DOSSIERS SENSIBLES ou faites ce que je dis et pas ce que je fais

J’ai récemment fait un billet sur les moyens faramineux de l’administration fiscale en matière d’outils informatiques;
Je pensais que certains feraient des observations sur une citation de ce billet qui est un véritable scandale démocratique et une insulte à l’égalité des citoyens devant la loi , et j’ai été choqué que personne ne réagisse comme si cela était normal ..

Vraiment comme disait DEGAULLE , les Français sont des bœufs et on peut tout leur faire avaler
Que diriez vous si un gendarme ou un policier était interdit de verbaliser un petit gars en scooter comme le fils à SARKO puisqu’il était à l’époque des faits le fils du Président ?
Les services de Police et la Justice ne sont pas soumis à ce handicap qui leur interdirait de toucher aux dossiers dits sensibles dont la classification nous échappe car aucun motif sérieux ne peut être donné à cette mise à l’écart .
Et pourtant , l’administration fiscale a mis en place une sélection des dossiers fiscaux en DEUX TAS:
– Les dossiers de Madame et monsieur tout le monde
– Et les dossiers SENSIBLES.
Les agents des impôts ont ainsi toute liberté de faire des misères aux premiers et interdiction de s’occuper des deuxièmes d’autant plus qu’ils sont OCCULTES DES BASES DE DONNEES informatiques , et que leur accès et leur surveillance est ainsi réservée à la hiérarchie de la DGFIP commençant au niveau des cadres supérieurs ( administrateurs des finances publiques).
Pourquoi , un contrôleur ou un Inspecteur dans le cadre normal de ses missions n’a t-il pas le droit de s’occuper de demander des justifications ou informations à ces gens qui sont classés « DOSSIERS SENSIBLES« ?
C’est un véritable déni de démocratie ou tout simplement d’équité ou de justice ;et cela en toute transparence car le fisc lui même l’annonce au grand jour ( voir mon billet)
QUI SONT LES HEUREUX ELUS DENOMMES DOSSIERS SENSIBLES qui échappent ainsi à tout contrôle dit « normal » réservé à la masse ?
Avant la nuit du 4 aout 1789 , il s’agissait des privilégiés ( noblesse et religieux)
Aujourd’hui on vous annonce donc sans sourciller que le traitement commun ne peut concerner les personnes suivantes :
– Elus à l’assemblée nationale et au sénat
– membres du gouvernement;
– conseillers régionaux et départementaux
– …..cerise sur le gâteau ………..la hiérarchie de la DGFIP
– Et tant d’autres classés de façon discrétionnaire par les soins de BERCY

Je ne trahis donc aucunement un secret professionnel car il est mit sur la place publique sous le terme : « dossiers sensibles » ……sensibles en quoi ?

Moi je connais des êtres sensibles doués de raison et « sensibles à la souffrance de l’inquisition fiscale » , mais d’autres sont donc TROP SENSIBLES et donc écartés , sinon les pauvres déjà handicapés par leur extrême fragilité , pourraient ne pas le supporter .

C’est une question d’humanité que de ne pas les soumettre à la « question » comme les autres qui sont bien plus durs à ressentir la douleur

Petite anecdote personnelle et excusez moi de ne pas citer de nom ni de lieu mais je pourrais avoir des ennuis sinon.

J’ai été dans une autre vie , inspecteur des impôts et ensuite j’ai « divorcé » de cette officine;.
Soit dit en passant , le divorce existe en France et nul ne vous interdit de haïr votre ex pour les souffrances subies et de ne pas avoir de reconnaissance envers lui eu égard aux douleurs subies dans le passé , mais le fisc lui ne cesse de me reprocher que « j’ai été nourri » par lui et qu’en conséquence « c’est pas bien de cracher dans la soupe » ( à la grimace)
J’ai oublié cette vie et je n’en aurais pas le droit ?

Je revendique l’oubli de ce passé et le droit de le haïr .

Cela étant , il y a quelques années j’étais inspecteur en fiscalité immobilière quelque part dans le sud et j’avais en charge notamment le recensement des redevables de l’ISF ( j’étais payé pour ça et c’était donc normal que je fasse ce travail , comme tout ouvrier doit obéir à son patron.)
C’est alors que je contraste que M. « X » député maire dans le coin , avait « pété » les limites de l’ISF ( tout comme un cadre du fisc que j’avais connu par ailleurs) au moins de DIX FOIS LA BASE MINIMUM D’ASSUJETTISSEMENT

C’était donc un dossier sensible ( député) et je n’avais pas accès à son dossier sauf à savoir qu’il n’était pas recensé comme redevable ISF.
A cette époque les socialios n’étaient pas au pouvoir , preuve s’il en est que ces coquins sont tous pareils .Ils se protègent entre eux .

J’ai donc informé en bon agent obéissant et respectueux de la hiérarchie ; mon chef direct de ce constat en lui demandant ; comme tout bon fonctionnaire qu’il requiert l’autorisation que je fasse les relances nécessaires à ce redevable indélicat comme pour tout autre
Cela a duré 5 ans !!!
Chaque année au moment de la campagne de relances , je signalais ce fait à mon chef qui me répondait vertueusement , c’est bien M. LE POIZAT , je transmets à la Direction et dès que j’ai son feu vert , je vous en informe ……..et on y va.
Le feu est resté rouge jusqu’à mon départ en retraite .

En France il y a donc deux catégories de citoyens ; les privilégiés protégés et les autres

Francis Le Poizat

A propos Francis Le Poizat

Bonjour , Cela fait un certain temps que j'interviens sur ce site . Certain veulent connaître mon historique. SIMPLE : Issu d'une famille très modeste ( père breton mousse à 12 ans et d'une mère Polonaise immigrée en 1938 pour bosser dans les fermes ) , 3 enfants son nés . Moi, le 2ème en 1950 . Pas de viande à table, seulement du poulet et du lapin production maison , pauvreté des années 50 obligeait. Donc, ces bons citoyens ne croyaient qu'en l'éducation et en l'espoir d'une vie meilleure pour leurs enfants suite à des études. Les bretons et les Polonais sont un mélange détonnant qui abouti à créer des être doublement entêtés et attachés à la parole donnée . J'ai donc commencé à travailler à 15 ans dans des petits boulots divers en continuant mes études secondaires et supérieures ( parfois 3 job en même temps et 3 heures de sommeil par jour ) et surtout aidé par mes parents pour le logement et les autres questions de simples contingences Vers l'âge de 24 ans, bac plus 5 en sciences économiques et droit je commence une activité dans le privé ( boursicotage) avec grand succès et pour m'éloigner de PARIS où une femme me "collait un peu trop", je vais à CLERMONT FERRAND en ayant appris ma réussite au concours d'inspecteur des impôts ( payés nourris et logés pendant un an) Le rêve.Et en plus des femmes à foisons ... je m'arrête sur une , je l'épouse et nous sommes encore ensemble 40 ans après . Elle me convainc de rester dans cet univers . N'ayant qu'un salaire modeste mais ayant réussi des opérations de bourse assez intéressantes , ce job n'était qu'une occupation dans laquelle je continuais à agir avec ma personnalité forte et nous avons obtenu un statut financier assez aisé, très envié par mes collègues et ma hiérarchie elle même . Inutile de vous dire le nombre de heurts que j'ai eu avec celle-ci qui me considérait comme un excellent technicien mais comme un mauvais fonctionnaire, car je n'obéissais pas . Moi, je répondais qu'ayant prêté serment de probité je ne pouvais me parjurer et que je ne pouvais faire mon travail qu'honnêtement. Ils n'ont donc jamais pu me prendre en défaut de faute professionnelle mais me reprochaient mon entêtement et le respect de l'honneur . L’OBÉISSANCE AVANT TOUT ! C'est ainsi. J'étais en fait indépendant et je n'ai jamais été à l'origine du dépôt de bilan d'une entreprise car je gardais secret par devers moi , mes rapports avec les administrés et à la fin, un accord de "gentleman agrément" était toujours trouvé honorablement . J'ai donc quitté ce "milieu" mafieux" in fine il y a 10 ANS, car fatigué de cette course à la "fiche statistiques" et écœuré par ces olibrius obnubilés par leur carrière de "petits fonctionnaires" le doigt sur la couture du pantalon . Cela fait donc un temps certain qu'après avoir acquis des "connaissances" parfaites dans le domaine fiscal, je les utilisent contre mes anciens "congénères" qui sont restés toujours des singes . Mon dernier Directeur, quand j'ai quitté le fisc m'avait demandé ce que je ferais ensuite et lorsque je lui ai annoncé ma reconversion en avocat fiscal, a été soudainement outré en hurlant "ON VOUS A NOURRI" et maintenant vous allez nous attaquer avec tout ce qu'on vous a appris ? J'ai répondu que j'avais été payé ( mal) et non nourri pour faire du bon travail et que maintenant j'allais travailler aussi bien pour un meilleur rendement EH OUI MONSIEUR. ET AVEC UN PLAISIR IMMENSE ET INCOMMENSURABLE Un petit plus ! Je connais ces gens là car je les ai pratiqué de nombreuses années et ils savent que je sais tout d'eux. Ils vous font croire qu'ils sont vertueux , donneurs de leçons et respectueux des lois ? C'est tout le contraire . J'ai fais une liste pendant tout le temps que j'y étais et j'ai des noms et des faits, hélas, prescrit tel qu'un directeur divisionnaire chargé du contrôle fiscal qui ne payait pas ses impôts parce qu'il ne déposait pas de déclaration . Tout simple et tranquille! De même, un Directeur chargé des succession et de l'ISF qui dépassait les limites de 10 fois, et qui bien entendu, se désempressait de déclarer. Un autre qui ne déclarait que la moitié de ce qu'il touchait au nom d'une prétendue exonération pour frais de mission inexistante . Ces gens là ? INTOUCHABLES! ET CE SONT EUX QUI VOUS ASSIGNENT EN JUSTICE POUR VOUS SAISIR ET MONTER DE GRADE AVEC (50 % de leurs rémunérations non soumises aux charges sociales - PRIMES hors salaires ! - ) CONCLUSION : Y a t-il une morale publique ? Vu de l'intérieur je suis témoin que NON ! Et ils n'osent pas m'affronter par crainte de divulgation des réalités sordides de ce milieu . Croyez en mon expérience au sein du "saint graal" ces gens là sont malhonnêtes et se foutent de l'HUMAIN . Ce qui compte n'a rien à voir avec ce qu'ils annoncent , leur carrière , leurs résultats statistiques , la compétition interne et surtout le VASE CLÔT dans lequel ils évoluent ensemble sans voir l'extérieur : équité ; morale ? etc ...........? ils s'en foutent ? ILS SONT ENTRE EUX, ET VOUS N'EXISTEZ PAS AUTREMENT QU'EN TERME DE DOSSIER ! Et l'être vivant derrière ? rien à foutre !

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (2 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

4 réflexions au sujet de « DOSSIERS SENSIBLES ou faites ce que je dis et pas ce que je fais »

  1. Cher Francis, l’ami De Gaulle disait des français qu’ils étaient des veaux…
    Moi même, je ne m’offusque plus des moyens de super fichage et flicage mis à la disposition des inquisiteurs fiscaux. Tous nous savons que l’on va nous faire monter dans le train, comme les juifs en 40. Bien peu s’était rendu compte du danger avant et avaient fuit. Tout comme maintenant peu de français se rendent compte de ce qui va leur arriver demain. La propagande béni oui oui de nos médias y est pour quelque chose mais n’explique pas tout. Le français est prêt à tout accepter du moment que son frigo est plein. Il se réveillera trop tard. Nous sommes les seuls à les prévenir sans détour. C’est peu, vraiment très très peu.
    Notre voix est occultée par le concerts des louanges à la dictature fiscale et anti « fraudeurs »…

  2. Francis,
    Pour votre article évoqué, malheureusement l’étendue du mal fiscal est reconnue…mais il y a des astuces légales pour contrer l’espionnite fiscale sans pour autant se débarrasser de ce parasite totalement si ce n’est que par l’exil!
    Même après la mort ils continuent de nous sucer l’os via les héritiers s’il y en a!

    Pour ce billet vous me rappelez un inspecteur fiscal du Lot et Garonne Remy GARNIER alias Columbo voulant contrôler un élu!

    Mis au placard, il s’est rebellé et a gagné contre son administration via le T.A. pour une fois si éclairé…(qu’ils ont dû éteindre la lumière après!)

    http://www.ladepeche.fr/article/2016/09/16/2419953-remy-garnier-affaire-cahuzac-fisc-savait-depuis-2008-jamais-enquete.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *