La peste ou le choléra

Les français détestaient, et probablement détestent toujours, Sarkozy. Pas plutôt élu, ils détestent Hollande, sans espoir de retour. Pourtant ces deux hommes sont ce que la nuit est au jour, la plus parfaite opposition et la plus grande différence qui puissent être. Quoique certains disent ou pensent.

L’explication simple est de dire : les français sont des imbéciles qui ne savent pas ce qu’ils veulent. C’est un peu court. Cependant la situation est effectivement troublante, et ce raccourci explicatif peut satisfaire quelques prétentieux imbus d’eux-mêmes. Evitons-le, évitons-les.

Les français ressentent indéniablement un malaise, c’est ce qu’expriment ces rejets antinomiques. Doit-on à chaque malaise avoir une idée précise de son origine ? Dans le cas contraire est-on un imbécile ? Certainement pas.

Chacun sait que le point de ressenti d’un malaise n’est pas fatalement le lieu de sa source, que les diffusions du mal sont souvent énigmatiques. Pour en comprendre le cheminement il est, la plupart du temps, nécessaire d’examiner globalement les faits qui conduisent au malaise, à partir de ses symptômes.

Les symptômes

Sarkozy et Hollande ont prétendu prendre en charge, tous les deux, chacun à sa façon, l’économie du pays. Ils ont promis de solutionner tous les problèmes liés à la crise. C’est sur ce projet qu’ils ont été élus. Tout le reste n’est que leurres. Ils n’aboutissent pas, c’est le malaise.

Le premier problème

Il tient au fait que l’économie ne peut ni être planifiée, ni être régulée, tout particulièrement en période de difficulté.

Lorsqu’elle est lancée, elle roule et il est possible de l’entraver raisonnablement sans graves conséquences. Elle peut alors supporter quelques handicaps.

Mais, face à des difficultés, l’économie doit être entièrement elle, libre, sans contrainte, sans limite, de façon à être créative, à saisir toutes les opportunités (voir à ce sujet « Antifragile » de Taleb). Ses champions doivent eux-mêmes être le plus libre possible.

La peste

Les potions de Sarkozy et de Hollande préconisent exactement l’inverse. C’est la peste. Les règles de la politique, du vivre en groupe en harmonie, n’ont aucun lien de près ou de loin avec les règles de l’économie. L’intervention de la politique dans l’économie, c’est l’arrivée du virus. Il décime le tissu économique et engendre la misère. Doit-on s’étonner que la perspective ou la présence de la misère génère le malaise ?

Le deuxième problème

L’économie peut, malheureusement, être atteinte d’un deuxième virus. Celui-là elle en est autoporteuse. C’est l’excès de pouvoir du capital à travers le monopole, qu’il peut se procurer par le terrassement des concurrents.

Le monopole c’est le choléra.

Il absorbe la concurrence qui est le moteur vital de l’économie, il la pervertit. Une fois constitué, le monopole répond à des règles politiques et s’absout des règles économiques.

Or, là est une partie du problème, l’économie en devenant mondiale s’est affranchie des contraintes anti-monopoles. Ainsi, certaines de ces forces mondiales ont fini par acquérir un statut de monopoles anti- économiques. Le phénomène s’accélère.

Ce problème dépasse largement les possibilités d’intervention de nos deux amateurs Sarkozy et Hollande. Evidemment, ils le savent. C’est en cela qu’ils sont responsables des mensonges qu’ils profèrent, qu’ils méritent le désamour qu’on leur porte.

Conclusion

La France a deux écueils à éviter : l’ingérence de la politique dans l’économie, l’absorption par les monopoles mondiaux. Pour l’instant, nul homme politique, nul parti politique ne présentent un projet ou des garanties dans ce sens.

Tous surenchérissent sur la qualité de leurs interventions intempestives, actuelles, passées ou à venir dans l’économie.

Dans ces conditions, il est prématuré de traiter les français de gros nuls. Il en serait différemment si un tel homme politique, libéral, existait et qu’ils le refusent.

Le fait qu’il n’existe pas est-il dû aux français ou à l’organisation politique de la France ? Personnellement je penche pour la deuxième hypothèse.

C’est cela qui explique le désamour des français pour leur classe politique, cette conscience informelle du problème, à défaut d’une analyse objective.

La modification nécessaire du système politique actuel est-elle possible par la démocratie ? Hélas, rien n’est moins sûr.

La force du mensonge est d’être plus séduisant que la réalité, et, nos hommes politiques sont des professionnels aguerris du mensonge. C’est leur fond de commerce, leur propre moteur économique. Ils lui doivent leur statut, leurs avantages, en est-il un qui se sacrifiera ? Sera-t-il compris ? Ce sont les énigmes de demain. Ce sera ça ou la misère et le chaos. Attendons.

Bien cordialement. H. Dumas

RAPPEL :  MOBILISONS NOUS.  SIGNEZ LA PETITION.  (colonne à droite)

 

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (2 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Une réflexion au sujet de « La peste ou le choléra »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *