Ils se prétendent différents, ils sont pathétiquement identiques

Sortis des dernières élections, nous avons la tête encore pleine de tous ces gens qui demandaient nos suffrages au motif de leur originalité, de leur prétention à nous gouverner autrement, de leur compétence prétendument avérée sur ce sujet.

Qu’en est-il vraiment ? Est-il une différence entre Mélanchon et son ramassis de soi-disant gauchistes, Le Pen et le sien de supposés extrémistes de droite, pseudo-fascistes, ou encore les bien-pensants d’Hollande ou de Sarkozy, ceux des Bové et consorts plus écolos que la planète elle-même ? Non, définitivement non.

La problématique pour tous est la même : ils prétendent être les seuls capables de faire en sorte que des êtres humains regroupés, volontairement ou contre leur gré, puissent vivre ensemble sans s’égorger les uns les autres.

Notons qu’ils se réclament tous de la laïcité, de la république, qu’ils jouent petit bras, que ceux qui, en plus, prennent pour référence Dieu ou les Dieux les écrasent de toute leur superbe.

Je ne me sens pas très impliqué dans tout ce bazar, mais comme aucun de ces énergumènes ne nous lâche la grappe, nous sommes bien obliger de réfléchir au problème.

Voici mon opinion, avec toute la relativité qu’elle implique, évidemment.

La situation se présente de la façon suivante :

Plusieurs milliers ou millions d’individus, ici ou ailleurs, se retrouvent en situation de devoir vivre en communauté, soit qu’ils ont échoué par hasard sur le même territoire ou dans le même groupe, soit qu’ils partagent les mêmes objectifs, les mêmes passions, ou encore des méthodes de vie similaires.

Le fait d’être ainsi regroupé implique un minimum d’organisation afin que la promiscuité qui en découle soit supportable. Immédiatement, un ou des usurpateurs réclament que leur soit confié le pouvoir d’organisation.

Dans ce but, ils prétendent être les seuls à connaître les règles infaillibles qui vont harmoniser les désordres liés naturellement au fait pour chacun de trouver sa place personnelle dans le groupe.

La méthode la plus ancienne consiste à prétendre qu’une intelligence invisible, inaccessible, appelée Dieu ou les Dieux, dicterait à des « élus » les règles bonnes pour chacun de nous. A charge par eux, ces « élus », de nous inculquer ces règles par tout moyen, la force comprise.

Sous tous les cieux, cette méthode a fait la démonstration de sa stupidité. Mais aussi, tout particulièrement, de sa malhonnête perversion.

In fine, les « élus » s’avèrent de vulgaires escrocs, dont certains finissent par croire à leurs fadaises, qui au motif des règles révélées abusent de la crédulité de ceux qui sont sous leur domination et en font des esclaves, voire les tuent.

L’exemple typique actuel est évidement le monde musulman. Nous nous croyons à l’abri d’une telle simplicité, mais prenons garde le nouveau pape donne des signes d’interventionnisme évidents, qui nous ramèneraient facilement à la case départ de ce genre de sport.

La méthode en cours chez nous actuellement consiste à prétendre qu’une abstraction appelée « peuple » serait elle-même l’intelligence supérieure capable de dicter les bonnes règles pour tous.

Cette abstraction, telle le père Noël, ne prend vie que dans la croyance que l’on a en elle, laquelle est directement liée aux rituels et affirmations péremptoires qui la portent. Du vent tout cela, du vent.

La réalité est bien plus prosaïque, pas d’intelligence supérieure du « peuple », mais, cachée derrière le vocable, une simple bande d’usurpateurs identiques aux précédents qui fabriquent et imposent des règles qui leur permettent de profiter du pouvoir.

Le fait qu’ils attribuent la genèse de celles-ci au « peuple » est simplement leur marque de fabrique, pendant que le fonctionnement de leur système est absolument identique aux précédents. L’originalité pourrait être dans le fait que ce n’est pas par la crainte du pêché que la population est tenue, mais par le tour de magie du bulletin de vote, escroquerie suprême.

De tout cela il découle

Qu’il n’y a aucune différence entre le front de gauche, Le Pen, Sarkozy, Hollande et les autres. Pas non plus de différence entre eux et Daech, Poutine, ou n’importe quel tricheur se prétendant investi par un ordre supérieur pour emmerder ses semblables.

Alors que

Il est quand même clair que la place de chacun dans le groupe est de la responsabilité de chacun, qu’il s’agit d’un ordre naturel.

Il est bien quelques tricheurs qui tentent de prendre une place qu’ils ne méritent pas, mais, sauf s’ils s’appuient par la force sur des règles iniques, très rapidement ils sont en échec.

Nul ne peut abuser les autres régulièrement sans être l’objet de représailles en retour. En clair, l’humanité a les ressources naturelles nécessaires pour pouvoir vivre – sans mandataire — collectivement en cas de besoin. S’il fallait une preuve de cette faculté, le développement naturel mondial d’internet en serait une.

La raison de chacun est le seul rempart à la folie de tous.

C’est le grand apport philosophique des lumières, l’étape ultime de l’introduction, par Descartes, de la raison dans l’organisation sociale.

Cette façon de penser, la seule respectueuse de l’homme, est l’apanage du libéralisme, un courant dont personne ne veut, mais aussi, et c’est bien le pire, qui ne peut pas dominer par le seul fait que son but ultime est la suppression de la domination pour laisser sa place à l’individu, à son épanouissement et à sa liberté.

Nous aurons donc — sauf quelques fenêtres de temps improbables qui suivent des tempêtes sociales mortelles – toujours et en tout lieux des escrocs qui tenteront de nous emprisonner dans leur filets moraux, au nom du bonheur pour tous qui justifierait la destruction du bonheur de chacun.

Bien cordialement. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (1 votes, moyenne : 3,00 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *