MAMIE LOTO, UN ASSASSINAT PROGRAMME PAR BERCY.

 

 

Yvette Bert, surnommée par les médias « mamie loto » est morte
Cette pauvre femme, comme elle l’avait annoncé lors de son jugement, s’est laissée mourir.
Un an auparavant, n’en pouvant plus du viol fiscal qu’elle subissait, elle avait déjà tenté de mettre fins à ses jours.
Les juges le savaient, et pleinement conscient qu’ils l’envoyaient à la mort, ils l’ont condamnée.
Pousser quelqu’un au suicide, cela s’appelle dans le langage courant, un meurtre.
Bercy est coutumier de ces assassinats déguisés, mais d’habitude tout se passe en silence, les médias regardant ailleurs.
Ceux-ci  préfèrent nous faire des tartines sur le chien du Président, dont tout le monde se fout comme de l’an 40, que de parler des exactions fiscales.
Les journalistes, trouvant que la détresse d’Yvette  Bert était télégénique, surtout si elle pleurait,  qu’elle pourrait faire un « beau sujet », ils se sont donc focalisés sur elle.
Un sujet, chassant l’autre, elle disparut de notre actualité aussi vite qu’elle était apparue.
Oubliée la mamie Loto et sa « juste » condamnation.
Personne n’a cherché à savoir pourquoi le fisc l’a laissé organiser, durant des années, des lotos dans son bled, au vu et au su de tout le monde.
Pendant ces années, elle a collé des affichettes à tous les croisements, elle a fait de la pub etc…
Bref tout le monde savait.
Le maire, la gendarmerie et bien sûr le Grand Satan, auquel, nous le savons, rien n’échappe.
Un jour, certainement, un inspecteur « assermenté » des impôts, en mal de quota ou de prime, s’est mis en tête de l’allumer.
Au centre des impôts de la région, tout ce beau monde savait aussi qu’elle ne pourrait jamais payer, vu ses revenus plus que modeste, une quelconque amende.
Cela n’a aucune importance. Les statistiques, les primes, les quotas sont calculés en fonction du redressement.
Pas de son paiement.
La beauté de la chose est là.
Il faut à tout prix charger la mule, peu  importe qu’on la tue!
Cela ne concerne en rien nos honnêtes inspecteurs qui exécutent une mission sacrée : remplir le tonneau sans fond de l’Etat.
Des milliers d’entrepreneurs sont ainsi pillés et ruinés chaque année pour le remplir; en vain !
Le suicide d’un homme, petit fait apparemment sans importance pour le pouvoir dictatorial en place, fit basculer la Tunisie dans la révolution.
Le suicide d’Yvette Bert, petit fait apparemment sans importance pour le pouvoir dictatorial de Bercy, fera-t-il basculer la France dans la révolution ?
Wait and see…

Emmanuel Bolling

Bolling Emmanuel

A propos Bolling Emmanuel

Emmanuel Bolling a été condamné le 12 janvier 2016 par jugement contradictoire à l'égard d'Anne Béot, inspectrice des impôts de Paris 18eme et partie civile. Emmanuel Bolling a été relaxé du chef de diffamation publique. Il a été reconnu coupable du chef d'injure publique envers fonctionnaire publique pour son article du 15 décembre 2014 sur le site témoignagefiscal.com intitulé "certain de leur impunité, rien n'arrête les agents du fisc". Il a été condamné à verser à Madame Anne Beot 500€. Emmanuel Bolling était un des créateurs et des dirigeants de la Discothèque LA LOCOMOTIVE à Paris. Ouverte fin 1986, décédée asphyxiée par le fisc fin 2009(RIP). Elle subira en huit ans trois contrôles fiscaux. 1992, 1996, 2000. E.Bolling contestera le deuxième (1996). Cette contestation justifiée entraînera immédiatement de la part de Bercy une série sans fin de saisies diverses étranglant son entreprise pour finir par la ruiner. Relaxée de l’accusation de « dissimulation de recettes » par le tribunal correctionnel de Paris en 2002, le fisc n’en continuera pas moins à poursuivre LA LOCOMOTIVE et ses dirigeants de son acharnement, pour les mêmes motifs, comme si de rien n'était... En 2014, après 18 ans de procédure, de procès et d’appels (gagnés ou perdus) dont la liste serait des plus ennuyeuse, E.Bolling et ses associés, ruinés, se battent toujours pour que l’on reconnaisse ce redressement pour ce qu’il est : un abus fiscal caractérisé. Il a initié deux nouvelles procédures devant le T.A.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (5 votes, moyenne : 4,80 sur 5)
Loading...

2 réflexions au sujet de « MAMIE LOTO, UN ASSASSINAT PROGRAMME PAR BERCY. »

  1. L’Administration française a réinstauré la peine de mort supprimée en 1981.
    Elle a juste remplacé la guillotine par la clochardisation et le suicide.
    En spoliant un citoyen, elle le condamne à une mort sociale puis physique par déchéance humaine.
    Bien qu’un peu moins expéditive que les Chinois, l’agonie est aussi atroce pour un SDF dans la rue que dans le couloir de la mort au Texas.

  2. Bjr,
    Le fisc l’a pourchassée car ils voulaient sa peau en la tuant financièrement…

    Ils l’ont blessée au coeur

    Elle est partie dans la douleur

    Mais sans peur

    Elle leur a fait 1 bras d’honneur

    @+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *