Les fous du pouvoir

Assis sur son champ de ruines économiques Cazeneuve déclare : « Il y a de fortes chances que les recettes provenant de la lutte contre la fraude fiscale des particuliers soient cette année supérieures aux objectifs »

Assis sur son champ de ruines urbaines, le président syrien Bachar el-Assad déclare (tout en bombardant sa population) : « Quiconque œuvre contre les intérêts de la Syrie et de ses citoyens est un ennemi ».

Le président Viktor Ianoukovitch, assis sur les ruines de sa capitale, menace les leaders de l’opposition qui, selon lui, « négligent le principe de la démocratie selon lequel on obtient le pouvoir à l’issue des élections (truquées) et non dans la rue », « Ils franchissent les limites en appelant les gens à prendre des armes (contre une police armée jusqu’au dents, qui leur tire dessus) », »C’est une violation criante de la loi et les coupables comparaîtront devant la justice (Ah bon, ils ont aussi des tribunaux administratifs là bas ?) ».

Les trois détruisent consciencieusement leur population, leur société, en déclarant que c’est de la faute des autres.

Rien que de très normal de nos jours.

Un élu, pour exister, se doit de détruire quelqu’un au bénéfice d’un autre. Finalement, peu importe qui est ou sera le bénéficiaire, on ne le voit jamais. Ce qui compte, c’est celui que l’on tue, que l’on ruine. Lui, on le voit, il est le témoignage, visible par tous, de l’existence politique de nos fous du pouvoir.

C’est tout bénef pour la virilité de nos hommes politiques (ainsi que pour la virilité de nos femmes politiques). En quelque sorte, c’est la virilité unisexe. Le genre qui bombe le torse et rend des services que personne ne demande, en échange d’exactions que personne ne demande non plus. Qui se fait grassement payer pour tout ça.

Les fous du pouvoir sont tous et partout les mêmes. Mais internet, comment font-ils pour ne pas y penser ?

Il y a deux choses désopilantes sur la toile, ce sont :

– Les apprentis gangsters qui braquent une pâtisserie sous vidéo-surveillance et qui se font gauler sans même avoir eu le temps de manger leurs éclairs au chocolat.

– Et nos fous du pouvoir qui pensent qu’à l’aide de leurs zélés bureaucrates, flics et juges, ils vont pouvoir continuer à nos enfumer, nous déposséder de notre travail, de nos biens, de nos vies, au profit de leurs copains, sans qu’on les voit, alors qu’ils sont en gros plans sur nos écrans d’ordinateurs !!!

Pour en revenir à Cazeneuve

Je propose une minute de silence pour toutes les victimes des bavures fiscales de cette année. Elles seront évidement beaucoup plus nombreuses que d’habitude. Ce sera un bonheur de les accueillir sur « Témoignagefiscal », enfin, si on veut… la misère n’est jamais vraiment gaie.

Evidemment, plus on demande de résultats aux brigades fiscales, plus on en a. Mais, il ne faut pas être trop délicat. Il faut, pour les donneurs d’ordre, un peu tourner la tête, faire des putains de fêtes sous les ors de la république pour oublier les meurtres économiques que cela va engendrer.

Heureusement, les brigades fiscales sont là, soudées, syndiquées à mort, épaulées par les tribunaux d’exception que sont les tribunaux administratifs, d’une discrétion exemplaire, elles distillent la mort économique avec classe et distinction. Les hurlements des victimes sont inaudibles, la mort est feutrée, donnée à petite dose en 10 ou 15 ans, elle passe inaperçue. C’est l’empoisonnement parfait.

Les conséquences nocives pour l’ensemble de la société, augmentation du chômage, désespérance des créateurs de richesses, fuite des cerveaux, sont détournées par une habile propagande sur le dos de ceux que l’on n’a pas encore sacrifié, les « fraudeurs fiscaux » de l’année prochaine.

Tout cela est d’une beauté incendiaire que même Néron, dans ses rêves les plus fous, n’était pas capable d’imaginer.

Bercy, entre les mains de nos hommes politiques, c’est la peste noire, le sida et le choléra réunis. Peu en réchapperons.

A « Temoignagefiscal » nos chercheurs sont sur le pont pour trouver un vaccin. Une seringue de libéralisme, une autre d’éthique et d’anticorruption, une troisième d’anti-connerie, une dernière de courage, ça devrait le faire.

A force de chercher, on va bien finir par trouver.

Bien cordialement. H. Dumas

RAPPEL :  MOBILISONS NOUS.  SIGNEZ LA PETITION.  (colonne à droite)

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

3 réflexions au sujet de « Les fous du pouvoir »

  1. « L’évasion fiscale préserve la liberté des citoyens en asphyxiant le budget de l’État. Ceux qui la pratiquent n’en profitent pas seulement eux-mêmes, ils rendent service à toute la collectivité en freinant la prolifération des bureaucraties. » – Christian Michel

  2. Bsr,
    Je comprends pourquoi ils se sont déplacés en urgence en Ukraine, ils ont peur que cela se reporte chez nous…rien à craindre les beaufs sont en vacances!
    @+

  3. Bsr,
    Les politocards sont tełlement en manque d’argent qu’ils sont prets à ecraser leur propre Peuple.
    Un nazisme financier spoliant le Peuple avec des relents de collaborations…
    Seule une révolution pourra nous libérer de cet esclavage fiscal.
    @+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *