DEBOUT LES MORTS, RIEN N’EST JAMAIS PERDU D’AVANCE

Pendant les vacances, Henri Dumas et moi ne sommes pas restés inactifs.
Nous avons porté l’affaire de la Locomotive devant la Cour Européenne des Droits de L’Homme.
Cette affaire est exemplaire à plus d’un titre (lien vers la requête)et dégage tout au long de ces 19 ans un relent des plus nauséabond.
Elle met en pleine lumière le dévoiement des services de l’Etat français à leur but final : spolier, piller et ruiner un entrepreneur.
En matière de justice fiscale, cette cour  européenne est devenue une nécessité absolue car en France, l’expérience prouve que lorsque que l’on se trouve face au fisc, il ne faut pas compter sur la justice administrative de notre pays.
Comme chacun le sait, maintenant grâce à internet, celle-ci est malheureusement complétement inféodée à Bercy.
Même contre un abus fiscal caractérisé, ne vous attendez pas (sauf miracle, et comme chacun sait les miracles n’existent pas) à avoir un jugement favorable : la filière fisc/tribunal administratif est bien rodée.
Depuis des décennies !
Si vous suivez mon affaire, vous savez  que Bercy m’a envoyé devant  le tribunal correctionnel  et que celui-ci, contre toute attente (la leur), m’a reconnu « innocent » de 90% des accusations des impôts à l’égard de mon ex- société la Locomotive à Paris.
Jugement judiciaire donc, et demandé par Bercy, ne l’oubliez pas.
Ce jugement judiciaire qui leur est complétement défavorable ne les a nullement impressionnés.
Ils ont continué à nous poursuivre, comme si rien ne s’était passé, avec les mêmes motifs et avec les mêmes redressements demandés.

Ici commence les pantalonnades :
Nous arrivons donc devant leur tribunal administratif et là, pas de surprise : paf, ni une ni deux, nous sommes condamnés à 100%.
Appel de notre part
Nous passons devant la Cour d’Appel Administrative.
Je ne sais pas ce qui se passe ( sans doute un Président honnête qui n’avait pas été repéré), la Cour d’Appel Administrative se calque sur le jugement du tribunal correctionnel et nous décharge comme lui de 90%.
Comme vous devez le présumer, là-haut, nos énarques de Bercy font la gueule.
Qu’à cela ne tienne, ne pouvant admettre avoir tort (on est en France, et en France, Monsieur, le fisc n’a jamais tort !), ils se pourvoient en Cassation.
Comme de bien entendu, le jugement de la CAA est cassé, non mais !
Rebelote je retourne pour la 2eme fois devant la CAA.
Mais là, ils vont prendre leur temps pour bien choisir la bonne Cour.
Silence dans les rangs !
Nous connaîtrons 8 reports d’audience.
La tâche de trouver une bonne CAA ne devait pas être si aisée que ça…
Bref, nous nous retrouvons à nouveau devant la 2eme CAA et là, vous n’en croirez pas vos oreilles, nous prenons un 50/50.
50/50 de quoi, pourquoi ? Mystère et boules de gomme.
Un jugement « marchand de tapis ».
Jugement Ex Aequo Bono, qu’ils appellent çà, en terme savant.
Ca fait plus joli.

A nous de nous pouvoir en Conseil d’Etat.
Mais là, on commence à les fatiguer, 18 ans qu’on leur casse les pieds.
Notre société est morte et on continue à râler.
Ça suffit, disent-ils, il faut que cela cesse.
ET dix de der : le Conseil d’Etat nous envoie donc une fin de non-recevoir qui confirme le fifty/fifty.
Fin de la partie.
Force reste à Bercy.

Et bien non ! Fin de la partie, oui, mais en France.

Et nous revoilà, toujours nous, increvables, devant la Cour Européenne.
Ruiné mais toujours vivant et toujours aussi révolté comme au premier jour.
Jour où j’ai reçu cette fameuse notification, aberrante, de redressement.
Il y a 19 ans !

En verrais-je la fin ?

Emmanuel Bolling

PS : FORMULAIRE DE REQUÊTE

 

 

Bolling Emmanuel

A propos Bolling Emmanuel

Emmanuel Bolling a été condamné le 12 janvier 2016 par jugement contradictoire à l'égard d'Anne Béot, inspectrice des impôts de Paris 18eme et partie civile. Emmanuel Bolling a été relaxé du chef de diffamation publique. Il a été reconnu coupable du chef d'injure publique envers fonctionnaire publique pour son article du 15 décembre 2014 sur le site témoignagefiscal.com intitulé "certain de leur impunité, rien n'arrête les agents du fisc". Il a été condamné à verser à Madame Anne Beot 500€. Emmanuel Bolling était un des créateurs et des dirigeants de la Discothèque LA LOCOMOTIVE à Paris. Ouverte fin 1986, décédée asphyxiée par le fisc fin 2009(RIP). Elle subira en huit ans trois contrôles fiscaux. 1992, 1996, 2000. E.Bolling contestera le deuxième (1996). Cette contestation justifiée entraînera immédiatement de la part de Bercy une série sans fin de saisies diverses étranglant son entreprise pour finir par la ruiner. Relaxée de l’accusation de « dissimulation de recettes » par le tribunal correctionnel de Paris en 2002, le fisc n’en continuera pas moins à poursuivre LA LOCOMOTIVE et ses dirigeants de son acharnement, pour les mêmes motifs, comme si de rien n'était... En 2014, après 18 ans de procédure, de procès et d’appels (gagnés ou perdus) dont la liste serait des plus ennuyeuse, E.Bolling et ses associés, ruinés, se battent toujours pour que l’on reconnaisse ce redressement pour ce qu’il est : un abus fiscal caractérisé. Il a initié deux nouvelles procédures devant le T.A.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (4 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Une réflexion au sujet de « DEBOUT LES MORTS, RIEN N’EST JAMAIS PERDU D’AVANCE »

  1. Bravo. Ne les lachez jamais…
    Plus facile à dire de mon fauteuil que de votre position. Mais je vous soutiens. Et si vous gagniez, quelle jurisprudence.
    Patience. Je vous souhaite une justice européenne plus rapide que la notre.
    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *