Cette dette qui va nous exploser à la figure

A la suite de la décision du gouvernement de « desserrer les cordons de la bourse » en réponse au mouvement des gilets jaunes, il apparaît intéressant de se pencher sur une question qui va finir se poser de manière lancinante et inéluctable : la dette de l’Etat qui n’est rien d’autre que la dette collective de tous les français.

En 1978 la dette publique était de 74 milliards €. En novembre 2018, elle s’est établie à 2.322 milliards € et représente 99.3% du PIB. Cela signifie qu’en 40 ans, l’Etat a dépensé, en € courants, 2.248 milliards € de plus que ses recettes fiscales et revenus annexes ; ce qui représente une moyenne de 56,2 milliards € par an.

Année Proportion du PIB Valeur (en milliards d’euros courants)
Dette publique Solde public Dette publique Solde public
1978 21,2 % −1,8 % −74,0 −6,3
1979 21,1 % −0,5 % −84,4 −1,8
1980 20,8 % −0,4 % −94,1 −1,9
1981 22,0 % −2,4 % −112,4 −12,3
1982 25,4 % −2,8 % −148,6 −16,6
1983 26,7 % −2,5 % −173,6 −16,5
1984 29,1 % −2,7 % −205,7 −19,3
1985 30,7 % −3,0 % −232,6 −22,5
1986 31,3 % −3,2 % −255,0 −26,0
1987 33,7 % −2,0 % −288,3 −17,2
1988 33,6 % −2,6 % −311,2 −23,7
1989 34,4 % −1,8 % −343,4 −17,8
1990 35,6 % −2,4 % −374,9 −25,6
1991 36,5 % −2,9 % −398,2 −31,3
1992 40,2 % −4,6 % −454,9 −52,0
1993 46,6 % −6,4 % −531,7 −72,6
1994 49,9 % −5,4 % −588,6 −64,0
1995 56,1 % −5,1 % −683,5 −62,2
1996 60,0 % −3,9 % −751,3 −48,9
1997 61,4 % −3,7 % −794,1 −47,2
1998 61,4 % −2,4 % −829,4 −32,2
1999 60,5 % −1,6 % −847,6 −22,5
2000 58,9 % −1,3 % −870,6 −19,5
2001 58,9 % −1,4 % −897,4 −22,1
2002 60,3 % −3,2 % −956,8 −50,2
2003 64,4 % −4,0 % −1 050,4 −65,5
2004 65,9 % −3,6 % −1 123,6 −61,2
2005 67,4 % −3,4 % −1 189,9 −59,3
2006 64,6 % −2,4 % −1 194,1 −45,2
2007 64,5 % −2,6 % −1 252,9 −51,2
2008 68,8 % −3,3 % −1 370,3 −65,0
2009 83,0 % −7,2 % −1 607,9 −138,9
2010 85,3 % −6,9 % −1 701,1 −137,4
2011 87,8 % −5,2 % −1 807,9 −106,1
2012 90,6 % −5,0 % −1 892,5 −104,0
2013 93,4 % −4,1 % −1 977,7 −86,5
2014 94,9 % −3,9 % −2 039,9 −83,9
2015 95,6 % −3,6 % −2 101,3 −79,7
2016 96,6 % −3,4 % −2 152,5 −75,9
2017 96,8 % −2,6 % −2 218,4 −59,5
2018 (PLF 2019) 99,3 % ? –2 322,0  -107
2019 (PLF 2019) 98,6 % −2,8 % ? ?

Source Wikipedia

Si l’on divise le montant total de la dette par le nombre de français (60 millions) nous aboutissons à un solde de -38.700 € par français (bébés compris) ; laquelle somme représente le montant du niveau de vie qui a été distribué aux français, en 40 ans … sans qu’il y ait création de richesse correspondante.

Pour dire les choses autrement, l’Etat a dopé, par l’emprunt, le niveau de vie de chaque français en moyenne de 967 € par an au moyen d’allocations sociales, de services gratuits, de retraites, de salaires … la liste est très longue.

On peut dire enfin, ce qui ne manquera pas d’en faire hurler certains, que les français se sont collectivement enrichis sur le dos de l’Etat à hauteur de 2.322 milliards € !

Il s’agit évidemment d’une moyenne ; certains n’ont rien reçu ou presque et d’autres beaucoup.

Certains vous expliqueront, pour la justifier, que la « dette est bonne » ce qui est une affirmation tronquée. La dette peut être bonne s’il s’agit d’investissements durables, que le capital emprunté est remboursé et si le taux de croissance du PIB est supérieur à celle de la charge de la dette car alors la croissance permet de dégager les ressources nécessaires pour rembourser les sommes empruntées.

Or, l’examen du tableau fait apparaître que la dette enfle sans fin et progresse beaucoup plus vite que le PIB. L’Etat emprunte donc toujours plus d’abord pour rembourser les anciens emprunts venus à échéance mais aussi pour payer une partie de ses frais de fonctionnement et cette situation n’est évidemment pas tenable sur la durée surtout qu’au-delà de 100% du PIB, une dette est considérée comme dangereuse pour l’économie du pays.

Que recouvre le PIB (produit intérieur brut).

Le PIB est censé retracer l’activité économique et incorpore, de manière arbitraire, le PIB marchand et le PIB non marchand ; alors qu’ils n’ont pas la même nature. Le PIB marchand est celui dégagé par l’activité économique – c’est la production de biens et services qui correspond à une création de richesse. Le PIB non marchand est celui des administrations publiques qui ne produisent … rien !

Le PIB apparaît donc complètement artificiel car, à bien y regarder, l’activité des administrations ne constitue pas un poste de recettes mais une charge !

Il est dès lors facile de comprendre que seule l’activité économique, correspondant au PIB marchand, est de nature à dégager les ressources qui permettront de rembourser les dettes contractées.

Or, le PIB marchand ne cesse de décliner. En 1974, il représentait 70 % du PIB total, en 2007 il ne représentait plus que 50% et, en 2012, il est tombé à 43 % du PIB total (avec 57% de dépense publique) ; ce qui explique par ailleurs que 75% des produits manufacturés vendus en France soient importés !

Il y a un moment où il faut tirer les conséquences de la situation : La soutenabilité de la dette repose sur la seule économie marchande et sur la valeur ajoutée qu’elle dégage ; laquelle est, pour l’essentiel, le fait des entreprises puisque nous payons nos importations grâce aux marchandises et aux services que nous vendons et que l’énorme déficit du commerce extérieur (62 Milliards € en 2017) correspond globalement à l’endettement contracté annuellement ; c’est à dire à la richesse que nous empruntons pour financer notre train de vie.

Conclusion qui s’impose : plus notre création de richesse diminue et plus nous devons emprunter si nous voulons conserver notre train de vie ; ce qui n’est pas possible !

Comment en est-on arrivé là ?

On peut fustiger l’Europe, l’€, les fraudeurs, les paradis fiscaux, les GAFA ; la vérité est toute simple et abrupte : cette dette accumulée tient au fait que nous vivons depuis 40 ans au dessus de nos moyens et les autres n’y sont absolument pour rien !

En effet, les politiciens, par clientélisme, ont distribué de l’argent que l’Etat n’avait pas à l’occasion « d’aventures économiques » très coûteuses, telles que :

– la relance de 1981 qui a failli nous mettre en faillite et nous placer sous la tutelle du FMI,

– le recrutement abusif de fonctionnaires utilisé comme variable d’ajustement du chômage. On estime que, rapporté à la population, il y a un million de fonctionnaires en trop qui représente, sur 60 ans, une charge budgétaire de 3.600 milliards € en comptabilisant à la fois la carrière professionnelle et la retraite. voir (ici) !

– la retraire à 60 ans, alors que la démographie montrait de manière certaine que c’était une fausse solution qui menait à la faillite de nos régimes de retraite,

– les 35 heures qui ont désorganisé le marché du travail,

– le traitement social du chômage et les mises en préretraite à 56 ans pour faire baisser artificiellement un taux chômage à propos duquel Mitterrand a déclaré « on a tout essayé »,

Cette pratique n’est pas propre à la France mais elle a été rarement faite sur une aussi grande échelle qu’en France ; avec des effets collatéraux particulièrement néfastes (coût élevé du travail, défaillances d’entreprises, délocalisations, chômage élevé, taux d’emploi faible, durée du travail faible, administration pléthorique, coûts sociaux élevés) engendrant des prélèvements obligatoires et des transferts sociaux très élevés qu’il faut financer.

Pour seulement stopper les déficits, il faudrait donc amputer le pouvoir d’achat des français, en moyenne, de 967 € par an par français et, pour rembourser en suivant une pente descendante sur une durée identique de 40 ans, à nouveau de 967 € par an.

C’est donc pas moins de 1.935 € par an, en moyenne et en € constants, qu’il faudrait ponctionner sur chaque français (bébés compris) par le biais d’une diminution des salaires, des pensions et « aides sociales ». Cela représente, pour une famille de 4 personnes, rien moins que 7.740 € par an !

Les conséquences en découlant sont à la fois effrayantes et redoutables ; ce qui nous amènera, dans un prochain article, à rechercher des solutions à cette situation tout en situant à sa vraie place le faux débat de la répudiation d’une dette qui serait illégitime …

Bien cordialement à tous !

Dominique Philos

A propos Dominique Philos

Navigateur, né en 1958, titulaire d’un DEA de droit commercial de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, je suis un ancien avocat en droit fiscal et droit des sociétés. Je partage ma vie entre la France et la Grèce. Européen convaincu, persuadé que le libéralisme est la seule option possible en matière économique, intransigeant sur les libertés individuelles, j’ai un ennemi : l’étatisme qui détruit le tissus économique et social.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (7 votes, moyenne : 4,86 sur 5)
Loading...

14 réflexions au sujet de « Cette dette qui va nous exploser à la figure »

  1. Que recouvre le PIB (produit intérieur brut) ? Ce PIB en cache un autre, un PIB que l’on ne voit pas.

    Le PIB des statisticiens incorpore, en un seul tout artificiel, le PIB marchand et le PIB non marchand.

    Alors qu’ils ne sont pas- du tout, du tout -de la même nature. Les mettre ensemble, c’est mettre des moutons noirs avec des brebis blanches en ajoutant aux portes de la bergerie des loups gourmands.

    Le PIB marchand, celui des brebis blanches est celui qui est dégagé par la véritable activité économique. Celle qui correspond à la production de biens et services aboutissant à une création palpable de richesses.

    Qui plus est, cette production marchande est désirée, voire convoitée. Parfois après un marchandage par les consommateurs dans les boutiques. Rien de tel n’existe dans les bureaux administratifs.

    Vous devez vous exécuter. Point de discussions, pas de marchandages ! Mais des exonérations, des exemptions oui ! Mais elles sont réservées à certaines personnes.

    La valeur d’un bien marchand se situe entre la convoitise de l’acheteur et les nécessités du vendeur.

    La valeur d’un bien non marchand est écrasée entre les obligations grandissantes des citoyens, ceux d’en bas et les horaires de plus en plus réduits des fonctionnaires de service.

    Parfois les services publics aident certains citoyens : type Etat providence. Parfois d’autres concitoyens les ont en horreur : exemple les multiples CERFAS sans oublier les contrôleurs, les bien aimés d’Henry.

    Le service public, bien souvent, est vu comme du temps perdu (les horaires plus courts des administrations étant difficilement compatibles avec ceux plus longs des travailleurs), une corvée, non pour se faire plaisir, mais le déplaisir le plus réduit pour faire plaisir aux fonctionnaires.

    Bien souvent le PIB non marchand est un ensemble de démarches aux services des fonctionnaires du service public. Le public se met, ainsi, au service des fonctionnaires des services publics.

    Le mouton noir, le PIB non marchand, est construit par les administrations publiques qui ne produisent rien d’autre que des services publics mettant le public à leur service.

    Les uns, cependant, sont désirables et désirés (Etat régalien). Les autres sont exécrables (les papiers, les cartes, les inscriptions, les impôts, les taxes et les amendes des radars !

    Le PIB avec ses deux parties opposées apparaît donc complètement artificiel. L’activité des administrations ne constitue pas un poste de recettes. C’est une charge, une dépense !

    Alors que l’impôt devrait servir à un investissement que le pays verse pour l’intérêt de tous, il est devenu le moyen de faire vivre des hauts fonctionnaires qui créent leur activité, qui la compliquent, qui embauchent pour recevoir, dans de nouvelles obligations, le public.

    C’est ainsi que la dette est devenue immense. Inutile de tergiverser.
    La dette peut être bonne s’il s’agit d’investissements durables, que le capital emprunté est remboursé et que si le taux de croissance du PIB est supérieur à celle de la charge de la dette.

    Car alors la croissance obtenue par l’instauration d’un paradis fiscal à la place de l’enfer fiscal permettrait de dégager les ressources nécessaires pour rembourser les sommes empruntées. Ce n’est pas du tout le cas.

    Il y a un moment où il faut se décider à tirer les conséquences de la situation : La soutenabilité de la dette repose sur la seule économie marchande et sur la valeur ajoutée qu’elle dégage. En 1789 :

    A la veille de la Révolution Française, CALONNE succédant à Turgot et à Necker, les ministres les plus éclairés, pouvait écrire ; « Si tant d’abus ont résisté jusqu’à présent à l’opinion publique, c’est qu’on a voulu faire par des opérations partielles, ce qui ne pouvait réussir que par une opération générale ».

    Par conséquent on peut encore agir sur deux leviers : réduire le PIB non marchand, faciliter la vie de ceux qui construisent en sueur le PIB marchand.
    « Lequel est, pour l’essentiel, le fait des entreprises puisque nous payons nos importations grâce aux marchandises et aux services que nous vendons et que l’énorme déficit du commerce extérieur (62 Milliards € en 2017) correspond globalement à l’endettement contracté annuellement ; c’est à dire à la richesse que nous empruntons pour financer notre train de vie. »

    Conclusion qui s’impose : plus notre création de richesse diminue et plus nous devons emprunter si nous voulons conserver notre train de vie. Or ceci n’est pas possible ! Dominique philos le sait.

    Mais, s’il analyse parfaitement le passé et le présent, il n’ose pas se lancer dans une solution d’avenir. Je crois qu’il a sa petite idée, mais qu’il la garde !
    Henri prend, lui aussi, conscience qu’une autre solution radicale existe, en dehors hors celle de l’alliance incestueuse élus-administration.

    « C’est ce que découvre la France avec les Gilets Jaunes. Ils sont le court-circuit qui a fait sauter la juteuse combine de l’association contre nature de nos élus avec notre administration.

    Qu’importe qui ils sont, ce qu’ils ont à dire, ce qu’ils deviendront. Leur mission est accomplie. Le pouvoir ne sera plus jamais ce qu’il était devenu.
    L’administration, nos fonctionnaires, ne sont plus les maîtres qu’ils ont cru être dans le secret des ministères, ils redeviennent ce qu’ils auraient toujours dû être, ce pourquoi nous les payons, les employés de nos besoins collectifs que nous souhaitons discrets, à leur place, loyaux et serviables. »

    Que les élus qui souhaitent demain nos suffrages préparent leurs téléphones et apprennent à communiquer directement avec nous tous. C’est leur avenir.

    Que nos administratifs oublient le pouvoir politique, ils s’y sont brulés les ailes, y ont laissé pour longtemps leur réputation d’intégrité et de service. Leur intérêt et le nôtre sont qu’ils reprennent leur place de serviteur de l’Etat – de nous –, qu’ils n’auraient jamais dû quitter.

  2. rapide survol :
    de 1978 à 1980 tendance baissière due au gouvernement Barre/Giscard, curieux n’est-ce pas ?
    Quant aux années Mitterrand . . . (81 à 95) on passe de 22 à 56% du PIB !!!!
    puis Chirac à partir du 17 mai 1995 au 16 mai 2007 augmentation de 60 à 64% !!
    Nicolas Sarkozy du 16 mai 2007 au 15 mai 2012 de 70 à 90% du PIB !!!
    François Hollande du 15 mai 2012 au 14 mai 2017 de 90 à 96% !
    Emmanuel Macron à parti du 14 mai 2017 . . . 97% à ??

  3. Pour résumer, je pose que j’ai toujours vu entre 30 et 50% de gaspillages publiques qui ne sont pas pris en compte dans votre calcul. Il n’est pas pris en compte non plus les intérêts sur de l’argent virtuel, qui aspirent l’argent réel permettant de spéculer sur la mort des citoyens. Ou bien les centaines de milliers de textes de lois et décrets qui multiplient les pièges, les sens interdits, les « t’as pas le droit », pour donner du pouvoir à des irresponsables qui pratiquent une chasse à l’homme qui produit le nécessaire.
    Ou encore les contrôles fiscaux entre les mains d’individus qui détruisent les outils de travail élaborés par d’autres et transforment des gens actifs en improductifs !…

    1. Je ne calcule rien …
      Je ne fais que tirer les conséquences des chiffres disponibles
      Il est évident qu’on n’en n’est pas arrivé là sans un gaspillage monstrueux …
      Le résultat de l’Etat stratège dirigé par la haute administration c’est juste la faillite.
      Le problème c’est qu’une majorité de français croit encore à l’Etat !

  4. Un rappel d’une Réflexion personnelle donc non exempte de critiques, d’un homme de terrain : J’en ai entendu des mensonges mais la France c’est une synthèse =
    Les Allemands ont perdu en 1945 sur le terrain. Mais avec l’Europe ils développent la même stratégie de conquête .. Ne soyons pas naïfs . La France n’a pas été à la hauteur elle a joué en seconde division pendant que l’Allemagne jouait les premiers rôles en 1ere dans l’industrie en tout particulier.
    La France est devenue un pays de tourisme (comme Hitler l’avait prévu), de rentiers et de privilégiés qui ont besoin d’esclaves comme le feu empire Romain et Grec. La France souffre de son administration, du nombre d’élus, d’un système démocratique, d’un gouvernement et de ses collectivités territoriales gargantuesques au détriment des services Régaliens . Cela empêche le progrès et le développement économique , ceux qui créent sont étouffés par la massification de l’ETAT. Cette massification de l’ETAT guide le pays dans la haine, la jalousie de l’autre qui travaille dans l’économie mondiale et qui crée les richesses . L’ETAT est devenu une entreprise qui comme les Shadocks grignotent les Gibis . l’ETAT Français devrait aider les TPE-PME au développement économique mais il tue à petit feu ces TPE-PME en pensant s’enrichir et favorise les multinationales. Les Taxes et impôts sont devenus le chiffre d’affaire de l’ETAT Français et non une valeur de solidarité .. l’ETAT Français fait du Marketing et de la communication par les jeux et amusements divers ( JO , coupe du Monde…etc) ,démonstration d’un pays en déclin économique. La France est devenu un grand restaurant et terrain de jeux de l’Europe mais en + le service laisse à désirer. L’injustice est devenue un métier , une justice classée 37eme / 43 par la commission Européenne pour l’évaluation de la justice en Europe pénalisant le développement économique , des services régaliens à la dérive , ce pays la France n’a plus le goût de l’absolu . En conclusion La France est un Pandémonium et ce n’est pas un euphémisme. A la ville de Paris il y a 20% de + de fonctionnaires en 10 ans (suivant article du POINT) , mais toutes les Grandes villes ou villes moyennes sont aussi en sureffectif . Car Les partis Politiques se nourrissent de nos impôts et nourrissent leurs adhérents . Du vécu de 1989 à 1995 nous avions réduit l’effectif de la ville de Marseille de 3000 , mais le successeur les a augmentés de + de 3000 et les augmentations des taxes municipales ont suivies..
    Je vous invite à lire cet article titré ‘Monsieur Le Président de La République Emmanuel MACRON et La France’, Vous pouvez voir la suite à l’adresse suivante :
    http://www.temoignagefiscal.com/monsieur-le-president-de-la-republique-emmanuel-macron-et-la-france/

  5. depuis des décennies …. vous avez voté en toute consciences pour des politiques et laisse la carte bleu a l’entarteur !!

    et …ce que l’on peux dénoter ..
    constante augmentation sauf entre effet coupe du monde 98 et crack des technos 2002
    –> ca c’est calme sur le pib , pas sur les dépenses

    après l’époque karcher et François LE BON qui n’a nettoyé que les portefeuilles
    le porte flingue est arrivé ( 2eme coupe du monde) –>qui a fait sauter la banque … ca ne fait qu’EMPIRER sous le règne de JUPITER 1er

    par JUNON, si j’était pythie pro-fête ..en mon pays
    je dirait que
    après les 30 glorieuses
    et la quarante morose
    castagnette et macronette nous préparent des lendemains sombres et qu’a forces de tourner autour d’un rond POING de CRS on va se prendre une branlée pas pèté des ânes-THONS et finir dans la nasse fiscale ou ne se feront prendre que les petits poisons .

    après la loi de Murphy –>ca sera la loi de Bercy .
    « ainsi en va le monde »

  6. la dette est artificielle, elle a été créé pour asservir les Francais, dans le seul but qu’une certaine caste se gave sans rien faire !!

    Bizarre avant la loi Pompidou giscard de 73, la France n’avait aucune dette !!

    C’est un faux debat, il faudrait 285 députés intelligents pour abolir cette loi de 73.

      1. normal que les dépenses augmentent pendant les guerres…cela a toujours été ainsi !!

        Il n’y a aucune fausseté du débat, c’est votre interprétation.

        un pays soit disant souverain aurait parfaitement le droit d’emprunter à « sa » banque de France avec un taux 0 !! Tout le reste etant supercherie intellectuelle.

        Voila une explication simple :

        1) J’ai un fil, il me demande 1000 €, il me rends 950€ … c’est mon probleme et le probleme de personne d’autre. !!

        2) Si demain une loi m’interdit de preter de l’argent à mon fils … il va s’endetter et enrichir des usuriers !!

        concernant le 1) , le fonctionnement de l’etat devrait etre identique … tout vision contraire est tromperie intellectuelle !!!

        1. sauf que vous vous trompez …
          Un Etat ne fonctionne pas d’après les règles du marché
          L’impression infinie de la monnaie est un mythe
          Weimar 1923 : la monnaie se dévaluait d’heure à heure et il fallait payer les ouvriers plusieurs fois par jour pour qu’ils puissent acheter à manger !
          Voir le Venezuela : 79.000 % d’inflation par an – les prix changent tous les jours et la population ruinée est obligée d’émigrer
          Renseignez-vous !
          Par ailleurs, l’UE est une construction résultant de traités que nous avons signés et que nous devons respecter.

          1. LOL je ne parle pas de l’hyperinflation cela n’a rien a voir dans mon cas, mais l’effacement de la dette pour notre souveraineté (du pere), afin de retablir les comptes (du fils) … je dis bien par un état souverain (pere fils ) (etat/peuple) et non régis par les banques centrales !! cela est différent …

            l’etat (le père) rachat d’or a outrance pour se couvrir contre la baisse, avant la faillite (mise à zero des comptes ) .

            je vous rappelle que la dette francaise ne represente que 5% de la richesse française !!

            Tous les francais devraient avoir ce raisonnonement simple … mais personnes à l’honnetete de le dire haut et fort.

  7. Bonsoir. Les politiques dépensent sans compter pour eux et donne 100€ aux smicards. Et nous volent tout ce que nous gagnons Qui plus est inégalité des pensions de réversion. Quelle est la valeur ajoutée d une femme de sénateur
    Par rapport aux femmes veuves qui ont travaillé tout leur vie c est mon cas
    Quelle différence avec. Une femme d agriculteur d ouvrier d employé toutes catégories socioprofessionnelles professionnelles confondue nous demandons
    Même pourcentage de réversion de pension’de veuf et de veuves arrêt des
    Ponctions sur nos retraites Quand on a travaillé. Toute une vie et payé. Y’
    Compris aux banques. Ou j ai paye jusqu à 11 pour cent puis 7 pourcent
    D intérêt pour un emprunt’et ils continuent à nous empêcher de vivre de se
    Faire plaisir après avoir eleve les enfants on ne peut même plus gâter enfants
    Et petits enfants mais lui il gâte les enfants et petits enfants de sa femme on en
    A plus que marre! Une solution quitter l’europe telle qu elle est aujourd hui
    Arrêter l évasion fiscale les cadeaux aux très riches et arrêter de voler l argent
    Des francais comme l a révélé. Mr devSiebelens banquier suisse repenti Qui
    Dit clairement avecmr halley le vol annuel de la france que Macron. Réalisé
    Junker escroc qui volé tous les pays européens y compris le grand. Duché de
    Luxembourg Qui ramasse des millions d euros sur l Europe?! Alors faisons-nous
    Cesser cela. Nous pourrons ainsi aider les francais retraites ab500€ par mois
    Nos jeunes chômeurs av480€ de rsa les gilets jaunes à Moins de 1000€ par mois etc etc. Quand on fonne des sommes exorbitantes aux parlementaires et tout
    Leur train de vie. Quand on dépense 500 000 € pour refaire la salle des fêtes
    Debl elysee qu elle veut refaire les différents pièces. Il y en a 365. Cramponnez
    Vous ils sont tous les deux dans la folie megalomaniaque avec un manteau
    A 3600€ pour aller sur la tombe de nos soldats de la grande guerre morts pour
    Rien?! C est un peu fort moix a raison quelle indecsence.?!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *