Les idéaux difficiles d’accès sont-ils réellement inaccessibles ?

Le fait que la matrice humaine soit, initialement, quasi identique sur toute la planète me complique la compréhension de la théorie de Darwin, que par ailleurs je ne propose pas de remettre en question (qui serais-je pour cela ?).

Juste, je suis surpris qu’après 50.000 ans environ les hommes soient tous des hommes, sans réelle différenciation en fonction de leur environnement et de leur histoire.

Ce groupe « humains » avance par saccades. A chaque avancée la difficulté est certaine, laissant sur le côté de la route les moins adaptables.

Personnellement, je me sens concerné par l’avant dernière et la dernière avancée. Pour les précédentes, mes compétences historiques laissant à désirer, je ne me permets pas d’en parler.

L’avant dernière avancée.

N’en doutons pas, elle est issue de la révolution française, elle s’appelle la liberté individuelle, accompagnée des droits de penser et d’entreprendre librement.

Elle s’est traduite dans les faits par le libéralisme du XIX° siècle. Ce fut un progrès indéniable qui a apporté richesse, ouverture d’esprit et allongement de la durée de la vie pour tous.

Les frustrés de l’opération ont imaginé le communisme, son exact inverse.

Partout où celui-ci fut installé se fut la misère, l’oppression et la mort.

Malgré cela, les frustrés des sociétés libérales ont adhéré totalement, sans partage, au communisme, aveugles à sa réalité sur le terrain, l’idéalisant pour pouvoir mieux l’idolâtrer et dissimuler ainsi leur inadaptabilité.

Aujourd’hui, pratiquement éradiqué dans sa version réelle, cette disparition le renforce dans l’esprit des frustrés qui peuvent s’en recommander sans avoir à justifier ses errements, sa folie, sa réalité d’esclavagiste.

Et, cerise sur le gâteau, le communisme a pris le pouvoir dans plusieurs de nos démocraties, tout particulièrement en France.

Cependant, il reste caché, il se fait appeler la « social-démocratie » pour pouvoir continuer à sucer le sang des libéraux qui le font vivre contre leur gré.

Quand je dis « a pris le pouvoir », je sais de quoi je parle.

Notre liberté économique, qui est essentielle, qui est le tronc de l’arbre libéral, est entre les mains des frustrés communistes.

La preuve en est rapportée par le fait incontournable que Bercy, qui régit notre liberté d’entreprendre, est entre les mains d’un syndicat unique, communiste, « Solidarité Finances Publiques », qui, masqué, tient les rênes de ce ministère.

Pratiquement 50% des 115.000 fonctionnaires de ce ministère sont adhérents à Solidarité Finances Publiques. Cela suffit comme preuve de ce que j’affirme.

Conclusion

Aujourd’hui, cette avancé essentielle de l’humanité, le libéralisme, a finalement été réduite à néant en France, pays de sa survenance.

Les frustrés, partis échouer ailleurs, sont revenus blanchis de l’échec par la disparition dans la réalité de leur système passéisme, et ont envahi, dissimulés, notre société.

Pendant que, paradoxalement, le libéralisme a marqué définitivement l’humanité de sa force de progrès, au point que ce sont aujourd’hui d’anciennes sociétés communistes qui en profitent….

La dernière avancée

Il n’y a pas à en douter, c’est l’égalité de l’homme et de la femme. Y compris tout ce que cela implique comme difficultés dans son acceptation et sa mise en œuvre.

Les hommes et les femmes qui mettent aujourd’hui en œuvre cette égalité dans nos sociétés avancées connaissent le prix de cette mutation, ses dérapages, ses laissés pour compte, ses dégâts collatéraux qui se résoudront dans le temps.

Cette égalité est un tournant essentiel de l’humanité.

Les frustrés de cette avancée se réfugient dans un système totalement passéiste, une religion qui prétend à la gestion politique de la société et qui prône la mise sous tutelle de la femme : la religion musulmane.

L’incroyable folie de ces frustrés amène sur le terrain aux mêmes excès déjà vus avec le communisme, violence, oppression, dissémination de cette violence à tous, guerres.

Encore plus incroyable, à l’intérieur de notre société, il est quantité de frustrés qui se recommandent de cette religion passéiste pour prôner, même par la violence importée, leur opposition à l’égalité des hommes et des femmes, tout en feignant de l’ignorer, en la masquant par des discours incohérents.

La guerre d’aujourd’hui et ses extensions de demain est une guerre liée à la liberté de la femme.

Conclusion

C’est Houellebecq qui a raison. Les frustrés l’emporteront, ils reviendront dissimulés, comme les communistes, mais sporadiquement. En France certainement, ailleurs, ce n’est pas si sûr.

A l’échelle du monde, de l’humanité, cette avancée, l’égalité des hommes et des femmes, comme la précédente le libéralisme, est acquise. Simplement, là aussi, ce sont peut-être d’autres qui en profiteront, pas nous les initiateurs.  

Bien cordialement. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *