UN DES LEURS SE SUICIDE, TOUTE LA CLASSE POLITIQUE FRANÇAISE PLEURE!!!

 
Chaque semaine, plusieurs entrepreneurs, artisans, commerçants ou agriculteurs mettent fin à leurs jours dans le silence le plus complet.
A part leurs proches, tout le monde s’en fout comme de l’an quarante.
Ils ne seront que des statistiques sèches et globales.
Qui s’est soucié de leurs souffrances, de leur lente descente aux enfers, de leur désespérance quotidienne, sans que quiconque leur vienne en aide.
Ils disparaitront sans laisser aucune trace, sans provoquer un hypothétique sentiment de compassion ou, encore moins de culpabilité, de ceux qui les ont conduits à se donner la mort.
Un sénateur, ex-maire, ex directeur d’université doit passer en correctionnelle.
Pour quel motif ?  Peu importe, ce n’est pas le sujet.
Au lieu de se rendre au tribunal, il préfère choisir le suicide.
Coupable ou pas de ce qui lui est reproché, il préfère éviter cette épreuve, difficile moralement il faut le dire, et se soustraire ainsi à un jugement.
N’avait-il pas confiance en la justice de son pays ?
Des centaines de français sont traduits, chaque jour, sous divers motifs, vrais ou faux, devant les tribunaux correctionnels  de l’hexagone.
Dans les deux cas l’épreuve est redoutable.
Je suis bien placé pour le savoir, je l’ai vécu.
La vérité souvent occultée ou déformée par votre adversaire,  vous pensez qu’elle ne pourra pas être reconnue par ces juges qui ont tellement d’affaires à traiter dans la journée, vous mouillez réellement votre chemise.
C’est un peu la roulette russe.
Si votre affaire a été compliquée à loisir, que l’on vous présente comme un bandit de grands chemins, qu’il faut empêcher de nuire, comme ce fut le cas pour moi, vous avez vraiment du souci à vous faire. Il faut serrer les fesses et prier très fortement.
J’ai vraiment prié et j’ai gagné.
Pour la petite histoire, le fisc étant mon adversaire, ce jugement définitif rendu n’a rien changé pour lui et il a  continué à me poursuivre avec la même hargne.
Il ne doit pas connaître le « no bis item ».
Revenons à notre histoire.
Ce sénateur, certainement un brave homme, se tire un coup de fusil de chasse, parait-il, pour ne pas comparaître.
Comme un seul homme, toute la classe politique, debout, le pleure à chaudes larmes.
Le Président de la République en tête, suivi du premier ministre et de tous nos autres chers élus.
C’était un homme ceci, c’était un homme cela, et tout le monde en remet une couche, relayés par  nos médias à l’unisson.
Enfin, comprenez bien que je n’ai rien contre lui et que je ne veux porter aucun jugement sur son affaire.
Moi, je préfère pleurer ces français qui toute leur vie d’entrepreneurs, d’artisans, d’agriculteurs ou de commerçants, ont créé de la richesse,  travaillé sans compter leurs heures, qui ont pris des risques, qui pendant des mois n’ont plus fermé l’œil pour faire face à leurs échéances et leurs charges, qui se sont battus jusqu’au bout pour nourrir leur famille et qui ont fini par se tuer.
Qui pleure ces hommes détruits lentement par le RSI, par un contrôle fiscal, par un crédit …
Ce sénateur, ex maire, ex directeur d’université, à la vie confortable et sans véritable mauvaise surprise (je ne pense pas qu’il ait jamais eu des problèmes de fin de mois!) n’a pas voulu se confronter à une épreuve de la vraie vie. C’est son choix.
De là à observer des minutes de silence dans tous les coins, à mettre des drapeaux en berne, c’est un peu beaucoup.
A quand le deuil national ?
Messieurs François Hollande et Manuel Valls, si un jour, fatigué par ma  ruine injustifiée, par la pression infernale que me font subir des fonctionnaires sans état d’âme pour me dépouiller, ma famille et moi, et nous mettre à la rue, si donc un jour dans un accès de déprime plus fort que d’habitude, je décidais de me tirer une balle dans la tête, qui va me pleurer à part ma femme et mes enfants ?
Et mamie Loto, poussée au suicide ?
Et tous ces anonymes chaque semaine ?
Qui va les pleurer ?
Vous ?
J’en doute !
S’il vous plait un peu de retenue.
 
Emmanuel Bolling
Bolling Emmanuel

A propos Bolling Emmanuel

Emmanuel Bolling a été condamné le 12 janvier 2016 par jugement contradictoire à l'égard d'Anne Béot, inspectrice des impôts de Paris 18eme et partie civile. Emmanuel Bolling a été relaxé du chef de diffamation publique. Il a été reconnu coupable du chef d'injure publique envers fonctionnaire publique pour son article du 15 décembre 2014 sur le site témoignagefiscal.com intitulé "certain de leur impunité, rien n'arrête les agents du fisc". Il a été condamné à verser à Madame Anne Beot 500€. Emmanuel Bolling était un des créateurs et des dirigeants de la Discothèque LA LOCOMOTIVE à Paris. Ouverte fin 1986, décédée asphyxiée par le fisc fin 2009(RIP). Elle subira en huit ans trois contrôles fiscaux. 1992, 1996, 2000. E.Bolling contestera le deuxième (1996). Cette contestation justifiée entraînera immédiatement de la part de Bercy une série sans fin de saisies diverses étranglant son entreprise pour finir par la ruiner. Relaxée de l’accusation de « dissimulation de recettes » par le tribunal correctionnel de Paris en 2002, le fisc n’en continuera pas moins à poursuivre LA LOCOMOTIVE et ses dirigeants de son acharnement, pour les mêmes motifs, comme si de rien n'était... En 2014, après 18 ans de procédure, de procès et d’appels (gagnés ou perdus) dont la liste serait des plus ennuyeuse, E.Bolling et ses associés, ruinés, se battent toujours pour que l’on reconnaisse ce redressement pour ce qu’il est : un abus fiscal caractérisé. Il a initié deux nouvelles procédures devant le T.A.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (4 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Une réflexion au sujet de « UN DES LEURS SE SUICIDE, TOUTE LA CLASSE POLITIQUE FRANÇAISE PLEURE!!! »

  1. Bjr,

    Quelles bandes de faux-culs et d’hypocrites…comme tjrs une fois qu’il est mort ils lui trouvent les plus belles qualités, sachant qu’ils ne pouvaient pas « se l’empiffrer ».
    Pire que des pleureuses siciliennes!

    L’ironie c’est l’autre politocard qui déclare: »que la politique c’est violent! ».

    C’est pour ça qu’ils se mangent entre eux vu qu’ils veulent tous la place dorée sur le perchoir avec avantages et autres privilèges à profusion.

    Effectivement un contrôle fiscal c’est bien plus violent mais ils ne sont pas pour là pour pleurer sur le matraquage de leurs kapos fiscaux puisqu’ils s’engraissent sur NOTRE dos via NOS ÉCONOMIES et NOTRE TRAVAIL!.

    Je leur dis Merde à tout ces voleurs mais je sais qu’un de disparu il y en a 50 qui sont prêts à prendre sa relève!

    @+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *