Archives pour la catégorie Société

Sous cette rubrique vous trouverez tous les billets dénonçant la situation actuelle et proposant éventuellement des solutions.
C’est un spectre très large, qui va bien au-delà du contrôle fiscal. Ceux qui ont vécu un contrôle fiscal comprendront l’intérêt de cette rubrique.
Une fois passée la violence du choc, la mort économique et sociale qui suit, si le contrôlé est encore en vie, s’il n’a pas commis sous la pression l’irréparable, il ne souhaite qu’une chose : que plus jamais personne ne puisse subir une telle violence, aveugle et mensongère.
C’est alors qu’il éprouve le besoin de témoigner, mais aussi de tenter de reconstruire, en faisant part de ses émotions et de son expérience.
Il s’agit donc d’une rubrique vaste, ouverte, susceptible de faire avancer les choses pour plus de justice, plus d’égalité et plus d’humanité dans la participation à l’impôt.

Notre futur : le rationnement mais … pas pour tout le monde

Nous vivons dans un monde d’abondance. Nous pouvons pratiquement tout nous acheter ; à condition bien évidemment d’avoir les ressources financières disponibles.

Mais il n’est pas sûr que notre futur à l’échéance de 10 à 20 ans soit identique ; il est même probable qu’il ne sera pas enthousiasmant et il s’articule entre plusieurs séries de questions qui ont trait, entre autres, à l’écologie, à la politique économique et monétaire, à la politique de santé.

L’écologie :

Elle prend aujourd’hui des proportions complètement surréalistes voire complètement délirantes et on ne peut que constater qu’elle interfère partout et guide l’action tant des Etats que des individus ; ce qui amène à parler de dictature verte !

Les ayatollahs de la pensée écologique sont en train de prendre le pouvoir et d’infliger à la population des règles de restrictions qui ne feront que s’aggraver au motif que la planète serait en urgence absolue (on croirait qu’elle est dans un service de réanimation) car on est en mesure de nous expliquer doctement et « scientifiquement » le temps qu’il fera dans 40 ans ; alors qu’on ne peut pas donner la météo sous 8 jours et l’épisode de la canicule (qui n’a rien à voir avec un éventuel réchauffement climatique) est un argument supplémentaire pour faire trembler les foules !

Les politiciens, E Macron en tête, même s’ils n’y croient pas un seul instant, en ont fait leur  cheval de bataille et adoptent une attitude écolo responsable qui n’est essentiellement qu’une posture politique et médiatique destinée à se mettre dans la poche les groupes de pression écologistes et les électeurs conscientisés ; et les résultats des écolos aux dernières élections européennes les ont confortés en ce sens !

On va en mesurer prochainement les conséquences puisque E Macron a prévu d’organiser une modification constitutionnelle afin de placer en tête de la constitution des préoccupations écologiques qui n’ont absolument rien à voir avec les règles de fonctionnement d’un Etat mais qui ont tout à voir avec les scandales du sang contaminé et de l’hormone de croissance.

La conséquence directe, à terme, sera de bloquer tout progrès scientifique au nom d’un éventuel risque écologique ou sanitaire !

En fait, ce mouvement s’accompagne d’une intransigeance tout à fait semblable à ce qui s’est passé pour les religions ; à tel point que le climato scepticisme n’est pas toléré (c’est du négationniste climatique) et même seulement parler de variations climatiques au lieu de réchauffement climatique n’est pas admis. Le dogme du réchauffement climatique anthropique est devenu incontestable et il est d’ailleurs parfaitement intégré, sans contestation, par une grande majorité de la population après trente années de propagande intensive !

On y retrouve les accents millénaristes de destruction du monde propagée dans les années précédant l’an Mil avec une tentative de culpabilisation évidente de la population alors que nous ne sommes absolument pas confrontés à une pénurie ou un risque climatique. La culpabilisation est devenue la norme comportementale et la décroissance est devenue la norme économique.

Nous sommes en plein délire mystique de la nouvelle religion véhiculée à la fois par des organisations très puissantes et relayées par des médias complaisants ; religion qui, comme le socialisme et le communisme qui prétendaient refaire le monde et ont échoué, se trouve être, juste par hasard, anti capitaliste.

Il s’agit, pour le moins, d’une tentative de prise de contrôle des individus avec une repentance climatique qui tourne à l’hystérie collective (avec des adeptes du vegan se nourrissant d’herbe parce que la viande est nocive (?!) et des végétariens prosélytes qui attaquent les boucheries).

Les conséquences sur la vie quotidienne sont évidemment prévisibles car ce schéma de décroissance va à l’encontre du fonctionnement normal de l’économie ; laquelle ne peut fonctionner qu’avec de l’énergie. Sans électricité, sans pétrole sans gaz et sans charbon tout s’arrête et l’économie s’effondre !

Par ailleurs, il faut être conscient que le premier effet de l’écologie est l’augmentation des taxes et on en a vu l’effet sur le carburant auto ; mais elles se dissimulent aussi dans votre facture de gaz, d’électricité, de fuel domestique.

On invente des taxes sur le CO2 (en fait sur du vent) alors que l’on sait que ce gaz n’est pas un polluant. On prévoit de supprimer des centrales nucléaires pour mettre à la place des énergies dites renouvelables ; ces fameuses énergies alternatives intermittentes dont le coût explose alors qu’elles ne remplissent aucun des critères requis. Une source d’énergie pour être utilisable doit être stable, abondante et bon marché ; ce qu’elles ne sont pas !

Il est prévu de s’attaquer à la voiture à moteur thermique (qui sera interdite en 2040), au chauffage avec l’interdiction des chaudières au fuel avant sans doute ultérieurement de celles au gaz pour les remplacer par au mieux des pompes à chaleur grosses consommatrices d’électricité ou au pire par … rien ! Ne parlons surtout pas du gaz de schiste …

Les restrictions de circulation en voiture commencent à s’opérer autour des villes et le prochain objectif semble être l’avion.

A la fin, ces mauvais choix imposés par le pouvoir finiront par provoquer une crise de l’énergie et, fatalement, la seule énergie qui restera sera celle qu’on ne pourra pas se payer.

La politique de santé :

Les médecins disparaissent puisqu’ils partent à la retraite et ne sont pas remplacés en raison notamment du numerus clausus qui a limité l’accès aux professions médicales afin de limiter les dépenses de santé ; sans pour autant que ces dépenses de santé soient maîtrisées.

A cela s’ajoute la crise des urgences hospitalières avec de récents mouvements de grève et les fermetures d’hôpitaux dont on s’aperçoit après coup qu’elles ont des effets catastrophiques !

Les cotisations aux mutuelles de santé s’envolent, à la fois grâce aux taxes qui leur sont appliquées mais aussi parce que ces mutuelles sont obligées de prendre en charge de plus en plus de frais alors que la population vieillit.

Il fut une époque où se poser la question de la faillite des officines de pharmacie relevait de la bonne blague. Or, aujourd’hui les officines font faillite malgré le fait qu’elles bénéficient d’un monopole sur la vente des médicaments. L’explication est simple : Devant l’ampleur des déficits, l’Etat fixe lui-même le prix de vente des médicaments et il a tellement réduit les marges que les pharmacies ne gagnent plus rien sur leur vente. La marge bénéficiaire s’est déportée sur les médicaments non remboursés (dont le prix de vente est libre) et la parapharmacie !

En outre, les pharmacies sont désormais confrontées à des ruptures de médicaments ; ce qui laisse présager un futur rationnement. A terme, c’est évidemment le risque de défaut de soins, surtout ceux urgents pour les cas graves, qui se profile !

Les laboratoires de leur côté, n’ont aucune marge de manœuvre et ne peuvent pas rentabiliser les lourds investissements sur les nouvelles molécules (lesquelles sont par ailleurs très rares) alors que les normes à respecter deviennent de plus en plus complexes et que les AMM (autorisations de mise sur le marché) sont de plus en plus longues à obtenir.

L’administration a fini par totalement prendre le contrôle du secteur de la santé avec l’interdiction de la concurrence des compagnies privées d’assurance ; assurant un monopole à la sécurité sociale d’Etat sans concurrence ni sur les prix des prestations ni sur les cotisations !

Même la vie va devenir rationnée puisque l’espérance de vie décline ; ce qui risque d’être aggravé par le fait que certains mouvements, qu’on a du mal à catégoriser, se sont lancés dans une croisade anti-vaccination avec tous les dangers que comporte une exposition à des maladies autrefois mortelles et qui ont presque disparu grâce justement aux vaccinations !

Enfin, le gouvernement est en train d’organiser une modification des retraites dont le seul but sera de pouvoir continuer à partir à 62 ans (la peur des gilets jaunes fait qu’il n’ose pas reculer l’age de retraite) mais avec une forte décote ; compte non tenu du fait qu’avec 1,7 cotisant par retraité, le système de retraite par répartition obligatoire en France, et sans dérogation possible (sauf pour les fonctionnaires avec Préfon), va dans le mur !

La politique économique :

La France dirigée par ses fonctionnaires n’arrive pas à sortir du triptyque : droit du travail trop contraignant – charges sociales trop lourdes – chômage de masse et refuse clairement de regarder ce qui s’est fait chez nos voisins.

Évidemment, devant l’accumulation des dettes, et faute de créations suffisantes d’entreprises et donc d’emplois, le gouvernement en est réduit à durcir les conditions d’indemnisation des chômeurs. Il va donc lutter contre les contrats courts, en les taxant ( ?!), alors qu’ils sont une forme d’adaptation des entreprises au droit du travail français ; l’un des plus rigides du monde !

Contrairement à la version officielle, il n’y a aucune simplification du droit du travail puisque, depuis l’élection de E Macron, le Code du travail est passé de 3448 pages (édition 2017) à 3784 pages (édition 2019).  L’État taxe et réglemente sans cesse et finalement … bloque l’activité.

Le gouvernement s’est lancé dans des économies purement budgétaires qui ne cherchent nullement à redresser la situation de l’emploi mais à limiter les dépenses d’indemnisation ; et, comme on continue à se tromper, la situation ne pourra que s’aggraver !

Parallèlement, on oblige les constructeurs auto à se convertir à la voiture électrique en balayant d’un revers de main des objections auxquelles les normateurs de l’administration n’ont pas de réponse (ressources, efficacité, durabilité des batteries) ; au détriment des emplois du secteur automobile. Les constructeurs auto vont s’adapter mais ils vont licencier en masse !

Le tabassage fiscal, qui a fini par faire fuir ceux dont le capital sert pourtant à créer des emplois, des richesses et financer les services publics, n’est malheureusement pas fini car l’Etat a toujours plus besoin de ressources alors qu’il n’est jamais question de réduire les dépenses.

On ne peut même pas exclure que nous ayions à faire face à une crise de la dette gravissime dont évidemment nous ferons les frais !

La politique monétaire

Les Etats empruntent désormais à des taux négatifs ; ce qui signifie que non seulement les prêteurs ne reçoivent aucune rémunération mais ils acceptent de payer pour prêter leur argent ; ce qui ne s’est jamais vu !

C’est évidemment une situation à la fois malsaine et anormale qui va avoir des répercussions à moyen terme puisque vos placements ne rapportent plus rien et que les banques ne gagnent plus d’argent ! L’épargne à taux négatifs est une épargne qui perd de sa valeur par le seul fait de l’inflation !

La raison tient au fait que les dettes étatiques accumulées sont énormes et désormais impossibles à rembourser alors que la croissance est en berne. Les banques centrales se livrent donc à des manipulations monétaires qui n’ont pas d’autre but que de sauver les Etats par le biais de l’euthanasie lente des épargnants, mais aussi des banques, des caisses de retraite, des fonds de pensions.

Nous vivons en fait sous la menace permanente d’une crise de la dette des Etats alors que l’on sait désormais que les banques centrales ne pourront plus jamais relever les taux d’intérêt par peur d’une insolvabilité généralisée d’Etats désormais incapables de faire face à leurs dettes ! En effet, si du fait d’un évènement fortuit, les taux d’intérêts se mettent à monter, nous courrons à la catastrophe et la perte de patrimoine par le biais d’une dévalorisation de l’épargne se complètera alors par une spoliation directe au profit d’un Etat prédateur en faillite.

La politique agricole

Au nom du fameux principe de précaution, le gouvernement a décidé d’interdire le glyphosate alors que les études qui tendent à prouver les dangers de cet herbicide apparaissent d’un point de vue scientifique très contestables mais … leur contestation est inaudible. Il en est de même pour les OGM qualifiés de dangereux sans aucune preuve scientifique !

En fait, on s’aperçoit que cette interdiction résulte de la pression exercée par des mouvements écologistes en lutte essentiellement contre certains groupes industriels qui sont surtout des multinationales honnies et qui ont définitivement décidé que le glyphosate et les OGM étaient dangereux ! C’est juste une version différente de la lutte contre le grand capital des années 70 !

Les agriculteurs deviennent subitement inaudibles alors qu’ils attirent l’attention sur le risque, faute de produits de remplacement pour le glyphosate, d’une baisse dramatique des rendements agricoles et d’une augmentation très importante du prix des denrées agricoles dont les français crédules devront assumer les conséquences ! 

Une étude de l’institut Montaigne a montré que c’est en France que l’opinion publique est la plus méfiante à l’encontre des progrès de la science et la plus ignorante aussi de la réalité des mécanismes économiques de base. Et cette ignorance fait le lit des arguments et des manipulations des radicaux de l‘écologie politique. Il faut quand même rappeler sans ambages que la science a plus fait pour l’humanité ces cent dernières années que le socialisme et le communisme qui prétendaient libérer les peuples mais les ont surtout massacrés !

La preuve vient encore d’en être donnée avec un sondage BVA qui vient de montrer qu’une large majorité de français croit que le nucléaire contribue au réchauffement climatique alors que c’est une énergie totalement décarbonnée ! (ce qu’on voit sortir des tours de refroidissement est de la vapeur d’eau !).

La question qui se pose à la fin est : dans quel but ; si ce n’est le désir de soumettre des populations entières à la volonté de quelques illuminés, doctrinaires, narcissiques, potentats, qui ont décidé d’enrôler de gré ou de force des populations crédules et craintives dans des schémas irréalistes !

Certains pensent que les buts réels des écologistes radicaux sont purement et simplement de faire tomber le capitalisme ; ce que ne sont arrivés à faire aucune des idéologies basées sur le marxisme. Et le gouvernement ne fait rien pour contrecarrer ce mouvement ; au contraire, il l’accompagne et le suit lâchement en espérant en tirer un avantage politique !

Il n’est pas sûr que tout un chacun puisse trouver son bonheur dans un monde rationné par la volonté de quelques uns car il est clair que, s’il y a pénurie, elle sera organisée au profit de quelques uns. Il ne faut pas se leurrer : ceux qui prêchent cette décroissance n’en seront pas les victimes !

Απο την Ελλαδα ! (de la Grèce)

Bien cordialement à tous !

La reproduction de cet article n’est autorisée qu’à la condition de le reprendre en intégralité, d’en rappeler l’auteur et le site originel de publication.

 

PAUL DIDIER

Paul Didier était un magistrat.

Ce magistrat n’a laissé aucune trace dans l’histoire apprise par nos enfants.

Et pourtant, il fut le seul à refuser de signer l’alignement de la magistrature sur le régime de Vichy.

Cherchez l’erreur.

Dans la préface ci-dessous écrite par Robert Badinter, il suffit de remplacer le mot « Juif » par le mot « riche » ou par la qualification bateau de « fraudeur fiscal » et vous faites un bon de 80 ans dans le temps, vous retrouvez aujourd’hui le plus horrible d’hier : Les humiliations, la discrimination matérielle, l’irrespect de la propriété, le pillage, hier la mort, aujourd’hui son antichambre.

Tout cela couvert par la justice et nos magistrats.

Pire, il n’existe même pas un seul Paul Didier de nos jours.

Extrait de la préface de Badinter pour l’ouvrage « Juger sous Vichy,  juger Vichy »

« En 1939, la justice française jouissait d’un grand crédit international.

Le français était la langue éminente des institutions internationales et de tous les États de l’Europe centrale et orientale. L’influence de la culture française s’étendait bien au-delà des frontières de l’Empire colonial, notamment dans le bassin méditerranéen et en Afrique.

Surtout, les magistrats s’étaient forgés au long des années une culture républicaine. À cet égard, la Cour de cassation avait conservé une aura particulière tirée de l’arrêt de réhabilitation du 12 juillet 1906 dans lequel elle avait proclamé l’innocence de Dreyfus.

Même si elle était volontiers brocardée par les intellectuels ou les écrivains, la justice française était l’un des piliers de la République.

Or, avec le « naufrage de la France » en 1940 et l’accession au pouvoir du maréchal Pétain, elle s’altéra profondément. D’abord dans son indépendance. Car les juges acceptèrent de prêter serment à la personne du chef de l’État. 

À l’exception d’un seul, Paul Didier, qui fut révoqué pour cette marque de désobéissance, la quasi-totalité des magistrats prêta allégeance et fidélité au maréchal Pétain 

La magistrature acceptait ainsi sans protester le joug du régime de Vichy, semblable il est vrai en cela à la quasi-totalité de la haute administration française.

Dans les principes ensuite. Les magistrats appliquèrent ainsi les législations d’exception qui transformaient les Juifs en citoyens de second ordre en France.

Un siècle et demi après la Révolution française qui avait fait des Juifs des citoyens français comme les autres, ils n’étaient plus que des sujets aux droits réduits, frappés d’indignité, d’interdictions et d’incapacités de toutes sortes, que la magistrature a, sans état d’âme apparent, mises en œuvre.

Dès 1940, le maréchal Pétain avait décidé qu’aucun Juif ne pourrait rendre la justice aux Français. Les magistrats juifs furent éliminés sans délai à tous les niveaux de l’institution judiciaire.

Que pouvaient ressentir ceux qui perdaient ainsi le droit d’exercer leur fonction, sans jamais avoir démérité ?

Pourtant, parmi les magistrats qui avaient fait carrière sous la République, aucun ne paraît avoir élevé de protestation publique ou s’être dérobé à la mise en œuvre de cette exclusion.

Les avocats juifs furent, eux aussi, soumis à des dispositions restrictives ordonnées par le gouvernement de Vichy. Alibert, ancien directeur de cabinet du maréchal Pétain et farouche antisémite, était devenu garde des Sceaux à l’automne 1941. Il fit préparer par le Conseil d’État (déjà épuré de dix-sept membres juifs), un texte fixant le numerus clausus à 2 % des avocats non juifs.

Au-delà même de ces dispositions visant les magistrats et les avocats juifs, contraires à tous les principes de la législation française depuis 1791, Vichy organisa la spoliation des biens juifs.

La magistrature appliqua sans jamais les critiquer ces mesures confiscatoires contraires au principe d’égalité devant la loi.

Un « droit antisémite » prit corps, avec sa jurisprudence et sa doctrine.

Le pire devait advenir dans le domaine de la justice pénale. Le 14 août 1941, le gouvernement du maréchal Pétain créa les Sections spéciales des cours d’appel.

Il s’agissait de juger les infractions pénales « commises dans une intention d’activité communiste ou anarchiste ». En réalité, Vichy engageait la collaboration judiciaire avec les Allemands.

Par une répression française des « terroristes », le Gouvernement avait l’espoir de limiter le nombre des exécutions d’otages. Il trouva des magistrats pour composer ces Sections spéciales et même prononcer la peine de mort.

Pourtant, ces « juridictions » d’exception, élaborées sous l’autorité du garde des Sceaux Barthélemy, ancien doyen de la faculté de droit de Paris, bafouaient tous les principes du droit.

La loi s’appliquait aux faits commis antérieurement à son entrée en vigueur. Les affaires devaient être jugées dans l’urgence, les avocats ne pouvant avoir connaissance du dossier qu’au tout dernier moment. Aucun recours, pas même le pourvoi en cassation, n’était ouvert contre les jugements des Sections spéciales qui étaient exécutoires immédiatement. Les circonstances atténuantes et le sursis étaient exclus. Ces procès n’étaient que d’odieuses parodies.

En y participant, ces magistrats ont accepté de mettre en œuvre l’inacceptable au nom de la raison d’État.

La création des cours martiales en janvier marqua l’apogée de la collaboration judiciaire. Des procureurs furent officiellement mandatés pour sélectionner les dossiers à transmettre aux « juridictions » placées sous l’autorité du secrétaire général au Maintien de l’ordre, Joseph Darnand. Ces « cours » ont condamné à mort et fait exécuter environ deux cents résistants, avec la collaboration directe de magistrats… La soumission de l’institution judiciaire à l’égard de l’exécutif s’avérait éclatante. »

Bien à vous. H. Dumas

Carlos Ghosn: LA CUREE !

Après ses ennuis, qui loin d’être finis avec la justice nippone, on apprend qu’ »exceptionnellement » le fisc français, jamais en retard d’un pillage possible va essayer d’arracher un bon morceau de bidoche bien saignante à Carlos Ghosn moribond, quitte à l’achever.
Il va le finir avec un bon petit contrôle fiscal de derrière les fagots avec certainement des contrôleurs « assermentés » choisis aux petits oignons pour leur zèle égalitariste.

« Cette procédure, qui devrait durer plus d’un an, s’apparente à un examen de situation fiscale personnelle, «rarement engagé» contre un contribuable français. Ni la direction générale des Finances publiques ni Bercy ne commentent cette information, «sous peine de contrevenir à la loi».(source le Figaro)

Cette « procédure » qui sent à plein nez la future et imparable « lettre de cachet » fiscale, Carlos Ghosn ne s’en relèvera pas.
Nos incorruptibles, certainement affiliés au syndicat des impôts, vont lui trouver une montagne de « fraudes » diverses et lui coller un redressement astronomique, bien sûr justifié par ses innombrables malversations.

« Après sept mois de déboires du côté du Japon, Carlos Ghosn serait maintenant dans le collimateur du fisc français. Dans ses colonnes de ce 24 juin, le quotidien Libération assure que l’administration fiscale française s’intéresse très sérieusement au cas de l’ex-dirigeant de l’alliance Renault-Nissan. Selon des informations «recueillies et recoupées» par le journal, un «examen de situation fiscale personnelle (ESFP) concernant le PDG déchu (…) a été lancé par le ministère du Budget». Il s’agit en d’autres termes d’un «contrôle fiscal approfondi». C’est une manœuvre assez «rare», concède un avocat en droit fiscal.

Carlos Ghosn et son épouse Carole en auraient été informés par voie postale à toutes «leurs résidences connues», que ce soit en France, au Liban voire aux États-Unis. Le quotidien ajoute que de la Direction nationale des vérifications de situation fiscale (DNVSF) pourrait être chargée de ce dossier, qui devrait durer plus d’un an. De son côté, le ministère de l’Économie et des Finances ne fait pas de commentaire sur cette information. «Nous n’apportons jamais de commentaire sur des cas individuels», précise-t-on au ministère. Idem à la Direction générale des Finances publiques (DGFIP). «Soumise au secret professionnel et fiscal, elle ne peut s’exprimer (ni commenter) sur un dossier particulier sous peine de contrevenir à la loi», note-t-on.

D’autres enquêtes en cours

Sur la période, tous les revenus et les activités de Carlos Ghosn depuis l’abandon de son statut de contribuable français en 2012 seront minutieusement examinés. Pour citer le quotidien, le fisc français serait «dubitatif» quant à la résidence fiscale déclarée de l’ex-empereur de l’automobile, située aux Pays-Bas. Il avait à y vivre 183 jours par an pour justifier ce statut, c’est donc sur ce point que d’importants contrôles devraient être menés. «Toutes ces personnes sont en permanence surveillées», nuance un connaisseur de ces manœuvres.

Outre ces nouveaux soupçons, deux enquêtes préliminaires concernant l’ex-PDG sont en cours au parquet de Nanterre. L’une pour des transferts de fonds entre Nissan et le sultanat d’Oman qui auraient pu lui bénéficier et l’autre pour le financement d’une soirée démesurée au Château de Versailles, en octobre 2016. » (source le Figaro)


Pauvre Carlos, je le plains réellement car il ne se doute pas de ce que sont capables ces hyènes qui vont l’attaquer en meute et le dépecer vivant.
Le bon peuple français, bien sûr pas jaloux pour un sous, applaudira des deux mains la chute de cet homme, qui devait malgré tout, être exceptionnel pour avoir réussit la fusion Nissan/Renault.
Que deviendra Renault ?
Ils sont déjà à se battre entre eux pour le pouvoir, pas pour la pérennité de Renault dont tous ces énarques ou affiliés se moquent comme de leur première culotte.

Les « il n’y a pas de fumée sans feu », « il en a bien profité ce salaud de riche » etc… vont refleurir à tous les coins de rues.
Son compte est bon.
Il a déjà été jugé et condamné.
Bercy va employer sa fameuse procédure tueuse qui a fait ses preuves et dans laquelle il lui suffit de pondre des affirmations fumeuses pour qu’elles deviennent des preuves incontestables pour la justice administrative.
Bercy peut compter sur le soutien inconditionnel de ces bons français pour l’abattre.
Ces mêmes français qui se réjouissent que Bercy rémunère la délation.
Comme au bon vieux temps.

Bon voyage, Carlos, sur le chemin de l’enfer fiscal français.
Nous, on le connait, on a déjà « donné »…

E.Bolling

Aujourd’hui j’ai vu la haine en face

J’étais, ce jour 24 Juin 2019 à 13h30, devant une Chambre Correctionnelle du TGI de La Rochelle.

Il s’agissait de l’audience de consignation sur citation directe de Messieurs Guilgault et Brabant du fait de concussion en bande organisée. Ces deux messieurs sont les responsables du pôle de recouvrement des Services Fiscaux de La Charente-Maritime, ce sont eux qui, sans vergogne, poursuivent le recouvrement de sommes indues, qui font suite à un redressement injustifié de ma Société la SARL Les Hauts de Cocraud, en liquidant son stock, en la ruinant en toute connaissance de cause.

La date d’aujourd’hui avait été fixée par le Procureur de La République du TGI de La Rochelle à la suite de divers échanges avec le greffe incluant une copie de la citation mise à sa disposition.

Ci-dessous les échanges de mails avec le TGI pour que tout soit clair pour le lecteur (comme toujours pour une série de mails, c’est le dernier qui apparaît en premier) :

 » Merci,

Mais je vous remercie de m’expliquer en quoi le service de Madame le Procureur de la République est concerné par ma citation directe.

N’est-ce pas tout simplement le service des audiencements qui doit me donner une date pour l’audience de consignation ?

Dans l’attente de vos éclaircissements.

Bien cordialement. H. Dumas

 De : TGI-LA-ROCHELLE <tgi-la-rochelle@justice.fr>
Envoyé : mardi 25 septembre 2018 17:32
À : Henri Dumas <
sete@groupe-henri-dumas.com>
Objet : RE: Date pour citation

 MINISTERE DE LA JUSTICE 

             Cour d’appel de POITIERS

Tribunal de grande instance de LA ROCHELLE

Monsieur,

Nous accusons réception de votre courriel, ci-dessous, et vous informons que celui-ci a été transmis pour information au service de Madame le Procureur de la République.

Cordialement,

Le Service d’Accueil Unique du Justiciable (CP)

Tribunal de grande instance

10 rue du Palais

17028 LA ROCHELLE Cedex 1

tél : 05.46.50.87.10

 De : Henri Dumas [mailto:sete@groupe-henri-dumas.com]
Envoyé : lundi 24 septembre 2018 15:52
À : TGI-LA-ROCHELLE
Objet : RE: Date pour citation

Bonjour,

Je fais suite à mon courriel initial du 6 Septembre 2018, à votre réponse du 7 Septembre 2018.

Je suis sans retour de ma demande d’une date d’audience pour une citation directe dont, à votre demande, je vous ai adressé un exemplaire.

Je vous remercie de ce que vous pourrez faire pour que cette date me soit indiquer.

Cordialement. H. Dumas

 De : TGI-LA-ROCHELLE <tgi-la-rochelle@justice.fr>
Envoyé : vendredi 7 septembre 2018 09:08
À : Henri Dumas <
sete@groupe-henri-dumas.com>
Objet : RE: Date pour citation

MINISTERE DE LA JUSTICE

             Cour d’appel de POITIERS

Tribunal de grande instance de LA ROCHELLE

Monsieur,

Nous accusons réception de votre courriel, ci-dessous, et vous informons que celui-ci a été transmis pour compétence au service de Madame le Procureur de la République.

Cordialement,

Le Service d’Accueil Unique du Justiciable (CP)

Tribunal de grande instance

10 rue du Palais

17028 LA ROCHELLE Cedex 1

tél : 05.46.50.87.10

De : Henri Dumas [mailto:sete@groupe-henri-dumas.com]
Envoyé : jeudi 6 septembre 2018 17:14
À : TGI-LA-ROCHELLE
Objet : Date pour citation

Bonjour Madame,

Comme suite à votre demande lors de notre conversation téléphonique, vous trouverez en pièce jointe la citation pour laquelle je sollicite du Tribunal Correctionnel une date d’audience.

Je vous remercie pour l’attention que vous porterez à ma demande, une date pas trop éloignée serait bien venue, vu l’urgence.

Respectueusement. H. Dumas »

LE VISAGE DE L’INCROYABLE HAINE

J’étais à l’heure à l’audience, je venais de parcourir 700 Kms pour cela.

M. Brabant était présent flanqué d’un avocat, M. Guigault était absent.

Nous sommes passés en premier.

Et là :

Le Président prend le dossier et dit : « Je me déclare incompétent, Nous sommes dans une audience à juge unique, ce dossier doit passer devant une audience collégiale », soit un juge et deux assesseurs.

Je suis sur le cul.

Je lui fais remarquer que ce n’est pas moi mais sa boutique (comment employer un autre mot) qui a choisi la date, à laquelle je me suis plié.

Je demande s’il propose une autre date, il me dit que non, que je dois citer une nouvelle fois les agents du fisc …

Les bras m’en tombent, je fais remarquer que ce n’est pas sérieux. Alors, je suis menacé de poursuite pour outrage à magistrat.

Bien que se déclarant incompétent, le Président passe la parole à Mme La Procureur de La République. On se demande pourquoi, puisqu’il est incompétent ??? C’est du délire !!!

Celle-ci, dans une crise de violence se voulant autoritaire, balbutie des incohérences incompréhensibles. Pendant ce temps, les avocats présents dans la salle se moquent en complicité du pauvre con que je suis.

Je reste à la barre incrédule, le Président s’impatiente et confirme son impossibilité à juger et son irresponsabilité. Dans son regard toute la haine de ce monde de pillards face à celui qui résiste.

Je demande au Président s’il prendra un jugement allant dans le sens de sa position. Il me dit que oui, sans donner de date, sans que je puisse savoir si ce sera sur le siège ou en délibéré, sans donc que je sache quand je pourrai en faire appel.

Il me fait comprendre que je n’ai plus le droit à la parole… que je n’ai de toute façon pas eu. Je suis obligé de partir.

J’attends avec impatience son jugement.

Car enfin,

Si je me suis retrouvé devant une chambre à juge unique, c’est bien parce que le Procureur de La République a choisi cette date, alors que le parquet avait parfaitement connaissance de la citation, donc de la juridiction nécessaire.

C’est un piège qui m’a été tendu par la justice elle-même, ce n’est pas une simple erreur. La preuve en est rapportée par le fait que le Juge n’a pas proposé une nouvelle date qui se serait imposée aux parties.

Une erreur eut été pénible, mais excusable. Pas ce piège.

J’ai déjà vu beaucoup de choses, mais là nous avons franchi un pas de plus dans l’odieux.

La conclusion s’impose : la justice et les pillards du fisc sont complices.

Ce n’est pas une justice stalinienne, ce n’est pas la STASI, eux croyaient participer à l’avènement d’une autre société. Non, c’est le pillage pur et dur, c’est Vichy.

Ces gens, prétentieux mais très ordinaires, ne sont que les exécutants d’une pensée majoritaire dans la population à qui l’on fait croire que son bonheur passe par la mise à mort d’hommes et de femmes humiliés d’abord — parce que traités de « fraudeurs fiscaux » — puis détruits ensuite pour porter bonheur aux calamiteux. Des barbares tout ça….

Grand bien leur fasse. Bien à vous. H. Dumas

BERCY REJOINT LES PIRES DICTATURES!

 

Le 10 juin 2019, on apprenait qu’en Iran, dont tout le monde connait l’idéal régime démocratique, les autorités avaient mis à la disposition du public un numéro spécial délation.
Dans la novlangue les délateurs sont  devenus des aviseurs.
Avouez que cela a plus de gueule et déculpabilise le salopard qui dénonce.
Sous tous les régimes dictatoriaux les délateurs, hier à la Kommandantur, aujourd’hui au FSB en Russie, au MSP en Chine etc…, ont favorisé la dénonciation.
Maintenant, un nouveau pas a été franchi en la favorisant contre un certificat de bon citoyen ou comme en France contre de l’argent par Big Bercy.
Dénoncez, n’hésitez plus, dénoncez votre voisin, votre patron ou votre ami.
Il n’y a plus de limite dans l’abjection rebaptisée pour l’occasion action citoyenne.
En Iran le collabo a enfin un numéro « vert » pour balancer le mauvais citoyen qui prie avec parcimonie ou dans la mauvaise direction. Vous pouvez éventuellement dénoncer votre concurrent. L’anonymat vous est garanti.
Sans anonymat le collabo à la répression n’existerait pas.
Grâce à l’anonymat et la rémunération Bercy espère doubler son CA des redressements. Et avec l’aide, bien sûr, des fameux et impartiaux tribunaux administratifs.
Le redressement, vrai ou faux, cela n’a plus aucune importance maintenant, est le moteur de nos petites mains assermentées du fisc.
Ceux-ci, confortés par leur syndicat, pensent avoir un rôle de redresseurs de tort en tondant le contribuable.
Ce sont des Robespierre au petit pied doublés de Fouquiet-Tinville
de chambre à la conscience plus qu’élastique!
Une fois que vous êtes dans les filets de Bercy, les jours de votre entreprise sont comptés.

Une fois que vous êtes dans les filets de Bercy, votre tranquillité et celle de votre famille ne sera plus qu’un souvenir.
Bercy en officialisant la délation entre dans le club de plus en plus ouvert des dictatures.
Un exploit qui était prévisible.

Bonne tonte…

E.Bolling