Quand les tortionnaires réclament une prime

Ainsi va la vie. La justice est inévitablement la complice d’un pouvoir, quelque soit ce pouvoir. Plus le pouvoir ignore l’unicité de l’être, plus la raison d’Etat, l’intérêt du groupe sont mis en avant, plus la justice est aveugle pour les individus.

Or, que vaut la justice lorsqu’elle n’est plus au service de chaque homme ? Lorsqu’au contraire elle contraint ceux-ci au nom du groupe ? Elle nous parait alors bien inutile.

Toute dictature rend la justice, la maffia elle-même rend la justice. C’est au nom de la justice que les Rwandais se sont étripés, c’est au nom de la justice que les Syriens s’entretuent gaiement. C’est au nom de la justice que Bercy nous pille, que les tribunaux couvrent ce pillage.

La justice a bon dos. Chacun prononce ce mot avec au fond de lui ses certitudes, ses espoirs, ses ambitions, sa soif d’être reconnu et respecté, sa vision du monde.

Mais, elle, la justice, elle est, la plupart du temps, aux abonnés absents. Et, si ce n’était que ça, on pourrait le lui pardonner. Mais c’est bien plus, elle est partisane, terriblement partisane. Par exemple, elle a pour Bercy une servilité dont un jour elle aura honte, et ce jour n’est sans doute pas si loin. Mais qu’importe, elle oublie si facilement ses indignités à travers les siècles.

Que les choses soient claires, je parle ici de la justice et non des magistrats. Ceux-ci sont comme tous les hommes, il en est sans doute de bons, de droits, d’autres vicieux, méchants, peu importe. Leur groupe n’échappe pas à la diversité individuelle, qui elle-même ne permet pas  malheureusement d’éviter l’action monolithique de la justice. Elle n’a pas d’autre option, en tant que groupe, que de servir globalement le pouvoir en place ou la pensée majoritaire. C’est sa raison d’être.

Il nous reste, pour le moment, le droit d’exprimer notre désaccord, de dénoncer les incohérences de cette situation, les atteintes portées à la logique et aux droits individuels. Pour combien de temps encore ?

Dans ce cadre, voici la petite histoire du jour :

L’affaire date de 1994, vingt ans déjà… Quelque temps plus tôt, une agent des impôts, incompétente et peu équipée intellectuellement, avait établi un redressement complètement imaginaire de 171.895 € au titre de la TVA afférente à une SCI m’appartenant. La somme était si ridicule que les Services Fiscaux eux-mêmes la ramenèrent à 41.813 €. Ce dernier montant ne correspondant pas plus que le premier à la réalité. Cette SCI était à jour de sa TVA, il me fût aisé de donner les chiffres le démontrant.

Où les choses se sont compliquées, c’est que les tribunaux ne firent aucun cas de mes productions. Le Tribunal Administratif ne prit pas la peine de regarder les comptes fournis par moi, prétendant même que la sincérité des Services Fiscaux pouvait se déduire de la réduction de leurs prétentions !!! C’est cela…oui…

Choqué au plus haut point, j’ai résisté. Qu’elle naïveté, ou quel orgueil, d’imaginer que résister puisse faire jaillir la lumière là où il n’y a que ténèbres.

J’ai perdu toutes mes procédures. Les services Fiscaux ont fait vendre aux enchères publiques le seul appartement qui m’appartenait en propre. Cela m’a donc couté cette TVA indue, plus la perte sur l’appartement soit en tout plus de 100.000 €.

La cerise sur le gâteau :

Tout cela n’aurait pas pu arriver sans l’énergie dans le mal de deux agents des impôts particulièrement vicieux. Ces deux personnes ont eu le culot de me déclarer, dans leur bureau, qu’ils savaient que je ne devais aucune TVA, mais que le Tribunal m’ayant condamné, quoiqu’il arrive, ils me feraient payer.

Je les ai poursuivi au pénal pour m’entendre dire que, humbles serviteurs de l’Etat, agissant pour son compte, ils étaient irréprochables. J’ai alors poursuivi l’Etat, pour apprendre du tribunal, qu’il est pénalement irresponsable. On m’a volé 100.000€…  pas de responsable.

Au passage, petite faveur entre amis du même corps, les tribunaux m’ont condamné à verser à nos zélés agents du fisc, la somme de 1.000 € à chacun. Pour, je suppose, les récompenser d’avoir réussi à faire cracher quelqu’un qui ne devait rien.

Longtemps ces agents ne me réclamèrent pas cette prime, je pensais qu’ils avaient peut-être un peu de moralité, une petite miette.

Et bien non. Ils s’apprêtent à me saisir et à faire vendre mes meubles pour toucher leurs primes de tortionnaires. L’huissier qui officie pour eux est passé chez moi le 5 Février. Depuis, j’attends qu’il vienne défoncer ma porte pour emporter mes meubles. Etant entendu que je n’ai nullement l’intention de la lui ouvrir.

Menace de saisie Wolf - Adam Bien cordialement. H. Dumas

RAPPEL :  MOBILISONS NOUS.  SIGNEZ LA PETITION.  (colonne à droite)

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (2 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

2 réflexions au sujet de « Quand les tortionnaires réclament une prime »

  1. Bsr, en relisant une affaire en correctionnelle où reconnu innocent, le Tribunal m’a condamné a payer l’avocat de la partie adverse: une administration non-fiscale. Le bouillis !!!
    @+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *