Comment ça marche (3)

Pour les puristes, ceux que les crapuleries du fisc intéressent, voici un jugement encore perdu  link    et le mémoire en appel link

La suite au prochain numéro.

Pour les autres, je vais vous faire un aveu.

Hier, je suis rentré de Paris vers ma Méditerranée. En passant à Lyon, la pancarte « Genève »m’a ému. C’est la première fois de ma vie, et je ne suis plus tout jeune, que je regarde cette pancarte avec un petit pincement au cœur. D’habitude je suis mon chemin, indifférent.

Entendons nous bien, il ne m’est pas désagréable d’aller à Genève, bien au contraire, mais jamais je n’ai imaginé cette destination avec une pointe d’envie.

Alors que là, soudain, j’ai eu un éclair de compassion pour ces habitants des pays difficiles qui rêvent de pouvoir aller vivre et travailler en France. Ceux qui viennent savent bien que la simple volonté d’émigrer ne suffit pas, que le parcours est  difficile et le résultat rarement à la hauteur des espérances.

Je n’ai pas de peine à imaginer les problèmes que je rencontrerais si je devais m’expatrier, mais pour la première fois la pression que mon pays met sur ma vie m’a fait regarder ailleurs avec envie. C’est terrible.

D’autant plus terrible que la France ne va pas tarder à se transformer en prison. Ce n’est plus qu’une question de mois, la faillite impliquera une fermeture des frontières, c’est incontournable.

Quelle misère. Bien cordialement. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Votez pour cet article)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *