Mes séances chez le fiscopsychiatre Pierre Lymam (Août 2016 n°1)

Je suis allé une première fois chez le docteur Pierre Lymam, fiscopsychiatre à Paris, dans le marais, non loin de la place des Vosges. J’ai eu l’occasion de vous en parler.

Ce n’est pas que ce praticien m’ait séduit, ni que son cabinet m’ait attiré, il est au rez-de-chaussée d’un immeuble si ancien que seul la providence le maintient debout et certainement pas les travaux d’entretien dont les derniers datent au moins de Napoléon 1°.

Non, j’ai pensé que le décalage entre ma vision de la vie et sa réalité actuelle méritait que je suive une thérapie, pour essayer de comprendre qui de moi ou de la société est malade.

Les quelques remarques de ce Fiscopsychiatre, en formation lors de ma première visite, m’ont permis de constater qu’il est, et sera, vraiment dans le moule. Alors pourquoi pas lui ? Un autre ne serait pas différent puisqu’ils seront tous formés par Bercy.

Voici donc, fidèlement rapportée, ma deuxième visite et ma première séance de psychanalyse chez cet étonnant praticien.

« – Bonjour M. Dumas.

– Bonjour docteur.

– Vous souhaitez vraiment engager une psychanalyse concernant votre aversion à l’impôt ? Vous pensez que cette aversion pourrait être maladive.

– Ne partons pas de travers docteur. Je n’ai aucune aversion à l’impôt. Je suis réfractaire à son énormité et à la manière injuste dont son encaissement est organisé et contrôlé. Ce n’est pas pareil.

– Qu’est-ce pour vous l’impôt en France M. Dumas ?

– Un moyen d’entretenir le plus grand cheptel au monde d’imbéciles, de fainéants et de corrompus.

– Nous allons devoir nous arrêtez là, M. Dumas.

– Mais non docteur, je plaisantais…..

– Ah bon. Je ne trouve pas cela drôle. Nous sommes là pour travailler et non pour plaisanter. Pour réduire votre phobie de l’impôt.

– Docteur je ne développe aucune phobie de l’impôt. Je vais même vous dire plus, dès que je gagne de l’argent, la première chose que je fais est de penser à l’impôt lié à mon gain et de le payer.

– Ce n’est pas ce qui parait lorsque l’on lit votre dossier fiscal.

– Et oui, c’est bien là qu’est le problème.

– M. Dumas je lis votre blog avec attention. Etes-vous conscient qu’il est subversif, que si aujourd’hui l’Etat, enfin Bercy (c’est la même chose), laisse ce blog ouvert, ne vous poursuivant qu’à la marge pour protéger ses contrôleurs, il faudra bien dans le futur que votre ton change. Les temps vont se durcir inévitablement. Vos prises de position ne vont pas tarder à être contraires à l’intérêt de la France, enfin de Bercy (c’est la même chose). Vous comprenez cela ?

– Pas vraiment.

– Vous reconnaissez quand même que l’impôt est légitime ?

– Soyons clairs docteur. Je reconnais que pour certaines actions collectives, précises, que les français ne peuvent assumer qu’en groupe, il y a un coût qui doit légitimement être supporté par tous.

– Nous sommes donc d’accord, l’impôt est légitime. N’avez-vous pas l’impression d’outrepasser vos droits de français lorsque vous laissez entendre que c’est vous qui décideriez des actions collectives que vous accepteriez de voir financées par l’impôt, que par ailleurs vous acceptez ?

– C’est-à-dire docteur, c’est quand même moi qui paie, alors si ce n’est pas moi qui décide, c’est qui ?

– Vous n’avez pas répondu à ma question.

– C’est parce qu’elle est mal posée.

– Je ne vous suis pas. Précisez votre pensée.

– Et bien docteur c’est très simple, vous êtes en train de me resservir la propagande officielle.

– Monsieur Dumas, nous n’allons aboutir à rien si vous ne faites pas preuve d’ouverture, de compréhension collective.

– Je ne vois pas très bien ce que vous voulez dire par « compréhension collective ».

– Tout simplement j’évoque le fait que le raisonnement de l’homme d’aujourd’hui ne peut qu’être collectif ou ne pas être.

– Nous entrons dans l’abstrait docteur, ce n’est pas l’espace de la science, même médicale, vous allez vous perdre.

– Revenons à ma question M. Dumas. Considérez-vous que vous avez seul la légitimité de décider des dépenses de Bercy (enfin de l’Etat, c’est pareil).

– Oui.

– Mais c’est absurde.

– Normal. Je vous ai déjà dit que votre question est mal posée.

– Comment la poseriez-vous, M. Dumas ?

– J’aurais dit : quelles seraient pour vous les conditions logiquement nécessaires pour aboutir à des autorisations données à Bercy pour engager l’argent des français? Comment surveiller la conformité de l’exécution des autorisations d’engagement données? Tout cela pour arriver à partager également un impôt contenu et juste.

– Si je comprends bien votre souhait, M. Dumas, ce ne serait plus Bercy qui vous contrôlerait, mais vous qui contrôleriez Bercy (enfin l’Etat, c’est pareil).

– Absolument docteur, c’est exactement pour cela que les français ont fait la révolution en 1789.

– 1789 c’est loin M. Dumas. Depuis la vie a changé, les français ont d’autres aspirations.

– Nous entrons dans le dur.

– Que voulez-vous dire par là ?

– C’est une expression familière pour dire que la discussion va se compliquer.

– Je sais cela M. Dumas. Je voulais dire : qu’est ce qui va se compliquer ?

– Eh bien je sens que l’idée de contrôler les dépenses de l’Etat et de Bercy ne vous séduit pas.

– Bien sûr que si M. Dumas, mais les dépenses de Bercy (enfin de l’Etat, c’est pareil) sont déjà actuellement parfaitement surveillées et contrôlées.

– Ah bon, par qui ?

– Mais par Bercy (enfin l’Etat, c’est pareil).

– Docteur, ce ne peut pas être celui qui dépense qui contrôle les dépenses.

– Pour une personne privée, évidemment M. Dumas. Mais Bercy (ou l’Etat, c’est pareil) n’est pas une personne privée. Personne n’a la légitimité de contrôler Bercy (ou l’Etat, c’est pareil), Bercy n’est pas contrôlable parce que Bercy n’est ni contestable ni soupçonnable, tout simplement.

– Mais là docteur, vous rigolez. Vous idéalisez. Mais Bercy (ou l’Etat, puisque vous dites que c’est pareil), c’est pas de l’idéal qu’il dépense tous les jours, c’est des sous, des sous réels, triviaux, ordinaires, qu’on a gagnés en suant comme des fous, qu’il a fallu qu’on donne, qui nous manquent terriblement. Vous comprenez ça, docteur.

– Là n’est pas la question.

– Mais si, là est justement la question.

– Très bien, nous en reparlerons la prochaine fois M. Dumas. »

Ainsi s’est terminée cette première séance. Pas facile.

Bien cordialement. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (4 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

3 réflexions au sujet de « Mes séances chez le fiscopsychiatre Pierre Lymam (Août 2016 n°1) »

  1. C’EST GRAVE DOCTEUR ,!!!
    Je suis devant un mur de mots qui engendre des maux avec Monsieur BERCY
    et pas moyen de sortir de cette impasse » fischopathiques »,
    SAUF a y laisser sa peau et ses biens . Personne ne vous entend hurler de douleurs et de vérité . Non non on est PSY malade C’est des dialogues, monologues de sourds dingues c’est nous les fous . FRANCE Français réveillez vous ….on nous croque sans merci .
    Révolution c’est pas loin ….

  2. il y a ceux qui en l’état
    –>travaillent pour l’état ( jusqu’en fin juillet ) le reste de l’année est pour eux
    –>travaillent pour l’état et dépensent l’argent des premiers .
    (jésus n’a t’il pas dit , les derniers seront les premiers ..)

    quand on sera sous régime coco et république bananière , on s’en fichera bien que la dette d’un enfant qui nait soit d’environ 40k€ a rembourser ..
    puisque bientôt on va passer du RSI a tous pointer au RSA.

    pour ma part je plaiderait ma cause afin de finir avec un bracelet électronique en touchant ma solde comme actuellement une certaine députée PS qui condamnée a 4 ans de prison pour détournement de fonds , siège encore a l’assemblée, vote des lois , comme sapin2 et loi travail et touche des émoluments de 23.000€ /mois ..elle est pas belle la vie !!
    ——- on attends toujours pour 2017 notre Batman a HOLLAND CITY !

    comme monsieur DUMAS je crois que je vais essayer de trouver un poli-polythérapeute parce que mon kine / étiopathe et ami Jean luc est décédé .
    il disait toujours que les nerfs influaient sur mes troubles musculo squelettiques,
    il était dans le 19 eme arrondissement de paris avec son lot de défavorisés qu’il ne faisait pas parfois payer parce qu’il considérait que l’accès aux soins ( les remboursement d’ostheo) sans mutuelles ne sont hélas pas pris en charge par les organismes étatiques comme chevelure du président .
    il suivait même des boxeurs et des tennismen qui auraient du lui apprendre l’art de renvoyer la balle car malheureusement , il était trop gentil pour répliquer aux agents du fisc et ne savait pas expliquer son chiffe en rapport avec sa patientelle, qui ne désemplissait (parce qu’il était excellent dans son travail) et que par acte de pure bonté ,il ne pouvait pas laisser des gens avoir mal …

    comme ont dit les meilleurs partent en premier comme notre regretté ami Joseph Scipilliti , qui se battait contre un système qui a eu sa peau, l’injustice ou l’absence de justice est cruelle ou nous fait cruellement défaut en France !
    les requins le savent bien , s’il arrêtent de nager ils meurent, seule solution pour eux collés dans un trou , au fond , en statique et a contrecourant pour leur permettre de respirer !
    mais, même eux « magnifiques système d’évolution  » sans cancers connus sont bien obligés au bout d’un moment de se remettre dans le fil du courant sinon ils meurent …et nous ne sommes pas des squales seulement des petits poisons !!

    dont la maxime est que tel NEMO ( le capitaine ou le poisson) a votre bon vouloir dans la tempête , prenez la barre ou le courant et tenez bon ..

    bonne trêve estivale a tous et toutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *