BONNE NOUVELLE POUR LES PME, LES COMMERCANTS ET LES ARTISANS EN DIFFICULTÉ : DEMANDEZ AU GOUVERNEMENT QUE L’ON VOUS APPLIQUE LE REGIME « ALSTOM ».

En suivant la logique gouvernementale, qui avant, était camouflée derrière des rideaux de fumée (explications fumeuses), notre gouvernement d’énarques, pressé par le temps et sûr de notre bêtise/passivité  et par conséquent de son impunité a décidé de passer à la vitesse supérieure.
Il n’a plus de temps de faire dans la dentelle.
Et puis, plus c’est gros, plus ça passe, parait-il.
Depuis Pompidou, les énarques se sont emparés du pouvoir et ont fondé l’Etat Providence, qui depuis n’a cessé de se développer à travers une administration toujours plus tentaculaire et puissante.
L’Etat providence, c’est satisfaire une « clientèle » au détriment de ceux qui créent la richesse, donc l’emploi en France.
Pour satisfaire cette « clientèle » gourmande d’avantages, Bercy est chargé, constamment, de trouver toujours plus d’argent.
Notre dette qui représente aujourd’hui plus de 2000 milliards, quasiment 100% de notre PIB, finira à plus moins long terme par faire exploser le pays.
Nos politiques ne semblent pas s’en soucier plus que de leur première paire de mocassins à glands et continuent dans l’allégresse générale à la creuser.
Ce qu’ils veulent, c’est se maintenir dans le fromage à n’importe quel prix.
Toutes tendances politiques confondues.
Bercy devant cette fuite en avant ne sait plus où donner du redressement.
Réel ou abusif, peu importe, il faut que cela rentre!

Nous avons eu la semaine dernière un exemple qui serait cocasse s’il ne dévoilait pas le mépris de nos dirigeants pour les contribuables/moutons.
Bercy veut redresser SNCF Réseau de 100 millions par an.
Peu importe la raison.
Qui va payer ces 100 millions et sa dette ?
J’ai sur ce sujet écrit le 28 septembre 2016, sur ce site, un papier intitulé « Bercy atteint du syndrome du scorpion ? ».

Avec Alstom, nos bidouilleurs atteignent les sommets de l’escroquerie au contribuable/mouton.
Cette affaire est tragique car nous parlons de 400 emplois qui devaient être supprimés suite à une baisse de C.A, dont bien sûr les employés ne sont pas responsables.

Donc nos crânes d’œufs de ce gouvernement, pour éviter ces licenciements politiquement déplorable en cette période, ont cogité sec et pour une fois à Très Grande Vitesse .
Un petit malin, et il y en a une flopée, a eu une idée de génie, style Archimède dans son bain.
« Euréka, a-t-il dit aux autres oligarques, faisons payer notre cher contribuable/mouton comme d’habitude.
L’Etat passe une super commande, dont on n’a pas besoin, on fera passer cela pour de la prévoyance, et grâce à cette super commande le site ne ferme plus. S’il ne ferme plus, plus de licenciement.
Tout le monde est content et on nous applaudit. On gagne des voix.
CQFD. »

En 24h les versions contradictoires se chevauchent, les chiffres se brouillent, le brouillard s’épaissit, et l’affaire est dans le sac.

Chers Amis entrepreneurs, artisans, commerçants cela va vous, coûter, à vous, la bagatelle de 500 millions à 1 milliard d’euros.
Difficile de connaître le chiffre exact maintenant avec le rideau de fumée qu’on nous envoie.
Il semble, aux dernières nouvelles, se stabiliser à 700 millions.
Que vous allez devoir sortir, au final, de vos poches…

Aujourd’hui ou demain, pour différents motifs, vous allez subir une grosse chute de votre C.A.
Cela arrive à des gens très bien.
Vous allez devoir licencier une partie de votre personnel.
Avant de le faire écrivez à votre Président pour qu’il fasse jouer la mesure dite de préservation « Alstom ».

Cette mesure est simple et son calcul encore plus.
Alstom c’est environ 400 emplois « sauvés » pour 700 millions.
Soit, grosso modo, 1,5 million d’€/l’emploi.
Contre une marchandise (TGV et compagnie) dont nous n’avons pas vraiment besoin dans l’immédiat.

Exemple : votre PME fabrique des casseroles, mais votre CA se casse la gueule.
Vous devez malheureusement vous séparer de  8 personnes.

L’Etat providence doit appliquer la mesure de préservation  dite « Alstom » et doit vous acheter pour 12 millions d’€ de casseroles (8X1,5 million d’€).
A charge pour lui de les distribuer où bon lui semble.
Dans les cantines scolaires, les cantines des ministères ou même s’il le veut, en donner à l’Abbé Pierre.
Cet exemple peut se conjuguer à l’infini.
Pour des marchands de chemises, de lavabos, de papiers peints etc…

Si cette règle ne vous est pas appliquée, à vous, PME ou autres, cela s’appelle de la discrimination.
Selon le principe de l’Egalité, qui nous est si cher, tous les emplois se valent.
N’hésitez donc pas à faire valoir vos droits.

Bonne nouvelle, non ?

Emmanuel Bolling

 

P.S : Dommage que ce principe arrive trop tard pour moi, j’aurai pu préserver 50 emplois dans mon entreprise, en recevant 75 millions d’euros…

 

RAPPEL :  MOBILISONS NOUS.  SIGNEZ LA PETITION.  (colonne à droite)

Bolling Emmanuel

A propos Bolling Emmanuel

Emmanuel Bolling a été condamné le 12 janvier 2016 par jugement contradictoire à l'égard d'Anne Béot, inspectrice des impôts de Paris 18eme et partie civile. Emmanuel Bolling a été relaxé du chef de diffamation publique. Il a été reconnu coupable du chef d'injure publique envers fonctionnaire publique pour son article du 15 décembre 2014 sur le site témoignagefiscal.com intitulé "certain de leur impunité, rien n'arrête les agents du fisc". Il a été condamné à verser à Madame Anne Beot 500€. Emmanuel Bolling était un des créateurs et des dirigeants de la Discothèque LA LOCOMOTIVE à Paris. Ouverte fin 1986, décédée asphyxiée par le fisc fin 2009(RIP). Elle subira en huit ans trois contrôles fiscaux. 1992, 1996, 2000. E.Bolling contestera le deuxième (1996). Cette contestation justifiée entraînera immédiatement de la part de Bercy une série sans fin de saisies diverses étranglant son entreprise pour finir par la ruiner. Relaxée de l’accusation de « dissimulation de recettes » par le tribunal correctionnel de Paris en 2002, le fisc n’en continuera pas moins à poursuivre LA LOCOMOTIVE et ses dirigeants de son acharnement, pour les mêmes motifs, comme si de rien n'était... En 2014, après 18 ans de procédure, de procès et d’appels (gagnés ou perdus) dont la liste serait des plus ennuyeuse, E.Bolling et ses associés, ruinés, se battent toujours pour que l’on reconnaisse ce redressement pour ce qu’il est : un abus fiscal caractérisé. Il a initié deux procédures devant le T.A. Dans l'une d'elles il y sera posé une QPC (question prioritaire de constitutionnalité) sur le Non Bis In Idem que n'a pas respecté Bercy, en passant outre au jugement définitif du Tribunal Correctionnel de Paris.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (6 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

2 réflexions au sujet de « BONNE NOUVELLE POUR LES PME, LES COMMERCANTS ET LES ARTISANS EN DIFFICULTÉ : DEMANDEZ AU GOUVERNEMENT QUE L’ON VOUS APPLIQUE LE REGIME « ALSTOM ». »

  1. LOL justement j’ai pensé comme vous hier …. j’avais une entreprise 40 employés sur la haute saison et environ une moyenne de 8/10 à l’année… lors de leur licenciement ils auraient été content de toucher même que 100Ke chacun .. !!
    La c’est du n’importe quoi sur ALO … les actionnaires vont être content !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *