine un cycle qui effectivement devient si violent qu’à l’intérieur même de cette violence apparaît une minorité hyper-violente qui se prétend l’opposition.

Bachar el-Assad a alors beau jeu de déclarer qu’elle est effectivement l’opposition et de tuer largement en affirmant la viser, alors que c’est lui et lui seul qui a engendrer sa présence.

Chaque société comprend son quota de fous sanguinaires que les despotes sont habitués à exciter pour justifier leur despotisme.

Evidemment, ici, il s’agit de vie et de mort directement physiques. Peut-on aussi appeler despotisme la même attitude lorsqu’elle s’exprime dans un cadre destructif qui n’implique pas directement la vie physique ? C’est ce qui est épineux.

François Hollande est-il un despote ?

Homme d’une minorité socialiste, branche du collectivisme, il se maintient au pouvoir en France, pays majoritairement libéral depuis 1789, par un népotisme énarque élargi à l’écolo-gauchisme variante du communisme.

Evidemment, la majorité conteste cet état de fait. Il faut faire en sorte qu’elle ne puisse pas s’exprimer lors des élections.

La légitimité supposée d’Hollande découle de l’idée que sans lui la justice sociale serait bafouée, la répartition des richesses injuste. Pour démontrer cette hypothèse, il doit rapporter la preuve d’un dysfonctionnement dans l’échelle des richesses.

A cet effet, il laisse libre cours à une répression fiscale aveugle, dont il se vente à travers son ministre des finances Michel Sapin.

Terrorisée et culpabilisée la majorité silencieuse s’exclut du débat.

Les oppressés fuient ou se cachent. Ce qui reste d’opposition se crispe laissant une place inconsidérée à la pensée simplifiée de la contestation pure et simple, sans dimension sociétale, sans réalisme.

Cette fuite et cette crispation sont expliqués par Hollande non pas bien sûr comme une conséquence naturelle à son oppression fiscale caricaturant l’égalité, mais comme la légitimité de cette oppression, comme la preuve de la nécessité de lutter contre de pseudos capteurs de richesse, pour leur éradication.

C’est une attitude typiquement despotique que de prétendre agir pour le bien commun contre un danger que l’on a en réalité fomenté.

Se faisant Hollande divise en deux son opposition, d’un côté ceux qui se noient en acceptant son faux discours, de l’autre ceux qui se discréditent en le simplifiant. Il peut objectivement espérer conserver le pouvoir de la même façon qu’il l’a conquis, c’est-à-dire en étant minoritaire, tant il a cassé volontairement, par l’oppression fiscale, la sérénité nécessaire à la démocratie.

Les dégâts sont considérables.

D’abord intellectuellement et globalement le pays est castré.

Ensuite, individuellement, les dégâts sont extrêmes pour ceux qui sont les victimes de cette oppression tactique. Ils sont anéantis même s’ils ne sont pas immédiatement tués. Leurs jours sont comptés tant l’agression fiscale dont ils sont l’objet est destructrice.

L’idée pernicieuse d’une égalité possible par la force va empoisonner le débat en lieu et place d’un partage naturel accepté, légitime et efficace.

Le drame est que l’on ne sort pas du despotisme, façon Bachar el-Assad ou façon François Hollande, autrement que par la force.

Dans les deux cas l’oppression aveugle d’une partie de la société au motif de son danger sociétal — qui en réalité n’existe que dans la tête du despote – va entrainer une réaction primaire qui, laissant penser au despote qu’il est dans son bon droit, va lui permettre d’amplifier son oppression.

Face à cela l’opposition va se raidir jusqu’à inclure en son sein les plus violents, l’explosion n’est pas loin, elle est incontournable.

Dans ces conditions, bien que le sang, pour l’instant, ne soit pas directement versé, je crois que l’on peut dire qu’Hollande est un despote qui nous expose gravement.

Cordialement. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Une réflexion au sujet de « Bachar el-Assad et François Hollande »

  1. Effectivement la descente dans la rue guerre civile comme vient de le dire Dupont
    Aignant n est pas loin !!! Pourquoi. Le président actuel avec une popularité de plus en plus dégradée se maintient comme Bachar au pouvoir il le critique d ailleurs
    Ne réalisant pas que sa légitimité est largement entamée qu avec ce cote pervers
    Narcissique il n intervient même pas pour calmer le jeu et mettre uni frein a certaines institutions destructrices des citoyens comme le fisc, la justice, les tribunaux de commerce, la santé ou la ministre ment sur les textes signes par
    Mitterrand et Jospin en 1994 et 2001 et refuse la liberté aux citoyens de s assurer
    En Europe ou ils veulent et s assurer leur retraite par capitalisation et non repartition, mensonge d état ce qui n empêche pas 300000 a 400000 indépendants
    De s assurer en Europe pour leur santé et non a la sécurité sociale dont ils se sont
    Liberes??!! Nous étions plus de 800 personnes au premier congrès des liberes
    Samedi 24 octobre a charenton. Les grosses entreprises entament également leur
    Sortie avec leurs salariés qui sont d accord quelques patrons étaient présents et
    Ont commence leur sortie leurs salariés ok suivent le mouvement se plaignant
    Des faibles rembousements par rapport aux cotisations retenues sur leur salaire et la faiblesse des retraites en perspective??!!! Donc le mouvement est enclenché
    Mais le gouvernement épie. Surveille craignait cette réunion exceptionnelle mais
    Ne fait rien pour calmer le jeu et accepter la réalité des textes européens??!! Il
    Faut quand on les entend plus d europe etc. Etc mais si les textes sont favorables
    Aux citoyens indépendants commerçants agriculteurs artisans TPME il ne faut pas
    Les appliquer ….. Trop tard ..??!!! Les français de nos générations et les plus jeunes
    Qui suivent sont instruits et de ce fait leur intelligence et réflexion peut s exercer
    Bien des formations manuelles ou intellectuelles valent l ENA. De mr hollande
    Il n a pas l air de réaliser??!!! Même le conseil de l ordre des médecins refusé cette
    Sortie urssaf ssociale RSI pour les médecins libéraux et les paramédicaux kinésithérapie. Un chirurgien présent a indique que le conseil de l ordre fait passer
    En conseil disciplinaire??!!!
    Infirmière etc qui sortent en masse. Les avocats n ont pas feu vert de l ordre du barreau s ils sortent on les empêche d ´ exercer ?? Jusqu a quand??!! Inutile de dire
    Que les prestations sociales pour les migrants et tous ceux qui les utilisaient larga
    manu vont avoir des problèmes le monopole n existe plus mais sur internet la
    Sécurité sociale continue d affirmer l obligation de s affilier le mensonge ou les
    Mensonges continuent??!!! Alors que urssaf ssociale RSI qui faisaient des mises en
    Demeure des significations de contraintes et comparution aux TASS avec condamnations a payer n ont pas la capacité juridique a faire cela.!!? Et pendant ce temps Claude Reichman. Et d autres comme Michel Hervault continuent leur
    Reunion d information et donnent des conseils pour se libérer et récupérer. Tout
    Ce que l on nous a fait cracher !!!!??? Quand on a quitté la ss le RSI. Que l on a jamais utilisé pour se soigner il est possible de se faire rembourser CSD et CRDS
    Que de bagarres en perspective!!! Les sénateurs ne nous défendent pas un chef
    D entreprise a rédige une lettre sur ce sujet il est comme moi au MLPS. Le sénateur lui répond en lui faisant la morale sur la solidarité et alors la ça vaut son pesant de moutarde le chef d entreprise. Le place devant sa solidarité personnelle ou il ne paie rien il ne fait que recevoir sans rien donner et c est lui
    Élu du peuple qui fait la leçon de morale…. Belle escarmouche??!!! Je pourrais
    Continuer ….. Sur l éducation nationale, sur les manèges non surveillés entraînant
    Le deces de plusieurs enfants sur le harcèlement a l ecole ou enfin la maman
    De Maeva decedee a été entendue. Etc etc ou le professeur henri joyeux suspendu
    De consultation au cas ou il donnerait des conseils aux familles sur les vaccins nocifs et ceux qu il faut employer mais qu hélas on ne trouve plus dans les officines car moins chers donc les labos sont en rupture…??!!! Enfin bref tout va bien??!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *