Comme ça, en passant…

En une des infos, un Président, en bras de chemise, le micro à la main, ici ou là, fait son show. Un show largement retransmis par des médias au bord de la pâmoison. Comme il beau, comme il est jeune, et surtout, comme il joue bien ! Réponse à tout, la professeure du petit devenu grand et président peut se vanter d’avoir été un excellent professeur. Le comédien joue, nous dit-on, à perfection, sa comédie.

Moi, je veux bien. À mon avis, le plus bel objet de notre monde moderne est la télécommande de ma télévision. Dès que ça me contrarie, clic, je zappe. « Dès que l’enfant paraît », clic, je zappe. Je zappe, donc je ne suis pas.

Non sans me poser tout de même une question : moi je veux bien que le comédien comédie le mieux du monde, et que son parterre l’applaudisse, mais j’ai tout de même une question ; un rôle, mais quel rôle ? Animateur d’un C dans l’air en direct ? Amuseur public ? Maître d’école dans une maternelle ?

Ne me dites pas que le petit monsieur prétend jouer le Président de la République ! Car si tel était le cas, je dirais qu’on ne peut plus mal jouer ! Avec des excuses, c’est vrai, pour le comédien, à l’évidence pas du tout taillé pour le rôle. Vous n’êtes pas de mon avis ? Pas grave, parlons d’autre chose.

« Homme libre, toujours tu chériras la mer. » Suis-je vraiment un homme libre ? Ce qui est sûr, c’est que je le voudrais. Ma femme aussi. Si bien que nous nous retrouvons sur la mer aussi souvent mes activités professionnelles et ses activités affectives (enfants, famille, amis) nous le permettent. Toujours trop selon elle, toujours trop peu selon moi. Ces contraintes ont pour résultat que d’un commun accord, nous ayons choisi de limiter notre bassin de croisière aux Caraïbes, le monde entier dépassant nos capacités de retour en arrière. Peu vous importe, me direz-vous, à juste titre, hâtons-nous vers mon propos : il y a seulement vingt ans, vingt ans, ce n’est rien, n’est-ce pas, pour tous les marins caribéens, les côtes du Venezuela étaient une sorte de Paradis. Moins de quelques années de socialisme plus tard, les mêmes côtes étaient celles de tous les dangers, passez au large, très au large, danger mortel de pirates affamés. Aujourd’hui, à peine plus de vingt années de socialisme, et trois millions de Vénézuéliens ont pris la fuite, ceux qui n’ont pas fui ne pensent qu’à cela. Chavez est mort et s’est réincarné en Maduro, qui a tout son peuple contre lui, à l’exception de son armée qu’il gâte et qu’il corrompt et qui donc le soutient inconditionnellement. Le Venezuela nous montre comme il est facile d’entrer en socialisme, et comme il est en fait à peu près impossible d’en sortir. Ce que démontrent aussi Cuba, la Corée du Nord, la Chine, la Russie. Français, méfions-nous des copains de Maduro, et donc chez nous de Mélenchon.

Impossible d’en sortir, mais pourquoi ? Dans un pays socialiste, d’une façon ou d’une autre, la presse est aux ordres. Pour ce qui concerne la France, case cochée. Opposition muselée. Encore coché pour la France. Cadres des forces de l’ordre (armée, police) extraordinairement gâtés par le pouvoir. Monsieur Macron vient décider de primes extraordinaires à partager entre nos plus hauts cadres militaires. Coché ? Certains silences ne sont-ils pas une forme d’aveu ? Vous n’êtes pas d’accord ? Parlons d’autre chose.

Vous conviendrez avec moi que les gilets jaunes ne sont que l’écume d’un profond sentiment populaire. D’une façon ou d’une autre, il faudra bien trouver une issue. Mais laquelle ? Et pour le Pouvoir, comment faire ?

Longtemps, les chevaux et la haute école ont occupé une large partie de mes journées. (De mes nuits, en réalité, car je montais mes chevaux avant et après ma journée de travail.)

Cavalier plus ou moins autodidacte, nourri de plus de lectures que de leçons, (oui, oui, je revendique d’avoir appris l’essentiel de l’équitation par « correspondance »), j’ai tout de même eu l’honneur de suivre quelques leçons de grands maîtres écuyers, dont celles de Michel Henriquet.

Un jour, je me trouvais assis auprès du Maître, et nous observions dans son manège un jeune cavalier, en plus ou moins grande difficulté, aux prises avec un jeune poulain, en plus ou moins grande révolte, le spectacle produit s’apparentant plus à une partie de rodéo qu’à de la haute école.

Je demandais alors au Maître comment il s’y prendrait, lui, en telle circonstance. La réponse a fusé :

– Comme lui ! Je me cramponnerais du moins mal que je pourrais ! Mais à la vérité, aucune chance que vous ne puissiez jamais observer cela !

– ???

– Tout simplement parce que moi, je ne me serais jamais mis dans une telle situation.

Et de préciser :

– Maintenant, c’est trop tard, il n’y a plus de bonne solution.

Maintenant, c’est trop tard, il n’y a plus de bonne solution.

Vous n’aimez pas ? Tant pis pour vous.

Connaissez-vous cette organisation de marins, les Frères de la côte ? Je vous rassure tout de suite, je n’en suis pas, je ne suis d’ailleurs d’aucune organisation. Mais il y a une chose que j’aime bien chez les Frères. Quand l’un d’entre eux n’est plus d’accord avec les siens, il ne crie ni ne gesticule. Il annonce seulement qu’il « se retire dans la brume ». Pour un temps incertain.

Je me retire dans la brume.

Michel Georgel, 27 janvier 2018

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (10 votes, moyenne : 4,30 sur 5)
Loading...

5 réflexions au sujet de « Comme ça, en passant… »

  1. Le livre Pirates de l’Océan Indien, edit. Feuille de songe 2017 reprend tous les textes de DANIEL DEFOE et d’EDGAR POE et ceux de leurs successeurs, deux lectures conseillées sur les Frères de la Côte.

    En cas de disputes entre pirates, soit ils se battaient, soit ils créaient une colonie à MADAGASCAR ou à MASCARIN (REUNION), pas dans la brume ! En plein soleil !

  2. Merci de votre commentaire, je suis oh combien d’accord avec vous. Combattre la société de connivence, toutes les bonnes volontés doivent s’associer…

  3. J’ajoute que Les politiques n’ont de cesse de féliciter les administrations , les Multinationales qui nous ruinent , et pas un mot à ceux du secteur privé TPE-PME , travailleurs pauvres ..etc , et qui tous les jours se lèvent très tôt pour payer des taxes et impôts gargantuesques.
    Certaines Administrations mais pas seulement qui n’en ont jamais assez pour nous ruiner avec les Multinationales Française qui sont aidées par milliards d’€ suite à des déficits et mauvaises gestions accumulées ( exemple prêt garanti par l’état de plusieurs milliards à taux zéro à Peugeot , comblement par milliards d’€ des pertes d’Air France , Renault, EDF, SNCF….etc, etc , sauvées de la faillite) , des milliardaires par copinages qui n’ont jamais créé d’entreprise.

    Et Les milliards (27) planqués d’ENGIE au Luxembourg pourtant La France est actionnaire à 33%.
    Mais pas seulement , il y a les mêmes optimisations fiscales ou la France est actionnaire comme EDF, TOTAL,VEOLIA,…etc..etc . Alors pourquoi donner des leçons aux GAFA ??=
    Cliquez pour lire la suite : https://lesjours.fr/obsessions/la-grande-evasion/ep16-engie-luxembourg/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *