LES NOTAIRES !!!!

Changeons de sujet , bien que les notaires et le fisc aient des similitudes de comportement .
Les notaires ont la TOTALITE des émoluments qu’ils peuvent réclamer à leurs clients REGLEMENTES par décret .
Ces textes sont consultables sur internet aisément et le dernier décret datant de 2016 donne une liste EXHAUSTIVE ET LIMITATIVE DES HONORAIRES DUS AU NOTAIRE avec leur tarif ultra précis sans dérogation  .
De longue date dès ma 1ère acquisition immobilière ( il y a 40 ans) j’ai « épluché » les états de frais que les notaires ont l’obligation de donner à leurs clients APRES publication.
J’ai été comme vous le savez Inspecteur des impôts en fiscalité immobilière ( actes de vente de succession etc ) et je peux vous affirmer ( J’ATTENDS QUE CES PROFESSIONNELS ME CONTREDISENT) pratiquent la « petite gratte » .
En effet l’essentiel de leurs émoluments sont réglementés strictement mais ces COQUINS ( en fait les clercs taxateurs des études sans que le notaire personnellement ne fasse obstruction) vous rajoutent des émoluments indus et non légaux .

J’ai personnellement envoyé au moins 3 notaires au tribunal avec SUCCES à 100 % pour des dépassements indus comme émoluments sur prêts NON HYPOTHECAIRES hors la vue du notaire ( garanties suffisantes à la banque dispensant de prise d’hypothèque) ne permettant pas l’application d’un tarif doublant par exemple les honoraires du notaire.
J’ai même eu un arrêt de Cour d’Appel en la matière .

S’agissant en outre de frais type «  compromis de vente«  aucun des articles du dernier décret de 2016 ne les autorise à vous demander un coût pour cette prestation .

Mais VOUS êtes tellement idiot que vous continuez à appeler ces « mecs » MAITRES et vous êtes leur chien  et notaires et à payer sans discuter et même sans demander leur état de frais détaillé.

Ma fille hélas à bonne école ( moi) à pris l’habitude de veiller à tout même les petites sommes , dès lors qu’elles sont demandées par des abrutis se couvrant sous une titre « administration  » ou « Maîtres » ( je dirais moaètre)

Un stupide notaire parisien lui demande des frais de rédaction d’un compromis de vente .
JE PEUX VOUS GARANTIR QUE J’AI LU LE DECRET DE 2016 EN ENTIER DE M. MACRO alors socialo, et que cette « ligne » de tarification n’existe pas au décret .

Ces bandits de notaires Parisiens ( eh oui la république n’est pas uniforme sur tout le territoire) tarifient cependant et tous les cons de clients acquiescent .

Le notaire demande et on se fait mettre !!!

Rassurez vous il vit bien quand même sans cela ;

Si vous n’êtes pas encore totalement stupides et cons suivez mon conseil .

Demandez à vos notaires leur état de frais en leur précisant que vous allez demander la « VERIFICATION DES DEPENDS » au TGI .
Cette procédure est gratuite et vous n’avez pas besoin d’un autre super con de « Maître » dit avocaillon pour le faire .
il vous suffit d’écrire au greffier du Tribunal avec vos pièces , actes et motifs , vous êtes convoqués ainsi que le notaire marron fripon et le greffier émet une ordonnance de taxation en vous donnant tort ou raison sur les points précis évoqués au regard du décret de 2016
Si vous ne voulez pas vous faire chier , faites comme avec les « zimpeaux » , PAYEZ sans discuter et dormez béatement

décret de 2016 ; lien internet https://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2016/2/26/EINC1605792A/jo

Francis Le Poizat

A propos Francis Le Poizat

Bonjour , Cela fait un certain temps que j'interviens sur ce site . Certain veulent connaître mon historique. SIMPLE : Issu d'une famille très modeste ( père breton mousse à 12 ans et d'une mère Polonaise immigrée en 1938 pour bosser dans les fermes ) , 3 enfants son nés . Moi, le 2ème en 1950 . Pas de viande à table, seulement du poulet et du lapin production maison , pauvreté des années 50 obligeait. Donc, ces bons citoyens ne croyaient qu'en l'éducation et en l'espoir d'une vie meilleure pour leurs enfants suite à des études. Les bretons et les Polonais sont un mélange détonnant qui abouti à créer des être doublement entêtés et attachés à la parole donnée . J'ai donc commencé à travailler à 15 ans dans des petits boulots divers en continuant mes études secondaires et supérieures ( parfois 3 job en même temps et 3 heures de sommeil par jour ) et surtout aidé par mes parents pour le logement et les autres questions de simples contingences Vers l'âge de 24 ans, bac plus 5 en sciences économiques et droit je commence une activité dans le privé ( boursicotage) avec grand succès et pour m'éloigner de PARIS où une femme me "collait un peu trop", je vais à CLERMONT FERRAND en ayant appris ma réussite au concours d'inspecteur des impôts ( payés nourris et logés pendant un an) Le rêve.Et en plus des femmes à foisons ... je m'arrête sur une , je l'épouse et nous sommes encore ensemble 40 ans après . Elle me convainc de rester dans cet univers . N'ayant qu'un salaire modeste mais ayant réussi des opérations de bourse assez intéressantes , ce job n'était qu'une occupation dans laquelle je continuais à agir avec ma personnalité forte et nous avons obtenu un statut financier assez aisé, très envié par mes collègues et ma hiérarchie elle même . Inutile de vous dire le nombre de heurts que j'ai eu avec celle-ci qui me considérait comme un excellent technicien mais comme un mauvais fonctionnaire, car je n'obéissais pas . Moi, je répondais qu'ayant prêté serment de probité je ne pouvais me parjurer et que je ne pouvais faire mon travail qu'honnêtement. Ils n'ont donc jamais pu me prendre en défaut de faute professionnelle mais me reprochaient mon entêtement et le respect de l'honneur . L’OBÉISSANCE AVANT TOUT ! C'est ainsi. J'étais en fait indépendant et je n'ai jamais été à l'origine du dépôt de bilan d'une entreprise car je gardais secret par devers moi , mes rapports avec les administrés et à la fin, un accord de "gentleman agrément" était toujours trouvé honorablement . J'ai donc quitté ce "milieu" mafieux" in fine il y a 10 ANS, car fatigué de cette course à la "fiche statistiques" et écœuré par ces olibrius obnubilés par leur carrière de "petits fonctionnaires" le doigt sur la couture du pantalon . Cela fait donc un temps certain qu'après avoir acquis des "connaissances" parfaites dans le domaine fiscal, je les utilisent contre mes anciens "congénères" qui sont restés toujours des singes . Mon dernier Directeur, quand j'ai quitté le fisc m'avait demandé ce que je ferais ensuite et lorsque je lui ai annoncé ma reconversion en avocat fiscal, a été soudainement outré en hurlant "ON VOUS A NOURRI" et maintenant vous allez nous attaquer avec tout ce qu'on vous a appris ? J'ai répondu que j'avais été payé ( mal) et non nourri pour faire du bon travail et que maintenant j'allais travailler aussi bien pour un meilleur rendement EH OUI MONSIEUR. ET AVEC UN PLAISIR IMMENSE ET INCOMMENSURABLE Un petit plus ! Je connais ces gens là car je les ai pratiqué de nombreuses années et ils savent que je sais tout d'eux. Ils vous font croire qu'ils sont vertueux , donneurs de leçons et respectueux des lois ? C'est tout le contraire . J'ai fais une liste pendant tout le temps que j'y étais et j'ai des noms et des faits, hélas, prescrit tel qu'un directeur divisionnaire chargé du contrôle fiscal qui ne payait pas ses impôts parce qu'il ne déposait pas de déclaration . Tout simple et tranquille! De même, un Directeur chargé des succession et de l'ISF qui dépassait les limites de 10 fois, et qui bien entendu, se désempressait de déclarer. Un autre qui ne déclarait que la moitié de ce qu'il touchait au nom d'une prétendue exonération pour frais de mission inexistante . Ces gens là ? INTOUCHABLES! ET CE SONT EUX QUI VOUS ASSIGNENT EN JUSTICE POUR VOUS SAISIR ET MONTER DE GRADE AVEC (50 % de leurs rémunérations non soumises aux charges sociales - PRIMES hors salaires ! - ) CONCLUSION : Y a t-il une morale publique ? Vu de l'intérieur je suis témoin que NON ! Et ils n'osent pas m'affronter par crainte de divulgation des réalités sordides de ce milieu . Croyez en mon expérience au sein du "saint graal" ces gens là sont malhonnêtes et se foutent de l'HUMAIN . Ce qui compte n'a rien à voir avec ce qu'ils annoncent , leur carrière , leurs résultats statistiques , la compétition interne et surtout le VASE CLÔT dans lequel ils évoluent ensemble sans voir l'extérieur : équité ; morale ? etc ...........? ils s'en foutent ? ILS SONT ENTRE EUX, ET VOUS N'EXISTEZ PAS AUTREMENT QU'EN TERME DE DOSSIER ! Et l'être vivant derrière ? rien à foutre !

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (4 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

3 réflexions au sujet de « LES NOTAIRES !!!! »

  1. que se passe t-il avec les huissiers ?
    Quelque soit le jugement il vous est réclamé des frais FICOBA et BETEILLLE.
    Que pouvez vous dire la dessus et que peut-on faire après quelques années de vol planifié et conforté par la chambre des huissiers ?
    Bizarre lorsque vous posez ces questions aux avocats et annexes judiciaires des départements vous avez en réponse un silence fracassant.
    Cordialement.
    JC Lethiais.

  2. J’aime bien le côté presque révolutionnaire de Francis Le Poizat qui nous incitait il y a quelques jours à nous battre contre les abus de l’administration fiscale (billet J’ACCUSE) et qui remet le couvert avec aujourd’hui les notaires. Personnellement, j’ai mené quelques combats mais pour moi les pires ont été les combats avec les urssafs qui se comportent souvent comme des cowboys en tordant le cou à la loi pour te redresser. Le problème de ces combats, c’est qu’il nous expose presque systématiquement à des contrôles « vengeance » sur les entreprises que nous gérons au quotidien. Alors oui, c’est noble de mener un combat contre un abus du fisc ou des urssafs pour quelques milliers d’euros mais que de temps perdu à le mener, et surtout que de temps encore perdu lorsque quelques semaines plus tard, tu reçois un nouvel avis de contrôle sans même parler du stress généré. Evidemment quand l’enjeu atteint les 5 chiffres ou plus, l’histoire n’est pas la même puisque c’est je presque ta vie qui est en jeu.
    Aujourd’hui, je suis en mode « décroissance », fini l’entrepreneuriat vu les emmerdes que cela génère, ça ne vaut plus le coup. Je me contente de gérer à minima une seule petite activité et place au temps libre puisque celui-ci ni taxé, ni soumis à cotisations sociales (pas encore…). Cela dit, dans mes loisirs je ne peux m’empêcher d’étudier une marotte fiscale: le jeu du bonneteau de la CSG depuis l’arrêt Ruyter 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *