Naissance d’une royauté ?

On oublie souvent que les choses qui nous paraissent évidentes ont eu d’abord une inexistence, puis une naissance et ensuite une vie. Donc une origine et une évolution bien souvent très différentes de ce que ces choses sont devenues, de l’état dans lequel nous pouvons les observer au présent.

L’observation en temps réel de nouvelles naissances de situations, qui pour nous appartiennent toutes au passé, est passionnante. C’est une chance qui nous est donnée de mieux comprendre les origines de telle ou telle configuration. C’est ce que cherche dans l’univers les scientifiques à partir des différentiels de temps qui s’y superposent.

Plus simplement, aujourd’hui, politiquement, nous assistons peut-être à la tentative de naissance d’une royauté.

Troisième génération de despotes cruels issus de la grande utopie communiste, qui ont affamé, torturé et tué la plus grande partie de leur population, le jeune Kim Jung-un a peut-être compris que la combine ne pouvait pas durer.

Plus intelligent sans doute que Kadafi ou Saddam Hussein, il parait capable de séduire le grand escogriffe américain, simple et vaniteux, et de lui vendre, peut-être, une dictature parlementaire du type de la chine, voire plus intelligente.

En admettant qu’il arrive à ouvrir son pays à l’économie par ce biais et à un semblant de démocratie, nul doute que le peuple lui en sera reconnaissant.

C’est ça le génie de la royauté : avoir transformé la cruauté initiale en une image de sécurité, de bonté, simplement en cessant de contraindre par la violence primaire.

Ce qui est intéressant à observer en Corée du Nord, ce ne sont pas tant les manœuvres de Kim Jung-un pour essayer de sauver sa peau qui sont assez ordinaires, mais ce que sera l’attitude de son peuple, ramené au niveau politique du légume depuis trois générations.

Nous avons donc, peut-être, sous les yeux une évolution grandeur nature du peuple politique.

Le peuple politique, cette chose dont certains parlent beaucoup, dont on n’est pas sûr de l’existence, à qui l’on prête d’énormes qualités, que personnellement je crois perclus de défauts et sans intérêt, puisque je ne crois qu’en l’homme unique et indivisible, non agrégeable, non miscible, composé de ses seuls « être » et « avoir ».

Le peuple politique pour moi ne représentant que la conséquence de l’asservissement de la liberté. Sans rapport avec la foule qui, elle, est une masse de personnes distinctes réunies pour une occasion, pour qui je peux avoir de la sympathie si l’objet de la réunion me plait.

Nous pourrions donc assister au schéma suivant :

Kim Jung-un cesse d’oppresser personnellement ses compatriotes, qui lui en sont évidemment immédiatement très reconnaissants. Mais, incapables d’exister par eux-mêmes, il leur organise une domination plus sophistiqué, telle que nous la connaissons.

Les lois y remplacent les armes, les fusils agissent sans avoir besoin d’être utilisés en se contentant de cautionner les lois.

Il trouvera, il n’en manque nulle part, des ambitieux qui accepteront d’exercer le pouvoir, tout en faisant semblant d’agir en son nom. Il se placera au dessus de la mêlée.

Le peuple politique lui vouera une reconnaissance éternelle, du seul fait qu’il ait cessé de le tabasser lui-même. S’il est malin, il pourra même apparaître comme un protecteur potentiel, garant du non retour de la barbarie totalitaire.

Il pourra rester chez lui à bricoler, il lui suffira d’apparaître, avec femme et enfants, sur un balcon central, face à une grande place, de temps en temps.

Le peuple politique, dont c’est la seule liberté ici ou ailleurs, viendra régulièrement se prosterner devant lui.

Il peut faire encore plus fort en se dotant du droit de bénédiction, qui le placerait très haut, presque à la droite de ce que les hommes appellent Dieu.

Nous allons peut-être connaître cela, un tyran sanguinaire évoluant naturellement vers la tyrannie démocratique. Quelle expérience et quelle leçon, pour ceux qui voudront ouvrir les yeux.

L’asservissement par la politique a de nombreuse facettes, en voici une oubliée depuis longtemps qui sera passionnante à suivre, que la Chine, qui la dirige, doit être curieuse de voir évoluer.

Cordialement. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (8 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Une réflexion au sujet de « Naissance d’une royauté ? »

  1. ‎ Kim Jung-un a du lire Aldous Huxley et il s’inspire de la France un exemple de dictature = » La dictature parfaite aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s’évader. Un système d’esclavage où grâce à la consommation et au divertissement les esclaves auraient l’amour de leur servitude. » Aldous Huxley (1864-1963), écrivain britannique, auteur du livre « Le Meilleur des Mondes »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *