Spoliation légale ou incitations, le vol ou la justice.

Une des premières lois de l’économie est que l’on ne peut dépenser plus que ce que l’on gagne ou que ce que l’on a. Chacun sait que l’État n’a rien, qu’il ne produit aucune richesse « Il n’entre rien au trésor public, en faveur d’un citoyen ou d’une classe, que ce que les autres citoyens et les autres classes ont été forcés d’y mettre. » La Loi. La fiscalité est l’outil de la spoliation légale. C’est une source de gaspillage parce que des sommes immenses sont confisquées aux individus, échappent au libre choix et sont dépensées arbitrairement par les politiques.
L’État est dispendieux par nature. L’efficacité d’un ministre et son importance, se jugent au montant de son budget. Elles se jugent à ses capacités à défendre le dit budget, donc les intérêts des groupes de pression qui dépendent de lui (et vice versa).
La dépense publique fait partie du génome des adeptes de la spoliation légale, les socialistes. Ils en tirent leur pourvoir. Les politiciens sont élus par les électeurs qu’ils récompensent, puis ils fabriquent de nouveaux électeurs par d’autres dépenses publiques. Ces nouveaux électeurs, à leur tour, soutiennent ces politiciens pour bénéficier de leurs largesses etc. Quant à ceux qui ne sont pas encore au pouvoir ils attendent sagement leur tour. C’est ça la démocratie !
Au sein d’un tel système il est difficile d’envisager une baisse des dépenses publiques et des impôts. Pourtant il faut y parvenir. Cela commence par définir précisément les rôles de l’État et des particuliers. Comme l’écrit Pascal Salin, il n’y a pas de secteur où les services ne pourraient pas être rendus par des intervenants privés. Les libertariens, les anarcho-capitalistes affirment que même les fonctions dites régaliennes pourraient être assumées, avec succès, par des services privés. Bien évidement dans un pays aussi étatisé que la France, une telle perspective n‘a guère de chance d’être mise en œuvre un jour. Réduire l’État aux fonctions régaliennes et au filet de sécurité pour les personnes qui en ont vraiment besoin, cette simple proposition effraie !
C’est à ce dernier courant, la « minarchie », que l’on rattache habituellement Frédéric Bastiat. « Pour moi, je pense que lorsque le pouvoir a garanti à chacun le libre exercice et le produit de ses facultés, réprimé l’abus qu’on en peut faire, maintenu l’ordre, assuré l’indépendance nationale et exécuté certains travaux d’utilité publique au-dessus des forces individuelles, il a rempli à peu près toute sa tâche. En dehors de cercle, religion, éducation, association, travail, échanges, tout appartient au domaine de l’activité privée, sous l’œil de l’autorité publique, qui ne doit avoir qu’une mission de surveillance et de répression ». Frédéric Bastiat Profession de foi électorale de 1848
L’État réduit est supposé remplir correctement les fonctions de sécurité intérieure extérieure et de justice que les individus lui délèguent. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.
Il est connu que le socialisme est difficile à renverser quand la majorité de la population vit de subsides. Ce dont il faut tenir compte dans cette équation c’est du moment où la majorité de la population y perdra. (Même les bénéficiaires des reversions étatiques). Il y aura alors basculement.
Aujourd’hui en France la majorité de la population attend tout ou partie de ses ressources de la redistribution étatique et tout le monde perd d’une manière ou d’une autre : chômage, perte du pouvoir d’achat, réglementations abusives, insécurité des biens et des personnes, insécurité juridique, retraites misérables et non garanties etc. Cela dit, si la majorité de la population réalise qu’elle perd, elle n’a pas encore compris qu’elle perd à cause de l’étatisme. Elle pense qu’elle doit ses malheurs au libéralisme, bien que celui-ci n’ait jamais été mis en œuvre en France. C’est pourquoi elle se tourne vers des partis de plus en plus étatiques. Or le salut ne peut venir d’aucun de ces partis. C’est pourquoi l’effondrement continuera.
Il est à la mode d’appeler à la « cohésion nationale ». Il ne peut y avoir aucune cohésion nationale durable dans un système basé sur la spoliation légale. Il n’est pas possible de construire une société juste sur le vol. Fut-il légal.
Pour parvenir à la prospérité et à la paix, il faut mettre fin à la spoliation légale sous toutes ses formes. C’est-à-dire rétablir la Justice en France. A partir de ce moment les Français auront, de surcroît, la cohésion nationale.
Patrick de Casanove
31 janvier 2015
http://www.bastiat.net/fr/bulletin-de-liaison/article/bulletin-de-liaison-no94-1er

Patrick De Casanove

A propos Patrick De Casanove

Né en 1959, marié, père de 4 enfants, le docteur Patrick de Casanove, diplômé en 1985, exerce comme généraliste dans la ville d'Ondres. Il en a été le Maire de 1995 à 2001 Il écrit des articles pour le journal suisse "Le Temps" et pour diverses organisations libérales. Il est président du Cercle Frédéric Bastiat. Il est l’auteur de Sécu comment faire mieux. Livre facile à lire qui va bien au-delà de la Sécu. Après un bref rappel historique sur la création de la Sécu et ses problèmes récurrents il rappelle qu’elle est la clé de voûte et l’alibi du système de spoliation légale que constitue l’État providence. Il démontre que c’est l’État providence qui en détruisant la responsabilité individuelle est responsable de la situation dramatique de notre pays. Il prouve que dans la vie en société le libre choix est supérieur à la contrainte. C’est vrai dans le domaine économique comme dans celui de la protection sociale, en particulier de la santé et de l’assistance à autrui. Pour sortir la France de la crise économique et de confiance qu’elle traverse il propose des solutions nouvelles inspirées de la pensée de Frédéric Bastiat. Solutions qui tiennent en peu de mots : mettre fin à la spoliation légale. Sécu comment faire mieux Editions Tatamis http://www.tatamis.fr/virtuelle.php/id/111213 ou http://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_noss?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&url=search-alias%3Dstripbooks&field-keywords=s%C3%A9cu%20comment%20faire%20mieux

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (2 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

3 réflexions au sujet de « Spoliation légale ou incitations, le vol ou la justice. »

  1. Bonsoir au sujet de spoliation légale ou incitations le vol ou la justice
    Les politiques qui prétendent nous diriger ne produisent rien. Leur rôle : vivre en
    parasite sur ce que produisent les citoyens avec une licence d histoire on prétend
    tout savoir sur le fonctionnement et la gouvernance d un peuple c est ahurissant
    J ai beaucoup plus que cela confrère de Casanove et je suis loin de penser que
    d une part je sais tout et que d autre part je serais capable de diriger la France …
    Mais lorsque je vois l incompétence de certains la volonté de destruction consciente le plus souvent pour faire disparaître notre civilisation attaquée a ce
    point dans nos racines en ce qu il y a de plus profond en nous c est intolérable
    Ces leçons de morale alors que justement sur des sujets comme la justice ils sont incapables de mettre de l ordre nombre de policiers se suicident régulièrement ils n en peuvent plus d être au service de la nation dont leurs supérieurs a qui ils doivent obéissance sont dans l illégalité totale. C est un Corps d état qui souffre
    car leur engagement et le sens de leur mission sont tout autre. Il leur est demande
    pour se conformer a je ne sais quel satanisme d obéir a des supérieurs dont la
    corruption est connue. Dans; les tribunaux de commerce c est la même chose ils
    sont corrompus sinon c est l évidence ils ne supporteraient pas les usurpateurs de
    la fonction publique. Vous dénoncez et tout continue comme avant. Nous sommes
    en France un nombre considérable a être prives de certains droits civiques certains d entre nous ont voulu se référer a la Convention des droits de l homme
    ou a la Convention des droits des femmes et des citoyennes de 1791 d Olympe
    de Gouges les juges balaient avec grande désinvolture ce type d arguments alors
    nous sommes bloques et nous ne pouvons pas nous défendre en justice ou prétendre a un mandat électif. Il nous faut faire sauter les verrous car la plupart
    nous sommes victimes des banques du RSI de juges mafiosis ou de mandataires
    qui ont été condamnés et c est nous justiciables victimes et non coupables qui
    sommes prives de nos droits c est l esclavagisme du 21ème siècle…??!!?

    1. Le problème c’est qu’ils ne seraient alors plus politicards et qu’ils devraient aller bosser; c’est pourquoi la spoliation légale a encore de beaux jours devant elle, jusqu’à la ruine totale engendrée inévitablement par le socialisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *