Stéphane GUYOT : échanges épistolaires.

La lettre de Stéphane

Ma réponse à Stéphane

Bien cordialement. H. Dumas

 

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (9 votes, moyenne : 4,22 sur 5)
Loading...

4 réflexions au sujet de « Stéphane GUYOT : échanges épistolaires. »

  1. Je reviens sur mon commentaire de ce matin
    Dans la mesure où vous écrivez que vous comptez payer les taxes foncières et d’habitation (et audiovisuelle) je me permets d’attirer votre attention sur un petit détail technique …
    Comme les organismes de sécurité sociale, les banques et autres créanciers, le fisc procède à une ventilation avantageuse (pour lui) des règlements partiels.
    En général, lorsqu’il y a règlement partiel, le TP impute les acomptes sur les … intérêts et pénalités; ce qui fait que le principal reste dû et continue à porter intérêt !
    évidemment, dans ces conditions, la dette ne diminue jamais !
    Un petit conseil qui vaut ce qu’il vaut : si vous vous présentez pour un règlement partiel, surtout faites expressément indiquer, en accord avec l’agent administratif, que le règlement s’impute sur telle somme en particulier.
    Sinon, ça ne servira à rien !
    Bien à vous

  2. Bonjour Henri,
    J’en reste sans voix …
    Le pire c’est que le fonctionnaire est persuadé d’agir à bon droit, en vertu d’une décision de justice et pour le bien de la collectivité (enfin de l’Etat …) !
    Ne connaissant pas le stade de la procédure, il ne reste que faire appel (mais j’imagine que ça a déjà été fait), sinon c’est le CE et la saisine de la CJUE à Luxembourg !
    J’ai l’exemple récent de plusieurs procédures où « l’administré » a été débouté et condamné par les juridictions françaises mais a eu gain de cause devant la CJUE !
    Comme c’est bizarre …
    Le problème, c’est quand vous avez un patrimoine saisissable …
    A des clients poursuivis mais sans patrimoine, je répétais : Oh vous savez, on ne tond pas un oeuf !
    Bien à vous

  3. Au moins vous voila prévenus des ATD qui vous vous tomber dessus. Pensez donc aux saisies qui ont lieu sans ATD préalables comme dans mon cas!

  4. Henri,
    Un cas flagrant d’extorsion de fonds organisé par le système le plus mafieux qu’il soit: l’administration fiscale!
    Mme S.GIBAUD lanceuse d’alerte dénonçant les pratiques illicites de la banque UBS a, après retour d’expériences, a reconnu qu’il y avait plus pourri qu’Ubs: le fisc!
    @+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *