La vanité, le seul moteur du communisme

Les communistes, et leur ersatz civilisé les socialistes, veulent faire croire que leur objectif serait le bonheur des hommes.

Outre que jusqu’à présent ils ont lamentablement échoué à ce sujet, que bien pire ils ont été particulièrement mortifères — ou à minima ruineux — pour l’humanité à chaque tentative en grandeur nature, j’entends de plus démontrer que leurs échecs sont liés à la nature même de leur pensée, au fait que son moteur est la vanité, uniquement la vanité.

Je m’appuierai sur le livre de Gérard Mordillat, « La brigade du rire », aux éditions Albin Michel. Je prétends que cet ouvrage est le pendant, côté communiste, de « La grève » le livre culte libéral d’Ayn Rand.

Dans « La grève » des humains de bonne volonté se contentent de fuir la corruption et la lâcheté, ils s’assument ailleurs. Dans « La brigade du rire » des humains en perdition personnelle en imputent la faute aux autres, qu’ils n’hésitent pas à tenter de détruire en y trouvant une joie morbide.

Les deux ouvrages sont des romans particulièrement bien écrits, où les personnages sont criants de vérité et les auteurs totalement engagés.

Le livre de Ayn Rand est plus lourd, plus dense, mais ce n’est pas gênant pour qui s’attache à la seule sincérité scripturale des deux philosophies en présence : le libéralisme et le collectivisme ou encore le capitalisme et le communisme.

L’égalité

C’est la tarte à la crème du communisme.

Les personnages de Mordillat sont conscients qu’être ne suffit pas, qu’il faut aussi exister, que cela demande un minimum de possessions, intellectuelles et matérielles. Jusque là pas de problème.

Ces possessions, pour eux, doivent être fournies par la société et non acquises par l’individu. Là est le problème, d’autant qu’à ce sujet ils prônent la coercition.

C’est la grande différence avec les personnages de Ayn Rand qui eux sont responsables personnellement de ce qu’ils pensent, de ce qu’ils décident et des résultats obtenus.

Le sujet est récurrent, insoluble, mais quand même…

Qu’est l’homme à sa naissance ? Est-il autre chose que tous les êtres vivants qui naissent le même jour que lui ? A partir de ce jour est-il un homme quelle que soit sa trajectoire personnelle ? Son environnement dicte-t-il définitivement son destin ?

Cela ne me parait pas la réalité.

Je ne crois pas que le fourbe puisse exiger de la vie autant que le sincère, l’assassin autant que le médecin, le voleur autant que l’intègre. Non, je crois que l’homme se construit lui-même, qu’il est le seul responsable de son humanité. Je ne crois pas que cela soit plus facile pour certains que pour d’autres, je crois que c’est très difficile pour tout le monde.

Prétendre se substituer à ce labeur personnel, prétendre en assumer la charge pour les autres, me parait le comble de la vanité.

L’économie

Les deux ouvrages, finalement, finissent par définir l’homme par rapport à sa posture face à l’économie.

Mais, l’économie ne dépend pas de l’homme, elle est le fruit du capital, la conséquence positive ou négative de l’utilisation du capital. Quelle que soit l’échelle à ce sujet, à partir du niveau du compte de la ménagère jusqu’à à celui de la multinationale.

L’homme est un spectateur-acteur de l’économie, il ne détient pas le capital personnellement, il n’en n’est que le mandataire à son échelle. Le capital le précède et lui survit.

Le capital est impersonnel, il est universel. Il appartient au monde vivant.

Donc la vraie question est : qui doit être le mandataire du capital ? Des particuliers ou l’Etat, des individus ou le groupe.

Les libéraux sont clairs à ce sujet, les excès potentiels des détenteurs privés du capital ne leur occultent pas l’énergie que ceux-ci mettent à le faire fructifier, seul objectif à atteindre, nécessaire pour tous.

Les communistes évacuent le problème en prônant la suppression du capital, ce qui est totalement absurde. Mais ils butent sur le fait que le capital entre les mains de l’Etat est systématiquement détourné de son but exclusif : l’économie, donc le profit.

Là encore ils font preuve d’une vanité mal venue et dévastatrice.

Les exclus

Les communistes n’ont de considération que pour les exclus de l’économie, quand hélas il y a bien d’autres possibilités d’exclusions pour le tas de cellules que nous sommes, qui arrive un jour sur terre et va tenter de devenir un homme.

C’est ce qui explique que le livre de Gérard Mordillat est moins dense que celui de Yan Rand. Lui se cantonne, en bon communiste, à l’aspect économique de la vie en société. Elle va beaucoup plus loin et évoque davantage la globalité de l’homme social.

Pour les communistes, pas d’exclu économique, donc pas de compassion, le héros de Mordillat déclare  » La charité abroge l’égalité ». L’Etat communiste égalitariste n’est pas charitable.

Pour Rand la charité est un élément essentiel de la vie en société.

La posture des communistes à ce sujet est un acte suprême de vanité.

La vie et la mort

Les personnages de Rand fuient. Ils n’approuvent pas la pensée globale qu’ils voient s’installer, la croyance qui gouverne le groupe, ils se retirent ailleurs.

Le personnage principal de Mordillat souhaite tuer ceux qu’il considère comme des obstacles à son accès à une vie matérielle meilleure :  » l’homme qui tue sait qui il est, pourquoi il agit, pourquoi ses paroles portent le poids de la vie, entame le mur de la nuit qui nous entoure. » Un peu plus tôt dans le livre il avait déclaré : « Il n’y a qu’en tuant un autre homme qu’on peut se dire vraiment un homme ».

N’est-ce pas le comble absolu de la vanité ?

C’est toute la différence entre les communistes et les libéraux. Les premiers sont mus par la vanité, les seconds par l’humilité.

Je me sens bien en tant que libéral, même si tous les jours je suis torturé par un Etat communiste à travers son bras armé Bercy, même si j’accepte l’hypothèse qu’il finira par me tuer. Je me préfère dans ma peau libérale que dans celle des communistes.

Bien cordialement. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (3 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

4 réflexions au sujet de « La vanité, le seul moteur du communisme »

  1. Le meilleur système est celui qui a des contre-pouvoirs. le libéralisme a aussi ses excès de supprimer les contradicteurs . Mais le danger n’est pas le communisme en soi mais le citoyen communiste , il a tendance à détenir toute la vérité et s’autodétruit . Les religions qui prône l’amour …etc , ne sont pas dangereuse mais les citoyens religieux en font un pouvoir souvent destructeur et rétrograde sous prétexte de bonté . Un bon résumé avec trois citations=
    -« Pour qu’on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir …arrête le pouvoir. » Montesquieu
    ‎- » La dictature parfaite aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s’évader. Un système d’esclavage où grâce à la consommation et au divertissement les esclaves auraient l’amour de leur servitude. » Aldous Huxley (1864-1963), écrivain britannique, auteur du livre « Le Meilleur des Mondes »
    -« Le langage politique est destiné à rendre vraisemblables les mensonges, respectables les meurtres et à donner l’apparence de la solidité, à ce qui n’est que du vent. » George Orwell
    Les contre-pouvoirs médiatiques n’existent pas en France =
    http://www.temoignagefiscal.com/les-contre-pouvoirs-mediatiques-nexistent-pas-en-france/

      1. Le libéralisme donne de la force à certains qui en abusent , c’est la nature humaine. A méditer=
        – Blaise PASCAL (Pensées)=Il est juste que ce qui est juste soit suivi, il est nécessaire que ce qui est le plus fort soit suivi. La justice sans la force est impuissante ; la force sans la justice est tyrannique. La justice sans force est contredite, parce qu’il y a toujours des méchants ; la force sans la justice est accusée. Il faut donc mettre ensemble la justice et la force ; et pour faire cela faire que ce qui est juste soit fort, ou que ce qui est fort soit juste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *