L’ENA OU LA FABRIQUE DE MÉTASTASES DE LA FRANCE.

 » Spoil System » : éjecter l’ENA du pouvoir »
par Hervé Azoula

Organiser un grand débat pour réformer la France ne sert strictement à rien, l’ENA est devenue le premier problème auquel il faut s’attaquer pour casser la dynamique négative. Tant que l’on n’a pas compris que le poisson pourrit par la tête et que c’est par la tête qu’il faut le régénérer, on passe à côté de la solution.
C’est la paire de lunettes que l’on porte sur le nez que l’on voit généralement le moins bien, l’escalier qu’il faut commencer à balayer par le haut et non par le bas.
Avant toute action, il faut donc réformer cette pieuvre qui gouverne la France. Ce n’est que du bon sens.

Si on veut redynamiser la France, il faut oublier la devise de l’ENA : « attendre ». Pourquoi ne pas utiliser les bonnes pratiques qui fonctionnent bien aux Etats Unis ? Ce système, nommé « Spoil System » en anglais traduit par « système de dépouilles » en français, dit qu’à chaque majorité présidentielle, ce sont environ 4.000 à 5.000 têtes qui peuvent tomber à chaque changement de Président. Ce système permet de renouveler les politiques et surtout de mettre à la disposition du parti dominant toute la puissance publique nécessaire pour effectuer les changements. C’est un mixage du monde privé vers le public, qui favorise les personnes reconnues pour leurs compétences plutôt que par leurs écoles. Il existe aux Etats Unis des garde-fous pour que l’intérêt privé ne puisse pas prendre le contrôle de l’Etat. Par exemple, le Congrès dispose d’un arbitrage sur un tiers des membres nommés par le Président.

Notre système élitiste a fabriqué et raffiné de décennie en décennie des générations entières de non communicants et d’incompétents pour diriger la France. Cela est non seulement dépassé, mais de plus devient extrêmement dangereux. Une source unique de pouvoir est porteuse de danger et il semble évident que les talents venus d’horizons professionnels et culturels différents répondent mieux à la complexité du monde d’aujourd’hui. Il faudrait en France un véritable « Spoil System » et non pas un système à la française où l’on change uniquement 180 à 300 hauts fonctionnaires à chaque élection présidentielle. L’absence de changement de cette « élite » depuis plusieurs décennies a contribué à mettre la France en bas de tous les classements, sauf dans le domaine des impôts où elle est de très loin en tête !
L’ENA n’est ni de droite ni de gauche, elle se situe là où se trouve son intérêt afin de placer les nouvelles promotions et les amis et surtout pour garder le pouvoir stratégique. Les énarques et les grands Corps de l’Etat sont partout et sont nommés par les gouvernements, quelle que soit leur couleur politique. Les politiques passent, les énarques restent et ce sont eux qui dirigent la France ! On les trouve dans les cabinets ministériels, les principales directions du ministère de l’Economie et des Finances, les administrations, les ambassades, les entreprises publiques et privées industrielles, les grands organismes financiers publics comme la Caisse des Dépôts et Consignations et également dans les grandes banques comme la BNP ou le Crédit Lyonnais.
On nous serine constamment que les énarques ne représentent en moyenne que 36% des effectifs de la haute administration. Ce chiffre n’est pas représentatif de la réalité. On nous donne des moyennes, alors qu’il faudrait prendre l’écart type des vrais décideurs. En effet, il existe trois couches étanches de fonctionnaires issus de l’ENA et tout sépare les énarques supérieurs des énarques ordinaires. C’est la noblesse d’Etat ! Ils ont passé le même concours, fait les mêmes études, mais les carrières seront totalement différentes à la sortie. Les premiers classés à l’ENA entreront dans les Grands Corps : Conseil d’Etat, Inspection des Finances et Cour des Comptes. Ce sont les Corps les plus prestigieux et on se bouscule pour y entrer compte tenu des avantages exceptionnels procurés par ce titre. Les énarques et les grands corps de Bercy, de Matignon, de l’Elysée ou des cabinets ministériels, ont bien plus de poids dans la décision finale que ceux qui sont dans des ministères moins décideurs, d’où l’importance d’utiliser l’écart type au lieu de la moyenne. La première couche représente à elle seule la quasi-totalité du pouvoir. Cette « élite » qui décide et dirige sans partage la France, finit par se prendre pour la France. C’est le jockey qui se prend pour le cheval !
Tout cela est révélateur de la crise et de l’urgence de la réforme de cette caste franco-française : sourde, figée, aveugle, fourbe, incompétente, qui nous enfonce chaque jour un peu plus et qui confond l’intérêt général avec son intérêt en général.
Bien avant l’élection d’Emmanuel Macron, j’ai écrit une tribune spécifiant que le Président de la République ne devait plus être un énarque. En effet, comment un Président issu de l’ENA pourrait-il scier la branche sur laquelle il est assis en décidant de mettre en place un système qui l’obligerait à se séparer de plusieurs milliers de hauts fonctionnaires de l’ENA ? C’était malgré tout une promesse de campagne et c’est la raison pour laquelle on a mis en place un « Spoil System » à la française dans lequel on a remplacé moins de deux cents haut fonctionnaires pas tous venus de l’ENA d’ailleurs ! Pour éviter que la situation reste encore figée pendant des décennies, c’est au citoyen de prendre son destin en main en imposant par le vote sur le législatif l’unique solution pour changer la France : le « Spoil System » à l’américaine.
C’est une condition indispensable et non pas une option.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (7 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

3 réflexions au sujet de « L’ENA OU LA FABRIQUE DE MÉTASTASES DE LA FRANCE. »

  1. Excellent article qui nous fait bien prendre conscience de l’ampleur de la tâche à accomplir….
    Il devrait être lu par tous nos compatriotes…
    Hélas: ce n sera pas le cas, et même si cela était , nombreux sans doute effrayés ;par l’abîme que nous cotoyons refuseraient de voir en face la réalité….et ne voudraient pas de ce changement…partant du principe » qu’on sait ce que l »on quitte mais on ignore ce ce que l’on prend » … et qui peut se révéler pire…
    Ce ne serait pas une nouveauté ce me semble…
    Le problème posé est donc ;
    Comment faire pour effectivement opérer ce changement sans provoquer de multiples et graves désordres?
    Qui pourra mener à bien ce changement et avec quel appui majoritaire?
    Ne comptez pas sur les tenants « des pouvoirs » pour scier la branche qui sert de siège…à leurs augustes postérieurs..bien au contraire ils vont se défendre becs et ongles….
    L’audace n’est pas non plus le point fort de la majorité des votant dans notre pays cela ce saurait. et se verrait surtout.
    il va donc falloir réussir à convaincre une large majorité de ce qui devient une évidence….la dégringolade de notre pays… et donc passer à l’acte par le bulletin de vote.;si l’on veut rester dans la légalité. actuelle.
    Espérons que nos gouvernants ..nous donneront un coup de main en s’enfermant davantage dans leurs erreurs qui atteindront fatalement un point de non retour….
    A moins que certains dirigeants n’hésitent et quittent le navire en perdition…ce qui entraînerait la chute rapide du gouvernement ..et du système….tout devient alors possible.
    La partie est jouable certes…mais n’est pas gagnée d’avance.

  2. Les exploits des énarques gérants de notre pays ce sont 2.300 Mrds de dettes, un déficit chronique depuis 1974 qui dépassera 100 Mrds en 2019, une dépense publique de 56 % du PIB (lui même composé de cette dépense publique !) et 1.035.000.000.000 (mille trente-cinq milliards) de prélèvements obligatoires. Comme le disait Murray Rothbard dans Man, Economy and State en 1962: » « L’Etat moderne est inefficace et nuisible. Puisqu’il est inefficace on pourrait se passer de lui ; puisqu’il est nuisible on devrait le faire »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *