Le Malbrough planétaire

Sa bombe atomique en bandoulière, à bord de son unique porte-avions, notre grassouillet Hollande part en guerre.

La foule applaudit.

Les sondages, paraît-il, donneraient une majorité — des vieillards qui composent la France — favorable à une intervention en Syrie. Fichtre.

Ce ne serait pas la première fois que ce peuple de Gaulois chamailleurs partirait à la guerre dans la joie, pour y prendre une pâtée d’enfer.

Sous nos yeux se déroule le scénario implacable du livre de Samuel Huntington « Le choc des civilisations ».

Je n’ai évidemment aucune sympathie pour Daech et sa violence inacceptable. Mais, sommes-nous sûrs de son isolement mondial, tel que nous le vend notre « presse-propagande » ?

Imaginons que Malbrough s’en aille en guerre contre une poignée de voyous nomades, resquilleurs de musées, et qu’il se retrouve face à une coalition de la moitié du monde qui rêve d’en découdre et le verrait arriver avec délectation, ce serait ballot, non ?

Une bonne occasion perdue de rester neutre.

Mourir pour des vestiges en très mauvais état — qui dans tous les cas auront disparu dans deux mille ans, et deux mille ans c’est demain à l’échelle du temps — je ne souhaite pas ça à mes petits enfants ou à ceux de mes voisins.

Je peux comprendre la pensée simplette de notre Malbrough dont l’objectif unique – nous l’avons vu dans l’affaire Charlie, dans celle de l’avion allemand – est de coller à l’émotivité du plus grand nombre pour tenter absurdement d’en faire un ciment politique, visant à faire oublier la médiocrité de son mandat et de sa philosophie.

La guerre ne se justifie que défensive, porter le fer chez le voisin, quelque soit le motif, reste une invasion, n’en déplaise aux ardents défenseurs du droit d’ingérence.

Il est facile de se poser en défenseur de la veuve et de l’orphelin avec le sang des autres, ce peut même être momentanément valorisant.

Sans remonter très loin dans le temps, le même Malbrough nous a fait le coup en Afrique – intervention au Mali (lien) — aujourd’hui il y est encalminé — avec en plus des affaires scabreuses sur le dos — pour une période indéterminée.

Lorsqu’il a engagé ce conflit africain, il a effectivement fait la une des journaux. Il est possible que nous touchions des royalties pour cette intervention africaine, je n’en sais rien, mais, si c’était le cas, il faudrait que nous soyons arrivés bien bas pour vendre nos jeunes comme mercenaires.

L’incohérence de nos actions militaires est angoissante, même pour un profane.

Toute idée de racisme écartée, l’afflux de populations extérieures non maîtrisé ne peut pas être sous-estimé, pendant que notre engagement sur des théâtres d’opérations lointains éparpille nos ressources armées. La force, particulièrement dans son expression ultime la guerre, ne peut pas être galvaudée, sous peine de voir sa puissance diminuer et risquer alors de faire défaut.

Le monde en gestation est-il un havre de paix universelle ou au contraire une poudrière qui n’attend que l’étincelle pour exploser ?

Bien malin celui qui pourrait se prononcer, sans douter, pour l’une ou l’autre de ces hypothèses. Le devoir du chef est donc de se préparer aux deux.

En ce cas, je propose à Malbrough de relire Clausewitz. Celui-ci démontre de façon irréfutable que, évidemment, la guerre est une épreuve de force, mais aussi que la défense est une position plus solide que l’attaque.

Si donc nous prenons l’hypothèse qu’une partie du monde en a soupé de la domination multiséculaire occidentale et souhaite en découdre, le mieux pour nous n’est pas de lancer chez les autres des attaques pusillanimes et affaiblissantes, mais bien d’organiser rationnellement et efficacement la défense de notre territoire, que ce soit aujourd’hui face à une invasion d’allure pacifique ou demain face à une invasion militaire.

Alors, « mironton, mironton, mirontaine », pour revenir de guerre autrement que « mort et enterré », la solution la plus sage est de ne pas y partir.

Si par contre, nous prenons pour hypothèse que le monde va devenir un paradis de paix, un vaste ensemble économique de bonheur et de prospérité, il serait dommage d’y participer en queue de peloton.

Le devoir d’Hollande serait alors de libérer les forces vives du pays, de rendre aux français leur compétitivité, la liberté d’être et d’agir qu’un Etat obèse leur a confisquées au fil des années.

Objectivement, quelque soit l’angle d’où l’on regarde le fonctionnement de ce garçon, que nous avons élu président, sans y impliquer de sectarisme il a tout faux.

Et cependant, il ne doute pas… c’est mauvais signe pour son QI.

Bien cordialement. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Une réflexion au sujet de « Le Malbrough planétaire »

  1. Bjr,
    en ce qui me concerne Flamby1er est grillé depuis longtemps. Il devrait démissionner lui et sa clique!
    En 2 mots: incompétents & voleurs!
    @+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *