La liberté tue : fadaises

La liberté tue prétendent ceux qui établissent leur pouvoir sur l’asservissement des autres.

Ainsi, il y a quelques jours à la radio, interrogé au sujet d’une dépénalisation des drogues douces dont le marché parallèle alimente la délinquance dure qui empoisonne la vie des quartiers qui vivent de cette économie souterraine, Arnaud Montebourg n’a pas hésité à argumenter à partir de la limitation de vitesse routière.

Après avoir avancé l’argument de la santé publique en évoquant la dangerosité de ces drogues, sans envisager évidemment la responsabilisation personnelle de chaque intervenant — vendeurs et acquéreurs – dans un marché libre, il a  uniquement prôné l’interdit de ce marché.

Il a passé sous silence les conséquences de cet interdit et les violences qu’il entraîne. Pour parfaire sa démonstration bidon il a sorti la tarte à la crème de la vitesse qui tue sur la route, si on la laisse libre.

Pour lui, la limitation — et la répression qui l’accompagne — de la vitesse sur la route  sauve des vies, la liberté sur la route tue, la contrainte totale est salutaire.

Sous-entendu : globalement la liberté est mortifère, seule l’assujettissement sauve les hommes, ici ou ailleurs, en fait partout et toujours.

Vive la fonction publique dont nous sommes les assujettis à vie, en quelque sorte les heureux simples d’esprit protégés par elle de nos sottises personnelles. Vive les contraintes et interdits de toute sorte que pondent nos technocrates à longueur de journée pour le plus grand bonheur de la bande d’incapables que nous serions sans eux.

 Cela mérite réflexion.

D’abord, penchons nous sur la fumeuse limitation de vitesse routière.

N’en déplaise à M. Montebourg, ce n’est pas la vitesse qui tue sur la route mais l’égalitarisme — chose dont il se prétend globalement l’un des champions —

C’est à dire cette idée saugrenue que tout le monde présenterait les mêmes aptitudes à la conduite et serait apte à rouler à toutes les vitesses possibles, à l’aide de tous les engins possibles.

Alors qu’il faut des années pour former un pilote de circuit, tout un chacun pourrait, grâce au miracle de l’égalitarisme, s’installer au volant d’un véhicule et par ce seul fait devenir un pilote efficient.

Rien n’est moins vrai.

C’est ainsi que l’aviation, qui ne saurait pardonner l’incompétence, délivre des brevets différenciés en fonction des capacités des pilotes potentiels. N’ayant pas envie de recevoir régulièrement de aéronefs sur la tète, la population adhère à cette différenciation et n’est pas non plus égalitariste en ce qui concerne le pilotage des avions qu’elle emprunte.

Si nous avions des permis de conduire différenciés, reconnaissables par exemple à la couleur des véhicules, la vie sur la route serait si modifiée que notre perception des déplacements — et de ce fait une partie essentielle de notre vie — serait sans commune mesure avec ce qu’elle est aujourd’hui.

Ceux qui ne ressentent pas cela sont gravement atteints par le démon social de l’égalitarisme. Il n’est pas sûr qu’ils soient majoritaires mais il est sûr qu’ils détiennent le pouvoir, qu’ils infantilisent la population en flattant la médiocrité.

Arnaud — nous sommes si égaux que je peux le désigner par son prénom — passe sous silence les contraintes que son égalitarisme routier fait porter sur les individus et sur la société . Il n’a jamais approché le désarroi de ceux qui se croyant égaux sont tombés dans les pièges que les siens tendent aux automobilistes. Il passe sous silence le coût global exorbitant de l’égalitarisme routier, en terme de répression et d’entrave à la liberté de déplacement induite.

Évidemment, il ne se pose pas la question globale de la catastrophe égalitariste pour les sociétés.  Il reste aveugle face à ses conséquences régulièrement visibles ici, mais aussi ailleurs : URSS, Cuba, Venezuela, etc…

Il est de fait aveuglé, comme tous ses condisciples, par le pouvoir que lui procure l’égalitarisme en le mettant à l’abri de toute comparaison désavantageuse.

Le trafic de drogue et toutes les corruptions sociétales imaginables prospèrent sur le terreau de l’égalitarisme et de ses conséquences immédiates : l’inutilité de la compétence et évidemment l’irresponsabilité qui en découle. La pensée égalitariste actuelle n’est pas prête à nous débarrasser de toutes ces tares, tant la liberté individuelle est incongrue de nos jours.

Bien cordialement. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (2 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Une réflexion au sujet de « La liberté tue : fadaises »

  1. Bsr,
    Pour tout ces politocards, nous rabaisser c’est toujours « pour notre bien » sauf qu’eux s’en exemptent!
    Une preuve: ils gaspillent notre argent et c’est nous qui payons leurs dettes à ces bons à rien!
    Pour la vitesse, je suis d’accord à 200% puisque j’étais coursier et que j’ai arrêté mon métier à cause de leur co**erie de permis à points alors que j’effectuais entre 200.000-300.000kms/an.
    Bernard DARNICHE le pilote a souligné que la limitation de vitesse et les radars permettaient de faire vivre nombreux parasites avec ce racket d’Etat.
    @+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *