Quand la justice est une arme par destination

1723 arrestations, dont 1220 gardes à vue. En réalité il faut lire 1220 otages réels et 503 intimidations en cours. L’ensemble maintenant sous la pression de la justice.

Les hommes de l’Etat se déclarent satisfaits et affirment qu’il est temps de reconstruire le lien social. Il faut lire qu’ils sont heureux d’avoir en mains une monnaie humaine d’échange à la merci de leur justice pour pouvoir contraindre les Gilets Jaunes à rentrer dans l’ordre qu’ils imposent par la force.

Ils se déclarent satisfaits de leurs forces de l’ordre, police et justice réunies.

Il y a juste un problème, c’est qu’il semble bien que, même si elle n’est pas d’accord sur les solutions, une majorité de français parait ne plus vouloir de l’ordre que les hommes de l’Etat tentent de maintenir par la force.

Dans ces conditions il ne faut pas se tromper.

Les forces de l’ordre sont les vraies forces du désordre. Ce ne sont pas les manifestants les initiateurs du désordre malgré les apparences puisque, dans une société qui se dit démocratique, les forces de l’ordre imposent un ordre dont une majorité ne veut plus.

Il y a là une inversion des valeurs républicaines, que nous vendent les hommes de l’Etat, habituelle mais toujours intellectuellement choquante.

Personnellement, si j’avais été un responsable des Gilets Jaunes, je n’aurais pas maintenu le mot d’ordre de manifester ce Samedi 8 Décembre.

Les atouts des Gilets Jaunes sont une adhésion majoritaire des français à leur contestation et une réactivité extrême dans l’action, pendant que les hommes de l’Etat sont minoritaires et doivent compter avec une énorme inertie dans leurs actes et leurs réflexions.

La mobilisation totale des forces de l’Etat ce Samedi était une victoire suffisante pour les Gilets Jaunes en coût et en énergie à la charge des hommes de l’Etat. En refusant le combat et en le reportant d’une semaine les Gilets Jaunes affaiblissaient terriblement le dispositif répressif qui aurait eu du mal à se reconstruire la semaine suivante, ils évitaient l’érosion de la majorité populaire due à une violence inévitable, ils ne perdaient pas leurs combattants pris aujourd’hui en otage.

Je l’ai dit sur un de leurs sites, mais j’ai été censuré par les modérateurs. Qu’importe.

La radicalisation ne peut que s’installer à la suite de cette bataille perdue comme cela était prévisible. C’est dommage.

La justice, cette arme par destination entre les mains des hommes de l’Etat, va une nouvelle fois faire la preuve qu’elle est tout sauf la justice.

Ce n’est pas une surprise pour nous, les contrôlés fiscaux. Dommage pour les Gilets Jaunes.

J’avais beaucoup de sympathie pour ces insoumis.

Malheureusement, leur inexpérience et leur manque de penseurs vont leur être fatals. Ils sont déjà en voie de disparition par lassitude des français et par récupération venant des hommes de l’Etat, de la majorité ou de l’opposition.

Il faut dire qu’ils ont mené leur combat instinctivement, sans en comprendre vraiment la portée. Ils n’ont pas pris conscience qu’ils se battaient tout simplement contre l’oppression, pour la liberté individuelle. Ils ont cru qu’ils agissaient contre une mauvaise organisation accidentelle, ponctuelle, réformable en l’état.

Ils vont droit vers leur Saint Barthelemy, car ils se battent pour la liberté, pour la responsabilité, contre le dogme collectif, comme les protestants en leur temps, qui ont fini par conquérir le monde.

Les Gilets Jaunes se battent contre deux mille ans de soumission culturelle. Le catholicisme hier, la religion musulmane aujourd’hui sont les outils de la soumission utilisés par les hommes de l’Etat. Ce sont ces religions qui prêchent la soumission à une élite qui représenterait Dieu sur terre et à laquelle il faudrait obéir aveuglement, soumettre sa liberté et sa personnalité.

Déjà les révolutionnaires de 1789 se sont fracassés sur cette soumission culturelle. Ils ont guillotiné Louis XVI, mais c’est l’église qui a eu raison d’eux.

Nous partons droit vers l’erreur de scénario. Peut-il en être autrement ?

Sans doute que non tant la pression culturelle est forte. Finalement la Justice, arme par destination, va encore broyer du français. N’est-ce pas son pain quotidien ?

Bien à vous. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (9 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

6 réflexions au sujet de « Quand la justice est une arme par destination »

  1. Que vous ayez été modéré sur un de leurs sites, est sans doute la révélation que les GJs se trompent de combat. Car vous avez dû leur dire que c’était notre liberté qui était en jeu.

    Il n’est par ailleurs pas étonnant que la répression et l’intimidation soient le mode d’action de cette aristocratie technocratique pour reprendre la main coûte que coûte, comme tant d’autres dans l’histoire. On imagine bien qu’ils ne vont pas se laisser faire. Et le pire est probablement à venir, dans l’ombre. Quand vous voyez des forces de l’ordre prendre des photos sur les ronds-points, c’est probablement pour des représailles futures vis-à-vis des identifiés : Fichage comme déviant, Interpellation, gestapos fiscales et sociales etc.

    N’oublions jamais la puissance de l’ère numérique et quand on a déjà vécu dans l’analogique, cela nous interpelle forcément.

    Vous avez parfaitement raison, Henri, quand vous dites qu’il ne fallait pas aller à Paris pour les GJs ce dernier 7 décembre. Nous aurions été alors médusés de voir une capitale morte un samedi d’une forte période de business potentiel, avec des forces de l’ordre hyper mobilisées pour finalement jouer à la belote pour passer le temps, ou alors de s’occuper exclusivement des Black Blocs., devant nos journaleux en quête d’évènements.

    Les GJs ont-ils pour autant perdu ? Je n’en suis pas si sûr. J’avais déjà écrit sur ce site avant l’acte III que ce mouvement s’essoufflerait peut-être. Mais rien n’est réglé pour autant.

    La Matrice en fait ne maîtrise plus rien dans toutes ses prérogatives régaliennes et de redistribution sociales. « Le Roi est nu. ». Je disais aussi il n’y a pas si longtemps que les données économiques exogènes – taux d’intérêt de la dette, confiance dans la dette française, le prix du pétrole, le comportement de l’euro et des partenaires de la communauté européenne, ne sont pas encore entrés en action.

    Donc, pour conclure, je pense que nous n’avons encore rien vu. Notre organisation sociétale se fissure de partout. Et je suis certain qu’après les GJs, s’ils se meurent, des forces populaires bien plus puissantes reviendront et sans doute dans pas si longtemps. Faut-il l’espérer ? Probablement oui parce qu’on va chercher à quitter un système qui dessert pour un autre qui est une inconnue. Mais n’est-ce pas le propre de notre évolution ? La nature ne trouve-t-elle pas toujours son chemin ? N’ayons pas peur et restons concentrés sur ce qui va nous être nécessaire pour passer ces moments difficiles.

  2. Un rappel historique intéressant le Traité des devoirs de Cicéron Il y a + de 2000 ans qui explique bien le déclin de la France avec les abus de pouvoir de Bercy = Tous ceux qui seront à la tête de l’Etat doivent se souvenir des deux préceptes de Platon: veiller aux intérêts des citoyens en y rapportant tous leurs actes et en oubliant les leurs propres; avoir souci du corps entier de l’Etat en ne favorisant pas une partie aux dépens du reste. ….Ceux qui s’occupent d’une partie des citoyens en négligeant les autres introduisent dans la cité un mal qui doit la perdre, la sédition et la discorde; il arrive que les uns se dévouent pour le peuple; d’autres n’ont de zèle que pour les grands; bien peu songent à tous; de là sont nés à Athènes de grands conflits, et, dans notre république, non seulement des séditions mais des guerres civiles désastreuses.
    « Date et lieu de naissance de Ciceron : Auteur latin et homme d’État romain né le 3 janvier 106 av. J.-C. à Arpinum en Italie, Cicéron fut assassiné le 7 décembre 43 av. J.-C. à Gaète, ville située en Italie. Il meurt à l’âge de 62 ans, sa tête et ses mains furent exposées à la vue du peuple sur ordre de Marc-Antoine. »
    Veritas Thesaurus est ! La vérité est un trésor,
    « Ad augusta per angusta » signifie en français : « Vers les sommets par des chemins étroits ». Il faut comprendre que la gloire ne s’acquiert

  3. Les Gilets Jaunes ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait . Nous ne pouvons qu’être admiratif de la stratégie des Gilets Jaunes qui ont pris le pouvoir avec grande classe et intelligence digne d’un Alexandre Le Grant. Les GJ ont appliqué la stratégie du moustique et celle de SUN ZI . Les GJ n’ont pas agit comme les syndicats CGT FO CFDT de faire une grande manifestation, mais des actions multiples qui obligent le pouvoir de diviser ses forces et donc s’affaiblit. Cela surprend les menteurs professionnels que sont nos politiques. Car en fait il y a deux classes de gens qui s’opposent , Le pouvoir politique qui pratique le mensonge et les Gilets Jaunes soutenus par les citoyens qui défendent la vérité.
    Enfin comme d’habitude les politiques sont + prompt à féliciter, à soutenir la police, la justice, les administrations en général que de soutenir les citoyens dans les abus de pouvoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *