Notre Etat de droit marcherait-il de travers ?

Au courrier de ce matin : link

Quand même… encore…

Restons calme, pas d’énervement. Mais bon.

Ces mecs, ces contrôleurs des impôts, ils sont venus chez moi, planqués derrière leur administration, dissimulant leurs intentions, refusant la transparence, pourquoi ?

Pour éditer des factures totalement illégitimes en abusant de leur pouvoir.

Et il faudrait que je ferme ma gueule, que devant tant d’injustice je paie et je me tienne coi.

Ce n’est pas le cas, j’expose sur mon blog, les faits bruts et ce que j’en pense.

Quand je compare mon blog à ce qui se dit anonymement sur le net, dans les commentaires édités par de très respectables journaux, je me dis que moi qui parle sans me cacher, sans grossièreté, de faits réels, c’est étrange que je me retrouve poursuivi par la justice de mon pays.

Qu’en pensez-vous ????

 

Bien cordialement. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Votez pour cet article)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *