Archives pour la catégorie Société

Sous cette rubrique vous trouverez tous les billets dénonçant la situation actuelle et proposant éventuellement des solutions.
C’est un spectre très large, qui va bien au-delà du contrôle fiscal. Ceux qui ont vécu un contrôle fiscal comprendront l’intérêt de cette rubrique.
Une fois passée la violence du choc, la mort économique et sociale qui suit, si le contrôlé est encore en vie, s’il n’a pas commis sous la pression l’irréparable, il ne souhaite qu’une chose : que plus jamais personne ne puisse subir une telle violence, aveugle et mensongère.
C’est alors qu’il éprouve le besoin de témoigner, mais aussi de tenter de reconstruire, en faisant part de ses émotions et de son expérience.
Il s’agit donc d’une rubrique vaste, ouverte, susceptible de faire avancer les choses pour plus de justice, plus d’égalité et plus d’humanité dans la participation à l’impôt.

Les robocops sont fatigués ? Moi aussi.

Et pourtant, ils sont au chaud dans leurs casernes puis dans leurs camionnettes, bien protégés par leurs panoplies, nourris comme des coqs en pâte. Ils se défoulent en tapant comme des fous, en arrêtant massivement, en hurlant violemment, le tout sans limite et dans une totale impunité. Jeunes et vieux, pas de distinguo pour eux, c’est la même bidoche sous la matraque qu’ils gazent et aspergent avec la joie intérieure de la satisfaction béate. Ils sont la loi.

En face les Gilets Jaunes. Ils se gèlent sur les ronds-points, allument des feux de palettes pour se réchauffer, grignotent des casse-croûtes. Ils cassent tout une fois par semaine. C’est parce qu’ils cassent qu’ils existent, c’est parce qu’ils cassent qu’ils vont disparaître. Ils resteront le souvenir d’un groupe de clodos allumés, alors qu’ils sont la vie.

Le combat est inégal. Les français vont-ils longtemps encore soutenir les révoltés ?

C’est la question que tout le monde se pose, ce n’est pas la bonne question.

Les Gilets Jaunes étouffent. Nous étouffons tous. J’étouffe depuis vingt ans.

La bureaucratie de notre Etat bienveillant nous ment du soir au matin, sans qu’elle ait à en répondre. Elle est un édredon géant, attirant, paraissant protecteur, qui amortit toutes nos passions et étouffe notre vie, jusqu’à nous tuer pour de vrai.

Cette bureaucratie est d’une bêtise hors du commun, insondable, sans antidote. Soutenue par une justice autoproclamée à l’électroencéphalogramme plat, dont la tâche unique est de culpabiliser les acteurs de la vie au profit des figurants bureaucratiques de la mort.

Le drame est que cette bureaucratie n’a pas de chef, ne roule pour personne. Elle est là, elle s’impose à ses servants et aux autres, pour rien, par rien. Elle est juste là, comme le brouillard elle absorbe tout sans être pour autant. Elle transforme notre société en une armée d’ombres silencieuses, aveugles, errant sans but et sans fin.

Prenons un exemple

Elle affirme, droit dans ses bottes, qu’elle nous procure gratuitement la meilleure couverture sociale du monde. Comment peut-elle mentir à ce point et convaincre 90% de la population ?

Car enfin, le cumul de ce que nous versons, patronnât et salariés, pour cette couverture sociale gratuite est l’équivalant du budget global de l’Etat, soit la plus grosse facture mondiale pour ce type d’assurance, environ trois fois son prix de marché. Pour une prestation dont tout le monde s’accorde à dire qu’assez souvent il vaudrait mieux pouvoir s’en passer.

Pourquoi personne ne se révolte ? Parce que la bureaucratie qui gère ce monstre est parfaite d’irresponsabilité et de cynisme. Le malade ou l’indigent meurent parce que c’est leur destin de malade et d’indigent. Ils n’avaient qu’à pas être malades ou indigents. Ils sont probablement responsables, si ce ne sont eux, ce sont évidemment les gènes transmis par leurs familles. Ce n’est pas le système de couverture sociale qui a failli, puisqu’en son sein personne ne décide rien, personne n’est responsable de rien.

Nous sommes victimes de l’irresponsabilité de notre bureaucratie, mais bien plus.

Car, pour que l’asphyxie soit totale, l’irresponsabilité des fonctionnaires n’est pas suffisante, il faut en plus que nous soyons coupables.

Donc, tout responsable dans notre pays est par définition un intriguant ambitieux et indélicat. Qu’il soit politique, entrepreneur ou salarié zélé, s’il est actif, s’il essaie d’agir, il gigote et accélère sa future mort par étouffement.

Un exemple personnel.

Il y a vingt ans une salope du nom de Jourdes, inspectrice des impôts en la ville de Sète, réputée dans sa boutique, dont la méchanceté fait l’admiration de ses pairs, me colle un redressement fiscal à l’aide d’un énorme mensonge. Mensonge que le premier couillon venu peut comprendre tellement il est énorme.

Vingt ans plus tard, ce même mensonge ne gêne ni la Jourdes ni sa communauté fiscale irresponsable. Le 15 Janvier qui vient, La Cour d’Appel de Montpellier va avoir à rejuger de ce mensonge que La Cour de Cassation a dû casser car tous les juges l’avaient couvert.

En tordant du nez, les magistrats de la Cour d’Appel vont peut-être me donner raison du bout des lèvres, mais ce n’est pas sûr et cela les rendra malade. Ils le prendront de très haut, me faisant bien comprendre que je ne suis qu’un fraudeur fiscal malin qui a réussi à emberlificoter tout le monde, mais que je paierai un jour tout cela.

Quant à imaginer de me dédommager de ces vingt ans irrémédiablement perdus, de juger aussi des autres redressements, aussi irréalistes que celui-ci, que la Jourdes a su me coller sur le dos en appelant à l’aide sa confrérie, il ne faut pas y compter.

La Jourdes et sa bande de branquignoles m’ont effectivement étouffé, ruiné, sans retour à bonne fortune possible. Et la foule applaudit….

Conclusion

La bureaucratie de notre Etat bienveillant est inaccessible, comme l’était celle de la RDA. Les Gilets Jaunes n’ont aucune chance de déchirer l’édredon. Peut-être vont-ils réussir à se noyer en son sein, à être absorbés et acceptés par elle, ce qui est sans doute l’ultime objectif de certains d’entre eux, peut-être même de leur plus grand nombre.

Les Gilets Jaunes vont disparaître par étouffement ou noyade, il ne peut pas en être autrement. Notre bureaucratie ne peut mourir que de sa propre embolie, à l’exclusion de toute révolte extérieure à elle, comme en RDA.

Bien à vous. H. Dumas

Macron : manipulateur ou manipulé ?

La période à l’air vraiment pré-révolutionnaire.

L’aristocratie serait les possédants, ou les décideurs des outils de production et de distribution, et les très hauts fonctionnaires.

L’église chargée de la croyance au service de cette aristocratie serait évidemment les fonctionnaires et les élus. Aussi la presse subventionnée, mais pèse-t-elle ?

Les fermiers généraux pourvoyeurs financiers de tout ce petit monde seraient Bercy qui sert l’église et les aristocrates, en n’oubliant pas de se servir au passage.

Ensuite nous avons la bourgeoisie que nous appelons les classes moyennes. Puis la population, la plus grande majorité, c’est-à-dire ceux qui ne sont rattachés à aucune de classifications précédentes, que l’on nomme le peuple.

Le schéma est assez classique, il a traversé l’histoire. Il est le notre depuis fort longtemps. Il marche, « cahin caha », avec plus ou moins de bonheur, son ciment étant les rivalités entre ces groupes qui s’équilibrent et se neutralisent.

Les Gilets Jaunes ont soudainement regroupé le peuple et la bourgeoisie, le peuple et les classes moyennes. C’est l’événement qui panique le pouvoir, son église et ses collecteurs d’impôt.

Il est vrai que cette association est parfaitement capable de tout foutre en l’air, sur le papier. Dans la réalité, elle n’y est jamais arrivée, ou de façon éphémère.

L’association est largement majoritaire en nombre, pas en façon de penser.

Les classes moyennes ambitionnent objectivement de devenir des aristocrates, le peuple non ou uniquement en rêve, c’est une énorme différence. Les aristocrates n’ont de respect ni pour les classe moyennes ni pour le peuple. Le peuple ne se prend pas au sérieux, il veut juste ne pas être malheureux, qu’on lui foute la paix, et pouvoir rêver, mais il ne faut pas exciter sa jalousie.

A l’intérieur de ce schéma, dans toutes les catégories, il y des malins et des confiants. Les malins manipulent, les confiants sont manipulés.

Le fait de manipuler n’est pas critiquable en soi, tout dépend de la finalité poursuivie. On peut manipuler quelqu’un ou un peuple pour son bien, mais aussi hélas pour abuser de lui. Dans le premier cas cela peut être bénéfique à défaut d’être agréable, dans le deuxième cas c’est uniquement désagréable et dangereux.

Et Macron dans tout ça ?

Il a voulu se faire passer pour un manipulateur de génie, aux grandes ambitions pour la France, type De Gaulle. Le voila soudain à poil, il n’était donc pas ce qu’il prétendait.

Un manipulateur à sa place aurait commencé par se mettre dans la poche les classes moyennes et le peuple.

C’était facile, il suffisait de taper un peu sur son église en baissant le nombre des officiants et en diminuant leur train de vie, leurs privilèges. Moins d’élus et de fonctionnaires, la même retraite pour eux que pour les autres. Macron ne risquait rien, ils ne sont pas majoritaires, même s’ils peuvent, gonflés comme des grenouilles, essayer de faire peur.

Il fallait ensuite ramener à la raison ses fermiers généraux, Bercy, en exigeant un peu de mesure et un encadrement juridique réel en lieu et place de la zone de non droit fiscal actuelle.

Au lieu de cela on constate que sa stratégie était dictée par l’aristocratie et l’église, puisque aujourd’hui, mort de trouille, il convoque les deux pour s’assurer de leur fidélité. Ne doutons pas qu’ils vont le rassurer, mais doutons qu’ils soient sincères. Pourquoi donneraient-ils leur confiance totale à un être aussi fragile ? Ce n’est pas le genre de la maison.

Nous avons la preuve que Macron n’est pas un manipulateur, mais un manipulé. Ce n’est pas pour me rassurer personnellement.

Que va-t-il se passer ? L’association peuple- classes moyennes va-t-elle aller jusqu’au bout ? Ce n’est pas Macron qui à la taille d’empêcher quoique ce soit.

Le danger pour ce regroupement historique c’est Robespierre, je veux dire Mélenchon.

C’est lui qui, flattant les jalousies latentes, haït les classes moyennes parce qu’il désire être seul à accéder à l’aristocratie, qu’il imagine structurellement totalement différente de l’actuelle, politique pas économique.

Il est capable de casser la fragile association qui s’est créée entre deux catégories qui ne s’aiment pas parce que trop proches l’une de l’autre. Cette proximité ne laisse la place à aucun rêve, alors que pour s’aimer il faut d’abord rêver, c’est une condition essentielle.

Les Gilets Jaunes, cette association contre nature, sont historiquement à deux doigts de l’accès à la vraie révolution. Mais pourquoi faire ? Là est le problème.

Est-il besoin d’une révolution ou juste d’un coup de balais. Dans le deuxième cas, ils sont à très peu de gagner. Mais, la poussière reviendra après ce magistral coup de balais, s’il réussit.

Dans le premier cas c’est l’aventure et probablement la violence. Seul Macron par la dissolution de l’assemblée pouvait replacer l’explosion sur le terrain politique, mais ceux qui le manipulent n’y ont pas intérêt. Des urnes sortirait un mouvement qui leur serait sans doute fatal.

Bien à vous.   H. Dumas

TRAHISON ET VIOLENCE

Un peu de recul permet d’y voir plus clair dans cette grande aventure, momentanément avortée, des Gilets Jaunes.

D’abord la cause réelle

Il n’est pas douteux que les Gilets Jaunes ont eu une réaction épidermique à une soumission trop longtemps subie.

Les hommes de l’Etat, aujourd’hui comme hier et comme demain, tiennent leur pouvoir de l’avantage qu’ils prétendent offrir en contrepartie de notre soumission.

C’est ainsi que les esclavagistes procédaient de façon primaire : « ta vie, contre ta soumission ». Rien de plus simple.

Nous avons connu : « Le paradis après la mort, contre ta soumission ».

Le paradigme actuel des technocrates au pouvoir est : « l’égalité pour tous et le confort matériel, contre ta soumission ».

C’est ainsi que, pour notre bonheur, les hommes de l’Etat nous soumettent partout, jusque dans nos actions les plus intimes. Sur la route, dans notre portemonnaie, dans nos activités personnelles, dans notre pensée, dans notre respiration, nos gaz d’échappement et j’en passe. Parallèlement, le bonheur promis n’est pas au rendez-vous. Ça coince.

La goutte d’eau, qui a fait déborder la frustration, c’est une nouvelle augmentation du carburant des véhicules aujourd’hui abhorrés, qu’il avait fallu précédemment adorer sur ordre des hommes de l’Etat.

C’est l’étincelle qui a mis le feu au sentiment diffus de ne pas être libre sans pour autant pouvoir profiter de la compensation promise.

Tout comme les maîtres n’ont pas été foutus de garantir la vie à leurs esclaves, nos hommes de l’Etat sont incapables de nous rendre égaux et heureux. Les promesses irréalisables ne se réalisent pas, tout simplement.

L’antidote à la soumission s’appelle la liberté.

La contrainte de la liberté est qu’elle ne peut être qu’individuelle. Ses inconvénients sont qu’elle a tendance à empiéter sur celle des autres, que de ce fait elle isole et oblige à assumer seul ses conséquences, à être responsable de ses actes. Une attitude qui ne peut concerner qu’une minorité.

Donc, ce refus d’accepter l’augmentation du fuel sous-tendait une révolte libérale, un retour à la prééminence de la liberté individuelle face à l’échec des hommes de l’Etat à remplir les promesses qui justifiaient notre soumission.

Des milliers de libéraux, notamment les professions libérales en lutte avec les Hommes de l’Etat à travers les URSSAF et autres usines à gaz, mais aussi les artisans, les salariés du privé, enfin pratiquement tous ceux qui ne sont pas fonctionnaires, se sont sentis solidaires du mouvement.

Puis, d’un seul coup, les soumis ont envahi l’espace des Gilets Jaunes dans le seul but de monnayer plus cher leur soumission. Ils ont gagné, les libéraux ont perdu. Qui veut de la liberté ?

Les hommes de l’Etat, à travers leur représentant aux dents blanches, ont fait mine de se soumettre à leur tour et ont lâché quelques breloques et verroteries aux gentils soumis. Tout va rentrer dans l’ordre de la soumission contemporaine.

Sauf que…. les hommes de l’Etat sont en faillite et ne vont pas pouvoir le dissimuler très longtemps. On verra.

La violence

Que dire de la violence si ce n’est ce qu’en a dit Clausewitz : « La guerre n’est que le prolongement de la politique en échec », donc de la discussion en échec.

Il n’y a pas de bonne et de mauvaise violence. Il n’y a que celui qui gagne et celui qui perd à la suite d’une violence toujours inutile, dont on aurait pu se passer.

La violence des mercenaires royaux était égale à celle des dépenaillés de la Grande Armée pillards et meurtriers eux aussi. Les premiers ont d’abord perdu malgré leurs impeccables uniformes, puis ensuite gagné, puis définitivement perdu.

Les CRS ne valent pas plus que les casseurs qui se sont déchainés sous couvert de Gilets Jaunes, les deux n’étaient que l’expression d’une discussion impossible.

Aujourd’hui on peut dire que les premiers ont gagné, ils peuvent aussi bien perdre demain.

Le vainqueur définitif sera auréolé, splendide soldat si ce sont les premiers, héroïques résistants si ce sont les seconds. Ainsi va la violence, qui accompagne toujours la soumission.

Conclusion

Les soumis ont gagné momentanément, les libéraux ont encore une fois perdu. Mais les faits sont têtus et les soumis ne sont pas faits pour gagner. Attendons la suite.

Bien à vous. H. Dumas

Dépenser plus pour gagner plus ?

Le président a parlé et, comme prévu (ici), n’a annoncé que quelques mesures destinées, par le biais d’un arrosage ciblé d’argent public, à réduire l’effet désastreux d’une fiscalité devenue excessive. Ce faisant, il a paré au plus pressé !

Il en découle deux observations :

– On ne sait pas pour l’instant qui va être le dindon de la farce de cette partie de bonneteau fiscal ; c’est à dire qui va payer cette dépense fiscale évaluée à 12 milliards € puisque l’Etat n’a que des dettes et n’a pas d’autre argent que celui qu’il vole par le biais des impôts ou qu’il emprunte sur les marchés ?

Cela veut dire qu’il n’y a que deux options : soit l’Etat va emprunter sur les marchés et creuser le déficit soit il va (probablement) augmenter les impôts pour certaines catégories de contribuables.

– Comme prévu, l’option de la réduction de la pression fiscale du fait d’une réduction de la dépense publique permettant de redonner du pouvoir d’achat par le biais de la diminution des impôts a été délibérément mise de côté.

Or, on sait que la solution à l’hyper fiscalité française est la diminution des dépenses publiques et notamment des frais de fonctionnement de l’Etat.

Néanmoins, les français, pour leur immense majorité, vivent toujours dans le mythe de l’Etat tout puissant, qui a de l’argent, (j’ai entendu : « du fric il y en a ! ») et de la distribution de l’argent gratuit (tout le monde se souvient de la déclaration de F Hollande « ça ne coûte rien puisque c’est l’Etat qui paie ») alors que l’on sait depuis F Bastiat (1801-1850) que « L’État, c’est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde ».

Comme certaines enseignes de supermarchés qui essaient de faire croire dans leurs publicités que « plus on dépense plus on fait d’économies », l’opinion publique pense donc, alors que l’argent gratuit n’existe pas, que plus on dépense d’argent public … plus on va soi-même « gagner » d’argent ; preuve évidente que le socialisme a complètement intoxiqué la société française au sein de laquelle l’Etat conserve, quoiqu’il arrive, son rôle central de collecteur puis de redistributeur d’argent !

Manifestement, les gilets jaunes et autres, dont on peut aisément comprendre qu’il leur soit difficile de vivre avec 1.200 €/mois, estiment que le moyen le plus simple de résoudre leur problème de pouvoir d’achat est de se lancer dans la spirale inflationniste de la progression des salaires alors que le mauvais état de l’économie ne permet pas de gains de productivité, que la croissance est extrêmement faible et que l’inflation reste contenue à des niveaux très bas.

Ces mêmes français ne veulent en fait absolument pas d’une diminution du rôle de l’Etat (qui se mêle de tout et souvent en faisant n’importe quoi avec un coût induit désastreux) mais seulement d’une « réorientation de la politique fiscale » à leur profit ; notamment en s’en prenant aux « riches » qui bénéficieraient d’avantages indus et de cadeaux indécents, obtenus « sur le dos du peuple ».

Ce faisant, c’est le vieux couplet sur les inégalités qui ressort et ils expriment donc un sentiment d’injustice qu’ils souhaitent voir compensé par la spoliation d’autres contribuables en espérant qu’ils en retireront eux-mêmes un bénéfice indirect.

Seulement, l’égalitarisme est une illusion et une hérésie et s’attaquer aux riches (comprendre les gens qui en ont plus que soi) est une mauvaise idée surtout que dans cette catégorie figurent les petits patrons et les petits commerçants dont les revenus sont bien souvent très inférieurs à ceux payés, par nos impôts, aux fonctionnaires des catégories A et supérieures. Il existe à Bercy, à l’assemblée nationale et au sénat notamment, des fonctionnaires qui gagnent discrètement entre 10.000 et 20.000 € par mois, primes en sus ! Voir (ici) et (là).

Or, cette vérité là est complètement occultée alors que les petits patrons et petits commerçants ont été laissés pour compte dans l’affaire mais devront subir, lorsqu’ils sont employeurs, une nouvelle pression à la baisse sur leurs marges.

E Macron a pour l’instant résisté à la tentation de rétablir l’ISF ; mais il faut quand même rappeler que supprimer un impôt n’est pas un cadeau mais seulement une diminution du vol étatique ; puisque l’impôt n’est qu’un vol légalisé !

Par ailleurs, un pays ne s’est jamais appauvri d’avoir « trop de riches » mais il s’est bien appauvri de voir ses riches partir à l’étranger pour échapper à la spoliation fiscale ; et c’est cet exode fiscal de Macron a tenté d’enrayer, sans succès pour l’instant !

Par ailleurs, l’effort de solidarité tant demandé par les gilets jaunes et auquel les riches échapperaient (comme si ceux-ci ne payaient aucun impôt) passe complètement à coté de cette question fondamentale : quel effort de solidarité l’Etat fait-il lui-même ?

En effet, le débat apparaît complètement faussé puisque, en l’occurrence,  l’Etat se place au dessus de la mêlée, en censeur moralisateur, redistributeur de richesse mais continue en fait à dépenser à tort et à travers, dans une gabegie insensée, l’argent des français.

L’Etat apparaît donc être la première cause des difficultés des français !

Or, E Macron n’a, à aucun moment de son intervention, exprimé l’intention de résoudre les problèmes structurels du pays liés au coût de fonctionnement de l’Etat ; ce que l’on peut résumer par l’aphorisme suivant : L’austérité pour les français moyens certainement, pour l’Etat sûrement pas !

Il apparaît donc évident que le but poursuivi par E Macron est seulement de gagner du temps en faisant ce que les politiciens font de « mieux » (de pire en fait) : dépenser l’argent qu’on n’a pas pour (r)acheter la paix sociale en désamorçant la grogne populaire tout en menaçant avec insistance les « fauteurs de troubles » !

La vieille recette de la carotte et du bâton !

Il n’a pas non plus évoqué le sort de la fiscalité écologique dont on sait pourtant qu’il s’agit essentiellement d’une transition fiscale (ici). Mais, comme il a clairement annoncé que la « lutte contre le réchauffement climatique » devait continuer, il faut donc en conclure qu’elle sera remise en œuvre dès que les esprits se seront calmés. L’augmentation fiscale du prix de l’énergie continuera donc !

Néanmoins, les réactions entendues font plutôt apparaître une insatisfaction quant au montant des distributions, jugées insuffisantes, alors que les partis extrémistes (LFI et autres) et certains syndicats institutionnels tentent de récupérer le train de la contestation populaire et n’hésitent pas à remettre de l’huile sur le feu !

Il n’est donc pas sûr que ces distributions d’argent gratuit soient de nature à faire cesser la révolte.

Seulement, c’est ignorer le principe fondamental rappelé par Margaret Thatcher selon lequel « le socialisme s’arrête avec la fin de l’argent des autres ! ».

Il n’est pas non plus inutile de préciser que cette politique de distribution de pouvoir d’achat (comprendre d’argent gratuit des autres), laquelle va probablement nous entraîner dans un déficit abyssal au-delà des 3% du PIB, est aussi celle voulue par le gouvernement italien et qu’elle a été rejetée par Bruxelles en raison des risques financiers qu’elle fait courir aux autres membres de la zone € !

Nous poursuivons donc notre course dans le cercle mortifère des déficits, de la dette et des impôts dont l’issue ne peut qu’être fatale alors que la réduction des dépenses publiques est la seule solution permettant de réduire les prélèvements fiscaux.

Or, sur ce dernier plan, il faut bien reconnaître que l’action d’E Macron, depuis son élection, est absolument inexistante !

Reste à savoir si cette « politique » sera viable au regard des besoins de financement de l’Etat (plus de 200 milliards € par an) et si les marchés ne vont pas nous faire payer notre laxisme budgétaire ; ce qui ne pourrait qu’aggraver la situation en provoquant une envolée de la dette, du chômage et un effondrement de la faible croissance qui nous reste.

Grâce à E Macron qui devait faire de la politique « autrement », la France est devenue un risque systémique au sein de l’UE ; au même titre que l’Italie.

Nous nous rapprochons malheureusement du précipice et venons de faire un grand pas en avant !

Bien cordialement à tous !

 

Le programme des Gilets jaunes n’est pas libéral

Le mouvement de Gilets jaunes rassemble une immense quantité de Français, de toutes conditions, autour d’un espoir de changement et d’une amélioration de la qualité de vie, essentiellement grâce à un l’obtention d’un meilleur pouvoir d’achat.

Ce que l’on présente comme le « programme » ou les « revendications » des Gilets Jaunes  est extrêmement protéiforme. Ce qui s’en dégage quand même est le dirigisme économique. Malheureusement le « dirigisme économique » n’est porteur d’aucun espoir, d’aucune amélioration de la qualité de vie ou épanouissement personnel, ni d’aucun accroissement du pouvoir d’achat. Au contraire, si nous en sommes là aujourd’hui c’est à cause de plusieurs décennies de dirigisme économique.

Il est judicieux de le faire remonter aux ordonnances du CNR de 1945/46 qui mirent la France sur la voie du collectivisme. Sur la Route de la servitude pour reprendre Hayek. Il y eu des coups d’accélérateur. Mai 68 et les Accords de Grenelle payés en monnaie de singe parce qu’ils firent entrer la France dans l’inflation et le chômage. Le choc pétrolier qui suivit la guerre du Kippour qui vit l’État se lancer dans une fuite éperdue dans le dirigisme, le déficit budgétaire et la dette. (Le dernier budget équilibré date de 1974). La crise dite des « subprime » qui servit de prétexte pour accroître l’interventionnisme, les prélèvements obligatoires, la dette, et fustiger la « finance » et la « mondialisation » boucs émissaires idéaux. Pour boucler la boucle nous n’oublierons pas le Grenelle de l’environnement qui, grâce à la mise en place de l’écologie punitive, aggravât en vert le totalitarisme rouge clair du pays.

Si l’effet du dirigisme, qui est la misère universelle, est bien identifié, c’est ce « ce qu’on voit », la cause qui est la « spoliation légale » ne l’est pas, «c’est « ce qu’on ne voit pas ». Les dites « revendications », comme les « experts » consultés depuis le 17 novembre, ne proposent comme solution de sortie de crise que de déplacer la « spoliation légale » sur d’autres épaules. (Les « riches », Total, les GAFA, taxer les transactions financières, taxer la livraison à domicile de colis d’Amazon, rétablir l’ISF, verser aux uns des primes piquées à d’autres etc…) Bastiat avait bien deviné cela : « Aussitôt que les classes déshéritées ont recouvré leurs droits politiques, la première pensée qui les saisit n’est pas de se délivrer de la spoliation (…) mais d’organiser, contre les autres classes et à leur propre détriment, un système de représailles, — comme s’il fallait, avant que le règne de la justice arrive, qu’une cruelle rétribution vînt les frapper toutes, les unes à cause de leur iniquité, les autres à cause de leur ignorance. » La Loi (1850). Peu de gens réalisent que, à ce petit jeu où chacun se débarrasse sur autrui de la patate chaude de la spoliation légale, tout le monde finit par perdre. Au départ les uns gagnent les autres perdent … et vice versa. À la fin du jeu tout le monde a perdu. Quand les gens s’en rendent compte cela donne la révolte des Gilets jaunes avec 80% de soutien populaire.

Attardons nous sur cet élément capital qu’est « la spoliation légale » :
« C’est ce qui est arrivé. La chimère du jour est d’enrichir toutes les classes aux dépens les unes des autres; c’est de généraliser la Spoliation sous prétexte de l’organiser. Or, la spoliation légale peut s’exercer d’une multitude infinie de manières; de là une multitude infinie de plans d’organisation: tarifs, protection, primes, subventions, encouragements, impôt progressif, instruction gratuite, Droit au travail, Droit au profit, Droit au salaire, Droit à l’assistance, Droit aux instruments de travail, gratuité du crédit, etc. Et c’est l’ensemble de tous ces plans, en ce qu’ils ont de commun, la spoliation légale, qui prend le nom de Socialisme.  » La Loi (1850). La spoliation légale entraîne une perversion de la loi. Nous ne sommes plus dans un État de Droit parce que la loi organise ce qu’elle devrait combattre : les atteintes aux droits naturels des personnes qui sont la Propriété, la Liberté, la Personnalité. « elle a converti la Spoliation en Droit, pour la protéger, et la légitime défense en crime, pour la punir. » La Loi (1850). Même légal un vol reste un vol et le pillage légal des ressources des gens un pillage. Les conséquences sont pires que s’ils étaient illégaux.

Ces conséquences sont la pénurie et la misère : pas de travail pour 6 millions de personnes, des centaines de milliers de SDF et de mal logés, la pénurie dans le domaine de la Santé, des retraites de misère conséquence inéluctable de la répartition, des pauvres, des nouveaux pauvres et des travailleurs pauvres, des salaires de pitié, presque un quart de Français en découvert bancaire en fin de mois, etc…Mais ce n’est pas tout « Est-il besoin de prouver que cette odieuse perversion de la Loi est une cause perpétuelle de haine, de discorde, pouvant aller jusqu’à la désorganisation sociale? » La loi (1850)
Haine, discorde, désorganisation sociale, nous sommes aujourd’hui, en France en plein dedans.

Il n’y a qu’un responsable c’est l’étatisme

Répondre à la souffrance des Français, à leur désespoir, à leur détresse matérielle et morale, que la politique qui les a plongés dans la misère, décidée par de soi-disant élites, est la bonne relève de l’égarement. La justifier en disant que, grâce à cette politique, qui les fait crever aujourd’hui, dans 30 ou 50 ans la planète sera sauvée, la fin du monde évitée et que leurs enfants et petits enfants respireront un air pur, alors qu’ils ont dès aujourd’hui sur leur tête une dette de 35000 euros est un délire total. L’oligarchie n’a plus aucun sens des réalités. Finir par annuler des hausses de taxes ne résout rien.

La Libération fut une occasion manquée de mettre la France sur le chemin de la liberté économique. Le premier choc pétrolier et la crise des « subprime » en furent deux autres. Il est à craindre que la colère des Gilets jaunes n’en soit une quatrième. Pour s’en sortir il faut avoir les pieds sur terre et revenir aux fondamentaux de justice et prospérité, très bien définis par Bastiat : il est impossible d’organiser une société juste et harmonieuse sur le vol.

Revenons à la requête principale qui est l’amélioration du pouvoir d’achat. Dans pouvoir d’achat il y a deux éléments : les sous, tout le monde connaît et la liberté d’acheter légalement un « service », au sens Bastiat ( objet, service au sens classique, plaisir culturel etc…)

« Les sous » c’est facile à comprendre. Il y en a, il est possible d’acheter. Il n’y en a pas, il est impossible d’acheter. Le problème est que l’État confisque les sous des Français à qui il ne reste que les miettes de ce qu’ils gagnent. 48% des richesses crées sont volées par l’État. (Il est en plus dispendieux : il dépense l’équivalent de 57% du PIB). Pour trouver des sous il ne sert à rien de déplacer le curseur de la spoliation légale, ni de répartir différemment son poids. Il faut que l’État rende l’argent aux personnes. Cela s’appelle le salaire complet pour les salariés, le chiffre d’affaire diminué des frais nécessaires à l’exercice de la profession pour les non salariés et la totalité de leur pension pour les pensionnés. Cela double presque le salaire net avec lequel les gens ont l’habitude de raisonner. Gageons que chacun en fera meilleur usage qu’un ministre.
Une fois l’argent rendu d’une main il ne faut pas que l’État le reprenne de l’autre. Il est indispensable de remette à plat la fiscalité. Bastiat plaide pour un seul impôt faible et strictement proportionnel. ( Un petit rappel utile : Agnès Verdier Molinié recensait dans son livre « On va dans le mur » 360 impôts en 2015. Macron en a créé 11 depuis juin 2017. Pour mémoire Hollande en avait créé 28 entres 2012 et 2013 et Sarkozy 31 durant son mandat.)

Le pouvoir d’acheter un service impose de définir ce qui est du domaine de l’État et de ce qui est du domaine des gens. Aucun politicien n’a été capable de réaliser cette partition et par conséquent de baisser les dépenses publiques. C’est donc aux gens de le faire. Cela s’appelle le libre choix. Pour qu’il puisse s’exercer, (maintenant que les Français ont tous leurs sous), il doit être mis fin aux monopoles publics. C’est à dire que les gens doivent pouvoir choisir entre le « Service public et les services privés » dans les domaines de la santé, des retraites, de l’éducation, etc… Cela implique de revenir sur les ordonnances de 45/46. Revenir sur les ordonnances rendrait l’échange du service « travail » libre alors qu’aujourd’hui le travail libre est illégal et interdit. Cela s’appelle le « travail au noir ». Il ne faut pas s’étonner que les entraves au travail induisent un chômage de masse structurel.

Toutes les prétendues réformes reposent sur le triptyque : je perds, tu gagne ; je gagne, tu perds ; tout le monde perd. Autrement dit toute prétendue réforme se fait aux dépens de quelqu’un d’autre d’où l’existence d’une opposition systématique. « D’un côté, les Droits acquis se soulèvent et se coalisent; on répugne à froisser une foule d’existences auxquelles on a donné une vie artificielle. D’un autre côté, le public a désappris à agir par lui-même. Au moment de reconquérir cette liberté qu’il a si ardemment poursuivie, il en a peur, il la repousse. Allez donc lui offrir la liberté d’enseignement? Il croira que toute science va s’éteindre. Allez donc lui offrir la liberté religieuse? Il croira que l’athéisme va tout envahir. On lui a tant dit et répété que toute religion, toute sagesse, toute science, toute lumière, toute morale réside dans l’État ou en découle! » Frédéric Bastiat Services privés, service public (1850)

Il manque les réformes vraies, gagnant-gagnant. En voici trois à mettre en œuvre en premier : intégralité des revenus, un seul impôt faible et proportionnel, fin des monopoles publics. « Il faut décharger la charrette avant de fouetter les chevaux » et il faut vaincre la peur.

N’importe qui de sensé peut appliquer ces mesures. On lit parfois que le quinquennat de Macron est fini. Quitte à manger son chapeau autant qu’il prenne enfin les bonnes décisions. Il y gagnera en sauvant ce qui peut l’être de son mandat et les Français gagneront en retrouvant le chemin de la prospérité.

08/12/2018
Patrick de Casanove
Président du Cercle Frédéric Bastiat.