COMPLOT, MANIPULATION ET ESPIONNAGE

Ce sont les trois mamelles de nos sociétés. Chacun se doute… pense que… Qu’en est-il vraiment ? Nul ne le sait avec précision, ce sont des activités naturellement occultes. Mais…

Les  complots. Personnellement je n’y crois pas, pour la même raison que je ne crois pas à l’économie planifiée. J’adhère à la thèse d’Hayek, les rouages d’une société, les intérêts et interconnections individuels sont si complexes que nul ne peut les dominer entièrement. Celui ou ceux qui imagineraient pouvoir se substituer à cette complexité, en maîtriser le fonctionnement par leur seule volonté, que leur but soit sincère ou machiavélique, n’auraient aucune chance d’aboutir, même par la force. Il n’est d’ailleurs jamais mis à jour de complots d’envergure effectifs. Ce ne sont pourtant pas les enquêtes qui manquent à ce sujet.

La manipulation. C’est complètement différent. Il est même objectivement possible d’affirmer que la manipulation est le principe récurant du fonctionnement de nos démocraties. Je vais vous exposer un exemple précis, une manipulation en cours.

Pour des raisons multiples, les responsables politiques ont décidé d’implanter des éoliennes en mer. Des monstres dont l’intérêt est parfaitement relatif. Elles produisent une électricité aléatoire, alors que cette énergie ne se stocke pas, que toute électricité produite non utilisée est perdue. La gestion du réseau demande une maîtrise constante de la production, inadaptée aux fluctuations de production des éoliennes. Ce fait connu de tous, ajouté à l’agression environnementale hors du commun de ces éoliennes, génère une forte opposition. En Méditerranée, seul le golfe du Lion est propice à une implantation. Mais, pêcheurs et responsables touristiques se sont élevés contre tout projet d’éoliennes.

 

Voici donc la manipulation. Les préfets réunis du Languedoc-Roussillon et de la Provence-Cote d’Azur, ont lancé une concertation sur la mise en place de récifs artificiels marins. Il faut savoir que la pêche en Méditerranée est concentrée sur le golfe du Lion. Cette concentration, couplée aux formidables progrès des engins de pêche, a raréfié la ressource au point de mettre réellement en danger cette activité. Les pêcheurs se sentant perdus cherchent tous moyens de conserver leur travail. Les récifs artificiels leurs sont présentés comme une solution possible.

Le hasard m’a fait participer aux réunions préparatoires à la manipulation. C’est ainsi qu’une trentaine de personnes ont été réunies en préfecture, six fois, pour réfléchir sur l’implantation de récifs artificiels. Il s’agissait de fonctionnaires ou dépendants, seules cinq ne l’étaient pas, soit deux représentants des pêcheurs professionnels et trois des plaisanciers. Persuadé de la nécessité de ces implantations,  je m’y suis rendu avec une idée simple. Je proposais que sur les 9.000 bateaux de plaisance qui paient des redevances importantes dans les ports du Languedoc-Roussillon, une partie de ces sommes soit dégagée pour la mer au lieu d’être systématiquement affectée aux gouffres terrestres. 100 € par an et par bateau apportés par les régies portuaires représentant 900.000 €, c’est un récif par an qui pouvait être installé. Logique, mais quelle naïveté.

On me fit vite comprendre que je n’avais rien compris. Le but de la manœuvre était uniquement d’encadrer, pour des motifs fumeux,  l’implantation de ces récifs, pas de chercher les moyens de les mettre en œuvre. Cet encadrement administratif, sous couvert d’écologie à toutes les sauces,  renchérira si fortement le coût des implantations que seuls de très fortes puissances d’argent pourront les  envisager. Par ailleurs, les participants ont majoritairement admis que rien n’empêchait que soit construit des structures hors-mer au dessus des récifs. Pas mal, on approche du but.

C’est ainsi que la ministre en charge de ce projet d’éoliennes a pu déclarer dernièrement à la presse que la Méditerranée, en raison d’une forte opposition, n’était pas concernée par la première vague d’éoliennes uniquement destinée à la Bretagne, mais que, l’année prochaine, un large consensus en cours permettrait de lancer un appel d’offre. Parlant du large consensus, je pourrai dire: « J’y  étais ».

Voilà  une belle manipulation. Dans le bar à côté de chez moi, on appelle ça jouer au billard à trois bandes. Ceux qui ont à connaître des SCOT, PLU, POS ou autres plans d’urbanismes qui décident du devenir de leurs propriétés ont aussi une idée très précise de la manipulation comme moyen de gestion politique. Sachez que la manipulation est partout. Nos plus brillants cerveaux sont formés à l’ENA à ce principe de la manipulation. Les champions toutes catégories étant comme toujours les Inspecteurs des Finances, sortis premiers de la dite école.

Par de faux consensus qui sont de vraies manipulations, en réalité c’est la sincérité qui est éradiquée de nos sociétés. Ceux qui se croient supérieurs lorsqu’ils s’adonnent à cette activité stupide et vicieuse se trompent énormément. Ce sont simplement des tricheurs. On ne peut pas espérer l’épanouissement d’une société quand les tricheurs sont aux manettes. La démocratie a besoin de sincérité, de vérité, pas de manipulations. La paix apparente, trompeuse, découlant de la manipulation n’est qu’une conséquence de l’ignorance dans laquelle celle-ci tient la population. L’accumulation de cette ignorance décuplera la violence à venir  de la contestation qui doit normalement s’exprimer en démocratie.

Lorsque le cerveau de l’individu trompe celui-ci, c’est la folie qui guette. Lorsque les cerveaux qui ont pris en charge la démocratie trompent les individus, c’est aussi la folie qui guette.

L’espionnage. Il va avec la manipulation. Les méthodes, qui font scandale, des journalistes de Monsieur Murdoch ne sont rien par rapport à l’espionnage dont nous sommes victimes tous les jours de la part de nos dirigeants. Pour ceux qui pourraient avoir confiance en leur banquier, sachez que non seulement vous n’avez aucune discrétion à espérer, mais il est même un espion officiel de Bercy. Ouvrez ce lien, vous pourrez lire les textes de loi que nos chers députés ont votés à ce sujet, en 2009: link

Au passage vous repèrerez la manipulation simpliste de mon banquier qui cherche à se débarrasser de moi, à la suite d’un procès qu’il a perdu et dont il ne veut pas payer les conséquences.

Il parait que tout ça, c’est pour notre bien. Cordialement. H. Dumas

 

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Votez pour cet article)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *