Révolution à l’AFP

En cliquant ici, sur AFP, vous allez découvrir l’incroyable, l’insoupçonnable, l’inimaginable, au point que vous risquez de vous demander si vous n’êtes pas la victime d’une machine à changer de dimension, si vous n’êtes pas rentré accidentellement dans un monde parallèle, arrivé sur une autre planète.

Ca y est ? Vous avez cliqué et lu ? C’est fort hein ?

J’ai connu jeune homme les abus de pouvoir des « bourgeois-petits-commerçants-petits-entrepreneurs-professions-libérales » qui avaient mis le pays à leur botte. Ils régnaient sur l’économie évidemment, mais aussi sur la politique et la justice. Partout ils maitrisaient les postes électifs (maires, députés et sénateurs, conseils généraux etc…), étaient étroitement liés aux tribunaux, aux forces de répression, complices des préfets. Si bien qu’ils étaient inaccessibles à la sanction, au dessus de tout soupçon, ce qui entrainait assez souvent de leur part des abus de droit insupportables pour les autres. Nous vivions la république des petits bourgeois.

Par de belles journées de Mai, en 1968, la jeunesse s’est révoltée contre cette république et ses privilèges. Dix ans plus tard, les bourgeois avaient définitivement perdu le pouvoir et les petits avantages indus qui vont avec.

C’est ainsi que le pouvoir ayant changé de mains, l’impunité a changé de bénéficiaires. Depuis les années 80, les fonctionnaires ont pris le pouvoir.

Pour les gens comme moi, libres, sans chapelle, refusant les réseaux, nous sommes tombés de Charybde en Scylla.

Nous avons troqué nos bourgeois égoïstes, vaniteux, mesquins, profiteurs, sans vergogne, prétentieux, avides, intrigants, sans scrupule pour des fonctionnaires égoïstes, vaniteux, mesquins, profiteurs, sans vergogne, prétentieux, avides, intrigants, sans scrupule, c’était pas l’affaire du siècle.

Depuis plus de trente ans il en est ainsi, les fonctionnaires ont le pouvoir, ils trustent les postes électifs, ils verrouillent tout, ils s’arrangent entre eux. Attention, j’évoque une situation globale. Comme toujours et partout, il y a des exceptions. Disons qu’elles confirment la règle.

Témoignage

J’ai dit bien souvent que, face aux abus de pouvoir qui du fait même de leur existence évoque une situation qui ne peut pas être contrée, le témoignage est la seule voie possible.

Sur ce blog j’ai souvent fait la démonstration de la complicité évidente qu’il y a entre les magistrats, les forces de police et Bercy. Je la vis journellement à travers toutes les procédures que ma résistance génère. C’est tout simplement la fraternité entre fonctionnaires. Elle est alimentée intellectuellement par l’appartenance à un même corps social au pouvoir, et matériellement par l’outil évoqué par l’AFP : la protection fonctionnelle.

La protection fonctionnelle

Ca c’est fort, plus fort que nos anciens bourgeois qui devaient se démerder par leurs propres moyens. C’est-à-dire que, quand le fonctionnaire n’est pas content de vous, il vous poursuit devant les tribunaux et c’est vous, avec vos impôts, qui payez son avocat. Evidemment, ensuite vous payez avec vos propres sous les indemnités qu’il obtient systématiquement.

Personnellement, j’ai déjà versé plus de 20.000 € de primes pour des harcèlements dont j’ai été l’objet de la part de fonctionnaires du fisc ou de la police nationale, qui ont été non seulement blanchis par les tribunaux, avocats payés par nous, mais récompensés de leurs saloperies par ces mêmes tribunaux.

Je n’ai pas souvent évoqué le sujet pensant que ce combat était perdu d’avance.

Vous imaginez ma surprise quand je constate que l’AFP (soi-même!!!) en parle.

Il faut que le nombre de « niqués » dans mon genre commence à faire désordre pour que l’information filtre. Gardez bien cet article, personne n’en parlera plus jamais. Ils ont dû fumer la moquette à l’AFP pour se lâcher de la sorte. Vous avez vu la montée d’adrénaline de la gente fonctionnaire, comment leurs syndicats montent au créneau. C’est chaud.

Il n’en reste pas moins que ce qui est dit est dit. Même si les choses ne vont pas plus loin, il ne sera pas désagréable de regarder les magistrats lors des prochaines procédures en sachant qu’ils savent que nous savons.

Enfin plus seul, ce sera mon cri du cœur de ce weekend.

Bien cordialement. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *