Le déclin de l’empire américain

On parle beaucoup des USA en raison de la puissance des GAFAM mais aussi en raison de la personnalité très clivante de D Trump, populiste et réactionnaire, qui fait figure de personnage inculte et grossier après un Barack Obama réputé « de gauche » et donc considéré, vu de France, comme éclairé et progressiste.

Au-delà de l’anti américanisme primaire manifesté par une partie de l’élite française,  il serait naïf de croire que cette attitude américaine ne date que d’un D Trump qui menace et vitupère à l’encontre de quiconque s’oppose à lui et qui a engagé une guerre commerciale avec son grand rival du moment : la Chine.

Qu’est-ce qu’un empire ?

Parler d’empire à propos des USA revient à définir ce qu’est un empire. C’est un pays ou un ensemble de pays disposant d’une suprématie en matière économique, financière, politique et militaire.

A ce jour, on pourrait penser qu’il y a 3 empires : les USA, la Chine et la Russie.

Dans les faits, la Russie bénéficie avant tout de l’image de l’URSS mais elle n’est plus un empire. En effet, bien qu’elle dispose du plus grand territoire de la planète, elle ne dispose d’aucune supériorité économique, technologique, militaire. Le budget de la défense russe est à peu près similaire à celui de la France (60 Milliards de $ à comparer aux 714 Milliards de $ des USA).

La Russie a une économie de pays en voie de développement  et tire l’essentiel de ses ressources de son sous-sol. Elle n’a qu’une seule entreprise de taille mondiale : Gazprom.

Vis-à-vis des européens, la Russie fait pourtant toujours figure d’épouvantail avec un Vladimir Poutine offensif et soucieux de la défense des intérêts de son pays ; surtout lorsqu’il a constaté que les occidentaux grignotaient l’ancien empire par le biais de l’incorporation à l’OTAN des anciens pays du bloc soviétique et que cette extension allait aussi toucher l’Ukraine et la Géorgie. Cette action a nécessairement eu un impact sur le sentiment obsidional séculaire des russes et on connaît la réaction : annexion de la Crimée, écrasement de l’armée géorgienne, sécession de la partie orientale et russophone de l’Ukraine. Par contre, il est à peu près avéré que la Russie n’a aucune ambition d’expansion vers l’ouest. Les craintes européennes relèvent donc essentiellement du fantasme entretenu d’ailleurs par les … américains dans le cadre de l’OTAN !

Ne restent donc en lice, que les USA puissance dominante depuis la fin de la seconde guerre mondiale et la Chine qui, avec sa nouvelle puissance économique en développement accéléré, vient contester la suprématie américaine.

La puissance inégalée des USA

L’émergence des Etats-Unis en tant que grande puissance remonte à la fin de la première guerre mondiale ; laquelle a signé surtout le suicide de la civilisation européenne même si le Royaume Uni et la France ont pu, avec leurs empires, masquer pendant quelque temps leur lent déclin.

Les Etats unis sont entrés dans l’ère industrielle de la production de masse et ce processus s’est renouvelé et amplifié avec la seconde guerre mondiale alors que l’Europe en est sortie complètement anéantie et dans l’incapacité de faire face au risque d’invasion d’une URSS dirigée à l’époque par un Staline calculateur, impitoyable et machiavélique.

C’est donc logiquement que l’Europe ait recherché la protection de l’allié américain, déjà sur place, par le biais de l’OTAN ; traité d’assistance et de défense.

Au regard de l’Histoire occidentale, les USA ont été les libérateurs de l’Europe par deux fois et le plan Marshall a permis de redresser l’économie des pays de l’Europe de l’ouest ruinés par la guerre.

En 1918, ils sont entrés, tardivement, dans le conflit alors que l’essentiel de l’effort de guerre avait été supporté par la France et le Royaume Uni.

En 1944, le débarquement en Normandie a permis effectivement d’accélérer l’effondrement de l’armée allemande mais il ne faut pas oublier que l’essentiel de l‘effort de guerre a été assuré par l’URSS au prix d’un bain de sang. (23 millions de morts contre 300.000 GI’s).

En outre, le plan Marshall n’a pas été sans arrières pensées car dans l’esprit des américains il était évident qu’il valait mieux redresser économiquement les pays d’Europe pour s’en faire ensuite des clients plutôt que de les abandonner à leur misère … et à la tentation communiste.

Ils ont d’ailleurs joué à plein leur rôle de défenseurs de la liberté face au monde communiste et on se rappelle cette formule de J.F Kennedy, devant le mur de Berlin « Ich bin ein Berliner ».

Les USA, phare de la liberté, a donc été le schéma mental de l’Europe de l’ouest face à l’empire communiste. Mais ce monde a disparu et il n’est pas sûr que cette image soit vraiment celle que l’on doive aujourd’hui retenir des USA.

La Russie de Boris Eltsine s’y est laissé prendre en pensant que les USA allaient l’aider à sortir du communisme et à se redresser économiquement. Il n’en n’a rien été car le but des USA n’a jamais été que d’affaiblir la Russie en partant du principe que cela faisait un adversaire de moins !

En fait, on s’aperçoit très vite que les USA se comportent comme un empire dominateur et que, comme tout empire dominateur, il tend à étendre encore son pouvoir pour atteindre l’hégémonie ; et cela ne date pas de l’arrivée de D Trump à la Maison Blanche.

La guerre économique et militaire comme moyen de suprématie mondiale

 Au niveau militaire :

Depuis 1945, les USA se sont lancés dans de nombreuses guerres en Irak, au Vietnam, en Syrie, en Afghanistan, en Libye, mais aussi dans des interventions au Guatemala, au Brésil, à St Domingue, à la Grenade, à Panama, au Nicaragua en finançant les contras ; sans oublier l’Iran de Mossadegh et le Chili d’Allende.

Les résultats ont été pour l’essentiel désastreux avec des effets collatéraux dont on n’a pas fini de prendre la mesure (Financement d’Al Quaeda de Ben Laden en Afghanistan et création de l’Etat islamique à la suite de l’intervention en Irak).

Autant la campagne « tempête du désert » en 1991 avait pour but de libérer le Koweit de l’invasion irakienne, autant l’invasion américaine de 2003 n’a eu pour but que de renverser Saddam Hussein et d’y établir la pax americana ; avec le succès que l’on sait.

Or, on ne peut leur reprocher quoique ce soit car les USA se placent hors du droit international en rejetant toute intervention de la CPI (Cour Pénale Internationale) dans leurs opérations ou interventions militaires.

Par ailleurs, les USA contrôlent directement ou indirectement par le biais de l’OTAN la défense de pratiquement tous les pays européens ; auxquels il faut y ajouter la Corée du sud et le Japon ; ce qui ne les empêche pas d’espionner aussi leurs alliés … comme s’ils étaient des ennemis et avec les moyens à la mesure de la puissance des USA. Certes, tout le monde espionne tout le monde mais on peut quand même légitimement se demander pourquoi un pays allié se comporte … comme un ennemi !

En fait, les USA ne nous considèrent pas comme des alliés mais comme des vassaux qui doivent leur obéir et D Trump a parfaitement intégré cette notion avec l’instauration d’un rapport de force à propos auquel l’Union Européenne n’a actuellement pas de réponse !

Ainsi le président Trump a déclaré que l’Union Européenne devait payer les frais de l’OTAN pour sa sécurité puisqu’elle en est la première bénéficiaire ; avec un double bénéfice pour les USA puisqu’ils imposent des dépenses de défense aux européens et ensuite leur vendent du matériel militaire (notamment le coûteux et complexe chasseur multirôle F35 à l’Italie, au Danemark, à la Norvège, aux Pays Bas, au Royaume Uni, à la Belgique – La Finlande, l’Espagne, la Grèce, la Pologne, la Roumanie sont encore en phase de réflexion.)

D’un autre coté, les USA contrôlent aussi l’exportation de matériel américain intégré dans des systèmes d’armes européens ou même seulement industriels assemblés dans l’Union Européenne ; ce qui limite leur possibilité finale d’export en rendant les européens tributaires du bon vouloir américain. Pour certains pays, Dassault est ainsi obligé de modifier ses avions Rafales pour en retirer les composants américains.

Par contre, les USA respectent la force puisque Trump a fait ami ami avec Kim Jong Un le dictateur de la minuscule et insignifiante Corée du nord mais disposant de l’arme nucléaire.

Au niveau économique :

La supériorité des entreprises américaines est écrasante avec les désormais célèbres GAFAM mais aussi avec les compagnies pétrolières. La domination est quasi-totale dans le domaine des puces électroniques (Intel, AMD …) et les USA dominent aussi dans la banque, l’aviation, l’espace, l’armement.

Depuis 1945, le dollar est devenue la monnaie des échanges internationaux donnant de ce fait aux USA un avantage énorme : le monde entier devant acheter des dollars pour ses transactions, les USA peuvent faire financer leurs déficits par tous les autres pays de la planète !

Les USA n’hésitent pas non plus à exporter leurs crises financières. La crise des subprimes de 2008, qui s’est propagée à la planète entière, a bien pour origine la titrisation abusive, par les banques américaines, de créances insolvables ; sans aucune espèce de remord ou d’excuse de la part des USA !

D Trump a décidé en outre de sauver l’emploi américain en appliquant unilatéralement des droits de douanes sur toute une série de produits importés d’Europe, du Mexique, du Canada, de Chine ; avec des rétorsions inévitables !

A cela s’ajoute ce que l’on appelle l’extra territorialité de la loi américaine sur toutes les opérations réalisées en dollars, où qu’elles soient réalisées dans le monde et même si elles n’ont jamais transité par le territoire des USA. Il s’agit ni plus ni moins que d’un chantage exercé sur tous les acteurs économiques avec la menace de sanctions colossales.

L’exemple de l’Iran est révélateur de cette méthode d’action.

Les américains ont décidé d’asphyxier économiquement l’Iran (considéré comme un danger pour Israël), mais aussi de se venger de l’affront de 1979, pour faire chuter le régime des mollahs en escomptant une révolte de la population.

D Trump a donc brutalement rejeté le traité de non prolifération qui avait été laborieusement négocié avec l’Iran sous Obama (avec la France, le RU et l’Allemagne) et il a intimé à tous les autres pays de cesser toutes relations économiques avec l’Iran sous 6 mois avec la menace de sanctions. On s’aperçoit clairement que les USA n’hésitent pas à tordre le bras à quiconque s’oppose à leurs décisions.

Evidemment, il ne saurait être question d’y voir une quelconque morale puisque d’un autre côté les USA sont les garants du régime intégriste d’Arabie saoudite qui, de son côté, mène sa guerre personnelle au Yémen.

Les conséquences en sont dramatiques pour les entreprises européennes. Total et Peugeot (qui y vendait 400.000 voitures par an) ont été contraints de plier bagages sous la menace de représailles économiques dont la BNP a pu mesurer l’ampleur puisque elle a été condamnée (sous la présidence Obama) à payer 9 Milliards $ pour avoir enfreint l’embargo américain sur le Soudan, Cuba et l’Iran.

Il faut aussi évoquer les accords Fatca qui permettent aux USA d’imposer leurs règles fiscales partout dans le monde et de terroriser les institutions financières sous la menace de sanctions financières colossales (l’UBS Suisse a payé pour le savoir).

Aujourd’hui, la position des USA apparaît donc clairement comme celle de celui qui veut imposer sa puissance au reste du monde et il utilise une nouvelle arme : le droit américain ! La banque Natixis, dans une récente note de conjoncture, parle même d’une stratégie de prédateur !

D Trump veut aussi asphyxier la Russie et essaie de faire capoter l’accord de construction du pipeline Northstream (qui passe par la mer Baltique et évite de ce fait l’Ukraine) destiné à alimenter l’Allemagne en gaz russe ; le but secondaire étant de vendre à l’Allemagne du gaz de schiste américain !

L’ingérence américaine apparaît donc omniprésente et D Trump choque par ses propos mais, en fait, dit tout haut ce que ses prédécesseurs faisaient déjà avec plus … de discrétion. On peut rappeler que, sous Obama, l’élimination physique d’opposants au moyen de drones est devenue une méthode ordinaire de gestion des conflits.

La concurrence inexorable de la Chine

La caractéristique d’une grande puissance est qu’elle cherche toujours à accentuer sa puissance ou, à tout le moins, essaie de ne pas la perdre. C’est la principale raison pour laquelle les USA ont décidé de se lancer dans une guerre économique avec la Chine afin de l’empêcher de devenir la première puissance mondiale ; notamment en lui interdisant l’accès au marché américain pour certains produits (Huawaï et la 5G) ou encore en lui interdisant l’accès à certaines technologies sensibles.

La Chine bien évidemment conteste aujourd’hui cette suprématie et accroît sa puissance militaire et étend son influence sur toute la zone asiatique mais aussi en Afrique en faisant office de bailleur de fonds.

Les chinois affectent de ne pas être impressionnés par les menaces et sanctions américaines mais ils ont bien compris tout le danger d’une situation dans laquelle ils se placeraient en position de sujétion vis-à-vis des USA. Ils essaient donc d’organiser le rejet de l’utilisation du dollar pour ses échanges internationaux par le biais de l’instauration d’une zone yuan.

Et l’Europe ?

Elle est aux abonnés absents pour des raisons qui tiennent beaucoup à son histoire faite de conflits séculaires entre des Etats qui persistent à se méfier les uns des autres.

Trump d’ailleurs pousse à la division des pays européens et excite les dirigeants britanniques à faire un hard Brexit ; même si cela est contraire aux intérêts du Royaume Uni.

Il est évidemment plus facile d’imposer sa loi à une Europe divisée alors que l’Union Européenne représente la première puissance économique mondiale. Seulement, elle n’est qu’un nain politique et militaire et rien n’indique qu’il puisse intervenir quelque changement que ce soit à ce propos. De manière tout à fait surprenante, seuls 58% des échanges intra européens sont libellés en € ; ce qui est pour le moins surpenant !

De plus, les pays de l’est (baltes et Pologne) demandent le maintien du parapluie américain car ils ont peur de l’ours russe qui pourrait les envahir en 24 h chronos ; souvenir de ce qu’il leur est arrivé en 1939 !

Or, il faut être conscient que l’Union Européenne n’a absolument pas besoin des USA pour assurer sa défense. Elle en a les moyens financiers et techniques mais manque totalement de volonté ; il s’agit juste d’une espèce de confort intellectuel que de s’imaginer sous la protection du grand frère américain, si désintéressé, si généreux face à un ogre russe diabolisé …

Le général De Gaulle, qui n’avait nulle envie de devenir le petit soldat de Washington, se méfiait des agissements américains contre lesquels il avait dû batailler pied à pied pendant toute la deuxième guerre mondiale ; ce qui l’avait amené, il y a 60 ans, à sortir du commandement intégré de l’OTAN (que nous avons réintégré sous Sarkozy).

Les USA : un allié encombrant

On ne se débarrasse pas d’un voisin tel que les USA surtout qu’il ne faut pas escompter un déclin de l’empire américain. Ce n’est qu’un fantasme ou un vœu pieu et les attaques de D Trump à l’encontre de la Chine démontrent qu’il a clairement identifié celle-ci comme le seul challenger dangereux !

Le seul risque encouru par les USA serait que l’ensemble des pays utilisant le $ pour leurs échanges internationaux se mettent à utiliser le Yuan ou l’€ ; ce qui aurait pour effet de placer les USA face à leur seul véritable problème : leur endettement colossal. Toutefois, ce risque semble être pour l’instant complètement hypothétique.

Cela revient alors à se demander : les USA ne constituent-ils pas une menace pour notre indépendance et ne sommes-nous pas devenus une de leurs colonies ?

Bien cordialement à tous.

Απο την Ελλαδα ! (de la Grèce – Patmos)

Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez lire le petit livre de Pascal Boniface « Requiem pour le monde occidental » éditions Eyrolles.

Toute reprise de cet article vaut acceptation de la licence suivante : La reproduction de cet article n’est autorisée qu’à la condition de le rependre en totalité, d’en rappeler l’auteur et le site de publication originel.

Dominique Philos

A propos Dominique Philos

Navigateur, né en 1958, titulaire d’un DEA de droit commercial de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, je suis un ancien avocat en droit fiscal et droit des sociétés. Je partage ma vie entre la France et la Grèce. Européen convaincu, persuadé que le libéralisme est la seule option possible en matière économique, intransigeant sur les libertés individuelles, j’ai un ennemi : l’étatisme qui détruit le tissus économique et social.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (4 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

4 réflexions au sujet de « Le déclin de l’empire américain »

  1. Vous faites erreur concernant les capacités militaires de la Russie. Au contraire, la Russie a pris une large avance sur les États-Unis qui gaspillent, c’est vrai, des centaines de milliards de dollars dans leur complexe militaro industriel , mais cela ne leur confère finalement aucun avantage. Tout cet argent finance près d’un millier de bases à l’étranger, des projets pharaoniques qui s’avèrent douteux (F35), la construction coûteuse de porte-avions qui sont devenus des cibles faciles, des guerres inutiles, et bien entendu la corruption à tous les étages.
    Prenez l’exemple de l’hypersonique où la Russie, et même la Chine ont 20 ans d’avance sur les USA. Imaginez un porte-avion américain de 8 milliards de dollars coulé par une missile Kinjal volant à mach 10 impossible à arrêter et coûtant 10 000 fois moins. Pendant que les USA perdait leur temps et leurs dollars à mener des guerres contre des adversaires faibles, les Russes ont modernisé leur armée. Regardez le résultat en Syrie … ou en Arabie Saoudite où la protection anti-aérienne américaine a regardé passé l’attaque de drones et de missiles de rebelles houtis, sans rien pouvoir faire., alors que la base russe d’Hmeimim a subi depuis le début du conflit 1000 attaques de drones qu’elle a toutes stoppées.

    Quand à l’économie, là aussi vous vous trompez. La France, les USA sont des pays en faillite. La Russie a une dette quasi inexistante qu’elle peut régler largement avec une partie de ses avoirs.
    Autre exemple : l’agriculture où la Russie est devenue le premier producteur de blé au monde.
    Autre exemple : C’est la Russie qui permet aujourd’hui d’envoyer les Américains dans l’espace.
    Mais vous avez raison quand vous écrivez que l’OTAN (les USA) se sert de la Russie comme d’un épouvantail, pour effectivement justifier les dépenses pharaoniques du complexe militaire américain.

  2. La Russie s’est fait doubler par la Chine et ce, dans tous les domaines alors qu’au moment du démantèlement de l’URSS c’était tout le contraire. La haine atavique (issue de son éducation) de Putine vis à vis des occidentaux l’a mené tout droit dans les bras des chinois qui pendant ce temps ont conquis une suprématie oh! combien éclatante sur le « grand frère » et ce n’est pas près de s’arrêter (sauf évènements fortuits) voire même l’annexion de la Russie 🙂

  3. Bravo pour cette analyse claire et synthétique de la stratégie des USA afin de garder leur hégémonie sur le monde. A quand la fin de l’acceptation par les autres pays que quiconque paie en dollars se place sous le droit américain ou la fin de l’utilisation de la monnaie américaine?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *