Quand le voleur se plaint du vol de son butin

L’homme qui arrive au commissariat pour déposer une plainte pour le vol d’un véhicule qu’il venait lui-même de dérober se trouve dans une situation cocasse qui, découverte, provoque le rire pour le moqueur, l’indignation pour le vrai propriétaire du véhicule et ceux qui croient en la justice.

En dehors de ses amis voleurs — et encore — il ne viendrait à l’idée de personne de lui donner raison.

Encore moins à la maréchaussée d’ouvrir une enquête pour l’aider à retrouver le véhicule ou à la justice de prendre la responsabilité d’une telle enquête.

Au contraire, il y aurait un accord unanime pour le condamner sur le champ.

Alors comment expliquer que Bercy, voleur assumé pour au moins 50% de redressements fiscaux jamais recouvrés et pour sans doute autant d’impôts annuellement levés, puisse dénoncer et poursuivre ceux qu’il vole lorsqu’ils cherchent simplement à soustraire leurs revenus à ce vol ?

Comment expliquer qu’une large majorité approuve Bercy autrement qu’en en concluant qu’ils sont, lucidement ou inconsciemment, complices des vols de Bercy ?

Que dire de la justice qui utilise sans discernement ses moyens de coercition pour aider Bercy à perpétrer ses vols au lieu d’en protéger les victimes ?

N’est-ce pas le monde à l’envers ?

N’est-il pas angoissant de vivre dans un pays où les voleurs sont majoritaires et se prennent même pour des justiciers ?

Évidemment que si.

Mais que dire et que faire lorsque les pays les plus puissants se mettent en tête d’imposer au monde entier cette façon de faire ?

Est-ce à cela que l’on peut reconnaître le début de la fin du monde, ou d’un monde ?

C’est possible, je dirais même probable.

Je suis personnellement une victime de cette incroyable inversion de la réalité.

Bercy, le voleur de mes biens, que je ne cherche même pas à soustraire à sa concupiscence, trouve grâce, à l’occasion de ces vols, aux yeux de tous mes voisins et approbation auprès de la justice de mon pays qui n’hésite pas à soutenir les complices actifs de Bercy.

Imaginez maintenant que dans la situation évoquée au début de ce billet il soit donné raison au voleur qui vient se plaindre, que la police retrouve et que la justice lui restitue le véhicule qu’il a lui-même volé et éconduise le véritable propriétaire de ce véhicule.

En dehors des complices du voleur, ou de tous les autres voleurs, ceux qui auraient connaissance d’une telle situation seraient grandement indignés.

Le propriétaire du véhicule serait lui complètement hébété, probablement désespéré, sa réaction pourrait être un abattement absolu ou une colère difficilement maîtrisable.

Et bien c’est exactement ce qui se passe à l’échelle de toute la France face aux vols de Bercy.

Si vous voulez connaître les conséquences, à l’échelle de notre pays qui pratique le vol fiscal, d’une telle folie pour ceux qui la subissent, laissez libre court à votre imagination. Que vous soyez un voleur ou un volé, vous pouvez compter sur sa clairvoyance, comme toutes les imaginations elle sait ce que vous croyez ne pas savoir ou ce que vous ne voulez pas voir.

Bien cordialement. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (7 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

3 réflexions au sujet de « Quand le voleur se plaint du vol de son butin »

  1. Félicitations pour les articles et les vidéos Henri !
    Merci pour les témoignages et les réflexions avancées sur témoignage fiscal.
    Je souhaite que ce blog ouvre les yeux de beaucoup de gens !
    C’est notamment en lisant des blogs comme le votre que je me suis mis à écrire et voici mon blog : http://www.antoinebachelinsena.com dans lequel j’évoque mes principes et mes visions d’investisseur et d’entrepreneur. J’écris afin de créer l’envie d’entreprendre chez mes lecteurs et je souhaite vous remercier vous-même car les questions que vous soulevez sont essentiels.
    A bientôt de vous lire.

  2. Bjr,
    sans omettre que les produits d’un vol reconnu et puni est taxé par le fisc dans le cadre de BNC!
    Ce qui place le fisc complice…et que dire du même fisc taxant les revenus d’une parapéticienne… tel un proxénète parasite!
    @+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *