Etre ou ne pas être responsable

On tourne et retourne pour finir par constater que l’organisation collective n’a qu’un seul pivot possible : la responsabilité.

Selon la personnalité des hommes, ou la situation dans laquelle ils sont, ils vont accepter on non la responsabilité qui leur revient. Avec une tendance très marquée à revendiquer la responsabilité de ce dont ils sont fiers et à rejeter celle de ce dont ils ne sont pas fiers.

La parole, cet outil pervers, est le moyen principal qu’ils utilisent pour trafiquer leur responsabilité par rapport aux autres, avant la force en cas de mésentente totale.

Ils sont devenus si habiles à refiler la patate chaude de la responsabilité que, la plupart du temps, ils arrivent soit à la faire oublier, soit à la revendiquer indument.

Un exemple que j’aime bien : la route.

A la question : qui est la cause des accidents ? La réponse est, invariablement, la vitesse. Et bien cela est faux. La cause est, incontestablement, l’irresponsabilité des conducteurs avant la vitesse.

Retour sur la façon dont les choses se sont enchainées avec le temps.

1° étape : L’automobile apparait, formidable vecteur de liberté. Elle se démocratise après la guerre de 1940. Le plus grand nombre y a accès.

2° étape : l’accidentologie est effrayante, liée aux infrastructures et aux véhicules eux-mêmes.

3° étape : face à cette horreur, l’utilité et le plaisir qu’apporte la voiture sont si forts que la société ferme les yeux sur l’accidentologie. La mort sur la route devient un « accident » qui n’emporte pas responsabilité. Bien au contraire, la société organise cette irresponsabilité, les compagnies d’assurance s’engraissent en transformant le meurtre routier en simple dégât matériel, totalement remboursé.

Il est clair que si, dès le début, la responsabilité des conducteurs avait été engagée à la hauteur de l’horreur des accidents routiers, tout eut été différent.

Par exemple, un accident avec morts ou blessés se soldant par plusieurs mois ou années de prison du responsable, aurait fait réfléchir les conducteurs par rapport aux contraintes que pose ce formidable outil qu’est la voiture. En cinquante ans, la société aurait inévitablement donné jour à des conducteurs responsables. Ce ne fût pas le cas, au contraire.

4° étape : Tant de famille ont été touchées par l’accidentologie routière qu’une prise de conscience collective est survenue, enfin. Mais, en prise avec une population routière déresponsabilisée depuis plus de cinquante ans, les responsables politiques ont dû se tourner vers le mensonge et la démagogie, qui ont été les seuls outils à leur disposition pour enrayer l’hécatombe.

Mensonge, en faisant reporter la responsabilité de la catastrophe sur la vitesse.  Démagogie, en flattant l’irresponsabilité des conducteurs, en niant la difficulté de la route au prétexte qu’à petite vitesse tout danger est écarté.

Tout ça pour se trouver encore face à l’irresponsabilité du téléphone au volant, de l’alcool, de la fatigue, des drogues, etc…et finalement dégouter les français de l’automobile, les arnaquer avec les radars, faire de la route un lieu de médiocrité et de délation,  et, in fine, mettre en difficulté l’industrie automobile. Un échec total.

Un constat accessible à tous

Tout le monde constate, tous les jours, cet enchainement, et ses conséquences sur la route, dû à l’irresponsabilité des acteurs de la route. Les choses sont exactement identiques en tout.

C’est ainsi que ce n’est pas l’argent, contrairement à ce qui est couramment avancé, qui pourri notre société, mais bien l’irresponsabilité élevée au rang de religion.

Dès lors que la responsabilité de tel ou tel acteur de la vie en société est niée, ou dissimulée, ou falsifiée, tout le système s’effondre. Le mensonge et la démagogie s’installent.

Il n’est pas besoin d’être un très grand observateur pour détecter, dans notre société contemporaine, toutes les sources d’irresponsabilité. De percevoir les arguties, manifestations, raisonnements, informations, propagandes, et intoxications en tout genre qui n’ont pour but que de couvrir l’irresponsabilité de tel ou tel groupe social.

C’est aussi cette volonté d’irresponsabilité qui amène les français à se chercher un chef charismatique qui serait responsable à leur place.

C’est encore cette même volonté d’irresponsabilité qui marginalise les libéraux et les économistes, l’économie étant une des rares activités sociales qui ne peut pas, fonctionnellement, échapper à la responsabilité.

Pour revenir à la source

Il faut bien se poser finalement la question qui gêne : pourquoi l’irresponsabilité fleurit-elle aussi facilement en France ? La réponse est simple, la faute est indubitablement à mettre sur le compte de la justice, de l’arbitre, n’en déplaise au syndicat de la magistrature. Les transgressions concernant la responsabilité, comme les autres, sont du ressort de la justice.

On peut comprendre que la justice ne souhaite pas endosser le rôle de la terreur et qu’elle plaide pour une certaine mansuétude envers ceux qui ont du mal à assumer leurs responsabilités. C’est tout à son honneur.

Mais, dans ces conditions, elle doit, au préalable, réfléchir avec sagesse, mais aussi avec rigueur, pour définir les points où une certaine irresponsabilité peut être acceptée sans mette en danger l’édifice social. Elle ne peut pas se contenter d’être l’agent de l’ordre, elle doit être celui de l’intelligence sociale. Elle doit découvrir, derrière le mensonge et la démagogie, l’irresponsabilité tapie et envahissante.

L’irresponsabilité peut se cacher partout, y compris derrière la loi, voire tout particulièrement derrière la loi, évidemment. La jurisprudence sert à débusquer les impostures de la loi.

Je vise tout particulièrement les lois fiscales qui tendent à sanctifier l’irresponsabilité, que la justice ne devrait pas suivre ou amplifier, mais, bien au contraire, amender et réguler dans le sens de l’équité, des droits individuels et du développement libéral nécessaire à la France.

Faute d’y voir clair sur le sujet et d’avoir une attitude transparente et connue de tous, la justice est la seule responsable du bordel ambiant, du sacre de l’irresponsabilité qui est en train de nous engloutir.

Bien cordialement. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Une réflexion au sujet de « Etre ou ne pas être responsable »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *