Archives pour la catégorie Société

Sous cette rubrique vous trouverez tous les billets dénonçant la situation actuelle et proposant éventuellement des solutions.
C’est un spectre très large, qui va bien au-delà du contrôle fiscal. Ceux qui ont vécu un contrôle fiscal comprendront l’intérêt de cette rubrique.
Une fois passée la violence du choc, la mort économique et sociale qui suit, si le contrôlé est encore en vie, s’il n’a pas commis sous la pression l’irréparable, il ne souhaite qu’une chose : que plus jamais personne ne puisse subir une telle violence, aveugle et mensongère.
C’est alors qu’il éprouve le besoin de témoigner, mais aussi de tenter de reconstruire, en faisant part de ses émotions et de son expérience.
Il s’agit donc d’une rubrique vaste, ouverte, susceptible de faire avancer les choses pour plus de justice, plus d’égalité et plus d’humanité dans la participation à l’impôt.

TERREUR ET TRAUMATISMES (l’affaire Steve Maia Caniço)

J’ai beaucoup de respect pour M. Boris CYRULNICK.

Cet homme a une culture et une sensibilité infinies. Je vous soumets un extrait de son livre : « Sauve-toi, la vie t’appelle ».

—  » Le trauma collectif solidarise les membres du groupe qui se rassemblent pour affronter l’agresseur, alors que le trauma individuel désolidarise en induisant des récits impossibles à partager. Le destin du trauma diffère selon le contexte verbal : « Un événement traumatique collectif est inévitablement médiatisé, filtré par le groupe, la famille, la culture et la société, à la différence d’une agression individuelle qui a tendance à isoler l’individu dans sa souffrance. »

Après un drame collectif, on constate souvent un élan de solidarité et le tissage de liens affectifs entre les victimes. Mais « quand le trauma est individuel, le récit collectif empêche même l’élaboration individuelle ». – M. Cyrulnick cite trois auteurs, Messieurs Duchet, Vitry et Payen.

Dans mon billet, je souhaite évoquer le traumatisme lié à la terreur, celle issue de la force utilisée par les hommes de l’Etat. C’est-à-dire le traumatisme, non accidentel, résultant d’une stratégie perverse de l’usage de la force, dont par ailleurs les hommes de l’Etat sont les dépositaires.

De convention, voulue au départ, les sociétés confient à ceux qui les représentent l’exclusivité de l’usage de la force de telle sorte qu’ils puissent imposer à tous la loi décidée par tous. Ça c’est la théorie.

Dans la pratique, la loi décidée par tous est souvent une utopie, quand ce n’est pas tout simplement une escroquerie. Dans ce dernier cas, la force n’est plus légitime, elle n’est plus acceptée, les hommes de l’Etat sont alors enclins à organiser la terreur pour que la population respecte la force.

Revenons un instant sur la terreur.

La terreur découle de l’injustice. La force utilisée justement ne déclenche jamais la terreur. Celui qui veut faire peur doit obligatoirement accepter d’être injuste. C’est l’injustice qui terrorise, pas la force elle-même.

Quand M. Castaner décide de s’entourer d’un préfet prêt à tout, il sait ce qu’il fait. Il a décidé de terroriser les gilets jaunes, la rue ne fait pas peur à cet ancien voyou. Il ne craint pas l’injustice. Il sait que c’est elle qui installe la terreur. Il sait aussi que c’est la terreur qui fera rentrer chez eux les gilets jaunes.

Evidemment, en agissant ainsi il flatte et couvre les fous de violence, peu regardants sur la justice.

C’est ainsi qu’il aboutit inexorablement à l’affaire Steve Maia Caniço. Un jeune homme de 24 ans jeté à la Loire à la suite d’une opération d’usage de la force publique, aveugle et disproportionné. Le jeune homme meurt noyé, Castaner a accepté ce risque pour installer la terreur. Il y aura d’autres morts, c’est d’ores et déjà écrit.

La politique actuelle, a tort ou à raison, n’est pas acceptée par une fraction importante de la population. Macron croit devoir imposer ses solutions. Il croit sans doute que le temps lui donnera raison, qu’en attendant il peut légitimement installer un peu de terreur pour avoir la paix, au lieu de repasser par la case élections.

Evidemment, il se trompe. Il n’est pas le premier, ce problème est récurant et finit toujours mal.

Le traumatisme

Ici le traumatisme est collectif. Cela ne change rien pour la victime, mais cela change tout pour Castaner et Macron. La population se rassemble pour affronter l’agresseur : les forces de police, qui devront devenir de plus en plus injustes et de plus en plus violentes pour se faire respecter.

Le conflit est installé, il n’est pas certain que Castaner et Macron le gagnent. Il faut espérer qu’il ne sera pas attisé, devenant alors une source de clivage mortel pour nous tous. Ce qui sera le cas si ces messieurs ne font pas rapidement marche arrière, face aux provocations qui ne vont pas manquer pour contrer la terreur.

Comment ne pas penser à la terreur fiscale ?

Ceux qui lisent mes billets partagent évidemment avec moi le poids de la terreur fiscale. Le principe est le même que pour la terreur policière.

Une fiscalité déraisonnable oppresse les contribuables, qui rechignent à se soumettre. Au point que Bercy doit installer la terreur pour obtenir leur soumission. Les contrôleurs pervers sont couverts, la justice fiscale inexistante.

Cette terreur implique l’injustice fiscale, que chacun connait, qui fait des ravages, qui tue. Les traumatismes induits sont incommensurables.

Mais, et c’est là la grande différence avec la terreur policière, il s’agit de traumatismes individuels. La société ne se les approprie pas.

Nous sommes dans le cas où :« quand le trauma est individuel, le récit collectif empêche même l’élaboration individuelle ».

Non seulement le groupe ne se solidarise pas pour affronter l’adversaire, mais le traumatisé ne peut même pas exprimer sa souffrance.

C’est ce type de traumatisme que M. Cyrulnick a eu à affronter, enfant juif de six ans, quand sa vie a basculé du fait de la disparition de ses parents et de son évasion d’un site de rafle. La société, au sortir de la guerre, refusait d’évoquer son traumatisme et la terreur imposée aux siens. Il dut se reconstruire seul, en se mentant sur les faits traumatisants.

Une pensée pour eux

Après la mort, un traumatisme impossible à exprimer, donc à réparer, est la pire des choses.

J’en connais le prix. Je pense à tous ceux qui le vivent, à tort ou à raison.

Rien ne justifie l’installation de la terreur, le règne de l’injustice, pas plus la paix sociale que la fiscalité.

Tricheurs ou pas tricheurs, les contribuables n’ont pas à être privés de justice, à subir la terreur voulue par Bercy. Bercy paiera un jour, c’est inéluctable. J’espère être là pour le voir.

Bien à vous. H. Dumas

Remords suspects !

« Le mouvement des gilets jaunes, pas derrière nous… », « les problèmes posés pas résolus et pas prêts de l’être… », c’est en gros la dernière révélation de dieu, pardon de Jupiter, aux journalistes du Parisien

Parole de Jupiter, donc. Car pour ce qui concerne son incarnation humaine, monsieur Macron par conséquent, il a pourtant dit, il y a quelques jours, que la France était passée « des gilets jaunes au maillot jaune » (sic)…

« Il y a des choses que je n’ai pas bien gérées », j’aborderai la rentrée avec « détermination et humilité »…

Là, on ne sait plus qui parle, l’homme ou le dieu.

Homme ou dieu, un discours qui devrait au minimum embarasser les thuriféraires de notre repenti aussi déterminé qu’il est (serait devenu) humble… Eux qui n’étaient qu’éloges et admiration béate ! Avec ce refrain : « ça va dans le bon sens ! »

Mais si leur héros prétend reconnaître aujourd’hui des erreurs passées, les thuriféraires doivent se rendre à l’évidence : ou ces erreurs avouées, ils ne les ont pas détectées quand elles ont eu lieu, et ils ont alors été de joyeux jobards. Ou ils les ont vues, et dans ce cas…

Bon, me dira-t-on, tout le monde peut se tromper et il n’y a même que les imbéciles à ne pas changer d’avis. Jupiter a le droit d’apprendre et de progresser. Il a le droit de changer !

« J’ai changé ! », ce n’est pas là un coup qu’on nous a déjà beaucoup (trop) fait ?

Pas sûr que cela marche encore. Et même sûr que cela n’a aucune chance de prendre chez les « sans dents », les « ceux qui ne sont rien », et autres gilets jaunes… ces masses populaires que ces messieurs du château méprisent au plus haut point, et ne prennent un peu en considération que lorsqu’ils en ont peur…

Car le populaire imbécile sait parfaitement cela : quoiqu’ils fassent et quoiqu’ils disent, non, les hommes ne changent pas, ou alors à la marge, une marge si étroite qu’elle ne compte guère. Du berceau à la tombe, nous restons désespérément les mêmes et les traits du vieillard se devinent sur le visage du bambin…

Mais alors, me direz-vous, pourquoi ces étranges confessions ?

Si vous posez sincèrement cette question, c’est que vous vous obstinez à ne pas comprendre comment fonctionnent les hommes de pouvoir, aujourd’hui encore plus qu’hier.

Accessoirement, c’est aussi que vous n’avez pas lu plusieurs autres billets (ici et encore ici, par exemple) de mon modeste clavier, ce qui est tout de même un peu vexant.

Remords, humilité, contrition ? Bien sûr que non ! Alors manipulation ? Pas l’ombre d’un doute !

Depuis le début, chacun le sait, la force de monsieur Macron, ce ne sont pas ses partisans, une bien faible minorité, ce sont ses opposants : Marine, meilleure alliée de Macron.

Oui, mais l’avez-vous remarqué ? Marine ne fait guère parler d’elle, en ces temps de soi-disant canicule bien à propos pour entretenir la climato–terreur. Marine, il faut la conforter ! Grand temps d’agiter, non plus le chiffon rouge, mais le gilet jaune !

Renforcer chez les « bien-pensants » la crainte de ce qu’on leur maquille en « extrêmes » et autres populismes, c’est s’assurer, dans le contexte actuel, une (nécessaire) place de second au premier tour de toutes les élections, et donc une finale certaine dans un fauteuil présidentiel !

Donc, braves gens, non, non, les gilets jaunes ne sont pas morts, ils restent une menace, un danger ! Peuvent pleuvoir impôts nouveaux, taxes nouvelles et/ou augmentées, le tout assorti d’une ruineuse immigration hors de contrôle, tant pis il faut continuer de prier Dieu, pardon Jupiter, pour que celui-ci veuille bien continuer de vous protéger…

Où sont les sages ?  Le cœur poli par l’âge… Où sont les sages ?

En Octobre, ce sera : la déflagration, l’explosion, la fin probable de la tolérance, du lien social, de la diversité, de cette société que nous n’avons pas su protéger, entretenir, encadrer. Qui nous a tant apporté, que nous avons méprisée, usée jusqu’à la corde, insouciants et irresponsables, démagogues.

Que s’est-il passé ?

Lentement, insidieusement, en tout espace collectif : la majorité a remplacé la loi.

L’idée folle que cette abstraction : « le peuple », a toujours raison a débouché sur cette énormité.

Arrivé à ce paragraphe de mon billet, il s’est produit un événement extraordinaire.

Le téléphone a sonné sur mon bureau et une société « médiamachin » m’a demandé si je savais ce qu’est l’audimat. Incroyable non ?

J’ai répondu que l’audimat est la pire des choses, que son avènement a entraîné la déconsidération de la télévision et de la radio. J’ai argumenté en comparant l’audimat à l’argent en économie, qui ne doit pas être le but mais uniquement le résultat. Résultat qui n’est jamais atteint si justement l’argent devient le but unique. Le monde économique est plus sophistiqué que cela, ceux qui s’y intéressent comprennent très rapidement qu’il ne faut pas se tromper d’objectif et prendre le résultat pour le moteur.

La personne qui m’a appelé, au demeurant sympathique, se proposait – cerise sur le gâteau – de me relier à son organisation pour comptabiliser mes heures d’internet et mes références de consultation. Rien que ça.

Il m’a été aisé de lui expliquer que l’espace de liberté que représente internet ne doit pas devenir lui aussi — comme la presse, la radio et la télévision — l’otage de la majorité au détriment de la liberté. Nous en sommes restés là. Hélas il est probable que sa démarche va aboutir. Finie la liberté d’expression sur le net, seuls survivront les gros compteurs d’audimat : la majorité instantanée, là aussi, sera la loi.

Revenons à mon billet.

La base de la démocratie est la majorité, c’est aussi son extrême faiblesse.

C’est pourquoi cette faiblesse est normalement compensée par la loi qui — plus stable bien que justement issue de la majorité – est lissée dans le temps et doit être accompagnée d’une réflexion profonde et d’un ajustement patient, dont se charge la jurisprudence.

Je veux dire qu’il y a majorité et majorité.

La majorité épidermique de l’instant, celle qui produit les lynchages et autres gracieusetés du type Hitler n’est pas respectable.

En revanche celle qui essaie de déterminer un consensus, qui voit le jour au terme de réflexions profondes, doit être protégée et servir de guide à l’organisation sociale. Pour cela elle a besoin d’être encadrée par la loi.

Là est le problème

Notre justice est devenue l’otage de la majorité instantanée, à la mode du moment.

Cela tient au fait que les lois elles-mêmes ne sont plus pensées dans leur profondeur, leur impact, mais uniquement pour « faire de l’audimat ».

De leur côté nos magistrats rêvent de passage sur les ondes ou dans la presse, eux aussi perdent de vue la profondeur de leur mission pour n’en garder que le spectaculaire.

Tout concourt à l’immédiat, au cynisme. Elus, bureaucrates, magistrats, affairistes, tous veulent tout, tout de suite et surtout que tout le monde le sache.

Conclusion

De quel côté que l’on se tourne, pas de stabilité, pas de sagesse, juste la loi du nombre, du poids, de la pression de la majorité frivole, celle de l’émotion instantanée.

Tous se réclament de la loi majoritaire, foin des codes, des textes difficiles mais ouverts, ils réclament l’immédiat, dur, violent, méchant, à la hauteur de leur colère de l’instant, de leurs caprices devenus les guides de leurs vies.

Cette majorité éphémère et irréfléchie est particulièrement manipulable, elle est effectivement abondamment manipulée.

Ses erreurs naturelles sont amplifiées par la manipulation et nous sommes arrivés au point de rupture.

C’est la faiblesse des démocraties, ce risque de mauvaise majorité.

Historiquement cette faiblesse fait cycliquement de tels ravages que l’on peut en arriver à se demander si la démocratie est un bon système social.

C’est mal poser la question. Les systèmes, celui-là ou les autres, ne sont que des constructions humaines, c’est l’homme lui-même le danger.

C’est à l’homme de se méfier de lui-même, tout particulièrement de son hubris lorsqu’il manipule les majorités de circonstance.

Extrait de Wikipédia :

« L’hybris, ou hubris, du grec ancien ὕϐρις / hybris, est une notion grecque qui se traduit souvent par « démesure ». C’est un sentiment violent inspiré des passions, particulièrement de l’orgueil. Les Grecs lui opposaient la tempérance et la modération. Dans la Grèce antique, l’hybris était considérée comme un crime.« 

Bien à vous. H. Dumas

Devoir de vacances : L’écologie

Un peu en retard dans ma scolarité sociétale, j’ai suivi des cours de vacances accélérés en écologie.

Tout à trac me vient l’envie de partager avec vous ce que j’ai compris de cette formation passionnante.

Or donc, le monde était de toute beauté et paisible, une sorte de pré-paradis, avant que n’arrivent des énergumènes qui ont tout chamboulé.

Le premier, Newton, a découvert la pesanteur que les hommes se sont mis alors dans l’idée de contrer au lieu de la subir. Il fut suivi d’une bande d’affreux tels qu’Etienne Lenoir qui a découvert le moteur à explosion, ou encore Edison qui a inventé la lampe électrique et bien d’autres fous qui ont massacré le monde, ce pré-paradis naturel si propice à l’homme, qui, comme chacun le sait, est le mammifère le mieux armé du monde.

Tout cela aurait peut-être pu ne pas être une catastrophe si ne s’étaient pas ajoutés à ces fous d’autres encore plus fous, tel que Henry Ford qui se mirent en tête de faire profiter le plus grand nombre des turpitudes des premiers cités.

Au début cela a fait chaud au cœur, mais pas que… puisque, aujourd’hui, ça fou le feu aux thermomètres.

C’est ainsi que d’un monde pré-paradisiaque où le vrai paradis était à porté de main — il suffisait pour cela de prendre son cheval et d’aller zigouiller quelques musulmans en laissant sa tendre épouse à la maison équipée d’une ceinture de chasteté dont on ne ventera jamais assez le confort et l’utilité — nous sommes arrivés en enfer.

Patatras, le monde est devenu cette horreur infernale que nous subissons contre notre volonté.

C’est là que les verts se sont mis… heureusement.

Marche arrière toute, retrouvons le vrai, le bonheur, le pré-paradis.

La méthode, bien que surprenante est assez simple, selon le théorème dit de Hulot : « chaque peine que l’homme s’inflige permet de baisser la température d’un degré ».

Plus de voiture, plus d’électricité, pas de clim, pas de construction, pas de chauffage, pas d’agriculture, juste la cueillette de ce qui pousse naturellement, plus d’usine, plus de pollution, pas de déchet, on retourne aux beautés naturelles de l’antiquité.

Evidemment plus d’hôpitaux, ou ce qu’il en reste, la mort naturelle est beaucoup plus valorisante.

Enfin, cette solution c’est dans le cadre de la collectivité où chacun est prié de partager, principalement au profit de dirigeants, tout ce qu’il croit posséder ou avoir gagné.

Dans le cadre de l’effort personnel, l’outil qui doit accompagner le théorème de Hulot est celui-ci.

Chaque millier de coup fait baisser la température de la planète d’un dixième de degré.

L’utilisation en est facile, même si vous devez agir seul. Il suffit alors de se l’envoyer violemment dans le dos. Evidemment si vous avez une aide vous pouvez aussi viser la poitrine, c’est encore plus efficace.

Dites-vous bien que la situation est tendue. Des chercheurs ont établi, sans thermomètre, sans relevé, uniquement à partir de carottes glacées, d’herbes fossiles, des anneaux de croissance des arbres, de vicères de poulets et d’une formule mathématique de trois mètres de long, que depuis deux mille ans la température a augmenté d’un degré. Une sacrée précision….

Sans les verts c’est meilleur.

Certains iconoclastes prétendent que tout cela serait un peu exagéré, qu’il suffirait que les gros dégueulasses deviennent chacun juste poli et arrêtent tous de jeter tout partout pour que les choses rentrent dans l’ordre et que nous ne soyons pas obligés de souffrir pour baisser la température de la planète.

Comment savoir ?

Bien à vous.  H. Dumas

 

 

 

Une sagesse réconfortante

Un ami que j’aime beaucoup, que je ne vois pas assez souvent, que j’aimerais compter parmi les auteurs de ce blog tant sa logique d’ingénieur est réconfortante, m’envoie la lettre ci-dessous.

Au passage je suis heureux de préciser qu’effectivement, bien que pestiféré par le fisc, exclu de la société bien-pensante, dénoncé par les zélotes du système, il me reste dans mon dénuement quelques amis.

Cela me touche et me gêne en même temps, me gêne parce que la situation dans laquelle les fous du fisc m’ont projeté fait de la peine à mes amis et je n’aime pas faire de la peine à mes amis.

Voici donc le courrier reçu que je souhaite partager avec vous. Il est si vrai, si réconfortant face aux mensonges dévastateurs des écolos, cette énième secte qui cherche uniquement à nous culpabiliser pour nous dominer et nous piller.

Bonjour,

On trouve souvent des « fake news » (mot à la mode !) sur la toile.

Mais parfois il y a des articles très intéressants car bien documentés.

Ci-dessous quelques éléments sur les canicules survenues depuis 1132. Aujourd’hui, en 2019, les biens pensants disent que la canicule est due à l’activité humaine !

A vous de vous faire votre propre opinion.

Bien cordialement

Objet : Fw: La canicule juin 2019

Quoi de mieux, en cette fin de canicule, que de rester cloîtré au frais (soit 25°) et de se mettre devant son ordinateur à la recherche d’informations sur le sujet, c’est à dire de ne pas se contenter uniquement des médias !

Voilà ce que l’on pouvait lire dans un journal anglais, le Ampshire Advertiser from Southampton, le 17 juillet….1852 ! Vous pouvez trouver le fac-similé sur internet.

  » En 1132 en Alsace les sources se tarirent et les ruisseaux s’asséchèrent. Le Rhin pouvait être traversé à pied. En 1152 la chaleur était si intense que l’on pouvait faire cuire des oeufs dans le sable. En 1160, à la bataille de Bela (en Hongrie), un grand nombre de soldats moururent en raison de la chaleur excessive.

En 1276 et 1277, en France, la récolte d’avoine et de seigle fut totalement détruite par la chaleur. En 1303 et 1304 la Seine, la Loire, le Rhin et le Danube pouvaient être traversés à pied. En 1393 et 1394 un grand nombre d’animaux tombèrent morts et les récoltes anéanties en raison de la chaleur.

En 1440 la chaleur fut excessive.

En 1538, 1539, 1540 et 1541 les rivières européennes étaient littéralement asséchées. En 1556 il y eut une sécheresse généralisée dans toute l’Europe.

En 1615 et 1616 la canicule s’abattit sur la France, l’Italie et les Pays-Bas.

En 1646 il y eut en Europe 56 jours consécutifs de grandes chaleurs.

En 1676 des canicules à nouveau. Les mêmes événements se reproduisirent au XVIIIe siècle.

En 1718 il n’y eut aucune pluie entre les mois d’avril et octobre. Les récoltes furent brûlées, les rivières asséchées et les théâtres fermés à Paris par ordre du Préfet de police en raison des températures excessives. Le thermomètre enregistra 36 degrés Réaumur (45 degrés C) à Paris. Dans les jardins de la banlieue arrosés les arbres fruitiers fleurirent deux fois pendant la saison.

En 1723 et 1724 les températures étaient extrêmes.

En 1746 l’été fut particulièrement chaud et sec et les récoltes furent littéralement calcinées. Pendant plusieurs mois il n’y eut aucune pluie.

En 1748, 1754, 1760, 1767, 1778 et 1788 les chaleurs d’été furent excessives.

En 1811, l’année de la comète, l’été fut très chaud et le vin très bon y compris à Suresnes.

En 1818 les théâtres parisiens restèrent fermés pendant un mois en raison des chaleurs excessives, la chaleur avait atteint 35 degrés C.

En 1830, alors que des combats avaient lieu, le thermomètre afficha des températures de 36 degrés C les 27, 28 et 29 juillet.

En 1832, lors de l’insurrection du 6 juin, le thermomètre releva une température de 35 degrés.

En 1835 la Seine était presque à sec.

En 1850, au mois de juin, au cours de la seconde épidémie de choléra de l’année le thermomètre afficha 34 degrés ».

Il s’agit bien d’un extrait de journal de 1852 et non pas de je ne sais quel site complotiste.

Je vous mets en pièce jointe l’interview de l’historien Emmanuel Le Roy Ladurie, parue dans Libération lors de la canicule de 2003, (et rediffusé en août 2018) au sujet de celle de 1718 qui aurait fait 700 000 morts ! Libération précise que son livre « Histoire du climat depuis l’an mil » (Flammarion 1967) reste la référence en la matière, ce qui est plutôt un bon point de la part de ce journal qui ne porte pas vraiment les climato-réalistes dans son cœur… Édité en 1967, à une époque où on ne parlait pas encore de réchauffement climatique, l’éminent auteur de ce livre ne peut pas être accusé de vouloir prendre le contre-pied de la tendance d’aujourd’hui. Vous pouvez le trouver sur internet pour 9 €. A ce prix là, il ne faut pas se priver de s’instruire.

Libération, serait donc devenu complice des climato-réalistes, ceux qui osent rappeler l’importance des cycles naturels sans accuser uniquement le CO2, gaz à effet de serre partiellement d’origine anthropique ?

Ceux qui font remarquer qu’à une époque où il n’y avait pas encore le moindre soupçon de début de révolution industrielle (avec son CO2, gaz vital, que l’on nous présente pourtant comme un polluant), il y avait déjà eu de très nombreuses vagues de chaleurs extrêmes ainsi que des sécheresses catastrophiques, entraînant des centaines de milliers de morts…

Je ne comprends plus rien au sujet de la relation CO2/températures qu’on nous assène pourtant comme étant un dogme indiscutable, et vous ?

C’est vrai que nous vivons une très forte et inhabituelle canicule, mais à l’évidence il n’y a rien de nouveau sous le soleil !

PS : amusez-vous à taper « sécheresse 1718 » sur Google et vous en saurez beaucoup plus. A moins que vous ne vouliez rester sur la certitude que la canicule actuelle est un phénomène exceptionnel qui n’a encore jamais eu d’antécédents, car provoqué par l’activité humaine.

Voilà un papier qui vaut la peine d’être lu.

Bien à vous. H. Dumas