L’ordre des choses

Le moment est venu pour moi de pouvoir, très clairement, affirmer où est la priorité. Depuis plus de vingt ans j’ai engagé toute mon énergie et tous mes moyens dans ce but.

Au départ, j’ai pensé sincèrement qu’en sollicitant la justice je pourrais faire cette démonstration. Ma déception a été à la hauteur de ma confiance initiale en cette institution qui s’est avérée complètement inopérante, incompétente, bien plus : vendue (ou achetée, comme on veut).

Soudain, par le plus grand des hasards, ma route a croisé la simple humanité de Francis Le Poizat et tout est devenu possible. Il a déchiré le voile derrière lequel se dissimulait la priorité, il a offert par son témoignage modeste et courageux la possibilité pour tous d’ouvrir les yeux — voir sa vidéo :(Lien vers la vidéo-interview de Francis LE POIZAT)

La question fondamentale est : comment maîtriser les dépenses publiques tout en conservant, pour certaines, leur indispensable utilité ?

Il ne manque pas de bonnes volontés pour détecter et chiffrer les dérives de ces dépenses. Je pense en particulier à des structures comme « Contribuables associés », l’IFRAP, ou encore à des individualités de tout bord, tous sincères et respectables.

Nous sommes constamment informés de ces dérives, nul ne met en doute ces informations, et pourtant aucun résultat n’est observé.

Année après année, le gouffre des dépenses publiques s’agrandit, quels que soient les tenants du pouvoir.

Cette situation affaiblit dramatiquement le pays sur la scène internationale, et à l’intérieur met à mal le lien social.

Malgré d’incessantes modifications dans le choix de ceux à qui sont confiés les cordons de la bourse, rien n’y fait. A tel point que la France s’apprête, dans une démarche aussi désespérée que suicidaire, à confier le pouvoir, donc ses finances, à un parti extrême dont l’incompétence à ce sujet est avérée, ce qui donnera inévitablement des résultats terrifiants.

Tout cela parce que le problème est pris à l’envers, la priorité masquée.

Tous se focalisent sur les dépenses de l’Etat, alors que le problème se situe dans sa façon de se procurer l’argent qu’il dépense.

Nous ne sommes pas face à un problème de dépenses, mais face à un problème de recettes. C’est dans la moralité des recettes que se situe la solution, pas dans celle des dépenses.

Tout le monde sait que l’argent gagné trop facilement pervertit. Que ce soit les habitants des banlieues qui ont à faire face aux folies dépensières des trafiquants de drogue, ou ceux des beaux quartiers qui observent avec stupéfaction celles des héritiers, rares sont ceux qui n’ont pas été confrontés un jour aux dérives dépensières de ceux pour qui l’argent est facile.

Pour nos décideurs politiques l’argent est facile.

Par une propagande constante et perverse ils ont, depuis des décennies, d’une part exempté de l’impôt plus de la moitié des français qui sont de ce fait leurs véhicules propagandistes, d’autre part stigmatisé et torturé financièrement le reste de la population tel que cela ressort parfaitement des déclarations de Francis Le Poizat.

Cet argent facile leur paraissant inépuisable, ils le dépensent sans compter, sans souci de rationaliser leurs budgets.

La Cour des Comptes se trompe d’objectif, elle ne devrait pas surveiller les dépenses publiques mais les recettes publiques.

Seules des recettes justes, équitables, précises, peuvent générer des dépenses qui seront alors naturellement maîtrisées.

Les compétences doivent être utilisées non pour organiser les dépenses mais pour obtenir des recettes impartiales, efficaces, qui ne nuiront ni à la justice, ni à l’efficacité économique.

La valeur d’une entreprise tient plus à la qualité de ses recettes qu’au détail de ses dépenses.

La folie des dépenses des escrocs prend sa source dans leurs recettes acquises facilement et sans scrupule.

Il s’agit ici d’évidences dont la simplicité tend à provoquer la condescendance de la part ceux qui les écoutent envers celui qui les profèrent. J’en suis conscient.

Et pourtant, qui à ce jour a affirmé que la priorité absolue pour l’avenir économique de la France passe par l’équité dans les ressources fiscales, tout particulièrement lors des contrôles fiscaux ? Qui dénonce la gabegie de ces contrôles, leur folie, leur force destructrice, leur responsabilité directe dans la dérive des dépenses de l’Etat. Personne.

Cette priorité de la sincérité et de l’équité des recettes sur l’idée naïve de la maîtrise des dépenses, je peux enfin l’affirmer.

Le masque tombe sur la médiocrité des contrôleurs fiscaux, sur l’impôt indu issu du contrôle fiscal, sur l’escroquerie en général qui préside à la collecte de l’impôt.

Cette vérité jusqu’alors taboue d’un argent facile pour l’Etat, de prélèvements indélicats,  dévoilée aujourd’hui est l’explication mécanique aux dérives du budget de l’Etat.

Donnons à nos élus des recettes fiscales maitrisées, contenues, justes et rationnelles, aucune échappatoire prenant pour excuse une fraude fiscale inventée par eux, mystique, et ils produiront inévitablement des dépenses équilibrées, maîtrisées.

L’ordre des choses est donc de maîtriser les recettes, d’en rendre chacun responsable par sa participation,  de cesser de faire des contrôles fiscaux un  écran de fumée justifiant les dérives dépensières, ce n’est qu’ensuite que l’on aura à se pencher sur d’éventuels débordements des dépenses, alors peu probables.

De l’intégrité des recettes dépend la maîtrise des dépenses, l’argent facile corrompt, y compris lorsqu’il émane de l’impôt.

Aujourd’hui le contrôle fiscal, sa légende sociétale, sa mise en œuvre, la propagande qui l’entoure, en font une escroquerie d’Etat qui est la source des dépenses inconsidérées de celui-ci. C’est l’ordre réel des choses. Pouvoir enfin le dire m’apporte une sérénité que vous ne pouvez pas imaginer. Merci Francis.

Bien cordialement. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (2 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Une réflexion au sujet de « L’ordre des choses »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *