L’ENA, L’ECOLE DES PILLEURS DE LA FRANCE

Anarchie française, enfant de l’Enarchie

Par Bernard Zimmern,
le mercredi 12 décembre 2018

À ce jour, 8 décembre, quelles revendications peuvent présenter les gilets jaunes, maintenant que leur principale cause de colère, la hausse du prix des carburants, a été retirée ?
Nous voudrions leur en proposer une qui, si elle était acceptée, justifierait à elle seule les pertes économiques infligées par les récentes émeutes et saccages publics : la suppression de l’ENA, cette école par laquelle sont passés le président de la République et son Premier ministre.

Parce que passer par l’ENA est indispensable pour devenir membre d’un « grand corps », condition indispensable pour accéder au pouvoir, qu’il soit politique, administratif ou économique, voire même financier, et que ce sont ces pouvoirs qui ont mis au pillage notre pays bien avant les pilleurs de l’immeuble Publicis aux Champs Élysées, et les pilleurs de motos neuves de l’avenue de la Grande-Armée.

En tête des pilleurs, et pour ne pas les oublier, il faut mettre les magistrats issus de l’organisme chargé d’éviter le pillage, la Cour des comptes, les présidents de la République Jacques Chirac et François Hollande, dont les dépenses de vacances payées par les fonds secrets (Chirac) ou le budget normal (pour le fort de Brégançon ou la Lanterne près de Versailles), en rendraient jaloux plus d’un.

Mais la palme du pillage revient sans conteste au corps de l’Inspection des finances, dont est issu Emmanuel Macron.

Ce sont eux qui dirigent les services du ministère des Finances à Bercy et qui, en 2000, ont laissé le personnel du ministère des finances avec les primes les plus élevées de la fonction publique, dont les 3/4 sans base légale, et non déclarées à la direction des impôts. Des dizaines de décrets ont depuis été publiés pour les régulariser, mais Agnès Verdier-Molinié, dans « en marche vers l’immobilisme » découvre les mêmes irrégularités dans les rémunérations actuelles.

Ce sont ces mêmes inspecteurs que l’on retrouve à la tête des banques françaises et dont la gestion a entraîné des pertes qui se chiffrent en centaines de milliards (voir le livre noir de l‘ENA. iFRAP)

Autre modèle : Antoine Weil, le mari de Simone, qui a laissé Air Afrique, dont il était le président, faire tant de pertes que cette compagnie d’aviation a disparu.
Plus grave, ce sont ces mêmes Inspecteurs des finances qui se sont systématiquement mis en travers de toutes les mesures proposées pour relancer la croissance et l’emploi.

Sur le Web:  https://entrepreneurs-pour-la-france.org/Edito/article/Anarchie-francaise-enfant-de-l-Enarchie

 

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (6 votes, moyenne : 4,83 sur 5)
Loading...

3 réflexions au sujet de « L’ENA, L’ECOLE DES PILLEURS DE LA FRANCE »

  1. un 16éme cas de spoliation d’inventeur indépendant est relaté sur le site  » inventer mais pas rêver  » .
    Ce dernier cas apporte une preuve supplémentaire que il y a une mafia industrielle couverte par l’exécutif en France.

  2. Bonsoir le mouvement est lancé contre tous ces pilleurs ne les laissons pas faire l avenir nous appartient à nous de ne pas baisser les bras et aider les gilets jaunes çe Qui est important c est qu ils sachent ce que nous savons car il ne faut pas qu ils aient peur? Il faut qu ils sachent que nous les soutenons et comme fit Claude Reichman il faut supprimer l ENA ?! Les francais s en trouveront beaucoup mieux combien de milliards perdus alors que nous a travailler comme nous l avons fait et tout ça pour que cette caste nous detruise çe n est pas henri Dumas sui nous contredira. Mais ils continuent à détruire 60 000 familles de gens de la classe moyenne par les liquidations judiiaires et le fisc ils ne font rien pour éviter le suicide d un agtuculteur tous les deux jours entendez vous macron intervenir? Et le corps medical sous payé pour le travail rendu les policiers des millions d heures supplémentaires non payées mais eux pas de pb ils sont parfaitement payés, !? …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *