Le boulet de l’administration

La France est un pays riche, un pays développé, avec des infrastructures de premier plan et pourtant le sentiment général est que ça ne fonctionne pas.

Ce sentiment est justifié notamment par le fait que, d’année en année les budgets déficitaires s’accumulent et rien ne change ; tous les comptes de l’Etat sont toujours dans le rouge et le projet de budget pour 2019 en est l’éclatant exemple : encore des déficits et aucune mesure de redressement.

On sait par ailleurs que les « bons résultats » de 2017 n’ont été dus qu’à l’augmentation de la pression fiscale qui a confisqué l’essentiel de la croissance inespérée survenue en Europe dont nous avons bénéficié mais sans qu’aucune mesure de réduction des dépenses ait été prise ; ce qui fait que dès retournement de la tendance, les déficits vont fatalement continuer à s’aggraver !

Il ne faut pas se leurrer : Nous décrochons lentement mais nous décrochons quand même vis-à-vis de l’Allemagne, notre partenaire de référence !

Désormais le PIB de l’Allemagne est de 1.000 Md€ supérieur à celui de la France mais il faut dire que l’écart de croissance entre les deux pays a atteint 28 points depuis 2006 !

Pendant que nous enregistrons des déficits de 3% du PIB par an l’Allemagne enregistre des excédents de 3% ; pendant que l’Allemagne a un taux de chômage de 3.5% nous « caracolons » à presque 10% : franchement pas de quoi se vanter !

Il ne faut pas de faire d’illusions : nous glissons aussi lentement vers le bas dans tous les classements internationaux et la population française se paupérise !

On ne va pas vous expliquer que tout ça est normal parce que ça ne l’est pas !

Il faut alors bien rechercher des causes à cet état de fait et elles sont très faciles à trouver : le poids de l’administration qui a pris le pouvoir et exerce le contrôle de la société !

Peut-on, en regardant sur les trente dernières années, faire une estimation de l’efficacité de cette administration ?

En ce qui concerne les impôts : pas de problème ; l’efficacité est maximum ! Le ministère des Finances (Bercy) et la DGFIP (direction générale des finances publiques) ont constitué un véritable Etat dans l’Etat avec des effectifs pléthoriques et des moyens colossaux pour faire rentrer l’impôt !

En ce qui concerne le reste : c’est un désastre avec un empilement de normes, de règles et de directives sans bénéfice pour l’activité économique, ni pour l’emploi, ni même pour l’éducation !

Mais j’ai oublié de vous dire : le fonctionnaire ne dépend pas de l’activité économique, il  dépend de son chef de service et il est payé par les impôts et, en France, les impôts, c’est ce qui fonctionne le mieux !

Le constat est que le pays paie désormais les conséquences de sa sur administration et qu’il n’y a aucune issue apparente à ce glissement !

Quelques mesures seraient pourtant aisément applicables ; mais encore faudrait-il vouloir les appliquer :

– suppression du statut de la fonction publique,

– blocage des rémunérations des fonctionnaires,

– interdiction à un fonctionnaire de se présenter à une élection en vue de briguer un mandat électif sauf à avoir démissionné au préalable de la fonction publique,

– interdiction du pantouflage (c’est à dire le fait pour un haut fonctionnaire de quitter son corps d’origine pour aller travailler dans le privé tout en conservant les avantages de son statut de fonctionnaire, notamment au niveau de la carrière et de l’ancienneté).

– suppression de l’ENA, cette fameuse école qui nous fabrique des technocrates complètement déconnectés de la réalité,

– suppression de 50.000 postes par an.

Or, quand on voit les projets du gouvernement en la matière, on mesure la profondeur du fossé qui le sépare de la réalité !

Mais il faut dire que Macron et Philippe ne sont pas dans la réalité, ils sont dans le calcul politique et cherchent plutôt à ménager des fonctionnaires qui seraient prêts à en découdre et à bloquer le fonctionnement de l’Etat !

Ils ont déjà eu à subir l’acharnement des cheminots à vouloir faire échouer la non réforme de la SNCF !

Macron avait annoncé 50.000 suppressions de postes en 5 ans, on en est à 1.600 en 2018 (dont on ne peut même être assurés qu’ils sont effectifs) et 4.500 en 2019. Par conséquent, pour atteindre le chiffre initial annoncé, pour les 3 années qui restent à courir de son mandat, il faudrait en supprimer 43.900 soit 14.633 par an !

Quand on mesure qu’il y a 6 millions de fonctionnaires (administration centrale, collectivités locales, fonction publique hospitalière), on s’aperçoit de l’indigence des mesures décidées alors que c’est 50.000 postes par an qu’il faudrait supprimer !

On doit donc constater que le gouvernement se trouve dans une impossibilité absolue de réduire le nombre des fonctionnaires et, par voie de conséquence, la charge budgétaire intolérable et épuisante pour le reste du pays !

De lâchetés en petits calculs politiciens, les fonctionnaires du gouvernement continuent à faire les mêmes calculs et les mêmes erreurs ; étant entendu qu’à la sortie ce seront les français qui paieront pour ces calculs et ces erreurs !

Evidemment, le revers de la médaille est que, pour nourrir cette administration, il faut des impôts, encore des impôts, toujours plus d’impôts et des cotisations ; ce qui explique pourquoi nous détenons désormais le record du monde peu enviable des prélèvements obligatoires !

Tout le monde sait que nous sommes allés trop loin dans les prélèvements sociaux et fiscaux et qu’il faut absolument réduire les prélèvements obligatoires !

Seulement, E Macron prend la presse à témoin de ce qu’il ne peut pas le faire parce que … les gaulois seraient réfractaires au changement ; ce qui est quand même pour le moins audacieux quand on sait que le premier facteur de résistance au changement est l’administration … administration dont il est lui-même issu !

Au contraire, et le projet de budget pour 2019 est là pour en attester, on continue dans la progression de la dépense publique en tabassant un coup les entreprises et un autre coup les retraités (après la CSG, c’est la désindexation des pensions), en alourdissant la fiscalité sur l’énergie (électricité et carburants) et enfin en matraquant l’immobilier !

Ainsi donc, pas de diminution de la dépense étatique par contre le pouvoir n’hésite pas à serrer la ceinture des classes moyennes !

Et quand enfin, on nous présente une réduction de la dépense on s’aperçoit très vite qu’en fait il s’agit seulement d’une réduction dans l’augmentation ; ce qui est évidemment présenter la vérité de manière tendancieuse, insincère voire carrément mensongère !

Il faut être lucide : Aucune réforme sérieuse n’a été entreprise par E Macron depuis sa prise de fonctions et les entreprises, seules créatrices d’emplois, sont toujours matraquées !

E Macron et son premier ministre ne font que de la comm’ tout en étant sur le chemin de l’impuissance hollandienne !

Mais, on ne peut pas attendre de deux hauts fonctionnaires (le président et le premier ministre) qu’ils engagent des réformes sérieuses à propos du poids de l’Etat et d’une administration dont ils sont issus et dont ils sont les otages puisque ce serait retirer du pouvoir à cette administration et à ces fonctionnaires ; fonctionnaires qui cumulent tous les postes, au mépris bien souvent d’éventuels conflits d’intérêts !

Pendant longtemps, on nous a vanté les mérites de notre administration si performante !

La vérité est qu’elle n’est qu’un boulet aux pieds des autres qui doivent en financer le fonctionnement tout en en subissant les contraintes et les désagréments !

Tout le monde sait, sauf en France, que l’administration ne connaît rien à l’économie, au fonctionnement des entreprises et qu’elle est incapable de réforme ou d’amélioration de ses performances.

Tout le monde sait, sauf en France, que plus les prélèvements obligatoires sont élevés et plus la croissance est faible puisque les ressources du pays sont captées par une administration qui … n’en fait rien de productif !

Signe qui ne trompe pas : tous les plans visant à améliorer l’efficacité de l’administration ont échoué …

Conclusion qui s’impose : la réduction des déficits publics passe obligatoirement par la réduction drastique du nombre de fonctionnaires mais, tant que nous continuerons à élire des fonctionnaires à des postes de responsables politiques, nous continuerons à glisser sur cette pente dont on ne peut que deviner où elle va nous emmener !

Bien cordialement à tous !

Φιλος απο την Ελλαδα (Philos de Grèce)

Dominique Philos

A propos Dominique Philos

Né en 1958, titulaire d’un DEA de droit commercial de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, je suis un ancien avocat fiscaliste et partage ma vie entre la France et la Grèce. Européen convaincu, persuadé que le libéralisme est la seule option possible en matière économique, intransigeant sur les libertés individuelles, j’ai un ennemi : l’étatisme rampant qui détruit le tissus économique et social.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (8 votes, moyenne : 4,25 sur 5)
Loading...

8 réflexions au sujet de « Le boulet de l’administration »

  1. Dans les différentes méthodes préconisées par Lénine (sans entrer dans les détails sordides) pour affaiblir un pays et conquérir le pouvoir pour et au nom du glorieux socialo-communisme, tout ce qui peut atteindre les citoyens pour créer des sentiments de peur ou de colère, de sidération ou d’abandon est à utiliser : viols, assassinats, confiscations, pornographie (dissolution des mœurs), impôts, augmentations du nombre de fonctionnaires, police secrète (dépendant uniquement du président), nominations de complaisances pour assurer le pouvoir, noyautage de toutes les instances de pouvoir, idem sur le plan civil avec des « mouchards » dans un maximum d’entreprises, favoritisme jusqu’à l’indécence, libération de prisonniers pour accentuer l’insécurité ou condamnations à des peines légères ou encore non lieu, remplir les stades (panem et circenses), aider les médias de distraction au maximum (pour remplir le temps libre d’occupation du cerveau), favoriser les jeux (loteries, courses, casinos), établir le centralisme démocratique sans vergogne, et cœtera . . .

  2. Le livre de AYN RAND LA GRÉVE (ATLAS SHRUGGED) mérite, effectivement, une lecture compatissante et patiente: 1337 pages sur ce qui nous pend au nez pour notre avenir. Ce livre vous tient en haleine jusqu’au bout avec un suspense incroyable. On devrait en faire un film.

    C’est l’occasion de revenir sur l’inverse le passé, le livre de DANIEL DESSERT : ARGENT, POUVOIR ET SOCIÉTÉ AU GRAND SIÈCLE. 824 pages qui nous révèlent avec une certaine lourdeur le passé chargé des escroqueries de nos Ministres des Finances : FOUQUET, COLBERT et autres escrocs qui méritaient bien la guillotine.

    Pendant qu’on y est : LA RÉVOLUTION FRANÇAISE par SANSON père et fils, les rois de la guillotine avec leurs notes de derniers instants des escrocs pourrait calmer les esprits révoltés par nos services fiscaux.

      1. Excellente idée.

        Mais comment faire durer le suspense sur plus de 3000 pages ?

        Quoique née à St-Petersbourg AYN RAND a échappé au communisme !

        Steve Bannon, aborde sa vision pas très positive de la philosophie politique d’Ayn Rand:

        « Je suis un capitaliste pragmatique et très pratique. J’ai été formé chez Goldman Sachs, je suis allé à la Harvard Business School, j’étais aussi intrépide que capitaliste. Je me suis spécialisé dans les médias, en investissant dans des sociétés de médias. un environnement très, très difficile, et vous avez eu un assez bon bilan.Je ne veux donc pas que cela sonne un peu namby-pamby, «tenons-nous tous la main et chantons Kumbaya autour du capitalisme.

        « Mais il y a un volet du capitalisme aujourd’hui – deux volets, qui sont très inquiétants.

        « L’un est le capitalisme patronné par l’État. Et c’est le capitalisme que vous voyez en Chine et en Russie. Je crois que c’est ce que le Saint-Père a vu pendant des siècles comme l’Argentine où vous avez ce genre de capitalisme les gens qui sont impliqués dans ces forces militaires au sein du gouvernement forment une forme brutale de capitalisme qui consiste à créer de la richesse et à créer de la valeur pour un très petit sous-ensemble de la population. création à travers des modèles de distribution plus larges qui ont été vus vraiment au 20ème siècle.

        « La deuxième forme de capitalisme que je ressens est presque aussi inquiétante, c’est ce que j’appelle l’Ayn Rand ou l’école objectiviste du capitalisme libertaire. Et, regardez, je crois beaucoup au libertarisme. J’ai beaucoup d’amis C’est une très grande partie du mouvement conservateur – que ce soit le mouvement UKIP en Angleterre, ce sont de nombreuses bases du mouvement populiste en Europe, et particulièrement aux États-Unis.

        « Cependant, cette forme de capitalisme est tout à fait différente quand on la considère vraiment comme ce que j’appelle le » capitalisme éclairé « de l’Occident judéo-chrétien. C’est un capitalisme qui cherche vraiment à rendre les gens marchands et à objectiver les gens. les utiliser presque – comme beaucoup de préceptes de Marx – et c’est une forme de capitalisme, en particulier pour une génération plus jeune [cela] qu’ils trouvent vraiment très attrayant. Et s’ils ne voient pas une autre alternative, ça va être une alternative à laquelle ils gravitent sous ce type de rubrique de «liberté personnelle».

        1. La forme de capitalisme pronée par Ayn Rand est pratiquement inenvisageable en France car les français restent dans leur immense majorité persuadés que l’Etat les protège alors qu’il … les exploite !

  3. Certains abrutis veulent appliquer une Eco taxe . L’Eco taxe était une fumisterie car nous payons déjà une taxe appelée TVA aux péages des autoroutes et une taxe à l’essieu pour les camions en + . En Allemagne les autoroutes sont gratuites donc ils ont créé une Eco taxe. Certains politiques sont des escrocs ..

    De + il faut reconnaître que les taxes sous prétextes écologiques ont bien augmenté comme jamais depuis + de vingt ans et ce depuis Mai 2017. C’est un succès indéniable . Il faut dire merci à qui ?
    Nicolas HULOT a fait augmenter les Taxes mais les taxes ne changent rien au climat , à l’excès de touristes dont l’objectif est annoncé à 120 millions soit 2 fois la population française . Le Tourisme dont nous savons les problèmes à l’excès = déchets, consommation d’eau 10 fois celle de l’autochtone …etc .

  4. Les vieux sont taxés pour aider les jeunes et ensuite les jeunes sont taxés pour aider les vieux
    Mais il faut dire aussi qu’Aucun candidat à la présidence ni journalistes , ni syndicats n’ont hurlé contre ces mesures et en particulier celle de la hausse de la CSG et pour cause ,mais il est facile de le faire maintenant qu’elle s’applique. D’autant que depuis 2013 les retraites ont été gelé . Depuis dix ans, les gouvernements successifs ont pris des mesures fiscales qui réduisent le pouvoir d’achat des aînés. Dernière en date : la hausse de la CSG.= cliquez pour lire la suite :
    http://www.leparisien.fr/economie/fiscalite-la-colere-gronde-chez-les-retraites-04-03-2018-7590480.php#xtor=AD-1481423553#xtor=AD-1481423552

  5. Cette Phrase date de 1920 =
    Elle provient de la Philosophe Russe et Américaine Ayn Rand ( une juive fugitive lors de la révolution Russe qui a débarqué aux USA dans les années 20) et nous montre une vision des choses en tout état de cause :
    Quand vous vous rendez compte que pour produire , vous avez besoin de l’autorisation de quelqu’un qui ne produit rien…..
    Quand vous vous rendez compte que l’argent , c’est pour ceux qui font des affaires non pas avec des biens mais avec des faveurs…..
    Quand vous vous rendez compte que beaucoup sont devenus riches avec des pots-de-vin et une influence plus que pour leur travail , et que la loi ne nous protège pas de ces individus , mais quelle les protège à eux……
    Quand vous vous rendez compte que la corruption est récompensée et que l’honnêteté mène au sacrifice de soi-même……
    Alors vous pouvez dire , sans avoir peur de vous tromper , que la société est condamnée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *