La prise de Bercy : Un combat vital

J’ai accepté de prendre des responsabilités dans une association loi de 1901 qui s’appelle« Contre-Attaque ».

Cette association se présente comme « Patriote et Libérale »

Une association patriote

Je ne m’étendrai pas sur le sujet, chacun sait ce qu’est le patriotisme et ce n’est pas ce point qui m’a convaincu. Je suis plutôt universaliste, ma vision de l’humanité est globale.

Mais, comme cette association se définit aussi comme profondément et sincèrement antiraciste, cela me convient. Va pour un peu de patriotisme.

Une association libérale

C’est ce qui justifie mon engagement. Qu’elle est la différence entre le libéralisme et les autres types d’organisation sociale?

Elle peut se résumer en une seule phrase : le libéralisme met l’individu au centre de son système, les autres types d’organisation capitalistes ou collectivistes mettent l’individu au service de leur système.

Cette différence est fondamentale. Elle est si fondamentale que le problème pour le libéralisme est que tous les autres systèmes, en démocratie, s’efforcent de se donner, d’une façon ou d’une autre, une image libérale pour dissimuler leur volonté de soumettre.

Ce déguisement libéral de toutes les expressions politiques démocratiques est tel qu’il a fini par effacer de l’esprit du plus grand nombre la réalité du libéralisme.

Tout particulièrement et contrairement à tous les autres systèmes, le libéralisme ne souhaite pas soumettre l’économie. Celle-ci, par essence, respecte l’individu qui est le « client », donc la base même de sa raison d’être.

Attention, le capitalisme, souvent confondu avec le libéralisme, n’est qu’une déviance de l’économie où le capital s’empare du pouvoir, notamment par le monopole, pour justement soumettre le « client ».

Le libéralisme, lui, prône la libre concurrence, ennemie intime du capitalisme.

Ce sont toutes ces fausses apparences du libéralisme, qui envahissent le discours politique en France, que se propose de dénoncer l’association « Contre-Attaque ».

Il est essentiel de dénoncer toutes les dérives dissimulées sous des discours ou des apparences libérales qui, en réalité, ne respectent pas l’individu et sont donc les marqueurs d’une organisation totalitaire en devenir, dont la composante principale est de faire, in fine, de l’individu un esclave.

La vigilance que se propose de mettre en place « Contre-Attaque » à ce sujet, ses méthodes d’alerte à destination du grand public, me conviennent.

J’ai accepté tout particulièrement d’animer la commission chargée de la fiscalité.

En effet, s’il fallait choisir un seul symbole pour démontrer le totalitarisme rampant dans notre démocratie, ce serait « Bercy » le plus représentatif.

A Bercy, pas question de respecter l’individu, ce manque de respect va au-delà de la mise en esclavage, puisqu’il va jusqu’au stade ultime précédant la dictature, voir l’anéantissement, qui est la stigmatisation le principe du « bouc émissaire ».

Nous ferons aisément la démonstration, notamment en analysant l’organisation des  contrôles fiscaux, que cette administration est un déni au respect élémentaire dû aux droits de l’homme.

Nous démontrerons que c’est ce manque de respect pour l’individu qui fait de Bercy une machine à broyer les français et à dépenser leur argent, donc leur énergie, sans limite.

Nous démontrerons que Bercy, dans son état actuel, sous toutes les tendances gouvernementales, est le siège de l’oppression, l’ennemi absolu du libéralisme, le lieu où se fomente la dictature qui nous étouffe.

Nous démontrerons que les lois fiscales sont opportunistes, qu’elles enferment les français dans une incertitude chronique, une complexité voulue, qui les rendent tous coupables, donc susceptibles d’être à tout moment dénoncés et accusés par Bercy, l’ensemble accompagné par une justice spécifique « Stalinienne ».

Nous sommes bien, avec Bercy, à l’opposé du libéralisme, de plain-pied dans l’oppression, à l’opposé du respect des individus, en route vers la négation de notre statut d’hommes libres.

Les français se lèveront bientôt pour prendre Bercy, ce sera juste.

Ce ne sera pas une armée de tricheurs, de voyous, qui va jaillir comme veut le faire croire Bercy. Ce sera une armée d’hommes responsables, qui ne nient pas la nécessité de payer l’impôt, de vivre une société juste, mais qui refusent d’être aliénés, privés de leurs droits et de leur liberté par la dictature fiscale, même si elle se déguise en « égalité et fraternité », deux valeurs dénaturées et éradiquées de notre société par Bercy.

Ce sont toutes ces raisons qui me font espérer en « Contre-Attaque ».

 

Bien cordialement. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Votez pour cet article)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *