RÉFLEXIONS FISCALES.

Il me semble que ce site a ce but .
J’interviens , hélas en fait , trop souvent , et je constate qu’en fait rien n’avance dans l’esprit des lecteurs .
Je ne souhaite pas plaire mais aider les autres comme Henry , à réfléchir.
Je ne vois rien dans les réflexions des lecteurs SAUF les propositions d’Henry sur l’amélioration des relations entre le fisc et les usagers, qui fasse progresser .
Seule la haine s’exprime , ou la colère d’avoir été dupe , mais personne ne va au fond .
ICI , c’est la France . ( comme ailleurs c’est d’autres Etats avec les mêmes problèmes )
1er principe incontestable pour qu’un Etat fonctionne, il lui faut des ressources publiques .
2ème principe , si on se réfère au passé Français issu de 1789 , la déclaration des droits de l’homme, pose une règle de justice de la répartition de l’effort commun .
3ème principe : Poser des règles légales de cette répartition .
4ème principe: et c’est celui là qui est en jeu.  Ce sont les moyens pour activer les 3 premiers de façon acceptée.
TOUS ICI SE REBELLENT contre l’oppression fiscale qui est légitime car fondant même le fonctionnement de l’Etat sauf à verser vers l’anarchie , alors que le réel problème c’est la manière et les hommes qui mettent en œuvre les 4 premiers termes ci-dessus .

Le DYSFONCTIONNEMENT est le vrai problème .
Si vous ne voulez plus d’impôt, allez sur une île déserte .( sans retraites , ni SS ni rien )
La vraie cause, c’est de lutter contre la perversité des hommes chargé d’un pouvoir de nuire et d’en abuser .
je suis fatigué de cette haine absurde contre tous les fonctionnaires car, que vous le vouliez ou non , tous ne sont pas des moutons noirs.
Les Français sont stupides . Ils haïssent les fonctionnaires , mais veulent tous que leurs enfants en soit .
S’agissant de la DGFIP , le vrai problème est l’extrême pouvoir qui a été donné à ses agents ET surtout le déséquilibre entre eux et les administrés nonobstant la faiblesse de résistance des agents normaux à résister à leur hiérarchie .
C’est là la question .
Je n’interviendrais plus sur ce site, car je n’y suis pas utile pour faire avancer le …….CHMILBLICK comme dirait Coluche.

Francis Le Poizat

A propos Francis Le Poizat

Bonjour , Cela fait un certain temps que j'interviens sur ce site . Certain veulent connaître mon historique. SIMPLE : Issu d'une famille très modeste ( père breton mousse à 12 ans et d'une mère Polonaise immigrée en 1938 pour bosser dans les fermes ) , 3 enfants son nés . Moi, le 2ème en 1950 . Pas de viande à table, seulement du poulet et du lapin production maison , pauvreté des années 50 obligeait. Donc, ces bons citoyens ne croyaient qu'en l'éducation et en l'espoir d'une vie meilleure pour leurs enfants suite à des études. Les bretons et les Polonais sont un mélange détonnant qui abouti à créer des être doublement entêtés et attachés à la parole donnée . J'ai donc commencé à travailler à 15 ans dans des petits boulots divers en continuant mes études secondaires et supérieures ( parfois 3 job en même temps et 3 heures de sommeil par jour ) et surtout aidé par mes parents pour le logement et les autres questions de simples contingences Vers l'âge de 24 ans, bac plus 5 en sciences économiques et droit je commence une activité dans le privé ( boursicotage) avec grand succès et pour m'éloigner de PARIS où une femme me "collait un peu trop", je vais à CLERMONT FERRAND en ayant appris ma réussite au concours d'inspecteur des impôts ( payés nourris et logés pendant un an) Le rêve.Et en plus des femmes à foisons ... je m'arrête sur une , je l'épouse et nous sommes encore ensemble 40 ans après . Elle me convainc de rester dans cet univers . N'ayant qu'un salaire modeste mais ayant réussi des opérations de bourse assez intéressantes , ce job n'était qu'une occupation dans laquelle je continuais à agir avec ma personnalité forte et nous avons obtenu un statut financier assez aisé, très envié par mes collègues et ma hiérarchie elle même . Inutile de vous dire le nombre de heurts que j'ai eu avec celle-ci qui me considérait comme un excellent technicien mais comme un mauvais fonctionnaire, car je n'obéissais pas . Moi, je répondais qu'ayant prêté serment de probité je ne pouvais me parjurer et que je ne pouvais faire mon travail qu'honnêtement. Ils n'ont donc jamais pu me prendre en défaut de faute professionnelle mais me reprochaient mon entêtement et le respect de l'honneur . L’OBÉISSANCE AVANT TOUT ! C'est ainsi. J'étais en fait indépendant et je n'ai jamais été à l'origine du dépôt de bilan d'une entreprise car je gardais secret par devers moi , mes rapports avec les administrés et à la fin, un accord de "gentleman agrément" était toujours trouvé honorablement . J'ai donc quitté ce "milieu" mafieux" in fine il y a 10 ANS, car fatigué de cette course à la "fiche statistiques" et écœuré par ces olibrius obnubilés par leur carrière de "petits fonctionnaires" le doigt sur la couture du pantalon . Cela fait donc un temps certain qu'après avoir acquis des "connaissances" parfaites dans le domaine fiscal, je les utilisent contre mes anciens "congénères" qui sont restés toujours des singes . Mon dernier Directeur, quand j'ai quitté le fisc m'avait demandé ce que je ferais ensuite et lorsque je lui ai annoncé ma reconversion en avocat fiscal, a été soudainement outré en hurlant "ON VOUS A NOURRI" et maintenant vous allez nous attaquer avec tout ce qu'on vous a appris ? J'ai répondu que j'avais été payé ( mal) et non nourri pour faire du bon travail et que maintenant j'allais travailler aussi bien pour un meilleur rendement EH OUI MONSIEUR. ET AVEC UN PLAISIR IMMENSE ET INCOMMENSURABLE Un petit plus ! Je connais ces gens là car je les ai pratiqué de nombreuses années et ils savent que je sais tout d'eux. Ils vous font croire qu'ils sont vertueux , donneurs de leçons et respectueux des lois ? C'est tout le contraire . J'ai fais une liste pendant tout le temps que j'y étais et j'ai des noms et des faits, hélas, prescrit tel qu'un directeur divisionnaire chargé du contrôle fiscal qui ne payait pas ses impôts parce qu'il ne déposait pas de déclaration . Tout simple et tranquille! De même, un Directeur chargé des succession et de l'ISF qui dépassait les limites de 10 fois, et qui bien entendu, se désempressait de déclarer. Un autre qui ne déclarait que la moitié de ce qu'il touchait au nom d'une prétendue exonération pour frais de mission inexistante . Ces gens là ? INTOUCHABLES! ET CE SONT EUX QUI VOUS ASSIGNENT EN JUSTICE POUR VOUS SAISIR ET MONTER DE GRADE AVEC (50 % de leurs rémunérations non soumises aux charges sociales - PRIMES hors salaires ! - ) CONCLUSION : Y a t-il une morale publique ? Vu de l'intérieur je suis témoin que NON ! Et ils n'osent pas m'affronter par crainte de divulgation des réalités sordides de ce milieu . Croyez en mon expérience au sein du "saint graal" ces gens là sont malhonnêtes et se foutent de l'HUMAIN . Ce qui compte n'a rien à voir avec ce qu'ils annoncent , leur carrière , leurs résultats statistiques , la compétition interne et surtout le VASE CLÔT dans lequel ils évoluent ensemble sans voir l'extérieur : équité ; morale ? etc ...........? ils s'en foutent ? ILS SONT ENTRE EUX, ET VOUS N'EXISTEZ PAS AUTREMENT QU'EN TERME DE DOSSIER ! Et l'être vivant derrière ? rien à foutre !

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (5 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

17 réflexions au sujet de « RÉFLEXIONS FISCALES. »

  1. Bonjour chef Francis,
    Vous ne pouvez pas quitter ce site vous en êtes un des liants donc merci de reintervenir car vos articles sont de très haut niveaux et très bénéfique au lecteurs.

    Alors YES WE CAN…!!✌️

    1. Je plussoie carrément.
      La barque va chavirer si vous la quittez.
      Les français sont râleurs. Ils sont des éternels insatisfaits c’est bien connu. Alors la remise en question c’est bien mais la fuite en avant pas terrible.
      Restez !!! Vous êtes un excellent justiciaire plein d’empathie en plus, vous n’arriverez jamais oh grand jamais à refaire les mentalités. On est très cons et trop mouton behhhhhhhh

  2. Francis,
    Vous nous avez beaucoup appris ( en tout cas , moi j ai appris de vous) , et malgré ce que vous pensez, je suis certain que vous avez fait avancer de nombreuses personnes ( dont moi) .
    Grâce à vous, je ne vois plus les choses de la même manière et vos lumières m ont profondément éclairées.
    Quelle regrettable décision que la vôtre, si vous continuiez de vouloir arrêter d’écrire ici.

    Vous êtes, tout comme Henri , Emmanuel, et les autres très bons auteurs de ce site , indispensable à ce site.

    Nous avons besoin de vos lumières pour avancer , et de vos conseils pour comprendre.

    Quoi qu il en soit, et quelle que soit votre décision, je vous dis un énorme MERCI .

  3. Francis,
    Dans le train de retour de Paris où j’ai été me battre devant La 11ème CH correctionnelle pour défendre notre cause, je prends connaissance de votre billet.
    Francis les lecteurs ne nous appartiennent pas. C’est leur liberté d’apprécier ou non nos billets, totalement ou en partie.
    C’est leur nombre sans cesse croissant qui justifie notre lutte, leur diversité est un atout pour eux et pour nous.
    Pour eux vous êtes exemplaire, doivent-ils pour autant s’aligner totalement sur votre pensée et sur votre fonctionnement ?
    Non bien sûr, laissez-les vous apprécier à leur façon.
    Leur pensée, même quelque fois contraire, vous portera et portera vos idées.
    Amicalement.

    1. Bonjour Henry ,
      Vous faites parti des hommes que j’apprécie et que je respecte car vous avez la capacité de l’analyse et de poser les problèmes à un niveau supérieur.
      Vous ne réagissez pas de façon primaire en n’attaquant les individus nommément, sauf lorsqu’ils sont personnellement coupables d’injustice à VOTRE égard.
      Ce qui m’a mis en colère est la réaction d’un imbécile ( je ne les supporte pas plus maintenant qu’avant lorsqu’il s’agissait de mes chefs par exemple) qui lorsque j’évoquais un « cas pratique » ( celui de ma fille et de son chéri de 12 ans ) qui avaient eu des démêlées au sujet de CFE indues.
      Ils avaient eu à faire à une « sombre crétine » de jeunes contrôleuse dans le 16ème « couvrant » la porte maillot ( lieu de leur domicile ) en 2012 ; (là je suis précis !).
      Le sujet n’était pas là .

      En effet bien évidemment , PAPA était là et il a fallu aller au TA tout de même 2 X pour 2 X 200 € ,mais moins de 6 mois de procédure et désistement du fisc au TA + sanction pour 300 € ( du fisc) ;
      Cette pauvre fille n’a d’égale qu’un des lecteurs de ce site .

      Cet olibrius « pas distingué » m’a reproché , en me taxant de manque de courage , de ne pas citer ni donner le nom de la CRETINE !!!

      Quand j’ai évoqué cette question , je signalais béatement que mon action très réduite aux intérêts de mes enfants avait fait tâche d’huile et que ma fille aussi teigneuse que « papa » , avait porté le « pet » à toutes ses copines et copains .
      RESULTAT : des centaines de gens « ont râlé » à juste titre , car indument taxés et ont été dégrevé grâce à ma « prose » copiée collée en maintes fois .
      QUE DE BONHEUR POUR MOI !

      En passant un tel message que j’ai nommé « ENTRAIDE » message du 23/4 , je croyais encourager les lecteurs à se SOLIDARISER et à contribuer chacun à des chaînes , sur des points qui sont favorables aux « gens taxés à tort » et il était hors de question de donner un nom quelconque à mettre sur la place publique alors que le problème n’était pas là .

      devant un tel imbécile incapable comme d’autres hélas qui ont réagis stupidement parfois à mes articles sans comprendre le FOND ; je me sui donc posé le problème de l’intérêt et de l’utilité d’intervenir ici
      Lorsqu’on est pas compris ON FERME SA GUEULE .

      C’est une question hélas récurrente , les gens sont comme sous la ROME antique assoiffés de jeux et de cirque et ne veulent surtout pas se bousculer les méninges ; C’est ma conclusion .

      La question de la vraie réflexion fiscale , n’est pas une question qui peut se résoudre en critiquant les individus ( inspecteurs , contrôleurs etc …) il y a des cons partout , mais une question de fond .
      Pourquoi les agents du fisc dans une très grande majorité se comportent-ils comme des « fumiers » ?
      Je vous rassure , j’ai été 30 ans dans cette boîte et curieusement , ces « collègues » que je fréquentais , étaient de braves gens au fond ; ils aimaient leurs enfants ;, leur famille etc …et votaient PS; et oui ! très peu de FN .

      La réponse pour moi est simple de longue date .
      L’obéissance .
      En 39/45 les soldats de la Wehrmacht » commandée par les nazis n’avaient pas le choix .
      Soit obéir soit poteau d’exécution ou mieux ……..le front de l’EST.

      C’est pareil à la DGFIP , les agents veulent COMME TOUT LE MONDE ne pas réfléchir et ne pas se poser de questions métaphysiques qui leur rendraient la vie impossible .
      Pour résister il faut être vraiment têtu et « soupe au lait » et ne pas craindre de se heurter aux chefs .
      Sur ce site je vois sans cesse des réactions primaires d’individus qui ne se posent même pas la question de la nécessité de toucher à la structure de cette administration et à son fonctionnement et surtout à ce qu’elle devrait être dans un vrai pays démocratique .
      L’impôt n’en déplaise à ses gens là existe et existera toujours ,ne leur en déplaise .
      Il faut simplement modifier le statut de la citadelle BERCY .
      Tout découle de là .$*les directives des énarques sont suivies à la lettre par la « chaîne » hiérarchique , car les règles qu’il faut modifier sont ainsi .
      je voulais , mais je n’ai pas été compris , simplement à mon niveau , inviter les gens à faire de même …..créer des Chaines de SOLIDARITE .
      S’attaquer aux agents des impôts est stupide , car ils dissipassent et sont remplacés et le fonctionnement reste .
      Non je ne donnerais pas de noms sur la place publique lorsque ce n’est pas la question posée .
      je prend donc un peu de large avant de voir quel intérêt il y aurait à ce que je continue
      Pour le moment je n’en vois aucun .

    2. NB :
      S’agissant de courage , je ne pense pas à manquer ( bien moins que ce con) . En effet je fais figurer sur mon adresse ( mail , courriers , factures etc ..) LES COORDONNEES de ce site .
      Imaginez les gens auxquels je m’adresse ?
      La crème du fisc ( IP , Directeurs etc … , jusqu’à BERCY pour des recours et sans compter les TA et CAA de France et de Navarre.

      Tous peuvent donc ( et je sais qu’ils ne s’en privent pas ) lire ce que je pense d’eux
      Qui peut en faire autant en ce domaine ?
      Il s’agit de centaines d’envois à ces « gens là » ( ils n’aiment pas que je les appelle ainsi .

      le moindre courrier ( courriel etc ) et curiosité oblige …ils vont voir , ils me l’ont dit . Et certains m’ont déjà annoncé qu' »on » ( qui?) constitue un « dossier » sur moi .
      Malheureusement pour eux , je les connais et j’ai la même adresse qu’eux je sais rester juste sur la « ligne »
      Alors merci pour le manque de courage !
      Cela je ne le digère pas !
      Il faudra attendre que « j’évacue » et cela risque d’être long car en faisant cela je me dessert , et je me fais agresser ?
      Je passe le message des autres , pas le mien car j’en ai rien à foutre de la DGFIP , je l’ai déjà bouffé personnellement pour mes propres intérêts de nombreuses fois

  4. Bjr Francis,
    Vous affirmez que les lecteurs de c e site n’ont pas évolué mais vous aussi car effectivement si nous avons une profonde aversion de ces fonctionnaires du fisc c’est que nous portons en nous la souffrance qu’ils nous renvoient par leurs harcèlements, rackets de toutes sortes!

    Eux quand ils rentrent le soir chez eux, ils peuvent « faire des galipettes avec maman » et ce sans aucune culpabilité sous prétexte qu’ils sont couverts de leurs fautes par cette administration pourrie!

    Les contribuables portent ce fardeau lourd H24 alors qu’à 99.9% ils sont innocents!

    Non ne voulons pas l’absence d’impôt mais que la dépense de celui-soit justifié et non pour payer des costumes coûteux, grosses réceptions et parties fines avec péripatéticiennes de luxe!

    Votre présence est utile et même très utile pour contrecarrer toutes ces attaques injustifiées de ces agents, qui pour gagner du bonus et prendre leurs vacances aux dates qu’ils se sont fixés sont prêts à écraser leurs compatriotes!

    Concernant les fonctionnaires il s’agit d’une fumée agitée par les politocards qui s’en prennent aux fonctionnaires au motif fallacieux de baisser les coûts/impôts afin que le Peuple ne regarde pas les privilèges que ceux-s’octroient indûment!

    Je conclurais par 2 adages:

    1)Il est est normal que les contribuables qui se serrent la ceinture remontent à les bretelles à ceux qui gaspillent!

    2)L’impôt n’est démocratiquement justifié que si en face de ma contribution l’Etat inscrit une dépense utile.

    Il devient anticonstitutionnel si l’argent public sert à financer le gaspillage car avec l’habitude celui-ci croît sans cesse et entraîne illégitimement l’accroissement parallèle des prélèvements obligatoires.
    Jean-François Revel Le Point 11.04.1992

    1. Très belle lettre Chris, et très sensée.
      Je suis de tout cœur avec vous car je vis la même chose que vous.
      J’ai suivi votre conseil: je n’ouvre plus ma boîte aux lettres à partir du jeudi.
      Amicalement.
      Emmanuel

      1. Emmanuel,

        Merci 😉

        Francis, j’ai suivi un de vos conseils concernant le médiateur de Bercy en lui envoyant mon dossier truffé de faits illégitimes d’une contrôleuse des impôts avec force de preuves.

        Il m’a écrit en me stipulant qu’il envoyait ma réclamation auprès du conciliateur fiscal départemental et que si cela n’allait pas de lui renvoyer.

        Je pense que le dit conciliateur doit être embarrassé 😉 entre préserver les mensonges de la contrôleuse et d’agir correctement auprès du médiateur!

        Le Q entre 2 chaises en somme 😉

        Du coup maintenant c’est moi qui me marre de la situation!

  5. Ami Francis,
    Je m’étais habitué à vos articles. Tous les matins j’allais voir sur votre site.
    Dommage que vous arrêtiez.
    Vous étiez honnête dans vos colères et vos conseils. C’est rare!
    Cordialement.
    Daniel

  6. Qu’est ce que je lis? Vous voulez nous abandonner?
    Non, non vous ne pouvez faire cela.
    Peu importe ce que pense une minorité.
    Nous sommes, je pense une majorité à vous apprécier.
    Amicalement.
    Michel

  7. Cher Francis,
    Je vous suis depuis votre arrivée sur ce site.
    Grâce à vous je me sens moins seul, vous avez été un soutien.
    Merci pour vos articles.
    Restez avec nous.

  8. Cher Francis,
    Vous avez un rôle à jouer en défendant les français contre les abus.
    Ne vous démoralisez pas, beaucoup de gens vous lisent et sont heureux de vos conseils.
    Je pense qu’il serait dommage que vous nous quittiez. Réfléchissez.
    Amicalement.
    Emmanuel

  9. Mais je crois qu’il faut être plus critiques sur les français dont la jeunesse n’a comme objectif d’être fonctionnaire pour 75% , tous les sondage le disent depuis + de 20 ans. L’élection présidentielle 2017 démontre que le peuple et les citoyens ne veulent pas le pouvoir , ils avaient là l’occasion de le prendre . Le seul moyen de se battre contre les injustices est de créer des contre-pouvoirs et en France il en manque crucialement.
    Rappel = Avec des Amis nous avions créé un journal , un journal pour dénoncer les gabegies les abus de pouvoir et les injustices , pour dénoncer la gabegie française sans parti pris politique. Mais les justiciables n’ont pas compris la nécessité d’adhérer en masse à ce journal , dont je vous pris de lire le n°19 pour exemple d’action . Vous pouvez partager cette information. Journal TOP ALERTE octobre 2011 n°19 (affaire Richard ARMENANTE) lire le lien en cliquant : http://injustice.blog.free.fr/public/Journal_Top_Alerte_octobre_2011_n_19.pdf
    C »est pas nouveau en 1939 beaucoup étaient aveugles sauf CHURCHILL et DE GAULLE . CHURCHILL disait à CHAMBERLAIN 1er Ministre Anglais « Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre »
    Actuellement l’argent ne sert principalement qu’à acheter les consciences et financer les mauvaises actions… C’est le cycle qui nous mènera au déclin c’est ainsi car la majorité l a choisi . Mettez 11 personnes imbéciles moutons ensemble et 10 personnes qui pensent à l’avenir , les 11 moutons gagneront c’est cela la démocratie .
    « Il est inutile de compter sur le gouvernement et les politiques, vous ne devez compter que sur votre propre détermination. Aidez vous en vous soutenant les uns les autres, fortifiez ceux qui, parmi vous, sont faibles, unissez vous, organisez vous et vous gagnerez. »

  10. Vous terminez votre exposé fort clair par une note assez pessimiste: « je n’interviendrais plus sur ce site car je vois que les choses n’avancent pas. »

    Qu’en savez-vous ?

    Après notre défaite devant BISMARCK en 19870, MENIER, alors député avait proposé cette réforme juste avant de décéder ?

    Un candidat à la Présidence avait, autrefois, dans son programme cette réforme.

    Nous avons eu un NOBEL ECONOMIE qui a pourtant eu une vision plus optimiste de la question dans son livre L’IMPOT SUR LE CAPITAL chez Hermann frères.

    Optimiste mais de façon plus concentrée dans un autre livre MAURICE ALLAIS :« Pour la réforme de la fiscalité de Maurice Allais, 1990, éditions Clément Juglar. »

    Voyons ce dernier sans oublier, qu’avant ALLAIS, d’autres avaient pensé à cette réforme : TURGOT, CONDORCET, les pères fondateurs des USA qui l’ont mise en place sous le nom avec la PROPERTY TAX et surtout JUSTIN MENIER le meilleur de tous les ouvrages à mon avis.

    Pour la réforme de la fiscalité de MAURICE ALLAIS comprend 6 chapitres sur près de cent pages :

    1. les principes généraux de la fiscalité d’une société humaniste et progressiste.
    2. l’analyse critique, au regard de ces principes, des fiscalités actuelles.
    3. l’esquisse d’une fiscalité répondant pour l’essentiel à ses principes.
    4. les modalités du passage des fiscalités actuelles à la fiscalité proposée.
    5. une réponse sommaire aux principales objections adressées à ce projet de fiscalité.
    6. la réforme fiscale suggérée et les vérités établies.

    La fiscalité proposée en remplacement des fiscalités actuelles repose essentiellement sur 3 éléments :
    1. un impôt sur le capital assis sur les actifs réels fixés au sol ce que MENIER dénomme le capital fixe.
    2. l’appropriation par la seule collectivité des profits provenant de la création de nouveaux moyens de paiement par le mécanisme du crédit.
    3. une taxe générale et homogène sur la valeur des biens de consommation.

    Afin de justifier cette révolution fiscale encore faut-il que l’impôt soit consenti.

    D’où au départ des principes généraux de la fiscalité d’une société humaniste et progressiste qui donne la justification de l’imposition pour tous.
    MAURICE ALLAIS justifie l’impôt de la manière suivante : « Le fonctionnement de toute société implique des coûts qui doivent être couverts par des ressources suffisantes. En fait les impôts payés par les ménages et les entreprises peuvent être considérées comme la rémunération des services de toutes sortes que leur rends l’État et que seul l’État est en mesure de rendre. »

    Sept principes concernant l’impôt.

    1 – principe individualiste
    Dans le cadre d’une société démocratique et humaniste c’est l’homme et non l’État qui constitue l’objectif final et la préoccupation essentielle. C’est à cet objectif que la fiscalité doit être subordonnée. L’impôt ne doit pas rechercher l’égalité des conditions mais celle des chances. Il ne doit pas avoir pour objectif de s’opposer à l’inégalité des revenus lorsque cette inégalité provient de l’importance de la qualité des services rendus.
    2 – principes de non-discrimination.
    On peut dire qu’il est contraire au principe de non-discrimination que le taux de l’impôt sur le revenu des contribuables soit d’autant plus élevé que les services qu’ils rendent ont une valeur plus grande. De même il est contraire au principe de non-discrimination que seules soient frappé par l’impôt des entreprises les plus capables dont les bénéfices correspondent à des services rendus, et que celles qui subissent des pertes en raison d’une mauvaise gestion en soit exemptées en tout ou en partie.
    3 – principes d’impersonnalité.
    L’impôt doit être impersonnel. Ce principe signifie que son prélèvement ne doit pas s’appliquer et ne doit pas impliquer des recherches de type inquisitorial sur la vie des personnes.
    4 – principes de neutralité et d’efficacité.
    Si les agents économiques voient leurs bénéfices durement taxés leur incitation à une meilleure gestion ne peut qu’être diminuée d’autant.
    5 – principe de « légitimité »
    La fiscalité doit frapper ceux des revenus qui ne peuvent être considérés comme « légitime » c’est-à-dire ceux des revenus qui ne correspondent pas à un service effectivement rendu. Tel est par exemple le cas des revenus résultant de l’augmentation séculaire de la valeur des terres, et tout particulièrement de la valeur des terrains urbains.
    Tel est également le cas des revenus indus générés par la création ex nihilo de monnaie et de pouvoir d’achat par le système bancaire.
    Tel est encore le cas des revenus indus générés au profit des créanciers en cas de déflation ou de ralentissement de l’inflation, ou des revenus indus générés au profit des débiteurs lorsqu’il y a inflation.
    Le principe suivant lequel seuls sont techniquement justifiées et « légitimes » les revenus correspondant à un service effectivement rendu paraît correspondre à l’éthique admise plus ou moins consciemment par les majorités politiques du XXe siècle, si relative et si subjective que puisse être la conception de cette éthique.
    6 – principe d’exclusion de toute double imposition.
    7 – principe de non arbitraire et de transparence.
    La pénalisation des activités créatrices et la non-taxation des revenus non gagné décourage l’effort, pénalisent bien des activités utiles et finalement se soldent par des pertes de revenu national en valeur réelle et par suite par des diminutions de niveau de vie.
    Comme le soulignait déjà en 1874 le manufacturier Menier le chocolatier des chocolats MENIER: « les impôts sur les revenus frappent le capital en formation et épargnent le capital formé. Il représente (ainsi) un privilège pour la fortune acquise et une charge pour le travail. Etant un obstacle à l’accession des producteurs et des travailleurs à la fortune, ils sont en antagonisme avec le développement de la richesse et le progrès social. »
    En fait, celui qui épargne est pénalisé. Adulte il paye l’impôt sur le revenu. Au-delà d’un certain montant plus il épargne plus il est pénalisé par l’imposition progressive sur la fortune. Devenu âgé, il doit payer à nouveau à l’impôt sur le revenu de son épargne, impôt dont est affranchi l’imprévoyant. Lorsqu’il disparaît, l’épargne qu’il laisse à ses enfants est à nouveau frappée par l’impôt. Une telle législation pénalise la prévoyance et la responsabilité individuelle, facteur essentiel une société libérale et humaniste.
    Pour être équitable, la taxation sur le revenu devrait être proportionnelle et non progressive. La manière la plus simple de la réaliser est une taxation directe de taux uniforme sur la valeur de tous les biens de consommation.
    « L’idée qu’une société puisse jamais s’affranchir de toute inégalité et de toute structure de classe relève de l’utopie, mais l’existence d’inégalités scandaleuses que ne justifie en rien les services rendus est certainement intolérable. Je suis convaincu qu’aucune société ne peut longtemps survivre si trop d’injustices sont tolérée, mais qu’il en est de même si une philosophie égalitaire et nivellatrice finit par inspirer toutes les décisions ».
    « Le danger majeur auquel sont exposées les sociétés démocratiques libérales, c’est la démagogie. »
    Allais fustige ensuite le maquis fiscal et le coût exorbitant de la gestion des fiscalités : « ce sont pour le moins des centaines de millions d’heures de travail qui, avec un autre système, pourraient être économisé et consacrées à la production d’une foule de biens utiles »
    On peut, d’après Allais, porter sur la législation fiscale française et européenne d’aujourd’hui le jugement suivant : « excessive, compliquée, coûteuse, inefficace, discriminatoire, injuste, spoliatrice, génératrice de mauvais choix économiques et de fraude, souvent arbitraire, contradictoire, incohérente et incompréhensible, démoralisatrice, abusive, oppressive, antisociale et antidémocratique, fondée sur des mythologies aussi nocives qu’irréalisables, et dont la motivation profonde repose sur la démagogie et la préoccupation de la rentabilité électorale. Cette fiscalité est un boulet que traînent les sociétés. »

    Si vous en voulez plus n’hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *