Le mariage pour tous

Je suis toujours subjugué par ces grands mouvements des apparences dont il ne reste plus tard que des photos, souvent ridicules.

Je vous propose un peu de relativité dans ce psychodrame national du mariage pour tous et peut-être même un sourire, si vous êtes de bonne humeur.

J’ai connu les « pantis » et les pantalons pattes d’éléphant, puis, aujourd’hui, les culottes « petit bateau » et les jeans serrés.

J’ai connu L’union libre, puis, aujourd’hui, le mariage pour tous.

Je me dis que notre « Troubadour-philosophe », s’il était là, serait obligé de modifier sa chanson, j’imagine :

« Quand je pense à Hollande

Je bande, je bande

Quand j’pense a Sarkozy

Je bande aussi

Quand j’pense à Poiv’d’arvor

Mon dieu je bande encore

Mais quand j’pense à Lebranchu

Là je ne bande plus

La bandaison papa

Ca n’se commande pas »

Je vous souhaite un bon weekend.

Bien cordialement. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Votez pour cet article)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *