« ET C’EST PAS FINI! »

Bercy, copie le slogan publicitaire télé  de SFR.
Celui-ci, nous promet de nous en donner plus.

Bercy, lui, promet de nous ratiser encore plus. (est-ce encore possible ?)
Dans la lettre qu’il envoie à la Commission Européenne, notre flamboyant ministre des finances, s’engage, devant celle-ci, à trouver dans les meilleurs délais 3,5 milliards d’euros supplémentaire de recettes.
Puisque l’Etat Providence, ne peut réduire son train de vie, ni engager de vraies réformes qui mécontenteraient ses derniers partisans, il va faire ce que nos énarques savent faire le mieux et qui plait toujours au bon peuple de France : Tondre, encore une fois, les riches.
N’oubliez pas que nous sommes tous le riche de quelqu’un,  il suffit de descendre le curseur!
Nous allons trouver les 3,5 Mds dans la « fraude » fiscale. Déclare-t-il sans rire.
Il programme donc à l’avance la hauteur du montant de la fraude à faire rentrer dans les caisses de l’Etat…
Fort, non ?
Imaginez une PME qui décrète que demain elle va augmenter son C.A de 10%, comme ça, sans rien changer.
Tout le monde serait plié de rire.
A cette annonce complètement aberrante, notre classe politique et nos médias, eux, applaudissent comme un seul homme.
Bravo ! Super idée ! Clap, clap, clap.
Le ministre précédent des finances, en début d’année,  faisant des cadeaux fiscaux et autres mignarderies à la classe « défavorisée », avait déjà déclaré qu’il compenserait ces dépenses par des recettes issues de la « fraude » fiscale.
On se croirait revenu à l’époque  de Mazarin !
Donc, en deux mots, notre ministre va lancer ses commerciaux avec pour objectif de faire 3,5 Mds de chiffre d’affaire en plus des 7 et des brouettes du début de l’année.  En plus  bien entendu d’un CA qui était prévu à l’origine en augmentation de 20% (au moins) du CA de l’année précédente.
Ses commerciaux ne vont pas chômer pour remplir ces objectifs chiffrés.
Les abus fiscaux, déjà en courbe exponentielle, vont pleuvoir comme à Gravelotte.
Les inspecteurs « assermentés » commerciaux vont tondre à la chaîne.
Ils ne vont pas faire dans la dentelle.
Ils n’ont plus le temps.
Les tribunaux administratifs vont ressembler aux tribunaux révolutionnaires sous Robespierre. Ils vont devoir condamner  les « fraudeurs »par charrette entière.
Leur « justice » sera encore plus expéditive qu’avant. Leurs Fouquier-Tinville, les soi-disant Rapporteur Public, vont ruiner à tout va.
Souhaitons-leur de ne pas finir comme lui, quoique, en y réfléchissant bien…
(Après avoir liquidé les quelques entrepreneurs qui restaient, ils vont s’attaquer à qui?
Ils finiront par les chômeurs, car plus d’entreprises/plus de boulot.)

Nos gouvernants sont au bout du rouleau.
Notre régime démocratique s’est transformé insidieusement, petit à petit, discrètement, en régime communiste avec une nomenklatura intouchable qui bouffe comme quatre sur le dos de ceux qui créent l’économie.
Aux ordres de Bercy, une stasi fiscale sans état d’âme (comme l’original) faisant disparaitre « démocratiquement » les mauvais français après des parodies de procès. Administratifs.
Cela ne vous rappelle rien ?
Hier, c’était moi.
Vous vous en foutiez!
Vous aviez tort. D’une façon ou d’une autre, demain ou après-demain cela va être votre tour.
Vous vous en foutez toujours ?

Emmanuel Bolling

Bercy :
Définition du fraudeur : Personne qui conteste un redressement abusif.
Il est le nouveau bouc émissaire, celui que l’on doit faire disparaître.
Cela ne vous rappelle rien non plus?

Bolling Emmanuel

A propos Bolling Emmanuel

Emmanuel Bolling a été condamné le 12 janvier 2016 par jugement contradictoire à l'égard d'Anne Béot, inspectrice des impôts de Paris 18eme et partie civile. Emmanuel Bolling a été relaxé du chef de diffamation publique. Il a été reconnu coupable du chef d'injure publique envers fonctionnaire publique pour son article du 15 décembre 2014 sur le site témoignagefiscal.com intitulé "certain de leur impunité, rien n'arrête les agents du fisc". Il a été condamné à verser à Madame Anne Beot 500€. Emmanuel Bolling était un des créateurs et des dirigeants de la Discothèque LA LOCOMOTIVE à Paris. Ouverte fin 1986, décédée asphyxiée par le fisc fin 2009(RIP). Elle subira en huit ans trois contrôles fiscaux. 1992, 1996, 2000. E.Bolling contestera le deuxième (1996). Cette contestation justifiée entraînera immédiatement de la part de Bercy une série sans fin de saisies diverses étranglant son entreprise pour finir par la ruiner. Relaxée de l’accusation de « dissimulation de recettes » par le tribunal correctionnel de Paris en 2002, le fisc n’en continuera pas moins à poursuivre LA LOCOMOTIVE et ses dirigeants de son acharnement, pour les mêmes motifs, comme si de rien n'était... En 2014, après 18 ans de procédure, de procès et d’appels (gagnés ou perdus) dont la liste serait des plus ennuyeuse, E.Bolling et ses associés, ruinés, se battent toujours pour que l’on reconnaisse ce redressement pour ce qu’il est : un abus fiscal caractérisé. Il a initié deux nouvelles procédures devant le T.A.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (4 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

3 réflexions au sujet de « « ET C’EST PAS FINI! » »

  1. Bonjour,

    Tout ce gouvernement a beaucoup d’idées quand il s’agit de nous tondre, mais il n’a pas beaucoup d’idées pour réduire le chômage l’insécurité, tous ces assistés étrangers qui ruinent la France,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *