LES DERIVES DE LA DEMOCRATIE

L’immense avantage d’Internet est de permettre la diffusion d’informations qui ne sont que peu voire pas du tout diffusées par la presse mainstream télévisée ou écrite.

Je tiens donc à vous communiquer les liens de deux articles parus ces derniers jours dans la revue CONTREPOINTS.

Je vous invite à les lire dans l’ordre ; juste pour une meilleure compréhension de la situation et de ses développements.

Ce qu’on y lit est proprement hallucinant et laisse à penser qu’un Etat, même démocratique car c’est de l’Inde dont il s’agit et l’Inde est une démocratie, peut effectivement faire absolument n’importe quoi et ruiner sa population y compris et surtout la plus pauvre !

Quand on mesure la situation de la France, on peut se dire que ce genre de démarche reste possible, même ici ; ce qui franchement n’a rien de rassurant !

Inde : comment ruiner un pays en quelques jours

Inde : traque fiscale sans limite


Je n’ose pas vous dire bonne lecture.

Bien cordialement.

A propos PHILOS

Né en 1958, titulaire d’un DEA de droit commercial de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, je suis un ancien avocat fiscaliste et partage ma vie entre la France et la Grèce. Européen convaincu, persuadé que le libéralisme est la seule option possible en matière économique, très à cheval sur les libertés individuelles, j’ai un ennemi : l’étatisme rampant qui détruit le tissus économique et social.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (3 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

4 réflexions au sujet de « LES DERIVES DE LA DEMOCRATIE »

  1. Bsr,
    En France Sapin le grand tireur de strings et les banquiers veulent tout autant supprimer les billets-papier…
    Inde-France plein de similitudes fiscales!
    Le socialisme n’est plus, nous sommes en plein national-socialisme!
    @+

  2. Bonsoir ,

    C’est purement effrayant !
    Comment des gens ou qu’ils soient , prétendant user du pouvoir pour le bien public , peuvent-ils en arriver à de telles décisions irréfléchies et catastrophiques .
    Réfléchir avant d’agit est-il si difficile et si peu usité dans l’esprit humain ?
    On fonce et on voit après ?
    En France certes “ils” réfléchissent” un peu avant , mais que de gaffes faites en donnant trop de confiance aux fonctionnaires zélés chargés de véhiculer le message de lutte contre la fraude par exemple . Les esprits faibles et surtout les KAPO saisissent l’occasion pour prendre le pouvoir qu’on leur donne et que personne ne contrôle car ce sont eux les “contrôleurs” soutenus de la base à la plus haute hiérarchie , car tous y trouvent leur intérêt en carrière ( pas comme en inde en bakchich) et cela revient au même car ils ne peuvent pas se tromper puisque soutenus de bas en haut et accrédités par la justice de l’administration.
    Pourquoi un double degré de juridiction ?
    Justice civile et justice administrative ?
    Tout simplement parce que l’Etat ne veut être jugé que par lui même et ne pas être soumis au juge commun

  3. Bonsoir ,

    C’est purement effrayant !
    Comment des gens ou qu’ils soient , prétendant user du pouvoir pour le bien public , peuvent-ils en arriver à de telles décisions irréfléchies et catastrophiques .
    Réfléchir avant d’agit est-il si difficile et si peu usité dans l’esprit humain ?
    On fonce et on voit après ?
    En France certes « ils » réfléchissent » un peu avant , mais que de gaffes faites en donnant trop de confiance aux fonctionnaires zélés chargés de véhiculer le message de lutte contre la fraude par exemple . Les esprits faibles et surtout les KAPO saisissent l’occasion pour prendre le pouvoir qu’on leur donne et que personne ne contrôle car ce sont eux les « contrôleurs » soutenus de la base à la plus haute hiérarchie , car tous y trouvent leur intérêt en carrière ( pas comme en inde en bakchich) et cela revient au même car ils ne peuvent pas se tromper puisque soutenus de bas en haut et accrédités par la justice de l’administration.
    Pourquoi un double degré de juridiction ?
    Justice civile et justice administrative ?
    Tout simplement parce que l’Etat ne veut être jugé que par lui même et ne pas être soumis au juge commun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *