LE FONCTIONNEMENT EN BOUCLE

 

La majorité des français pense que c’est un libéralisme excessif qui produit les turbulences que nous traversons et qui nous propulse vers un inéluctable crash. Cela l’entraine à demander plus d’Etat, moins de liberté économique et, au passage, plus d’impôts et plus de matraquage des possédants. C’est effrayant.

La situation est comparable à celle de l’alcoolique qui, le matin, a besoin d’un petit verre pour commencer la journée. Il accorde à ce verre une vertu d’apaisement qu’il n’a pas, puisqu’il n’est que la conséquence de son addiction à l’alcool qui va le tuer.

Notre société n’est pas libérale, même si comme la Chine elle est  capitaliste.

Elle n’est pas plus libérale que ne l’étaient la Tunisie et l’Egypte. Notre économie est entre les mains d’un petit groupe, dont les principaux acteurs (Inspecteurs Généraux des Finances) veillent aux destinées de La Caisse des Dépôts et Consignations.

La Caisse des Dépôts et Consignations:

Cette boutique gère la majeure partie de nos économies, notamment tous les fonds des livrets d’épargne et une grande part des fonds de retraite. Sa particularité est d’être un organisme d’Etat qui s’affranchit des règles comptables de l’Etat en mélangeant activités publiques et activités privées. Elle est gouvernée par des Inspecteurs Généraux des Finances et n’a de comptes à rendre qu’au parlement, un peu comme la SECU, c’est dire… L’ensemble de ses activités génère un CA de l’ordre de 350 Milliards d’€. Elle se pique d’intervenir dans tous les registres de l’économie et elle le fait effectivement. Je vais vous donner un exemple des dégâts dans celui que je connais le mieux: l’immobilier.

Des rapports incestueux lient la Caisse aux élus de tous bords. Elle est leur banquier préféré, intervenant en tout temps et tous lieux pour eux. C’est ainsi qu’elle abonde largement à toutes les Sociétés d’Economie Mixte (SEM) qui pullulent sur notre territoire. Par exemple, en Charente-Maritime, dans la SEMDAS (SEM du département) la caisse possède 17,7% des parts. Ajoutées au 59,5 % du département, c’est une majorité écrasante.

Les élus qui croient, tel le corbeau de la fable, que leur plumage les prédispose à être de grands économistes se lancent avec les fonds de la Caisse dans des opérations immobilières politiciennes, qui ne peuvent être que des fiascos. Mais, comme se sont eux qui maîtrisent les droits de construction, il leur est facile de paralyser la libre concurrence. En bloquant le marché, ils limitent les pertes de leurs errements. Et…..ils provoquent ainsi, par une pénurie artificielle, une spéculation effrénée sur le foncier. CQFD.

Inutile de s’appesantir sur les conséquences de cette économie capturée pour les populations, qui subissent sans comprendre et qui, comme l’alcoolique, en redemandent.

Autre exemple, si demain, chez vous, sur un site vierge et grandiose pousse un horrible champ d’éoliennes, la Caisse n’est pas loin. C’est elle qui est à la manœuvre économique en ce domaine.

Si dans votre ville vous ne pouvez plus circuler, si vos élus ne font plus d’effort en terme d’investissements routiers, vous conseillant de prendre le bus, voir le tram, ne vous étonnez pas, c’est la Caisse qui gère en grande partie ces modes de transport largement déficitaires. Elle n’a aucun intérêt à ce que vous preniez votre voiture pour vous déplacer.

Mais, ne l’oubliez jamais, la Caisse n’est pas libérale, elle n’est pas un opérateur économique efficace. Elle est un parasite économique, totalement dépendant du politique. Or, l’argent qu’elle perd, ses amis Inspecteurs Généraux des Finances à Bercy le récupèreront sur votre dos par l’impôt.

Ces gens avancent masqués, ils ont capté l’économie de notre pays, ils paralysent la concurrence, et, cerise sur le gâteau, ils étranglent et montrent du doigt les vrais acteurs économiques comme étant les responsables de leurs résultats catastrophiques. C’est fort, puisque ça marche.

Le réveil va être dur pour eux, mais aussi malheureusement pour tous. Cordialement. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Votez pour cet article)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *