L’échec en marche

Macron, après avoir arraché des mains, crevé des yeux, asphyxié des milliers de braves gens, frappé et bousculé les mêmes sans raison et embastillé au hasard, avoue publiquement avoir mal géré la crise des Gilets jaunes.

Il ne parle pas évidemment de ces dérapages de la force publique dont il est responsable, mais de son positionnement politique.

Alors là, il se moque ouvertement des Gilets Jaunes et, à travers eux, de tous les français. C’est énorme.

Reprenons au départ.

La charge fiscale et bureaucratique qui accompagne une pensée perverse de l’égalité, aboutissant à une dictature des hommes de l’Etat, a rompu les digues de l’acceptable.

Outrée d’une énième taxe et subodorant la faillite à venir du pays mais sans preuve avérée à sa disposition du fait d’une presse  inculte économiquement, une partie de la population est descendue dans la rue soutenue par 70% des français.

Cette population, sincère mais sans expérience politique, a immédiatement été récupérée par les activistes, d’abord du coup de poing, puis du débat truqué.

Immédiatement le pouvoir a engagé la lutte, mais exclusivement avec et contre les activistes.

Sans aucun égard pour les initiateurs de la contestation qui n’ont reçu que coups et leçons prétentieuses, alors qu’ils avaient, sans le savoir, parfaitement raison.

Ils ont d’ailleurs toujours parfaitement raison puisque rien n’a été modifié.

Mais le combat politique ne pouvait se situer qu’entre les activistes et le pouvoir.

C’est l’exemple même de l’ineptie qu’il y a à parler de peuple quand on parle de politique.

Il est indéniable que Macron a gagné ce combat politique.

La suite

Fort de sa victoire, sachant pertinemment que cependant rien n’a changé et qu’il ne veut ou ne peut rien changer, Macron tente un tour de prestidigitation.

Il pense calmer la défiance des français en prenant un profil bas et en entonnant un acte de contrition qui n’est que de la comédie, du cinéma de bas étage.

La France profonde, cet ensemble crédule qui va de propagandes en propagandes, connaît au moins une chose c’est son porte-monnaie.

Elle se doute qu’il va subir les pires avanies, elle se doute aussi qu’elle ne va pas aimer.

Effectivement la faillite est pour tout à l’heure, Macron fait de la cavalerie.

Rien ne peut arrêter la machine, le déficit d’information, la doxa en vigueur, font qu’aucune prise de conscience n’est possible.

Seules des fibrillations d’agonie comme le mouvement des Gilets Jaunes peuvent peut-être voir encore le jour.

Mais elles ne sont que des réflexes face à l’imminence de la catastrophe, dont le destin est la récupération du pays par des indélicats.

Pas assez d’information, de compréhension, de compétence politique dans ces sursauts sporadiques pour qu’ils existent par eux-mêmes.

Cinquante ans de propagande véhiculée par les partis politiques, par la presse et par l’éducation nationale auront mis une chape de plomb sur la conscience politique des habitants de ce pays. Dommage.

Bien à vous. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (4 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

2 réflexions au sujet de « L’échec en marche »

  1. Le but ultime de nôtre pseudo Jupiter va bientôt être atteint…..mettre la France à plat pour qu’elle passe sous contrôle de l’Europe et en fait sous contrôle de ceux qui ont commandité l’opération….et dont les serviteurs zélés,président en tête, ont accompli la basse besogne.
    Nous allons tout perdre …y compris nos forêts dont le sinistre pseudo écologiste de Rugy accélère la destruction….avec acharnement!
    La colonisation est avancée,et sans réaction du peuple, la messe est dite ….Le discours du premier Mnistre fait penser aux blagues du bouffon Rigoletto pour faire rire le Duc de Mantoue et ses courtisans(ici le Président et sa cour de ministres et autre députés)
    Qui va financer toutes les promesses faites…? Devinez donc….. le peuple et la dette(pour laquelle le peuple sera également mis à contribution) vont en prendre un sérieux coup…
    Nous vivons dangereusement à crédit…et les créanciers vont bientôt se manifester….ce qui ne va pas se passer sans grandes douleurs!
    Il sera trop tard pour hurler, vociférer contre l’Etat et ses représentants….qui nous ont entraînés depuis longtemps dans cette voie à issue…fatale!
    Le propre des moutons est de suivre le chef de file y compris dans le précipice s’il le décide……serons nous ces moutons là?
    La question vaut vraiment la peine d’être posée….même s’il est déjà tard.

  2. MACRON l’a choisi car il fut le premier disciple après castagnette à enseigner et véhiculer par les médias bien pensant la doctrine morale des deux principes du bien et du mal.
    Ainsi, symboliquement, Phil -Zatoustra abolit-il lui-même sa propre doctrine : « on laisse pourrir la situation » gèree a coup de taloche et de beignes et on attends ca marche toujours ..
    pot de culterreux contre  » sus »pot de SATAN 🙂

    Situation navrante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *