La dictature nous menace-t-elle ?

Dans son ouvrage  » La cause du peuple » — dont nous reparlerons – Patrick Buisson cite Saint Thomas d’Aquin : « Au bien d’un seul, on ne doit pas sacrifier celui de la communauté : le bien commun est toujours plus divin que celui de l’individu ».

Tout est dit dans cette phrase mortelle. La dictature c’est cela : la négation de l’individu, son anéantissement, au motif sulfureux d’un intérêt collectif indéfini — ou plutôt indéfiniment modifié au fil du temps — ici divin.

Une seule constante : ceux qui sont au pouvoir réclament systématiquement des pouvoirs complémentaires – plus ou moins de type dictatoriaux —  qui n’ont pour but exclusif que de les servir, de leur faciliter l’exercice du pouvoir.

Notons au passage l’absurdité de la phrase de Saint Thomas d’Aquin dans la bouche d’un fidèle de Jésus, lequel a donné sa vie pour que l’homme soit respecté en tant qu’individu… et fils de Dieu, excusez du peu. Dieu — qui fait ce qu’il veut — s’est fait homme, pas communauté.

Etienne de La Boétie, en 1576, dans « Discours de la servitude volontaire »  se posait déjà la question énigmatique : pourquoi la population obéit-elle à d’infimes minorités qui la mettent systématiquement en esclavage ? Pourquoi les individus ne sont-ils pas animés du désir d’être, par eux-mêmes, libres et indépendants ?

D’abord un constat

La dictature peut s’installer partout, elle n’est pas la résultante d’une tendance génétique. Ce sont les mêmes allemands qui ont adhéré à la terrible dictature Nazi qui sont aujourd’hui très en avant dans le libéralisme qui doit être apprécié comme l’exact inverse de la dictature. La même remarque s’applique à certains pays d’Amérique Latine, à l’Espagne, etc…

Daech n’est pas une plaie génétique du Moyen Orient mais une folie réglementaire une loi meurtrière.

Il faut en conclure que la dictature est un problème structurel, la résultante des règles que se donne ou qu’accepte de gré ou de force une population.

La dictature est fille de la loi. Nos magistrats en sont-ils conscients ?

La parade

Bien avant nous, et bien avant le siècle des lumières, les hommes avaient compris que pour faire obstacle à la dictature il faut que les pouvoirs s’opposent, se neutralisent, alors qu’ils ont naturellement tendance à s’additionner.

Il est un moment très précis de la vie sociale où l’on peut déterminer si une société est dictatoriale ou libérale. Si elle étouffe l’individu au profit du pouvoir, quelle que soit l’excuse, ou si, au contraire, elle protège l’individu des excès potentiels du pouvoir.

Ce moment sociétal

Pour le saisir il faut d’abord se mettre d’accord sur un point : la nécessité d’un minimum d’ordre social, donc de police, d’organisation, d’impôt, etc…

Certains contestent ce besoin minimum, ce n’est pas mon cas.

Si nous sommes d’accord sur ce point nous acceptons donc l’idée que soit confiée à quelques-uns la mission de vérifier que chacun observe les règles minimales que le groupe s’est donné.

Ceux-là, pour remplir leur mission, vont avoir à surveiller et à enquêter, autant d’actions contraires aux libertés individuelles.

C’est ici que se mettent en œuvre les forces qui étonnaient Etienne de La Boétie, les relais qui permettent au dictateur de s’imposer alors qu’il n’est qu’une extrême minorité par rapport à la masse qu’il contraint.

C’est parce que celui qui le détient délègue son pouvoir et que ceux qui bénéficient de cette délégation en usent — pour son compte mais aussi pour le leur par la même occasion — que la chaîne de l’oppression peut se former et dominer les masses.

Sauf si au moment d’exercer la totalité de ce pouvoir, avant de prononcer toute sanction, les exécutants du donneur d’ordre doivent passer par le filtre d’une tierce personne indépendante, chargée de vérifier les accusations et de protéger l’humanité, l’individualité, de la personne mise en cause.

Voilà donc le moment sociétal essentiel, qui va neutraliser toute dictature : l’obligation d’un jugement, libre et public, entre l’accusation de déviance aux lois et la sanction éventuellement prévue dans ce cas.

Evidemment, ce jugement devra être prononcé par des juges indépendants, libres de tout dogme, acquis à l’idée de la sacralisation de l’individu. Il est aisé de comprendre que toute justice inféodée à la dictature ou porteuse elle-même d’une idée dictatoriale serait inopérante.

Le principe de toute dictature est de décider que, pour des motifs abstraits en constante mutation, le groupe – structure elle aussi abstraite — pourrait imposer sa loi à l’homme, le priver de sa personnalité, de ses biens et de sa pensée. La légitimité évoquée dans ce but est systématiquement l’intérêt collectif, la protection du groupe.

Alors qu’en réalité tout cela n’est évidemment mis en place qu’au seul bénéfice du pouvoir et de ses affidés, donc, in fine, au détriment du groupe lui-même, ce qui explique les terribles échecs des dictatures.

La dictature policière

C’est la plus visible. La police rêve dans nos sociétés de s’affranchir des juges dont elle fustige le laxisme. En réalité, la police voudrait à la fois mener l’enquête et prononcer la sanction. A ce jour, nous ne sommes pas dans une dictature policière, les policiers rongent leur frein. Les juges agissent librement en leur âme et conscience. Demain peut-être….

La dictature fiscale

C’est la moins visible, parce qu’elle est réelle, elle existe en France. Son existence, paradoxalement, nous la cache.

La France est une dictature fiscale, structurellement : le contrôleur fiscal cumule les pouvoirs d’enquête et les pouvoirs de sanction. Le rêve de ses collègues policiers.

Le juge fiscal n’intervient qu’après la sanction, pour ceux qui ont le courage et l’énergie de le saisir, et il n’est pas libre car dépendant de l’Etat.

Qui plus est, le juge est contraint par la pensée unique qui dit ceci : « Inutile d’essayer de comprendre, ceux qui sont condamnés sont des fraudeurs, leur élimination est essentielle à la pérennité de notre société. »

Ainsi nous retrouvons la propagande classique des dictatures, celle qui laissait penser aux Russes que le KGB protégeait le pays, que ses excès étaient un moindre mal.

La propagande de Bercy consiste à dire aux français que la mort économique semée par les contrôles fiscaux leur est à chacun bénéfique, que sans cette oppression le pays serait dans l’ornière et les français ruinés.

C’est-à-dire, comme pour le KGB, l’exact contraire de la réalité.

Notons que cette propagande n’est pas à l’origine de la dictature fiscale, elle n’est que son excuse après-coup. L’origine de la dictature fiscale est la loi. La loi fiscale qui met entre les mêmes mains l’enquête et la sanction.

Ce seul point, qui pour les non-initiés peut paraître un détail, est à l’origine de tous les malheurs actuels de notre pays.

Si la justice fiscale était libre, indépendante, publique, positionnée entre l’enquête et la sanction, Bercy et les politiques seraient cantonnés. Surveillés de fait par la justice ils seraient obligés de mesurer leurs actions, dans la répression bien sûr, mais aussi par conséquence et plus globalement dans la gestion des fonds publics.

Cela est la vérité et cela explique pourquoi toute voix qui s’élève contre la dictature de Bercy est lourdement châtiée, immédiatement détruite.

Je peux en témoigner.

Bien cordialement. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (8 votes, moyenne : 4,63 sur 5)
Loading...

3 réflexions au sujet de « La dictature nous menace-t-elle ? »

  1. Bsr,
    je ne suis pas d’accord sur votre point de vue sur la police car celle-ci indépendante pour nombre de ses agents est bloquée par des juges politisés mettant la racaille aussitôt dehors et une hiérarchie aux ordres des politocards véreux plus pressés à leur sécurité que celle des citoyens (les différents attentats causés précemment sur le sol français attestent de ces lacunes).

    Les juges préférant trop souvent les agresseurs aux dépens des victimes.

    Si la police doit être sous la tutelle d’un juge, la gestion administrative « soviétique » des dossiers, les agents passent un temps fou à l’administratif qu’à l’enquête.

    Leurs multiples manifestations indépendantes des policiers du terrain enrageant les syndicats non-sollicités attestent leurs demandes de simplication et de pragmatisme.

    @+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *