Notre Dame et les gilets jaunes

Avez-vous noté qu’on ne sait toujours pas vraiment pourquoi Notre Dame a brûlé ? La thèse de l’attentat ayant été écartée d’office, ne reste que l’accident technique. Mais de vous à moi, je ne vois pas ce que cela change. Attentat ou accident, dans les deux cas, une faillite de l’État. Une faillite qui aurait dû au minimum entraîner la démission immédiate d’au moins une demi-douzaine de ministres, à commencer par le premier d’entre eux. 

On sait depuis longtemps que l’État fait preuve d’une incroyable pingrerie pour tout ce qui concerne la protection et l’entretien de notre patrimoine. La raison, nous dit-il, pas assez d’argent. 

Mais bon sang, que fait-il de tout l’argent qu’il nous prend ? 

Je ne comprends pas. Notre-Dame brûlait encore que les dons commençaient d’affluer. Des dons, pour quoi faire ? Puisqu’on nous dit que c’est un accident ! Un accident, l’entrepreneur ou les entrepreneurs responsables seront facilement découverts. Il y a des experts pour ça. Et ces entrepreneurs responsables sont nécessairement assurés. Pas besoin de dons, ce devrait être aux assurances de payer. 

Quant à tant de généreux donateurs, que ne se sont-ils manifesté plus tôt ? Cela aurait peut-être permis aux fonctionnaires de l’État de ne pas choisir au rabais. Mais bon, mieux vaut trop tard que jamais. 

Et pendant ce temps, les Gilets jaunes continuent de s’agiter. Franchement, qu’espèrent-ils ? Bien sûr, pendant quelques heures, quelques jours, ils ont fait trembler la caste au pouvoir. Mais cela prouve seulement l’extrême pusillanimité de cette caste. Vraiment, qu’avait-elle à craindre ? 

Elle l’a d’ailleurs très vite compris. Maintenant qu’elle a cessé d’avoir peur, elle cogne. Sans tendresse ! Avec au moins une personne tuée et d’innombrables blessés.

Certains jugent que le responsable est Emmanuel Macron. Pas moi. 

Il n’y a pas un responsable, mais une caste de responsables. Ces quinze à vingt pour cents de nantis, politiques, hauts fonctionnaires, entrepreneurs du capitalisme de connivences, journalistes des médias « officiels », et autres bobos parisiens et leurs cousins des grandes villes, qui depuis vingt ans s’enrichissent toujours plus, quand le reste du pays n’en peut plus de s’appauvrir pour les entretenir. La caste qui très naturellement vote Macron, et lui trouve tous les charmes. 

La caste est la vraie responsable, tant il est vrai que Macron lui-même n’est qu’un ectoplasme, un homme de bavardages ineptes, sans convictions, sans projet, sans perspectives. En effet, l’homme de la situation. Dépourvu de toute forme d’empathie, convaincu de son intrinsèque supériorité, et parfaitement méprisant de ces quatre-vingts pour cent qui ne sont rien, l’homme qui sans état d’âme lâche chiens et forces de l’ordre sur la foule, aux ordres de son Castagneur. Un Chirac, par exemple, aurait craint l’accident mortel et tout mis en œuvre pour l’éviter. Mais pas lui. S’il y a de la casse, tant pis pour la casse. Les blessés et les morts, ils n’avaient qu’à rester chez eux. C’est vrai que même chez eux, les grenades des gendarmes trouvent moyen de les achever. Pas grave, on oublie. Macron, le Maduro français d’une France en voie de Vénézuélasition. 

Il paraît qu’une majorité de citoyens veulent que les Gilets retournent dans les coffres à gant. Que cette majorité se rassure, tôt ou tard, c’est en effet ce qui va se produire. 

Avec seulement un petit problème. Pas difficile de ranger un gilet. Beaucoup plus difficile de ranger son désespoir. 

Et franchement, autant de gens qu’on installe dans le désespoir, ce n’est peut-être pas une si bonne idée que cela. La caste des nantis a sans doute tort de ne pas y penser. 

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (10 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

6 réflexions au sujet de « Notre Dame et les gilets jaunes »

  1. Il y a aussi des « nantis » comme vous dites, ceux qui ont réussi et toujours payé, trop payé et qui eux aussi en ont marre de ces ponctions par ces incompétents. Il serait urgent de faire le ménage plutôt que d’en parler.

  2. faillite de l’état entre séparation des pouvoirs , privilège de ne pas s’assurer et de récupérer des dons privés via la caisse eds dépôts de de le dilapider comme bon leur semble ..
     » ca ne change pas par rapport a l’argent public habituellement gaspillé »

    moi ce qui me gène , ce sont les manquements des agents des sécurité entre
    (les 2 heures ‘max) de la fin du taff et le déclenchement des alarmes et surtout effectivement l’embrassement spectaculaire et très rapide .
    il faut certaines conditions pour la pyramide du feu ..les 3 étant apparemment présentes mais pourquoi le début des flammes étaient de couleurs jaunâtre ?
    –> quel a été l’accélérant qui fait une couleur de combustion pareille !!

    et ….après avoir le meilleur système de sécurité social eau monde aura t’on .
    –> le meilleur maintien de l’ordre au monde
    –> le colombo le meilleur au monde .. 🙂

    et pour répondre a philos ( c’est un excellent économiste mais un piètre écolo ), car une foret se développe avec du carbone ET quand un arbre st centenaire il recycle moins d’air pollué qu’un presque fraichement plante et qui a besoin de cela pour sa croissance .

  3. L’état nous prend notre argent pour entretenir la misérable foultitude de ponx inutiles . . . il ne reste plus que la portion congrue pour le reste: les ménages et les entreprises.

  4. Le chêne ça n’est pas du sapin, c’est beaucoup plus difficile à enflammer surtout en grosse section, ça chauffe, ça carbonise en surface mais le feu gagne difficilement l’intérieur, il faut obligatoirement une température élevée, une autre matière combustible beaucoup plus inflammable au départ. Un coup de chalumeau ne suffit pas. Donc la question est : quel matériau a mis le feu au chêne ? Tout cela m’a l’air très louche.

  5. Quelques observations en complément à ces remarques de bon sens :

    – bien entendu, les entrepreneurs sont assurés mais il n’est pas sûr qu’ils soient assurés pour 800 millions €; compte non tenu du fait qu’on ne connait pas l’origine du sinistre (il paraît qu’il y avait beaucoup de monde à circuler dans l’édifice),

    – La cathédrale n’avait pas fini de brûler que je me suis dit que beaucoup avaient senti l’odeur de l’argent facile à gagner, et les services de l’Etat ont eux aussi prévu de faire une OPA sur les fonds versés au titre des dons et qui demeureraient inemployés,

    – je viens de lire un article dans Sud Ouest du 03 mai dans lequel on nous explique qu’on peut se permettre de raser une forêt de 20 ha de chênes pluri centenaires puisque la région Aquitaine dispose d’une forêt de 900.000 ha !!!! Au diable l’écologie, puisque c’est pour la bonne cause …

  6. J’aime bien le constat d’évidence sur la prise en charge du sinistre par les assurances à Notre-Dame.
    Pour le reste, hélas c’est « coincé à mort » comme disait Gaston La Gaffe dans une de ses bandes dessinées dont le souvenir précis m’échappe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *