CES INSPECTEURS DES IMPÔTS TORTIONNAIRES et l’expérience de MILGRAM et actes ODIEUX.

Je souhaite répondre dans ce billet à notre grand ami commun , M. DUMAS qui a en fait subi les affres d’un système qu’en son temps MILGRAM avait déjà dénoncé et qui pense à tort que la faute n’incombe qu’aux « tortionnaires » qui tels les KAPO ne sont que SOUMIS.

Imaginez un individu sous autorité de son maître revêtu de la « blouse blanche » qui lui donne des ordres de fonctionnement de la « gégène » chère à ce connard de LEPEN père en son temps en Algérie .
Le Maître dit augmentez la décharge reliée à la victime jusqu’au moment ou celle-ci devient « létale » et même au delà .
Le tortionnaire obéit car l’autorité le couvre et lui donne « blanc seing « 
Le problème est qu’effectivement dans cette expérience de MILGRAM , la gégène et la victime, ne sont pas réellement reliée et sont fictives et que le tortionnaire agit sans le savoir comme si cela était réel , car IL EST COUVERT par l’autorité . 

HELAS en matière fiscale , le lien entre la victime qui reçoit la décharge et le tortionnaire sont réels mais ce dernier est persuadé que ce n’est pas lui l’acteur mais qu’il n’est qu’un simple exécutant .
IL N’EST PAS RESPONSABLE. IL OBÉIT !!!

Les inspecteurs des impôts ainsi que leurs subalternes contrôleurs , agissent comme le tortionnaire ci-dessus décrit et sans conscience car ce n’est pas eux qui décident ou agissent,  mais celui qui leur donne les ordres.

De la soumission à L’obéissance (soumission à l’autorité)
On parle de soumission à l’autorité lorsqu’un individu change de comportement afin de se soumettre aux ordres émanant d’une autorité perçue comme légitime.
Différentes caractéristiques de cette forme d’influence sociale :
– elle se situe à un niveau inter-individuel (conformisme et innovation sont des phénomènes intragroupes)
– elle implique un différent statut entre source et cible d’influence : un rapport hiérarchique:
– la pression de la part de la source d’influence est explicite : il y a volonté d’influencer.
a) L’expérience de Milgram (années 1960-70)
Milgram veut déterminer jusqu’où les individus peuvent aller dans des actes odieux, simplement parce qu’une personne qui représente une supériorité le leur a demandé.
Les participants sont recrutés par petite annonce.

Au moment où un participant arrive au laboratoire, on lui explique que la recherche porte sur le rôle de la punition dans l’apprentissage. En même temps, un compère (une personne qui connaît le but de l’expérience) se présente.

Par un tirage au sort truqué, on détermine que le compère jouera le rôle de l’élève et que le participant naïf jouera l’enseignant.

La tâche de l’enseignant est de faire apprendre une liste de mots associés (ex : ciel-bleu) à l’élève puis à l’interroger en lui donnant le premier terme.
Le compère fait volontairement des erreurs ( faute au paiement de l’impôt), et l’enseignant doit punir l’élève avec un choc électrique d’intensité croissante (entre 15 et 450V).
Le compère est attaché sous les yeux du participant sur un fauteuil avec des électrodes sur les bras. Le participant est ensuite conduit dans une autre pièce par l’expérimentateur, où il pourra entendre ce que dit l’élève.

On lui confie une manette graduée de 15 à 450V (avec des explications en face de chaque tension quant à la gravité d’un choc sur l’homme).
Évidemment, le compère ne reçoit pas réellement des chocs mais est acteur, pousse des cris.
Le compère donne des réponses fausses selon des séquences préétablies.
Le sujet punit le compère, et à chaque réponse fausse il doit augmenter la tension de 15V. Celui-ci mime la douleur et fait progressivement signe de vouloir arrêter l’expérience. Lorsque le sujet hésite ou refuse de continuer, l’expérimentateur insiste pour qu’il continue.
L’expérience est considérée comme terminée lorsque le participant demande trois fois d’arrêter ou inflige trois chocs de 450V. ( 4 millions d’euros de rappels)
On met en place des groupes contrôles, où les participants choisissent eux-mêmes l’intensité à administrer.
65% des participants ont été jusqu’au bout, soit la mort de l’élève, par trois chocs de 450V.

JE PEUX DONC VOUS AFFIRMER QU’EFFECTIVEMENT 65 % DES INSPECTEURS SONT PRÊT à  ALLER JUSQU’AUBOUT , C’ESTA DIRE à VOTRE MORT CIVIQUE

Dans les groupes contrôles, on n’a administré que des chocs faibles.

On en déduit que l’obéissance s’explique par soumission à l’autorité et non pas par choix.
Cette expérience est reprise dans différentes cultures et l’on obtient des résultats similaires.
b) Comment expliquer la soumission à l’autorité ?
Facteurs psychosociaux :
– Les sujets obéissent à un personnage doté d’autorité, abandonnent leur état d’autonomie pour adopter un état d’agent.
Ils ne se sentent plus responsables de leurs propres actes, se considèrent comme l’instrument de la volonté d’autrui.
Ils ne se posent plus la question du bien ou du mal, estiment qu’ils n’ont pas à juger leurs propres comportements.
– Intériorisation d’une norme de soumission : la soumission est une norme sociale apprise dans l’éducation.
– L’engagement : le choix d’un comportement me pousse à continuer ce comportement (« j’y suis, j’y reste »). Le sujet est progressivement engagé dans l’escalade des punitions (15v par 15V).

Les résultats de Milgram s’expliquent aussi par des facteurs du contexte (Milgram est connu, n’est jamais remis en question, son laboratoire est renommé…)
c) Les facteurs susceptibles d’atténuer la soumission à l’autorité
> Proximité de la victime : Donc éloignement de la victime et du bourreau dès que les choses sont trop dure ce qui est le cas après vérification , vous n’êtes plus que du papier, un dossier.
– contact physique (l’enseignant doit appliquer la main de l’élève sur une plaque électrique) : 30% d’obéissance
– proximité (enseignant et élève dans la même salle) : 40% d’obéissance
> Prestige institutionnel plus faible (bureaux délabrés, expérimentateur inconnu) : 48% d’obéissance
> Autorité perçue comme non légitime (ordres venant d’un compère) : 0% d’obéissance
> Autorité remise en question par un autre expérimentateur : 0% ; par un compère : 10% d’obéissance
> Éloignement de l’autorité (expérimentateur dans une autre pièce) : 21% d’obéissance (les participants mentent à l’expérimentateur

CONCLUSIONS : A bon entendeur salut et vive la continuité du contrôle fiscal ayant intégré ces principes

Francis Le Poizat

A propos Francis Le Poizat

Bonjour , Cela fait un certain temps que j'interviens sur ce site . Certain veulent connaître mon historique. SIMPLE : Issu d'une famille très modeste ( père breton mousse à 12 ans et d'une mère Polonaise immigrée en 1938 pour bosser dans les fermes ) , 3 enfants son nés . Moi, le 2ème en 1950 . Pas de viande à table, seulement du poulet et du lapin production maison , pauvreté des années 50 obligeait. Donc, ces bons citoyens ne croyaient qu'en l'éducation et en l'espoir d'une vie meilleure pour leurs enfants suite à des études. Les bretons et les Polonais sont un mélange détonnant qui abouti à créer des être doublement entêtés et attachés à la parole donnée . J'ai donc commencé à travailler à 15 ans dans des petits boulots divers en continuant mes études secondaires et supérieures ( parfois 3 job en même temps et 3 heures de sommeil par jour ) et surtout aidé par mes parents pour le logement et les autres questions de simples contingences Vers l'âge de 24 ans, bac plus 5 en sciences économiques et droit je commence une activité dans le privé ( boursicotage) avec grand succès et pour m'éloigner de PARIS où une femme me "collait un peu trop", je vais à CLERMONT FERRAND en ayant appris ma réussite au concours d'inspecteur des impôts ( payés nourris et logés pendant un an) Le rêve.Et en plus des femmes à foisons ... je m'arrête sur une , je l'épouse et nous sommes encore ensemble 40 ans après . Elle me convainc de rester dans cet univers . N'ayant qu'un salaire modeste mais ayant réussi des opérations de bourse assez intéressantes , ce job n'était qu'une occupation dans laquelle je continuais à agir avec ma personnalité forte et nous avons obtenu un statut financier assez aisé, très envié par mes collègues et ma hiérarchie elle même . Inutile de vous dire le nombre de heurts que j'ai eu avec celle-ci qui me considérait comme un excellent technicien mais comme un mauvais fonctionnaire, car je n'obéissais pas . Moi, je répondais qu'ayant prêté serment de probité je ne pouvais me parjurer et que je ne pouvais faire mon travail qu'honnêtement. Ils n'ont donc jamais pu me prendre en défaut de faute professionnelle mais me reprochaient mon entêtement et le respect de l'honneur . L’OBÉISSANCE AVANT TOUT ! C'est ainsi. J'étais en fait indépendant et je n'ai jamais été à l'origine du dépôt de bilan d'une entreprise car je gardais secret par devers moi , mes rapports avec les administrés et à la fin, un accord de "gentleman agrément" était toujours trouvé honorablement . J'ai donc quitté ce "milieu" mafieux" in fine il y a 10 ANS, car fatigué de cette course à la "fiche statistiques" et écœuré par ces olibrius obnubilés par leur carrière de "petits fonctionnaires" le doigt sur la couture du pantalon . Cela fait donc un temps certain qu'après avoir acquis des "connaissances" parfaites dans le domaine fiscal, je les utilisent contre mes anciens "congénères" qui sont restés toujours des singes . Mon dernier Directeur, quand j'ai quitté le fisc m'avait demandé ce que je ferais ensuite et lorsque je lui ai annoncé ma reconversion en avocat fiscal, a été soudainement outré en hurlant "ON VOUS A NOURRI" et maintenant vous allez nous attaquer avec tout ce qu'on vous a appris ? J'ai répondu que j'avais été payé ( mal) et non nourri pour faire du bon travail et que maintenant j'allais travailler aussi bien pour un meilleur rendement EH OUI MONSIEUR. ET AVEC UN PLAISIR IMMENSE ET INCOMMENSURABLE Un petit plus ! Je connais ces gens là car je les ai pratiqué de nombreuses années et ils savent que je sais tout d'eux. Ils vous font croire qu'ils sont vertueux , donneurs de leçons et respectueux des lois ? C'est tout le contraire . J'ai fais une liste pendant tout le temps que j'y étais et j'ai des noms et des faits, hélas, prescrit tel qu'un directeur divisionnaire chargé du contrôle fiscal qui ne payait pas ses impôts parce qu'il ne déposait pas de déclaration . Tout simple et tranquille! De même, un Directeur chargé des succession et de l'ISF qui dépassait les limites de 10 fois, et qui bien entendu, se désempressait de déclarer. Un autre qui ne déclarait que la moitié de ce qu'il touchait au nom d'une prétendue exonération pour frais de mission inexistante . Ces gens là ? INTOUCHABLES! ET CE SONT EUX QUI VOUS ASSIGNENT EN JUSTICE POUR VOUS SAISIR ET MONTER DE GRADE AVEC (50 % de leurs rémunérations non soumises aux charges sociales - PRIMES hors salaires ! - ) CONCLUSION : Y a t-il une morale publique ? Vu de l'intérieur je suis témoin que NON ! Et ils n'osent pas m'affronter par crainte de divulgation des réalités sordides de ce milieu . Croyez en mon expérience au sein du "saint graal" ces gens là sont malhonnêtes et se foutent de l'HUMAIN . Ce qui compte n'a rien à voir avec ce qu'ils annoncent , leur carrière , leurs résultats statistiques , la compétition interne et surtout le VASE CLÔT dans lequel ils évoluent ensemble sans voir l'extérieur : équité ; morale ? etc ...........? ils s'en foutent ? ILS SONT ENTRE EUX, ET VOUS N'EXISTEZ PAS AUTREMENT QU'EN TERME DE DOSSIER ! Et l'être vivant derrière ? rien à foutre !

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (4 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

5 réflexions au sujet de « CES INSPECTEURS DES IMPÔTS TORTIONNAIRES et l’expérience de MILGRAM et actes ODIEUX. »

  1. Je suis tout a fait d accord avec tout ceci…j en ai fait l experience …et cela continue…j’ai une inspectrice tortionnaire qui me harcelé depuis des mois…je reconnais que j ai accumule des impôts de retard mais que je régularisé tous les mois …mais cette personne m a carrément écrit que je prenais l argent de l état pour une société de crédit etc….elle a fini , malgré mes règlements , par demander a l huissier du trésor public de me faire une saisie sur mes meubles….par la suite c est saisie a été levé …car j ai pu après avoir écrit a la direction départementale de ma région , obtenir un accord qui en résulte au même montant de ce que donnais avant….bref beaucoup de stress de larmes ….mais au moindre retard de 8 ou 15 jours j ai des menaces téléphoniques de l huissier….bref elle me surveille et a la moindre faille …ça recommence …j ai une épée damoclès au dessus de la tête en permanence….. Vive la France …c est répugnant ….

  2. Bsr,
    je rappelle juste au passage qu’un fonctionnaire peut parfaitement désobéir à un ordre si celui-ci est illégal et préjudiciable envers le public!

    -cet article a oublié de préciser que le dit agent fiscal spolie les contribuables car il veut ses vacances à dates prévues et que son avancement est tributaire du zèle accordé.
    @+

    1. Pourtant l’histoire nous l’a appris , l’empire romain est tombé à cause des impôts (d’où le nom fisc), la révolution française a eu lieu à cause des impôts qui n’étaient pas très élevés à cette époque par rapport à nos jours (5à 10% selon des économistes).

      Comment se fait ils que tous nos politiciens (de gauche à droite et de droite à gauche) ne réagissent pas?

      Quand Fillon a dit qu’il avait emprunté de l’argent pour payer ses impôts , ce ne doit pas être d’aujourd’hui , il doit bien comprendre qu’il y a trop d’impôts .
      Idem pour Macron qui a dit la même chose .

      Mais ils continuent quand même , ils ont vraiment un problème…

      Nous sommes revenus au temps où même les esclaves payés pour travailler (remarquez c’est un peu ça avec la patente et l’impôt la remplaçant)

      Quand comprendront ils?

      Lorsque Lemaire demande à Florent Pagny de ne pas s » expatrier au Portugal , que va t’il faire ? lui appliquer une baisse d’impôts pour le faire rester en France , si cela était fait , il devrait l’appliquer à tout le monde .

      J’espère que Florent Pagny va aller au Portugal et que d’autres vont le suivre .
      Il faudra bien qu’un jour ils comprennent , pourtant Macron demande aux expatriés de revenir en France , d’accord mais avec quel taux d’imposition?

      Quand on sait que dans les autres pays il n’y a pas de CGG de RDS , que les impôts sont plus faibles et que les contrôles fiscaux sont rares, on n’a pas envie de revenir , nous ne sommes pas Masos .

      Quand on pense que nous avons plus de personnel au Ministère des finances en France qu’aux Etats Unis , nous devrions nous poser des questions?

      De plus paraît il que Bercy a un immeuble dans Paris où ils ont recruter des Hackers , donc ils vont entrer , non ils entrent dans nos systèmes informatiques, nos ordinateurs . nos comptes bancaires, nos mails personnels etc etc
      à quand la puce sous la peau de la main comme l’expérimentation actuelle en Suède ? la fiction est hélas réelle aujourd’hui .

      COURAGE FUYEZ pour ne plus être un esclave .

  3. Exactement les mêmes comportements que les soldats nazis à partir de l’arrestation des personnes jusqu’à leur extermination dans les camps:
    – un officier supérieur demande à officier (chef) de faire une rafle et d’envoyer les prisonniers dans les camps
    -le chef , après la rafle,demande au soldat de faire monter les individus dans un wagon de train et de les fermer, il le fait ,pour lui c’est un ordre , il obéit , il a fait son devoir.
    – le même chef demande à un autre soldat de garder le wagon avec les prisonniers et de voyager dans le train jusqu’à destination , il obéit , c’est un ordre .
    – le train avec ses prisonniers et soldats gardiens , arrivent à destination ,
    un autre chef leur demande de faire sortir les prisonniers et de les rassembler dans une cour , ils obéissent , ils le font , c’est un ordre .
    – les premiers soldats ont fini leur travail : arrestation et « livraison ». ils peuvent se reposer et repartir .

    – un autre chef demande à d’autres soldats de séparer les femmes avec les enfants et les hommes et de les amener dans les baraquements , ils obéissent ,ils le font , c’est un ordre.

    -un chef demandent aux soldats d’amener les femmes et les enfants à la « douche » et de les enfermer , ils obéissent , ils le font , c’est toujours un ordre
    la mission des soldats est terminée .
    – ce même chef demande à d’autres soldats d’ouvrir les vannes de gaz , ils obéissent , ils le font , ce sont les ordres .
    – vous remarquerez que c’est toujours un chef qui donne les ordres qu’il a reçus lui même d’un supérieur , il obéit aux ordres et donne ses ordres à des subalternes , ainsi de suite …

    Question: le simple soldat , aurait il réalisé toutes les étapes , de l’arrestation jusqu’à l’extermination s’il avait dû tout faire tout seul?

    Dans les impôts je pense que c’est un peu ça , un ordre de contrôle doit arriver du haut de la hiérarchie (officier supérieur), puis transmis à une direction qui transmet à une brigade dont l’inspecteur principal (le chef) transmet à un contrôleur (le soldat) qui va se charger d’amener « le prisonnier (contribuable vérifié) à la « douche » … mais qui ouvre les vannes de gaz?

    tous complices? ou un contrôleur exécuterait il toutes les étapes tout seul ,jusqu’à la mise à mort?

    Comme nous savons tous que certains « contrôles fiscaux  » amènent des personnes faibles , (il y en a des fortes qui encaissent bien mais aussi des faibles) qui sont complètement apeurées , ne comprennent pas ce qu’il leur arrive , sont désespérées et ne voient une solution que dans le suicide , ne pouvant plus supporter la pression du contrôle , des redressements qui vont les mettre au tapis , toute leur vie de travail et de labeur anéantie par un contrôleur des impôts.

    M.Le Poizat ? cette comparaison peut elle s’avérer similaire ? car il y a quand même souvent des « mises à mort »

    EXPAT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *