LES MEDIAS ET BERCY

LES MEDIAS ET BERCY

Avez-vous déjà vu à la télévision un reportage sur les abus fiscaux ?
Avez-vous déjà lu un article sur les abus fiscaux ?

Moi, jamais !
Est-ce un sujet sans intérêt ou un sujet tabou ?
Un service de l’État qui ruine des entreprises en abusant de son pouvoir, est-ce sans intérêt ?
Un service de l’État, réputé incorruptible, qui détruit des entreprises, des chefs d’entreprises et donc leur familles en abusant de son pouvoir, est-ce sans intérêt ?
J’ai essayé d’intéresser les médias à ce sujet.
Silence complet.

Quand on voit les sujets inintéressants dont nous abreuvent les médias à jets continus, on se demande où sont passés les journalistes d’investigations. Pauvre Albert Londres !
Ils ne s’aperçoivent même pas que les gens écœurés par les politiques s’en détournent… (Voir les sondages sur les hommes politiques et sur les médias)
Ils ne comprennent même pas que leur crédibilité s’est envolée, à force de servir la soupe immangeable et sans cesse réchauffée de nos élus/énarques.
Des hommes ruinés, poussés à bout par des abus fiscaux  et qui se suicident n’interpellent pas nos journalistes.
Pourquoi ?
Parce que tout ce qui conteste la toute-puissance du Fisc est tabou.
Tout le monde tremble devant cet État dans l’État.
Aucun journaliste ne veut attirer l’attention sur lui de ce pouvoir absolu et la meilleure façon d’éviter un retour de bâton, style contrôle fiscal, est de ne rien dire contre celui-ci.
Qui souhaiterait se retrouver sous les feux de Bercy.
Aucun journaliste n’est à ce point suicidaire.

Mieux vaut hurler avec les loups et crier haro sur les soi-disant « fraudeurs ».
Rien voir, rien entendre, rien dire c’est le crédo de nos journalistes vis-à-vis du fisc.
Qu’importe les destructions d’entreprises, les ruines, les drames humains, les suicides.
Qui s’interroge sur tous ces suicides ?
Surtout ne pas en parler, ne pas chercher à savoir, ne pas remettre en question le Fisc et ses méthodes.
Le fisc doit avoir certainement raison, il a donc raison !
Ses Agents sont assermentés, ils ne peuvent se tromper !
Ils ne pourchassent que les fraudeurs, pas les autres, pas ici, pas en France.
Ailleurs, peut-être, mais pas en France…
Aidons les, oui, aidons les dans cette chasse aux fraudeurs.
Ces fraudeurs qui ruinent la France, qui la pillent sans vergogne.
Et puis d’aider le Fisc dans cette chasse nationale ne peut nous être que bénéfique.

Tabou le sujet des abus fiscaux ?
Non, rien n’est tabou en France.
La presse est libre ; c’est qu’il n’y a tout simplement pas d’abus fiscaux dans notre pays.
Les prisons sont pleines d’innocents, c’est bien connu.
Alors ceux qui crient aux abus fiscaux…


Un jour pourtant viendra où les français devront s’interroger sur l’impunité totale dont bénéficient les Agents du Fisc.
Tous les chefs d’entreprises commencent à prendre conscience qu’ils  peuvent être ruinés et détruits.
Pas simplement les autres !
La France mange ses entrepreneurs et les assassine dans le silence le plus complet grâce à la complicité passive des médias.

La chute de la puissance sans contrôle de Bercy est inéluctable grâce à internet et à ces lanceurs d’alerte dont la voix inaudible devient de plus en forte et dont la détermination sans faille fait que le désert commence à se peupler.
Sa chute interviendra demain, après-demain ou dans 10 ans.
Peu importe, elle est inéluctable.
Elle est inéluctable comme l’était la révolution de 1789…

Emmanuel Bolling

Bolling Emmanuel

A propos Bolling Emmanuel

Emmanuel Bolling a été condamné le 12 janvier 2016 par jugement contradictoire à l'égard d'Anne Béot, inspectrice des impôts de Paris 18eme et partie civile. Emmanuel Bolling a été relaxé du chef de diffamation publique. Il a été reconnu coupable du chef d'injure publique envers fonctionnaire publique pour son article du 15 décembre 2014 sur le site témoignagefiscal.com intitulé "certain de leur impunité, rien n'arrête les agents du fisc". Il a été condamné à verser à Madame Anne Beot 500€. Emmanuel Bolling était un des créateurs et des dirigeants de la Discothèque LA LOCOMOTIVE à Paris. Ouverte fin 1986, décédée asphyxiée par le fisc fin 2009(RIP). Elle subira en huit ans trois contrôles fiscaux. 1992, 1996, 2000. E.Bolling contestera le deuxième (1996). Cette contestation justifiée entraînera immédiatement de la part de Bercy une série sans fin de saisies diverses étranglant son entreprise pour finir par la ruiner. Relaxée de l’accusation de « dissimulation de recettes » par le tribunal correctionnel de Paris en 2002, le fisc n’en continuera pas moins à poursuivre LA LOCOMOTIVE et ses dirigeants de son acharnement, pour les mêmes motifs, comme si de rien n'était... En 2014, après 18 ans de procédure, de procès et d’appels (gagnés ou perdus) dont la liste serait des plus ennuyeuse, E.Bolling et ses associés, ruinés, se battent toujours pour que l’on reconnaisse ce redressement pour ce qu’il est : un abus fiscal caractérisé. Il a initié deux nouvelles procédures devant le T.A.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (3 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

3 réflexions au sujet de « LES MEDIAS ET BERCY »

  1. Bjr,
    Les agents fiscaux ont un comportement gestapiste…ils chassent pour faire vivre des parasites qui leur octroient avancements et miettes.
    @+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *