ÉLOGE DE LA FOLIE

Je vous soumets une affaire qui permet, sans que le doute soit permis, d’être admiratif face à la folie fiscale.

A condition toutefois que, tel Néron, on oublie les conséquences de la destruction pour n’en savourer que l’émotion et la perfection. En résumé, si on est un fumier de lapin de jaloux, qui, pour masquer sa médiocrité, souhaite la mort de ceux qui font l’avenir du monde économique, les entrepreneurs qui réussissent.

Cette affaire obéit aux mêmes ressorts que toutes les autres, la parano fiscale.

J’en rappelle le principe :

– En chaque entrepreneur, l’Etat considère qu’un fraudeur fiscal est actif. Au nom de l’équité, les contrôleurs fiscaux sont chargés de le débusquer.

– Ce délire s’avère totalement faux, mais il est cru par le plus grand nombre et doit donc impérativement se vérifier.

– Les contrôleurs fiscaux multiplient les contrôles fructueux, pour valider la théorie. Pour cela ils inventent, à chaque contrôle, des fraudes inexistantes.

– Cette façon de faire tétanise les entrepreneurs qui craignent et haïssent le fisc.

– Cette haine du fisc par les entrepreneurs, parfaitement justifiée, permet au fisc de prétendre que si les entrepreneurs le haïssent, c’est parce qu’ils sont des fraudeurs.

La boucle est bouclée, la parano s’autoalimente, C.Q.F.D.

C’est le cycle infernal de l’enfant battu parce qu’il n’est pas sage, qui n’est pas sage parce que la violence le déstabilise. Ou encore de l’allemand de l’Est qui rêvait de liberté, la Stasi l’en privait en prétendant que ce rêve nuisait à l’Etat, jusqu’à enfermer tous les Allemands pour traitrise au simple fait qu’ils cherchaient à être libres, tous ces prisonniers rapportant la preuve que l’Etat était en danger.

Le grand art du fisc français est la fabrication de la fausse fraude, la fraude inexistante, c’est sa marque de fabrique, sa spécificité, son moteur, son côté inventif de l’horreur.

Je vous laisse savourer le dossier suivant : link , il est un très bon exemple de cette dérive mortelle. Vous comprendrez en le lisant comment le fisc manipule la justice, globalement consentante.

Bien cordialement. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Votez pour cet article)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *